AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782800123943
43 pages
Dupuis (25/11/1998)
3.67/5   127 notes
Résumé :
Spirou, seul contre tous.
Spirou, ennemi public n° 1. Spirou, rejeté par tous ses amis. Spirou, poursuivi de toutes parts.Spirou, recherché par toutes les polices. Spirou, l'homme à abattre. À vue.
Spirou apparaît aux yeux du monde comme le plus dangereux des malfaiteurs. Pourquoi Spirou est-il poursuivi sans relâche? Pourquoi Spirou ne peut-il compter que sur lui-même pour sauver sa peau? De quoi Spirou est-il coupable? Pourquoi Spirou fait-il peur? N... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 127 notes
5
5 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Delivrium
  28 février 2017
Il s'agit de la dernière aventure signée Tome & Janry. J'ai découvert Spirou grace à eux avant de m'intéresser au travail du génie Franquin.
Ce qui m'a tout de suite frappé est l'ambiance très sombre qui tranche avec les histoires "bon enfant". Bien qu'il y ait de la couleur, le contour des planches est d'un noir profond, qui renforce l'idée d'une histoire différente.
L'un des autres tomes que j'avais trouvé sombre est "la vallée des bannis", mais ici l'intrigue est bien plus moderne. Rien à voir avec des aventures à la Indiana Jones ou Tintin. Dans ce 46ème tome, Spirou tombe dans un piège et une machination se met en place faisant de lui l'ennemi numéro un. Il ne peut se fier à personne même ses propres amis vont se retourner contre lui.
Ce tome unique dans l'univers de Spirou oscille entre thriller et science fiction.
Le seul personnage est Spirou. Fantasio et Spip sont relayés à des seconds rôles, très minimaliste.
Même les dessins sont différents... J'ai cru avoir entre les mains une bédé dessinée par Bruno Gazzotti (Soda).
Pour leur dernier tome, il est clair que les auteurs ont eu carte blanche et ont voulu passer la main en livrant leur vision personnelle de Spirou, loin de l'héritage de Rob-Vel, Jijé, Franquin ou même Fournier.
A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
cicou45
  11 octobre 2014
J'avoue qu'avec ce tome-ci, j'ai de nouveau vraiment accroché. L'ambiance est celle de films policiers, avec une grande partie de l'action qui se passe la nuit, dons avec des teintes bleuâtres, ce que j'ai beaucoup aimé.
Fantasio devant prendre l'avion, histoire de s'évader un peu et profiter de quelques jours de vacances bien méritées, il n'hésite pas à confier la mission que Sophie lui demande de faire pour elle, dans le cadre de son enquête - enquête qui se révèle assez étrange en effet car c'est en lisant le journal qu'elle a repéré une petite annonce qui lui a paru des plus suspectes. En effet, une agence pharmaceutiques rechercherait des candidats bénévole pour tester des nouveaux médicaments mais ne pouvant pas s'y présenter elle-même car la condition requise étant celle d'être un homme, elle a tout de suite pensé à faire appel à ses amis de longue date...
Une expérience donc pour laquelle Spirou va accepter de remplacer Fantasio, lui laissant, bien malgré lui, le soin de profiter de ses vacances mais qui ne va pas du tout prendre la tournure à laquelle l'on pouvait s'attendre. Sophie avait bien raison de se méfier mais les événements vont tourner de manière plus qu'étrange, à tel point que même l lecteur se retrouvera surpris...
Un scénario donc très bien agencé avec moult rebondissements, et pas ceux auxquels le lecteur avait pu penser (c'est en cela que j'ai vraiment beaucoup aimé cet épisode) et avec un graphisme toujours aussi bien travaillé. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
LeScribouillard
  08 juillet 2021
Parmi les nombreuses critiques lapidaires de ma folle jeunesse que je rêvais de rectifier, Machine qui rêve occupe une place de choix. de manière plus large, elle possède une place très particulière dans ma bibliothèque mentale. Si on me l'a parfois décrite comme le meilleur Spirou, j'ai pour ma part été beaucoup plus mitigé.
Enfant, j'avais détesté. Pas spécialement en raison de mon jeune âge : cette couverture singulière, tranchant avec tous les autres albums de la série, était fascinante par son éclairage, sa noirceur et son réalisme. Alors, assombrir Spirou, pourquoi pas ? Mais Tome & Janry l'avaient fait à un point tel qu'il était difficile de retrouver l'esprit général de la série. Où est la "patte Spirou" ? Spip fait de la figuration quand il aurait pu balancer quelques répliques acerbes. Les gags se font rares quand Franquin les faisait pleuvoir même dans ses pires accès de misanthropie. J'ai d'ailleurs souvent été agacé que ses héritiers veuillent à tout prix créer une romance entre Spirou et Seccotine, à la base un simple personnage comique. Tout ça pour arriver à une question qui sent le déjà-vu :
Adulte, je trouve ça très bon, au moins pas mal du tout. Passée la frustration de , il faut bien reconnaître que tout n'était pas si mauvais. Tome & Janry se permettent l'apparition d'une ou deux "tronches" comme Franquin aimait en faire surgir ; si la rupture se fait sentir avec cette éradication de l'héroï-comique au profit d'une tonalité quasi-nihiliste, Tome & Janry n'ont jamais non plus été des tendres envers leurs personnages ; enfin, une très bonne analyse du hors-série de Beaux-Arts Magazine consacré à Spirou explique que Seccotine était plus qu'un personnage humoristique, car avant-gardiste : que dire de cette journaliste qui, loin de se contenter d'être une simple pipelette, double les voitures en moto et vit telle une femme parfaitement émancipée ?
Et surtout, surtout, l'album ne ment pas sur la marchandise. Il est superbe. Les éclairages néo-noirs en font un polar magnifique à suivre, maîtrisant le suspense avec ses nombreux non-dits et ses temps de silence inquiétant. Pour moi qui aime l'audace et la prise de risque, j'aurais été bien ingrat de ne pas reconnaître cette qualité. À une heure où Disney et consorts se perdent dans des remakes Young Adult se voulant plus darks ou au moins plus matures, il est bon de repenser à la Machine qui rêve, qui elle au moins s'assume totalement en tant que polar adulte et nous délivre une fable sombre sur les dérives technologiques.
Grand chef-d'oeuvre ou album malade, je n'ai toujours pas su trancher ; ce qui est sûr, c'est que je lirai Luna fatale, l'autre album de Spirou destiné aux adultes, avec grand intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Torellion
  30 mars 2016
Après Franquin, le néant.
C'est ce que ce sont dits les fans inconditionnels du petit groom tout de rouge vêtu. Mais c'était sans compter sur le génie de Tome et Janry qui ont su donner un nouveau souffle à la série. Leurs scénarios ont toujours été très abouti et leurs dessins proches de l'original, en forme d'hommage au génial créateur.
Jusqu'à cet album emblématique.
Véritable ovni littéraire dans l'univers de Spirou et Fantasio, cet album est à mon sens le plus beau de la série. Il signe l'apothéose de leur travail.
Le dessin est transformé de manière radicale, et l'histoire, décrite dans ce 46ème tome, est une des plus sombres jamais écrite. le personnage de Spirou laisse apparaître des sentiments jusque là inconnus : déception vis à vis de la bétise humaine, amour pour Seccotine, lassitude de se battre (avant de rebondir rassurez-vous)... Les plans séquences et surtout le découpage sont à la hauteur du récit et enrichissent une excellente intrigue. Les problèmes d'éthique abordés représentent une mise en abîme intéressante à la révolution du graphisme.
Cette rupture avec la tradition est une réussite, car elle ne dénature pas en profondeur le héros et son discours. Il s'agit simplement d'une transition vers un autre état. C'est une ode à l'âge adulte. Nous dirons, l'âge de raison, de la sagesse.
Quel dommage, à mon sens, de savoir que nous ne verrons plus jamais ce dessin réaliste dans l'univers de Spirou et Fantasio. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Tome et Janry s'en sont allés vers d'autres projets, cet album restera un one-shot en marge de la série.
Mais au regard des hors-série récents, nous pouvons voir à quel point leur travail a inspiré nombre d'auteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Shaynning
  07 avril 2020
Les BD de Spirou et Fantasio exécutées par le tandem Tome & Janry sont mes préférés de la série, tant pour leur qualité graphique que pour les bons scénarios.
Ce tome 46, bien que toujours signé Tome & Janry, est à bien des égards différents et assez unique en son genre dans la série. Cette fois, on nous plonge dans un thriller sombre et un peu dément, avec un graphisme beaucoup plus réaliste et des arrière-plan noirs.
Spirou est traqué par des forces militaires dès le début, mais on ignore pourquoi. On entrevoit qu'il s'est présenté dans un centre scientifique pour infiltrer une organisation sous-jacente. Apparemment, le jeune reporter s,est embarquer dans une situation qui le dépasse. Même Spip semble se méfier de lui, lorsqu'il réintègre son appartement et pour une rare fois, Fantasio est pratiquement absent de ce tome, laissant place à une Seccotine intrépide.
Vraiment, on sort du cadre standard de la série, mais j'ai beaucoup aimé ce Spirou vulnérable, sombre et réaliste,les scènes d'action et l'univers de nuit. On a l'impression de frôler l'univers de science-fiction. Même le titre est plutôt cool. J'aurais aimé voir plus Fantasio, ceci-dit, mais dans l'ensemble, le tome 46 fait parti de mes préférés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DelivriumDelivrium   28 février 2017
Celui qui a dit le rire était le propre de l'homme aurait pu ajouter le cynisme, la cupidité et le mépris de la vie...
Commenter  J’apprécie          341
cicou45cicou45   11 octobre 2014
_Le véritable ami, c'est celui qui arrose tes plantes pendant ton absence, se tape le boulot que tu n'as pas pu terminer et, je suppose...
_...offre spontanément de me conduire à l'aéroport, voilà les clés de mon appartement !
Commenter  J’apprécie          160
mandrake17mandrake17   11 octobre 2020
Celui qui a dit que le rire était le propre de l'homme aurait pu ajouter le cynisme, la cupidité et le mépris de la vie.
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   11 octobre 2020
- Toi, tu as quelque chose de plus...
- De plus ?
- Tu as besoin de moi.
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   11 octobre 2020
On ne choisit pas toujours son heure.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Philippe Tome (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Tome
Un projet de 7 années. Un projet entre deux amis de 40 ans. L'immense fierté qu'il ait été confié, dès ses débuts, à notre jeune maison d'édition. L'immense tristesse que Philippe Tome ne soit plus avec nous. Une semaine avant de nous quitter, Philippe Tome nous envoyait le scénario de la dernière planche de la Mort à Lunettes. Un an et 22 jours plus tard, nous vous présentons son dernier titre, partagé avec Gérard Goffaux. Nous sommes, à jamais, reconnaissants de la confiance qu'il a accordée à notre maison d'édition et espérons que cet album vous plaira autant qu'à nous. https://kenneseditions.com/product/la-mort-a-lunettes/
+ Lire la suite
autres livres classés : clonageVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le petit Spirou tome 11: Tu ne s'ras jamais grand !

Qui est Spirou ?

un élève
un vieux
un parent

8 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Le Petit Spirou, tome 11 : Tu ne s'ras jamais grand ! de Philippe TomeCréer un quiz sur ce livre