AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843376033
Éditeur : Anne Carrière (01/10/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
"Le royaume est un bateau ivre pris dans la tempête, mené par un limonier fou."
Le roi de France, Charles VI le Fol, laissant le pouvoir vacant, les princes de sang, poussés par leur individualisme arrogant, s'entre-tuent dans les atrocités d'une guerre civile. La France est en grande pitié : trahisons, assassinats, émeutes populaires, campagnes dévastées livrent le pays à l'envahisseur anglais. Le désastre de la bataille d'Azincourt, en 1415, décime la chev... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
TheWind
  02 octobre 2014
« Femme perdra la France, vierge la sauvera, l'une de l'autre sortira. »
Cette prophétie dite de Merlin serait à l'origine d'un des mystères qui planent encore autour de notre bien fameuse Pucelle.
Comme tout mystère, il paraît bien difficile de délier le vrai du faux !
Toujours est-il que Chantal Touzet a choisi, elle, dans ce troisième volet de « La reine violée » de croire en cette prophétie.
Non, Jeanne d'Arc ne serait pas née à Donrémy en Lorraine. Non, Jeanne d'Arc ne serait pas la fille de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée. Non, Jeanne d'Arc ne serait pas fille de simple laboureur...
Voilà qui nous remue un peu !
Mais l'Histoire est loin d'être immuable. Il convient toujours de prendre du recul quant à certaines anciennes « vérités » annoncées. C'est cela aussi qui la rend si passionnante. On pourrait penser qu'une fois la messe dite, les historiens peuvent se la couler douce, mais c'est loin d'être le cas. Entre hypothèses et contre hypothèses, il y aura toujours du pain sur la planche !
Mais revenons à nos moutons, enfin, plutôt à notre bergère.
Au début de ce troisième tome, Chantal Touzet revient sur l'épisode qui est à l'origine de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons : l'assassinat du Duc Louis d'Orléans, frère cadet de Charles le Fol par son cousin bourguignon Jean sans Peur, en 1407. Eh oui, non contents d'être aux prises avec leurs voisins (et cousins) anglais, les grands seigneurs de France vont se payer le luxe d'une petite guéguerre fratricide...
C'est dans ce contexte qu'on poursuivra le destin de la reine Isabeau de Bavière. Amante de son beau-frère Charles sauvagement assassiné, elle aurait pu se ranger définitivement du côté des Armagnacs défendant le clan Orléans contre les Bourguignons, mais Isabeau est avant tout une femme de caractère - qui ne supporte guère la tyrannie du comte Bernard d'Armagnac, devenu connétable - et là voilà oscillant entre les deux camps, tantôt fière louve, tantôt pauvre brebis égarée. C'est finalement vers Jean sans Peur qu'elle se tournera, vers les Bourguignons et vers leurs alliés... les Anglais.
On l' a longtemps considérée comme la pire des traîtresses, la pire des traînées, reniant son fils, vendant le Royaume de France aux Anglais...Chantal Touzet brosse ici le portrait d'une femme ardente prise dans la tourmente de la guerre de Cent ans, subissant plus souvent les volontés d'hommes assoiffés de pouvoir, suivant son instinct de mère et surtout de femme amoureuse au détriment sans doute d'une réelle perspicacité politique.
Et la bergère dans tout ça, me direz-vous ?
Eh bien, la bergère ne serait autre qu'une enfant royale née des amours illégitimes d'Isabeau de Bavière et de son beau-frère Louis d'Orléans, sauvée des envies meurtrières du Fol roi Charles VI par celle qui jouera un rôle non négligeable en cette période bien troublée, la duchesse d'Aragon, Yolande d'Anjou.
Je ne vous en dirai pas plus...

Bien évidemment, on y croit ou on y croit pas...
Peu importe finalement. L'histoire est troublante, L Histoire bien plus encore...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
st79310
  06 août 2012
Un peu déçu sur ce troisième tome...trop d'intrigue...et pas assez approfondie à mon goût sur les passage avec Jehanne D'Arc.
Cependant trilogie assez interessante dans l'ensemble....
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
TheWindTheWind   28 septembre 2014
Et les Cabochiens continuèrent d'assouvir leur sauvagerie : massacres, tortures, condamnations à mort après des jugements sommaires se succédaient. Le bourreau juré de Paris, Capeluche, maniait la hache à tour de bras. Et ceux que la populace ne prenait pas la peine de juger, elle les cousait dans un sac qu'elle abandonnait aux flots de la rivière, avec l'inscription : " Laissez passer la justice du roi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
TheWindTheWind   29 septembre 2014
Bernard d'Armagnac, Jean sans Peur, même orgueil, même cruauté, même obsession délirante du pouvoir. La reine avait seulement changé de geôlier.
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2018
Cette poule grise avait volé à son époux l’émeraude de sa gorge et s’en parait sans vergogne. Même aigrette aussi la coiffait, et Louis songea aux coiffes singulières des dames de la cour, de biscornus échafaudages à cornes comme celles du diable, et l’on voyait bien par là qu’elles étaient ses créatures. Il s’irrita de voir la paonne qui faisait mine de ne pas comprendre les raisons du déploiement de magnificence de son mâle. De même, rien n’était suffisant pour les sottes courtisanes qui usaient de perfidie pour désespérer leur galant. Sottes et perfides, voilà bien les femmes, son aumônier le lui disait souvent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2018
Isabelle livrait en sa maturité toute la sensualité qui lui était naturelle. Il avait pensé que le désir se serait émoussé avec le temps. Naguère leur appétence avait mis la reine en grand péril, la rumeur s’était mise à enfler contre les amants adultères, et il s’était broyé le cœur comme il avait broyé le sien en la quittant avant que le scandale ne l’éclabousse. Sans la querelle des princes, il ne serait jamais revenu auprès d’elle. Ils les connaissaient bien, ces seigneurs aux ambitions dévorantes, il les abhorrait, leur discorde depuis l’assassinat du duc d’Orléans les rendait plus dangereux que jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 mars 2018
Elle l’avait aimé comme un compagnon de plaisirs, se grisant de légèreté, de luxe, de frasques, de conflits ardents et de réconciliations en étreintes délirantes. Amants terribles, ils s’étaient cherchés, trouvés, perdus et retrouvés. Du même âge, ils s’échauffaient au même plaisir de la chair et de l’esprit. Avec lui, elle s’était étourdie, consolée de son grand amour perdu, de l’effrayante folie du roi qui, dans ses crises de démence, ne la reconnaissait plus, la repoussait avec répugnance et, plus encore, la battait. Qui n’aurait pas trouvé consolation entre des bras plus chaleureux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment se porte votre Moyen-Âge?

Le Moyen-Âge a ses féministes! Auteure d’un livre sur l’art de la guerre, elle est surtout célèbre pour sa dénonciation de la misogynie dans le Roman de la Rose avec sa Cité des Dames.

Aliénor d’Aquitaine
Christine de Pisan
Marie de France
Olympe de Gouges

14 questions
194 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , littérature médiévale , littérature européenneCréer un quiz sur ce livre