AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791025604212
Éditeur : Editions Thélème (19/12/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.92/5 (sur 1306 notes)
Résumé :
"Il a encore fait l'école buissonnière ? Mais c'est un chenapan, un vaurien, ce Tom Sawyer ! Il veut donc faire le malheur de sa pauvre tante Polly !"
Et pourtant, tante Polly préfère secrètement Tom à son jeune frère, l'irréprochable Sid. Et qui, d'ailleurs, pourrait s'empêcher d'aimer ce jeune garçon aussi effronté que courageux ?
Dans quelles entreprises ne se lance-t-il pas avec ses deux amis Huck et Joe, transformés suivant l'humeuur du moment... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (125) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  31 août 2019
Sale gosse. Mauvaise graine. Galopin. Filou. Petite fripouille. Polisson. Va-nu-pieds. Vilain garnement. Fripon. Arsouille. Petit canaillou. Clopinard. Sacripant. Drôle de loustic. Vaurien. Chenapan. Galapiat. Cabochard. Galopin. Charlot. Gugusse. Pitre.
Il a l'imagination débridée, notre petit Tom ! Il lui en faut peu pour s'enflammer et devenir conquérant des sous-bois, pirate d'eau douce, chasseur de fantômes, voleur de pommes, découvreur de trésors ou héros au grand coeur.
Les grands espaces, la Gloire l'appellent… Mais il y a le goûter qui l'attend, et surtout tante Polly qui risque de se mettre en rogne. Alors, il revient au bercail, tête basse, le coeur brisé, vaincu, la larmichette à l'oeil, se jurant que la prochaine fois il partirait enfin vers le grand large.
Pauvre tante Polly ! qui lui court après, essaie de le raisonner, le punit, lui tape dessus, le protège du mieux qu'elle peut… Mais toujours Tom lui file entre les pattes et s'en va courir les sous-bois pour de nouvelles aventures. Pour sûr ! elle lui doit une grande partie de ses cheveux blancs. Parce qu'avec Huckleberry Finn, son âme damnée, il en fait des conneries, et des belles ! de quoi la faire mourir d'angoisse, et affoler un village entier.
A travers son regard naïf, innocent, et espiègle, nous voyons le monde des adultes qui ne vaut pas tripette. C'est un monde violent, âpre au gain, guindé, frileux, sans imagination ni château en Espagne.
Tom est notre héros, notre grand vengeur, du temps où nous étions hauts comme trois pommes et que nous partions à l'aventure un bâton à la main. C'est que lui, voyez-vous ! à la différence de nous tous, est allé au bout de ses rêves d'enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1218
LydiaB
  01 juillet 2013
J'ai connu les aventures de Tom Sawyer lorsque le dessin animé passait à la télévision.
J'étais bien loin de m'imaginer, à cette époque, qu'il s'agissait d'abord d'un livre datant du XIXe siècle ! Manipulateur, rusé, Tom n'hésite pas à faire tourner en bourrique sa tante Polly pour arriver à ses fins : être libre et aller faire les quatre cent coups avec son ami Huckleberry Finn. Il n'a peur de rien, sauf de Joe l'indien.

Tom Sawyer est le premier roman de Mark Twain (mais pas son premier texte). Il espérait que ce livre, fait pour divertir les jeunes, plairait également aux adultes. Effectivement, on peut en faire une double lecture et y voir de plus près tous les éléments de cette Amérique du XIXe siècle. D'ailleurs, certains épisodes sont graves et abordent des sujets douloureux.
A découvrir ou à redécouvrir !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          936
Foxfire
  21 août 2015
C'est "Aventures de Huckleberry Finn" qui est considéré, à juste titre, comme le chef d'oeuvre de Mark Twain. C'est pourquoi je craignais un peu d'être déçue en lisant "les aventures de Tom Sawyer" après avoir adoré le récit consacré à Huck ; crainte qui a disparu dès les premières pages. S'il est sans doute moins profond que sa suite, "les aventures de Tom Sawyer" n'en est pas moins un chef d'oeuvre.
J'ai retrouvé avec bonheur les qualités d'écriture de Twain. le style est parfait. L'écriture est belle et simple à la fois, respirant le naturel du langage parlé tout en étant soignée.
L'auteur démontre une nouvelle fois son talent de conteur en proposant un récit au rythme enlevé avec un humour irrésistible.
Les personnages sont dessinés avec une grande finesse. Et si j'ai une tendresse particulière pour le personnage de Huck Finn, symbole de liberté, j'ai trouvé le personnage de Tom Sawyer absolument délicieux. Malicieux, espiègle, courageux, doté d'une imagination débordante, il est un peu l'enfant qu'on rêvait d'être au même âge. Pourtant, il n'est jamais idéalisé à l'excès. Ce personnage sonne vrai et juste. Il ment, vole, se montre parfois vaniteux, mais toujours avec une innocence propre à l'enfance.
Même s'il porte sur l'enfance un regard tendre et nostalgique, Twain ne tombe pas dans le simplisme, alternant passages purement humoristiques et séquences plus sombres. le récit oscille ainsi entre un ton joyeux et un ton mélancolique.
Cette ode à la liberté et à l'enfance est aussi une plongée dans la vie d'une petite ville du sud des Etats-Unis au 19ème siècle. Twain n'hésite pas à se moquer de la rigidité morale de la société de l'époque et à pointer ses travers, mais toujours avec un regard tendre et bienveillant et en évitant tout manichéisme (sauf concernant le personnage de l'indien). S'il met à jour l'hypocrisie de la communauté face à certains événements, il sait aussi montrer le sens de la solidarité qui unit les habitants à certaines occasions.
S'il est très ancré dans un contexte particulier, le roman de Twain a une portée universelle et intemporelle.
L'imaginaire et les sentiments de Tom sont ceux de tous les enfants ; les rêves de liberté, les envies d'école buissonnière, les jeux où "on dirait qu'on serait des pirates"...
Plus qu'un livre pour enfants, "les aventures de Tom Sawyer" est un livre sur les enfants. le jeune public s'amusera des bêtises de Tom, tandis que le lecteur adulte se replongera avec un sourire teinté de nostalgie dans le monde merveilleux de l'imaginaire enfantin.
Challenge Variété 29 (catégorie : "un livre qui est devenu une série")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          713
lecassin
  10 décembre 2013
« Tom Sawyer », un roman souvent estampillé « jeunesse » qui devrait être mis entre toutes les mains et particulièrement celles des adultes…
Epris de liberté, le personnage principal n'aime rien moins que l'école, qu'il affectionne tout particulièrement quand elle est buissonnière ; celle là qui consiste à courir les prés et les bois… et les îles de son Mississipi natal à la recherche d'aventures accompagné de son copain, Huckleberry Finn . Une nuit, alors qu'ils sont partis enterrer un chat, ils sont témoins d'un meurtre… Ils décident de ne rien dire par peur de Joe l'Indien.

Symbole de liberté, Tom, certes, mais également symbole de courage : ne sauve-t-il pas sa Dulcinée, Becky, d'une mort certaine ?
Symbole également (pour moi) de rébellion – même si ce n'est pas parfaitement conscientisé par le personnage – contre ce système établi par les adultes pour les adultes dans un de ces états du sud de l'Amérique, puritains, inégalitaires et passablement racistes…
Une première lecture à douze ans, puis une autre un peu plus tard en cours d'anglais, qui m'a toujours ravi ; même lorsque, contribution Babélio oblige, je m'en relis quelques passages pour replonger dans l'ambiance.
Classique et superbe…
Un de mes bouquins préférés de la littérature américaine avec quelques Caldwell et quelques Steinbeck.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          744
Gwen21
  02 juin 2013
Mais qu'est-ce que j'ai ri !
Je dois d'abord vous préciser que j'ai "lu" la version audio de cet incontournable classique de la littérature américaine. Oui, une fois n'est pas coutume je n'ai pu lire la version imprimée, mes mains étant occupées à une autre tâche, à savoir mon repassage ! Oui, "les aventures de Tom Sawyer" fut mon "roman de linge" comme j'aime appeler ces quelques oeuvres qui m'accompagnent pendant ces terribles heures incompressibles et combien inutiles dédiées à cet ingrat labeur...
Ainsi, quel bonheur ce fut pour moi de découvrir le style de Mark Twain et de suivre sur son invitation l'espiègle et désobéissant Tom sur les bords du fleuve Mississippi. Ce même Tom qui, dans mon enfance, avait déjà fait une belle incursion via le dessin animé dédié à ses facéties et à celles de ses amis. ("Tom Sawyer, c'est l'Amérique ! le symbole de la liberté ! etc.", vous vous rappelez, hein ?)
Je fis donc la connaissance d'un personnage de fiction qui ne m'était pas réellement étranger et je pris beaucoup de plaisir à l'écoute de tous les coups tordus et pendables nés de son imagination et aussitôt mis à exécution.
Dans la petite ville de Saint-Petersburg (USA), Tom vit chez sa tante Polly qui, bien que le gourmandant sans arrêt (et pour cause) en raison de ses sempiternelles incartades et bêtises, l'aime comme son fils. Tom a du charisme, c'est un garçon encore bien jeune mais leader dans l'âme et dans les faits ! Pour sécher l'école, faire le beau devant Rebecca (Becky), faire les 400 coups avec ses meilleurs amis Huckleberry Finn et Joe Harper, rosser un petit citadin fraîchement débarqué, déterrer un trésor, errer à minuit dans un cimetière, se cacher dans une maison hantée et se perdre dans une caverne, Tom n'a pas son pareil. Chez lui, la malice est chronique et même quand il est animé des meilleurs intentions, ses actes deviennent facétieux presque malgré eux !
Tout au long de ma "lecture", je n'ai pas cherché à me prémunir de la grande tendresse pour ce garnement que le récit faisait naître en moi et j'ai beaucoup ri devant les trésors d'imagination déployés et devant la témérité de certaines de ses initiatives.
***ALERT SPOILER***
Là où l'auteur m'a vraiment surprise, c'est par la gravité de certains épisodes (car le livre est construit de telle façon que bien qu'il y ait une cohérence d'ensemble, chaque chapitre est plus ou moins dédié à une seule "aventure"). C'est bien à un meurtre perpétré par le terrifiant métis Jo l'Indien auquel assistent Tom et Huckleberry ! C'est bien trois longs jours que Tom et Beckie vont rester prisonniers d'une grotte dans laquelle ils courront le réel risque de périr affamés ! C'est bien le Mississipi que Tom prétendra traverser à la nage en tous sens ! C'est bien un innocent qui s'apprêtera à être condamné à être pendu par le tribunal de Saint-Petersburg !
Autant dire que j'ai vraiment apprécié ce classique parmi les classiques. Je pense aussi, heureux hasard, que la structure du roman en chapitres/épisodes était vraiment parfaitement adaptée pour me servir de "roman de linge" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          662
Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   01 juillet 2013
« Tom ! »
Pas de réponse.
« Tom ! »
Pas de réponse.
« Je me demande où a bien pu passer ce garçon… Allons, Tom, viens ici ! »
La vieille dame abaissa ses lunettes sur son nez et lança un coup d’œil tout autour de la pièce, puis elle les remonta sur son front et regarda de nouveau. Il ne lui arrivait pratiquement jamais de se servir de ses lunettes pour chercher un objet aussi négligeable qu’un jeune garçon. D’ailleurs, elle ne portait ces lunettes-là que pour la parade et les verres en étaient si peu efficaces que deux ronds de fourneau les eussent avantageusement remplacés, mais elle en était très fière. La vieille dame demeura un instant fort perplexe et finit par reprendre d’une voix plus calme, mais assez haut cependant pour se faire entendre de tous les meubles :
« Si je mets la main sur toi, je te jure que… »
Elle en resta là, car, courbée en deux, elle administrait maintenant de furieux coups de balai sous le lit et avait besoin de tout son souffle. Malgré ses efforts, elle ne réussit qu’à déloger le chat.
« Je n’ai jamais vu un garnement pareil ! »
La porte était ouverte. La vieille dame alla se poster sur le seuil et se mit à inspecter les rangs de tomates et les mauvaises herbes qui constituaient tout le jardin. Pas de Tom.
« Hé ! Tom », lança-t-elle, assez fort cette fois pour que sa voix portât au loin.
Elle entendit un léger bruit derrière elle et se retourna juste à temps pour attraper par le revers de sa veste un jeune garçon qu’elle arrêta net dans sa fuite.
« Je te tiens ! J’aurais bien dû penser à ce placard. Que faisais-tu là-dedans ?
– Rien.
– Rien ? Regarde-moi tes mains, regarde-moi ta bouche. Que signifie tout ce barbouillage ?
– Je ne sais pas, ma tante.
– Eh bien, moi je sais. C’est de la confiture. Je t’ai répété sur tous les tons que si tu ne laissais pas ces confitures tranquilles, tu recevrais une belle correction. Donne-moi cette badine. »
La badine tournoya dans l’air. L’instant était critique.
« Oh ! mon Dieu ! Attention derrière toi, ma tante ! »
La vieille dame fit brusquement demi-tour en serrant ses jupes contre elle pour parer à tout danger. Le gaillard, en profitant, décampa, escalada la clôture en planches du jardin et disparut par le chemin. Dès qu’elle fut revenue de sa surprise, tante Polly éclata de rire.
« Maudit garçon ! Je me laisserai donc toujours prendre ! J’aurais pourtant dû me méfier. Il m’a joué assez de tours pendables comme cela. Mais plus on vieillit, plus on devient bête. Et l’on prétend que l’on n’apprend pas aux vieux singes à faire la grimace ! Seulement, voilà le malheur, il ne recommence pas deux fois le même tour et avec lui on ne sait jamais ce qui va arriver. Il sait pertinemment jusqu’où il peut aller avant que je me fâche, mais si je me fâche tout de même, il s’arrange si bien pour détourner mon attention ou me faire rire que ma colère tombe et que je n’ai plus aucune envie de lui taper dessus. Je manque à tous mes devoirs avec ce garçon-là. Qui aime bien, châtie bien, dit la Bible, et elle n’a pas tort. Je nous prépare à tous deux un avenir de souffrance et de péché : Tom a le diable au corps, mais c’est le fils de ma pauvre sœur et je n’ai pas le courage de le battre. Chaque fois que je lui pardonne, ma conscience m’adresse d’amers reproches et chaque fois que je lève la main sur lui, mon vieux cœur saigne. Enfin, l’homme né de la femme n’a que peu de jours à vivre et il doit les vivre dans la peine, c’est encore la Bible qui le dit. Rien n’est plus vrai. Il va de nouveau faire l’école buissonnière tantôt et je serai forcée de le faire travailler demain pour le punir. C’est pourtant rudement dur de le faire travailler le samedi lorsque tous ses camarades ont congé, lui qui a une telle horreur du travail ! Il n’y a pas à dire, il faut que je fasse mon devoir, sans quoi ce sera la perte de cet enfant. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Eric76Eric76   22 août 2019
Non loin de là, une stalagmite s'élevait, lentement édifiée à travers les âges par l'eau qui coulait goutte à goutte d'une stalactite. Le prisonnier avait brisé la pointe de la stalagmite et y avait placé une pierre dans laquelle il avait creusé un trou pour recueillir la goutte précieuse qui tombait là toutes les trois minutes avec la régularité d'une clepsydre. Une cuillérée en vingt-quatre heures. Cette goutte tombait déjà lorsque les pyramides furent construites, lorsque Troie succomba, lorsque l'Empire romain fut fondé, lorsque le Christ fut crucifié, lorsque Guillaume le Conquérant créa l'empire britannique, lorsque Christophe Colomb mit à la voile, lorsqu'eut lieu le massacre de Lexington. Elle tombe encore. Elle continuera de tomber lorsque tout ce qui nous entoure aura sombré dans la nuit épaisse de l'oubli. Tout sur cette terre a-t-il un but, un rôle à jouer pour le futur ? Cette goutte n'est-elle tombée patiemment pendant cinq-mille ans que pour étancher la soif d'un malheureux humain ? Aura-t-elle une autre mission dans dix-mille-ans ? ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Eric76Eric76   05 août 2019
Le bulletin terminé, le révérend Sprague s’attaqua à la prière du jour. Quelle belle et généreuse prière, et si détaillée, si complète ! Le pasteur intercéda en faveur de l’église et de ses petits enfants de la congrégation ; en faveur des autres églises du village ; en faveur du village lui-même, du comté, de l’État, des fonctionnaires, des États-Unis, des églises des États-Unis, du Congrès, du Président, des fonctionnaires du gouvernement, des pauvres marins ballotés par les flots courroucés, en faveur des millions d’êtres opprimés par les monarques européens et les despotes orientaux, de ceux qui avaient des yeux et ne voulaient pas voir, de ceux qui avaient des oreilles et ne voulaient pas entendre, en faveur des païens des îles lointaines. Il acheva sa prière en souhaitant que ses vœux fussent exaucés et que ses paroles tombassent comme des graines sur un sol fertile. Amen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
ChrichrilectureChrichrilecture   23 octobre 2016
DU MISSOURI A L’ALARAMA
Alabama, adieu ! Je t’aime !
Mais je dois te quitter pour un temps !
De tristes, tristes pensées de toi, s’enfle mon cœur,
Et les souvenirs brulants se pressent sur mon front.
Car j’ai souvent marché dans tes forets fleuris,
Et lu, et rêvé, près du ruisseau de la talapoosa.
Ecouter les flots furieux de la Tallassee
Et courtiser près de Coosa, le rayon d’Aurore.
Je n’ai point de honte à porter ce cœur trop plein,
Zr je rougis pas de me cacher derrière ses yeux remplis de larmes.
Ce n’est pas un pays étranger que je dois maintenant quitter.
Ce ne sont pas des étrangers à qui vont ces soupirs.
Foyer et bon accueil été miens partout en cet état
Dont je dois abandonner les vallées dont les clochers s’éloignent si vite de moi
Et bien froids seront alors mes yeux, et mon cœur, et ma téte
S’ils viennent un jour a etre froids pour toi cher Alabama.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
stcyr04stcyr04   18 août 2013
Tom se dit qu’après tout l’existence n’était pas si mauvaise. Il avait découvert à son insu l’une des grandes lois qui font agir les hommes, à savoir qu’il suffit de leur faire croire qu’une chose est difficile à obtenir pour allumer leur convoitise. Si Tom avait été un philosophe aussi grand et aussi profond que l’auteur de ce livre, il aurait compris une fois pour toutes que travailler c’est faire tout ce qui nous est imposé, et s’amuser exactement l’inverse. Que vous fabriquiez des fleurs artificielles ou que vous soyez rivé à la chaîne, on dira que vous travaillez. Mais jouez aux quilles ou escaladez le mont Blanc, on dira que vous vous amusez. Il y a en Angleterre des messieurs fort riches qui conduisent chaque jour des diligences attelées à quatre chevaux parce que ce privilège leur coûte les yeux de la tête, mais si jamais on leur offrait de les rétribuer, ils considéreraient qu’on veut les faire travailler et ils démissionneraient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Mark Twain (106) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Twain
Extrait d'une lecture de «Cette maudite race humaine», par Jörn Cambreleng., accompagnée par Carjez Gerretsen à la clarinette, donnée le 6 février 2018 à la Maison de la Poésie - Scène littéraire.
autres livres classés : mississippiVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les aventure de Tom Sawyer

Quel est le prénom de Tom ?

Tom
thomas
willi
victor

3 questions
120 lecteurs ont répondu
Thème : Les aventures de Tom Sawyer de Mark TwainCréer un quiz sur ce livre
.. ..