AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782818504734
329 pages
Éditeur : Fayard (03/04/2018)
4/5   19 notes
Résumé :
Écrit au ive siècle avant J.-C., à l’époque des « Royaumes combattants », dans une Chine en pleine effervescence commerciale et culturelle, L’Art de la guerre n’est pas seulement un traité de stratégie. Si nous le lisons encore avec fascination, c’est parce qu’il représente une leçon de sagesse, un art de vivre, et constitue un véritable système philosophique.
Cette traduction est l’édition de référence de Jean Lévi. Elle restitue toute la force littéraire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Morphil
  15 octobre 2021
J'avoue avoir lu ce livre attiré par cette phrase : connais ton ennemi et connais toi toi-même...
Je ne suis guère attiré par l'art de la guerre, je suis un piètre stratège, un rouge dans la théorie des couleurs.
Sun Tzu élargit le champs pour nous amener à une réflexion sur soi, un combat qu'on livrerai contre nous-même
Mon objectif était d'aider un ami qui faisait sa thèse d'histoire sur la place des boucs émissaire dans le monde et je devais lire un certain nombre d'ouvrage dont mein Kampf. Hors la phrase qui m'avais motivé, quelques réflexions ont éclairé ma lecture de ce pamphlet et m'aide aujourd'hui pour la lecture d'ouvrages polémique plus actuels.
Mise en garde, la lecture n'est pas si aisé que ça, nous sommes très éloigné de ce mode de penser, il faut souvent relire plusieurs fois et transposer.
Quoiqu'il en soit, c'est un ouvrage précieux.
Commenter  J’apprécie          210
PenielKatombe
  06 juillet 2021
Cordiales salutations.
C'est avec un livre tout à fait atypique que je fais mes débuts sur Babelio aujourd'hui, car oui je suis nouveau par ici, quoique je tienne depuis un long moment déjà un blog littéraire où je publie mes avis de lecture, avec pour crédo : ne tirer que le meilleur de chaque livre.
L'art de la guerre de Sun Tzu, on ne le présente plus. C'est une sortes de traité, un essai célèbre sur la stratégie militaire. Vous lirez sur google que c'est le plus ancien ouvrage sur la question.
Mais, vous vous en doutez, ce livre ne doit pas son succès qu'à ce qu'il parle de stratégie militaire. Sinon, il n y aurait que les militaires qui le liraient. le truc c'est que ce livre s'adresse à tous. Ne dit-on pas que les combats de la vie ne se mènent pas tous sur un ring ?
J'ai donc extrait de cet ouvrage quelques citations, phrases, et mots, que j'ai choisis de commenter pour une utile application tous les jours. Enfin, selon ma comprenette, quoi.

Le général chinois, Sun TZU, dit :
" Ne différez pas de livrer le combat , n'attendez pas que vous armes contractent la rouille ,ni que le tranchant de vos épées s'émousse."
Si vous pensez à la procrastination , cette tendance paresseuse à tout remettre à plus tard, vous n'avez pas tort. Mais , il faudrait voir là aussi, et surtout, de la peur. Cette peur qui nous paralyse souvent pour affronter nos rêves , pour amorcer les plans d'action de nos objectifs.
s'il est des gens qui coupent court les hésitations et jettent carrément l'éponge , il existe un type des gens qui préfère retarder l'accomplissement de leurs rêves, leurs objectifs, par peur.
Sun Tzu les prévient; vos armes pourraient contracter la rouille: c'est la vieillesse, la mort, la perte d'une opportunité inouïe, et l'on s'entend dire après: si je pouvais.
Un conseil : maintenant est le moment.
" La victoire est le principal objectif de la guerre "
Cette phrase toute simple peut s'avérer être un puissant mantra lorsque vous êtes au bord de l'abandon ou même au début d'une aventure.
Sun Tzu dit, tachez d'être jusqu'au-boutiste.
" S'il s'agit de prendre une ville , hâtez-vous d'en faire le siège; ne pensez qu'à cela, dirigez là toutes vos forces"
Quand vous vous êtes fixé un objectif précis ,n'éparpillez plus vos énergies , de sorte à suivre plusieurs lièvres à la fois. vous vous épuiserez vite.
Bien plus, ne soyez pas mous dans la poursuite de vos rêves, travaillez y rudement.
" Il est d'une importance suprême dans la guerre d'attaquer la stratégie de l'ennemi "
Si vous êtes dans un rapport de force ou dans un contexte concurrentiel, comme il nous arrive à tous de l'être parfois , soit dans un cadre professionnel , ou dans d'autre cadres, souvenez-vous que la meilleure des stratégies est d'attaquer la stratégie de l'ennemi.
D'où, prenez le temps de connaitre celui que vous affrontez.
Tachez aussi de connaitre la stratégie idéale par laquelle il convient d'aborder votre objectif fixé. Connaissez-la et affrontez-là.
" Imitez la vigilance, l'activité, l'ardeur et l'opiniâtreté des fourmis. "
Avez-vous remarqué , bien observé , llescolonies des fourmis ? Elles font réellement preuve de ces qualités qui peuvent vous être très utiles.
Il suffit d'en toucher une, même distraitement, pour que toutes se dispersent. C'est de la vigilance.
L'activité des fourmis est légendaire, elles sont très rarement molles et flemmardes. C'est aussi de l'ardeur.
Et même quand vous les dispersez , si l'objet de leur convoitise n'est pas déplacé , ne vous en faites pas , elles reviendront presque tout aussi nombreuses. Vous l'avez compris, c'est l'opiniâtreté.
" Savoir faire sortir le courage et la valeur du milieu de la poltronnerie et de la pusillanimité ,c'est être héros soi-même; c'est être plus que héros, c'est être au dessus des plus intrépides. "
Le moulin de notre propre courage se trouve en nous. Broyer la couardise et la lâcheté pour voir sortir du courage est à notre pouvoir.
Sun Tzu dit encore :
" La victoire peut être créée "
Voici encore un mantra dont je me suis approprié . Quand je fais face à des impasses, des sortes de cul-de-sac vraisemblablement insurmontables, je me rappelle toujours que la victoire peut être créée.
" L'eau , dans son cours, suit la situation du terrain dans lequel elle coule "
De même , vous devez vous adapter au terrain sur lequel vous vous mouvez.
Personnellement , je n'aime pas avoir de plan d'attaque bien établi à l'avance au millimètre près. J'aime mieux m'adapter aux situations qui se présentent et ne pas avoir de surprise.
En effet Sun Tzu dit : Un bon général ne doit jamais dire : quoi qu'il arrive , je ferai telle chose , j'irai là, j'attaquerai l'ennemi telle place . La circonstance seule doit le déterminer. [ ... ] Chaque jour, chaque occasion, chaque circonstance demande une application particulière des même principes.
" Il peut arriver [ ...] que vous vous trouviez engagé mal à propos, gardez-vous bien alors de prendre la fuite , elle causerait votre perte , périssez plutôt que de reculer , vous périrez au moins glorieusement. "
Voilà. Il ne pensait pas si bien dire., n'est-ce pas?
Après vous être engagé dans une entreprise, une aventure, peu importe ce qui advient par après, ne prenez jamais vos jambes au cou
Mieux vaut mal poursuivre que de reculer . Parfois, qui sait, on pourrait apprendre en chemin.
" Quelque critique que puisse être la situation où vous vous trouvez , ne désespérez de rien; c'est dans les occasions où tout est à craindre qu'il ne faut rien craindre, c'est lorsqu'on est environné de tous les dangers, qu'il n'en faut redouter aucun . C'est lorsqu'on est sans aucune ressource qu'il faut compter sur toutes. "
Entretenez l'énergie positive en vous. Imaginez les conséquences pour un peuple d'avoir au front de combat, une armée grouillant d'hommes abattus et pessimistes. Tachez de rester positif , et de boucher les oreilles sur les prédilections de malheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
steka
  13 février 2019
Il ne semble pas abusif de considérer désormais cette édition du Sun Tzu comme la référence en français de ce célèbre ouvrage. Le travail d'accompagnement réalisé par Jean Lévi est tout à fait remarquable, que ce soit au niveau de la présentation du contexte, des sources et des nombreux commentaires qu'a suscité ce texte. De nombreux malentendus et interprétations erronées sont ici levés, redonnant sens à ce qui pouvait parfois paraître extrêmement vaporeux. On n'insistera jamais assez sur le fait que l'option consistant à penser que l'on puisse trouver dans un ouvrage ayant traversé les siècles des passages démunis de toute signification est à écarter. Le problème vient toujours d'ailleurs : soit de notre propre manque de discernement ou de notre ignorance, soit de problèmes de transcription ou de traduction; cette seconde possibilité ayant, en outre, l'indéniable avantage de pouvoir préserver notre amour-propre ...
Commenter  J’apprécie          30
Platonicien94
  06 mars 2021
Ce livre n'est pas des plus passionnants. Il traite de la stratégie militaire et du comportement à adopter envers la hiérarchie, comment agir avec les subordonnées, comment et pourquoi les récompenser, les châtier, comment agir avec les peuples vaincus, dans une optique d'expansion prudente et sagement maîtrisée. Garder des coups d'avance sur l'adversaire. Etudier le terrain, ses points forts, ses points faibles, structurer ses actions. L'art de l'espionnage, la manipulation. A la guerre, tous les coups ne sont pas permis!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PartempsPartemps   01 mai 2020
L’espace n’est pas moins digne de notre attention que le temps ; étudions le bien, et nous aurons la connaissance du haut et du bas, du loin comme du près, du large et de l’étroit, de ce qui demeure et de ce qui ne fait que passer.

J’entends par commandement, l’équité, l’amour pour ceux en particulier qui nous sont soumis et pour tous les hommes en général ; la science des ressources, le courage et la valeur, la rigueur, telles sont les qualités qui doivent caractériser celui qui est revêtu de la dignité de général ; vertus nécessaires pour l’acquisition desquelles nous ne devons rien négliger : seules elles peuvent nous mettre en état de marcher dignement à la tête des autres.

Aux connaissances dont je viens de parler, il faut ajouter celle de la discipline. Posséder l’art de ranger les troupes ; n’ignorer aucune des lois de la subordination et les faire observer à la rigueur ; être instruit des devoirs particuliers de chacun de nos subalternes ; savoir connaître les différents chemins par où on peut arriver à un même terme ; ne pas dédaigner d’entrer dans un détail exact de toutes les choses qui peuvent servir, et se mettre au fait de chacune d’elles en particulier. Tout cela ensemble forme un corps de discipline dont la connaissance pratique ne doit point échapper à la sagacité ni aux attentions d’un général.

Vous donc que le choix du prince a placé à la tête des armées, jetez les fondements de votre science militaire sur les cinq principes que je viens d’établir. La victoire suivra partout vos pas : vous n’éprouverez au contraire que les plus honteuses défaites si, par ignorance ou par présomption, vous venez à les omettre ou à les rejeter.

Les connaissances que je viens d’indiquer vous permettront de discerner, parmi les princes qui gouvernent le monde, celui qui a le plus de doctrine et de vertus ; vous connaîtrez les grands généraux qui peuvent se trouver dans les différents royaumes, de sorte que vous pourrez conjecturer assez sûrement quel est celui des deux antagonistes qui doit l’emporter ; et si vous devez entrer vous-même en lice, vous pourrez raisonnablement vous flatter de devenir victorieux.

Ces mêmes connaissances vous feront prévoir les moments les plus favorables, le temps et l’espace étant conjugués, pour ordonner le mouvement des troupes et les itinéraires qu’elles devront suivre, et dont vous réglerez à propos toutes les marches. Vous ne commencerez ni ne terminerez jamais la campagne hors de saison. Vous connaîtrez le fort et le faible, tant de ceux qu’on aura confiés à vos soins que des ennemis que vous aurez à combattre. Vous saurez en quelle quantité et dans quel état se trouveront les munitions de guerre et de bouche des deux armées, vous distribuerez les récompenses avec libéralité, mais avec choix, et vous n’épargnerez pas les châtiments quand il en sera besoin.

Admirateurs de vos vertus et de vos capacités, les officiers généraux placés sous votre autorité vous serviront autant par plaisir que par devoir. Ils entreront dans toutes vos vues, et leur exemple entraînera infailliblement celui des subalternes, et les simples soldats concourront eux-mêmes de toutes leurs forces à vous assurer les plus glorieux succès.

Estimé, respecté, chéri des vôtres, les peuples voisins viendront avec joie se ranger sous les étendards du prince que vous servez, ou pour vivre sous ses lois, ou pour obtenir simplement sa protection.

Également instruit de ce que vous pourrez et de ce que vous ne pourrez pas, vous ne formerez aucune entreprise qui ne puisse être menée à bonne fin. Vous verrez, avec la même pénétration, ce qui sera loin de vous comme ce qui se passera sous vos yeux, et ce qui se passera sous vos yeux comme ce qui en est le plus éloigné.

Vous profiterez de la dissension qui surgit chez vos ennemis pour attirer les mécontents dans votre parti en ne leur ménageant ni les promesses, ni les dons, ni les récompenses.

Si vos ennemis sont plus puissants et plus forts que vous, vous ne les attaquerez point, vous éviterez avec un grand soin ce qui peut conduire à un engagement général ; vous cacherez toujours avec une extrême attention l’état où vous vous trouverez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PartempsPartemps   01 mai 2020
Cinq choses principales doivent faire l’objet de nos continuelles méditations et de tous nos soins, comme le font ces grands artistes qui, lorsqu’ils entreprennent quelque chef-d’œuvre, ont toujours présent à l’esprit le but qu’ils se proposent, mettent à profit tout ce qu’ils voient, tout ce qu’ils entendent, ne négligent rien pour acquérir de nouvelles connaissances et tous les secours qui peuvent les conduire heureusement à leur fin.

Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes, nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.

La doctrine fait naître l’unité de penser ; elle nous inspire une même manière de vivre et de mourir, et nous rend intrépides et inébranlables dans les malheurs et dans la mort.

Si nous connaissons bien le temps, nous n’ignorerons point ces deux grands principes Yin et Yang par lesquels toutes les choses naturelles sont formées et par lesquels les éléments reçoivent leurs différentes modifications ; nous saurons le temps de leur union et de leur mutuel concours pour la production du froid, du chaud, de la sérénité ou de l’intempérie de l’air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   13 février 2019
Notre démarche répond à un double objectif : littéraire tout d'abord, rendre la concision et la force de l'original; historique ensuite, replacer le Sun-tzu dans son contexte, en le faisant entrer en résonance, si l'on peut dire, avec les autres penseurs chinois afin de montrer comment il s'inscrit dans une réflexion globale dans laquelle rhétorique, diplomatie, commerce, politique et contrôle de soi se répondent. (Avertissement de Jean Lévi)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   13 février 2019
De sorte qu'au moment où se forme la pensée stratégique, la supériorité de la force - des principes masculins - est fortement contestée sur le terrain même où elle est censée s'exercer. Si l'on préfère, en Chine, l'art militaire est né avec cette interrogation : et si le fort (le dur) ne l'était qu'en apparence ?
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   13 février 2019
Société militarisée à l'extrême, la Chine d'alors baigne dans un univers de suspicion et d'intrigues, de tractations secrètes, de manigances, de ruses retorses, de démarches biaises, de pièges à double ou triple fond.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Sun Tzu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sun Tzu
"L'art de la guerre" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.
autres livres classés : connaissanceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
371 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre