AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756014192
Éditeur : Delcourt (24/09/2008)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 106 notes)
Résumé :
"Alors qu’il se rend aux funérailles de son grand-père, Daikichi apprend que ce dernier avait eu, dans les dernières années de sa vie, une relation avec une jeune femme. De cet amour est né une petite fille, Rin, qui a désormais six ans. Rin est donc la fille de son grand père, mais aucun membre de la famille ne veut s’occuper d’elle. Daikichi, touché par la situation de la petite fille, décide de la prendre en charge. Une nouvelle vie commence alors pour le jeune h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
  14 juin 2013
Daikichi, jeune célibataire de 30 ans, découvre avec stupéfaction à la mort de son grand-père que ce dernier a une fille de 6 ans. Une fille dont la maman a disparu sans laisser de trace et dont le père vient de décéder à 79 ans. Une fille qui n'est autre que sa tante ! Après la cérémonie funéraire, la famille se réunit pour décider du sort de l'enfant. Personne ne semble disposé à l'accueillir. Furieux de constater que chacun se trouve une excuse pour se défausser, Daikichi est déterminé à prendre en charge la petite Rin. Commence alors une drôle de cohabitation entre un garçon n'ayant jamais eu de contact avec des enfants et une gamine taciturne en manque d'affection. Mais peu à peu ces deux-là vont trouver leurs repères et commencer à s'apprivoiser mutuellement.
Alors que l'auteure aurait pu orienter son histoire vers un registre purement humoristique en jouant sur le bouleversement engendré par l'intrusion d'une fillette dans la vie d'un célibataire endurci, elle a préféré faire preuve de davantage de finesse. Sont notamment abordés des problèmes très concrets comme le besoin de trouver une garderie ou les vêtements à acheter. Il y a également les questions que se pose Rin par rapport à la mort, les interrogations de Daikichi sur la carrière brillante qu'il va peut-être devoir mettre entre parenthèse... L'air de rien, cela amène une réflexion sur la responsabilité individuelle et l'égoïsme de la société japonaise qui laisse bien peu de place à l'altruisme. Tout cela sans donner de leçon, avec beaucoup d'humanité et en ne forçant le trait à aucun moment.

Au niveau graphique, j'ai apprécié le dessin de Yumi Unita, finalement assez proche de la ligne claire européenne. C'est simple, d'une grande lisibilité. de plus, l'absence quasi systématique de décor n'est pas un handicap, au contraire, ce coté épuré permet de recentrer l'attention sur les expressions et les attitudes des personnages.

Un manga instructif, intelligent et touchant qui porte un regard lucide sur la place difficile qu'occupe la parentalité dans le Japon d'aujourd'hui. J'ai maintenant hâte de connaître la suite !

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
babel95
  02 septembre 2017
On rencontre rarement la femme de sa vie à l'enterrement de son grand-père. La femme ? pour Daikichi, trente ans, célibataire, il s'agirait plutôt de la « toute petite fille de sa vie ». En effet, lors des obsèques de Sochi Kaga, mort à soixante-dix neuf ans, sa famille éberluée apprend qu'il vivait avec Rin, sa fille, âgée de cinq ans. Que vont penser les voisins ? c'est le premier réflexe de la mère de Daikichi lorsqu'elle découvre l'existence de sa demi-soeur. Alors que la famille se déchire et que personne ne souhaite prendre en charge Rin, Daikichi – portrait craché de son grand-père – à la surprise générale, décide de repartir avec la fillette. Dans ses bagages, le carnet de santé de Rin qui comporte le nom de sa maman, et quelques vêtements. Et c'est le début d'une grande aventure pour Daikichi et Rin, qui doivent apprendre à se connaître, à cohabiter. La vie du trentenaire, célibataire, préoccupé principalement par son travail va basculer lorsqu'il doit apprendre à gérer la vie d'une petite fille : choisir la garderie la plus pratique, acheter toute une garde-robe pour Rin, aménager son appartement mais surtout aménager son emploi du temps ! Alors que la tâche ne s'annonce pas des plus faciles - Daikichi va devoir changer de travail et faire des choix, le jeune homme découvre qu'il pourra compter sur l'aide de collègues de travail, sur les conseils d'autres parents isolés, et surtout sur l'appui de sa mère, qui, un peu déroutée par l'arrivée de sa « demi-soeur », va être rapidement conquise par la petite fille.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire Un drôle de père, de Yumi Unita. J'ai trouvé que les thèmes principaux de ce manga joseil, l'amour familial, l'éducation avaient été particulièrement bien traités, avec beaucoup d'humanité et énormément d'humour. Les personnages principaux, les enfants, sont particulièrement bien dessinés - les rapports Daikichi/Rin bien mis en valeur.
J'ai beaucoup aimé découvrir la vie quotidienne d'un petit enfant et de ses parents au Japon à travers ce manga.

A noter, des « clés de compréhension », à la fin de l'ouvrage, permettent à tous ceux qui aiment le Japon et sa culture d'aller plus loin : elles expliquent certains mots de la vie courante, tels ayatori (jeu avec de petites ficelles), onigiri (boulettes de riz) ou mochi (préparation à base de riz) . Les façons de se comporter au Japon (comment on s'adresse à une personne, comment on vit en période de deuil, font l'objet d'explications détaillées.
J'ai hâte de retrouver très vite Daikichi et Rin… et de savoir comment va se passer la rentrée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Lagagne
  15 février 2014
Un excellent manga qui se lit vite et bien, et met en scène des sujets qui ne sont pas si simples.
La petite Rin, enfant innocente de 6 ans devenue orpheline, se retrouve près d'être placée en institution alors qu'elle fait partie d'une grande famille. Oui mais voilà, elle est une enfant cachée et personne ne veut s'occuper d'elle. Personne sauf Daikichi, surprenant célibataire de 30 ans, qui ne supporte pas l'attitude de sa famille à l'égard de cette petite et décide de la prendre avec lui. Mais cette décision est impulsive, et ce n'est pas simple de se retrouver d'un coup père lorsque l'on a aucune affinité avec les enfants.
Cette situation est dessinée avec tendresse et simplicité. le quotidien y est bien esquissé. Cela fait du bien de lire un manga posé, ou la violence et la sexualité sont absents (ou quasi, il est juste mentionné que Daikichi n'est pas à l'aise avec les femmes).
J'ai été touchée par cette histoire et lirai très certainement la suite.
Commenter  J’apprécie          120
LireEnBulles
  20 août 2017
Un drôle de père est de la mangaka Yumi Unita, japonaise née en 1972. Après ses études au lycée, elle entra à l'Université de Nagoya où elle fait des études de stylisme. Après avoir décroché son diplôme, elle travailla pendant quatre ans dans l'univers de la publicité. En 1998, elle se fait remarquer par Hakusensha, maison d'édition japonaise, qui publia sa première nouvelle intitulée Voice. À la suite de plusieurs publications d'histoires courtes, Unita décide de s'essayer dans les récits plus longs. En 2001, sort Sukima Suki, un one-shot sur fond de romance, en 2003, sort deux histoires Toribako House et Yonin Gurashi, respectivement deux et quatre tomes. À ce jour, sa série la plus longue est celle d'Un drôle de père, publié entre 2005 et 2011 qui donnera naissance à une série animée en 2001 ainsi qu'un film live-action la même année. le titre est disponible en dix tomes aux éditions Delcourt depuis 2012. Actuellement, la jeune femme vit toujours à Mie avec son mari et ses enfants. 
Bien, maintenant que les présentations sont faites, parlons de l'histoire d'Un drôle de père, qui raconte comment Daikuchi, 30 ans, de retour à la maison de son grand-père pour ses funérailles, découvre que ce dernier a eu une petite fille de six ans, prénommée Rin. La petite, aussi innocente soit-elle, provoque un sentiment d'embarras au sein de la famille qui la rejette, puisqu'elle est la fille illégitime du pépé et de mère inconnue. Agacé par l'attitude de sa famille, Daikichi décide de prendre Rin sous son aile, et de s'en occuper. En prenant cette décision, précipitée, Daikichi n'imagine pas que son quotidien et son for intérieur vont être chamboulés.
Commençons par parler des personnages comme Daikichi, par exemple, qui est une célibataire trentenaire travaillant pour une grande boîte et qui a du mal à s'assumer lui-même. En ouvrant le bouquin je ne m'attendais à rien, ou à pas grand-chose. le récit commence doucement, on découvre à travers Daikichi que sa famille n'est pas banale entre sa grande soeur qui hurle et la fille de cette dernière qui qui hurle encore plus il y a de quoi se demander si Daiki n'est pas le plus normal de tous.
Ce qui frappe en premier est la partie graphique qui est banale. Les traits sont simples, ronds par moments pour donner de la douceur aux personnages comme Rin et les autres enfants, et des traits plus carrés pour définir les adultes. Pourtant, au fur et à mesure de la lecture, la magie opère et on finit par se dire que cette histoire ne pourrait pas avoir de dessin plus complexe, car au final c'est un manga dont le graphisme et l'histoire sont mis en page pour son côté humain et réaliste des thèmes. Car des thèmes, il y en a. Entre celui de la mort d'un être cher et de son impact sur l'enfant en pleine construction, de celui du monde des parents, du divorce, du mariage, du travail, et de l'absence d'une mère dont on ne sait rien, c'est avant tout l'humanisme et les tracas de la vie quotidienne qui prédomine dans la série. Alors que cela pourrait paraître ennuyeux, on réalise que non, avoir un enfant que ce soit dès la naissance ou après adoption, rien n'est simple et rien ne sera plus jamais comme avant.
Le personnage de Rin, est une petite fille qui parait à première vue froide quand on la rencontre aux funérailles, voire renfermée. Puis, peu à peu on comprend la raison de son attitude, et on se dit que oui un enfant s'est sensible au monde qui l'entoure et que leur cerveau pense déjà à des choses compliquées. Par exemple, le sens de certains mots ou de certaines situations, la question de la mort de ceux qui régissent leur quotidien, et puis la leur aussi. En allant vivre avec Daiki, Rin s'ouvre peu à peu et n'hésite pas à plusieurs reprises à jouer le rôle d'adulte en prenant soin de son « père ».
Ce sont dans ces petites scènes du quotidien, les moments de complicités entre Rin et Daikichi, que l'on se laisse porter par l'émotion qui se dégage de l'histoire. Les mille questions que Daiki se pose chaque jour sur comment élever un enfant, mais aussi sur sa vision de sa propre vie, sont pertinentes et bien misent en avant. Au milieu du tome, on découvre d'autres personnages, secondaires ici, mais dont je ne vous en parlerai pas pour ne pas vous spoiler. Arriver à la fin de ce premier tome j'étais tellement ravie par cette histoire, pour ne pas dire en amour, que je me suis sentie frustrée de ne pas avoir la suite sous la main. Maintenant j'ai hâte que la bibliothèque ouvre mardi pour pouvoir me procurer la suite !
En conclusion, ce premier tome d'Un drôle de père est une véritable pépite, un gros coup de coeur pour ma part, qui devrait en intéresser plus d'un entre vous. En tout cas, j'espère que si vous avez la chance de tomber sur cette série que vous ne passerez pas à côté. C'est simple mais efficace, doux, réfléchi, éducatif, touchant, bref, je crois que la liste des adjectifs est trop longue tant j'ai adoré cette découverte. 
Lien : http://wp.me/p8tDdS-2ke
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Shan_Ze
  05 mars 2014
Daikichi Kawachi a 30 ans, célibataire et il fait des heures supplémentaires à son boulot. A l'enterrement de son grand-père, il fait la connaissance de Rin Kaga, 6 ans, la fille illégitime de son grand-père. Comme personne ne veut s'occuper d'elle, il décide de devenir le tuteur de la petite fille.
Devenir directement père à 30 ans d'une petite fille de 6 ans, ce n'est pas facile. Daikichi découvre la difficulté de s'occuper d'un enfant, les sacrifices qu'il faut faire. Il comprend alors les femmes qui sacrifient leur travail pour s'occuper de leurs enfants.
La relation entre un père/tuteur et son enfant est abordée quand Daikichi essaye de comprendre Rin pour pouvoir combler les besoins de Rin ou de trouver des solutions pour s'occuper d'elle.
Des dessins curieux parce qu'ils m'ont paru au premier abord froids mais Yumi Unita possède assez d'humour pour rendre ses dessins plus vivants et chaleureux. Un scénario très original mais en même temps tellement ordinaire parce que c'est le quotidien de beaucoup de parents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MeroMero   18 juillet 2013
J'entends encore maman prononcer ce mot... " Tu n'imagines pas tout ce que j'ai sacrifié pour vous élever ! ". Je m'en souviens parfaitement parce que sur le coup ça m'a choqué. En imaginant qu'elle ait été sincère... Ça voudrait dire qu'elle a renoncé à une partie de sa vie pour nous ? C'est ça, élever un enfant ? J'ignore si c'est sorti du fond de son coeur ou si elle a dit ça sous l'emprise de la colère et je comprends que ça ait pu être difficile, mais ça m'a quand même fait de la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
isa120268isa120268   05 septembre 2015
Moi qui viens souvent dans ce magasin, je n'avais jamais remarqué qu'il y avait autant de gamins...
En principe, je déteste les enfants, je ne m'entends pas très bien avec eux... Alors, je n'y fais pas attention...
D'ailleurs, avec les filles aussi j'ai du mal... Pourtant, elles, j'y fais attention !
MAIS ALORS... L'ANIMAL QUE JE TIENS PAR LA MAIN EST DE LA PIRE ESPÈCE ! C'est presque un ennemi naturel ! Un enfant et de surcroît, une fille !
Ca m'apprendra à agir sur un coup de tête !! Je ne vais jamais m'en sortiiiir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
babel95babel95   02 septembre 2017
Depuis que Rin habite avec moi, je fais attention au contenu des programmes télé. Evidemment j'évite les films érotiques. Mais je fais aussi attention aux journaux télévisés car il y a des images que je ne veux pas qu'elle voit. Les émissions spéciales comme celles consacrées aux mesures à prendre en cas de tremblement de terre suscitent apparemment la peur chez les enfants ; en tout cas elles font très peur à Rin. Alors je les évite aussi. Rien que leur bande annonce sur fond de musique sinistre suffit à la terrifier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MeroMero   18 juillet 2013
Ce n'est qu'une enfant après tout, il y a plein de choses qu'elle ne peut pas comprendre. Comme les raisons qui ont poussé sa mère à partir ou la mort de pépé. Tout ce qu'elle voit, c'est qu'ils l'ont laissée... toute seule.
Commenter  J’apprécie          30
MeroMero   18 juillet 2013
Les enfants, ça s'imagine que si les adultes sont de mauvaise humeur c'est à cause d'eux et ils ont l'impression qu'on est en train de les gronder.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Yumi Unita (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yumi Unita
USAGI DROP La version film d'animation de la série "Un drôle de père"
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
696 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre
. .