AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918597678
Éditeur : Les liens qui libèrent (02/05/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :


Comme bien d'autres femmes de ma génération, j'ai remis le soutien-gorge que j'avais rejeté et accepté de réintégrer l'essentiel des conventions sociales. Mes petits-enfants m'ont réconciliée avec la famille et mon compagnon avec le couple.

Loin d'attiser la guerre des genres, j'attache de l'importance aux spécificités masculines et féminines ainsi qu'à leur complémentarité. Autrement dit, mon féminisme a évolué et j'en suis fière. J'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
IreneAdler
  18 mai 2012
Actuellement, les femmes considérées comme féminine sont celles qui sont sexy. Ajoutons de suite : celles qui font bander les mecs (messieurs, je caricature. Certains, heureusement, trouvent les femmes féminines et jolies mêmes si elles ne répondent pas aux canons de l'époque) Celles qui sont jeunes, jolies et minces. Celles qui ont l'emballage adéquat. Ce qui est dans l'emballage, ce qu'elles valent, leurs capacités, mêmes des "aptitudes" considérées comme féminines n'ont plus leur place dans la définition actuelle de "féminité". Et les femmes aujourd'hui laissent faire, tenant pour acquis les droits conquis par leurs (mes) aînées.
Il s'agit d'entrer en résistance, sans pour autant entrer en conflit, pour réaffirmer qu'être féminine c'est avant tout être une femme. Que cela est un ressenti personnel et en aucun cas un construction de l'oeil masculin ou pire encore, du marketing. Car le danger vient de là : du commerce, du marketing et des magazines féminins. Et cela dès les âges les plus tendres et les plus malléables, augurant un recul des acquis car les petites filles, si leur éducation ne les contredit pas, seront des jeunes filles tout à fait charmantes, mais superficielles. Peut-être que j'exagère ; mais parfois les les jeunes filles que je peux voir en tant que clientes m'inquiète, leur sexualisation précoce m'inquiète.
L'éducation des garçons ne doit pas être en reste. Il faut leur apprendre à ne pas avoir peur des filles, à vivre avec elles en bonne intelligence. Qu'elles sont leurs égales et non leurs inférieures, qu'il y a d'autres rôles pour elles que la maman et la putain.
L'essai, court, est construit autour de 4 axes : les souvenirs de l'auteur, à la campagne dans l'immédiate après-guerre, où les femmes sont définies par ce qui sort de leurs entrailles ; elles savent la malédiction de naître fille, pourtant elles ne font rien pour changer les choses; L'homme domine. Puis viennent les espoirs lors de la fin des 60's puis pendant les 70's ; les femmes disposent de leur corps, leur argent, leur temps, même si cela est au prix de la solitude, parfois. Suivent les déceptions : la maternité comme signe d'une féminité épanouie, mais uniquement quand elles le désirent. Néanmoins, la maternité défini à nouveau la féminité. Et les retour d'une forme de sexisme : plafond de verre, remarques plus que désobligeantes, les filles doivent juguler la testostérone masculine en la "provocant" pas (ni jupe ni robe) Vient le temps des énigmes : quelle image transmettre aux filles d'aujourd'hui, comment les éduquer (idem pour les garçons) Et surtout un appel aux femmes à entrer en résistance contre le modèle dominant (nous ne sommes pas des cruches consommatrices)
Un essai intéressant, même si j'avais pu lire la plupart des hypothèses dans Beauté Fatale de Mona Cholet. le passage sur l'éducation est important ; cela pose plus de questions que cela n'apporte de réponses, mais elles méritent de se poser pour savoir ce que voulons comme citoyens demain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ZilizZiliz   22 août 2013
[années 1950]
C'est le lot des filles de devoir faire avec la libido des garçons. Il leur faut en tenir compte, s'en préserver ; ni la provoquer, ni se plaindre de ses débordements. La fille chaste reste dans le poulailler, préparant son trousseau, et laisse sa mère négocier avec ses voisines le sort qui sera le sien. Celle qui s'aventure hors de la basse-cour familiale prend des risques dont personne ne peut la protéger et dont elle portera seule la responsabilité.
C'est dans la nature des femmes. La féminité est vulnérable, tentatrice ; elle est mauvaise. La virilité est sauvage, irresponsable. La féminité fait courir un péril aux hommes. Elle est dangereuse pour les pauvres homme qu'elle tente, et pour les femmes qu'elle punit. La féminité est l'ennemie de la femme.
(p. 19)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ZilizZiliz   22 août 2013
Faire l'amour, pas la guerre : tel est le leitmotiv des hommes et des femmes de cette époque [années 70]. Faire l'amour, pas l'enfant : telle est la vraie victoire des femmes. Ces slogans réjouissants et utopistes n'ont empêché ni la survenue des guerres, ni la naissance d'enfants, mais ils illustrent l'espoir qu'a chacun de pouvoir diriger sa vie et choisir le sens à lui donner.
(p. 39)
Commenter  J’apprécie          130
IreneAdlerIreneAdler   18 mai 2012
D'une femme qui se veut féminine, on attend qu'elle soit sexy et rien d'autre. Autrement dit, une femme doit refléter les fantasmes masculins et susciter les désir des hommes ou alors elle n'est pas considérée comme féminine. Le genre féminin ne serait-il plus un genre à part entière, mais le miroir des désirs de l'autre genre ?
Commenter  J’apprécie          70
ZilizZiliz   24 août 2013
[années 80]
[... elles] s'amusent du slogan des féministes et des lesbiennes : "Une femme sans homme, c'est comme un poisson sans bicyclette."
(p. 34)
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Maryse Vaillant (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Vaillant
Maryse Vaillant Être mère, mission impossible.
autres livres classés : éducation des fillesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre