AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791030701173
Éditeur : Au Diable Vauvert (05/10/2017)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Cela fait maintenant trente années que l'on tente de percer les mystères de la Zone X, ceinturée par une frontière invisible, où tout signe de civilisation a disparu. Douze expéditions, toutes tragiquement inutiles, ont été supervisées par un organisme gouvernemental tellement secret qu'il en est quasi oublié : le Rempart Sud. Fraîchement nommé à sa tête, John Rodriguez, dit Control, hérite d'une équipe méfiante et désespérée, d'une masse de questions, de notes secr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Kickou
  17 novembre 2017
- Note Confidentielle-Défense N°0117.3 -
L'interrogatoire du babéliote Kickou n'a rien donné, il prétend n'avoir rien compris à cette histoire, mais nous pensons qu'il ment. Il dit n'avoir pas lu le 1er tome de la trilogie, ceci est sans doute vrai. Cependant nous avons récupéré à son insu un carnet noir comprenant ses notes manuscrites (pleines de fautes d'orthographe), l'écriture assez altérée a été retranscrite par notre expert graphologue. Concernant notre « sujet » en voici l'intégralité :
autorité de J. VanDermeer (U.S.), Tome 2 d'une trilogie.
- Personnages 1/John Rodriguez alias Control : Nouveau responsable de l'agence gouvernementale « Rempart Sud » chargé de surveiller « La zone X », il était dans l'anti-terrorisme avant. 2/Grace : sous-directrice du « Rempart » mais plus ancienne ; Animosité entre ces 2 personnes.
- Qu'ont-ils vu, vécu dans la Zone X ?
P72 épisode vidéo des lapins qui disparaissent !!?
- Autres personnages : Whitby (scientifique) ; L'ancienne Directrice qui a disparu dans la Zone X lors de la 12ème expédition (Tome 1), Control reprend son bureau ( !) ; La Biologiste ; La Voix pour les comptes-rendus (tel.) de Control ; La mère de Control est (était ?) aussi dans les services secrets !
P98 citation x ; P106 Qu'a-t-il vu ? Ok.
- Interrogatoires Control vs La Biologiste.
- La Linguiste a un autre point de vue.
P134 citation ok
- Des Scientifiques « Spécialistes », chacun avec un seul angle de compréhension.
- Terreur = terroir (comme un corps vivant ?). Comment dit-on « terroir » en anglais ?
P169 « une pensée paranoïaque » : Un moustique à l'intérieur de sa voiture (le mot paranoïaque arrive très tard dans l'histoire !).
- PERCEPTION ; Ecrire l'Indicible.
- Ce livre est un bel objet : Couverture gaufrée (texture), maquette travaillée, originale. Dommage qu'il y ait quelques coquilles (problème de traduction ?)
- Lowry, le seul survivant de la 1ère expédition, « travaille » à Central (l'organisation de tutelle du Rempart). Est-il la Voix ? Qui a l'autorité (du titre) ? Schizophrénie !
- Est-ce de la S.F. ? Epoque, géographie !
- Control lit les rapports de l'ex-directrice - Je lis ce bouquin = Perspective.
P319 : W. dans son cagibi (?!) ! pariétale, rupestre ?
P334 : « Control avait perdu la notion du temps, ou le temps avait perdu la notion de Control » & P343 : « un mot comme Frontière avait été une erreur, un piège. Un lent effilochage de termes dont on ne s'apercevait pas à temps. »
P344 « des messages pas tout à fait cohérents » = Euphémisme.
- Dernier chapitre : Il s'échappe (iD : comme dans le Prisonnier (le n°6)), La Biologiste s'est sauvée aussi, il veut la retrouver (trouver la « Vérité ») - Il a emmené le manuscrit de W., l'a-t-il lu ?
- En pleine Nature ... Rock Bay ; Côte Ouest, Oregon ? Regarder dans Google Earth. /.
La dernière page manuscrite du carnet noir concernant notre « sujet » est déchirée dans son angle droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LiliGalipette
  01 novembre 2017
Trois femmes sont revenues de la douzième expédition envoyée dans la Zone X, mais la responsable, ancienne directrice du Rempart Sud, a disparu. Control est envoyé prendre sa place et comprendre la situation. « Découvre ce qui s'est passé que nous ne savons pas. » (p. 286) Il doit interroger la biologiste qui dit ne se souvenir de rien et vouloir être appelée Oiseau Fantôme. Il est sans cesse en conflit avec Grace, la directrice adjointe, et se heurte aux innombrables mystères du Rempart Sud et de la frontière. Que signifient les mots inscrits sur un mur derrière une porte ? Pourquoi y avait-il une plante dans un tiroir, avec un cadavre de souris ? « Il voulait au moins sécuriser son bureau, en faire un bastion, en enlever tout l'inconnu et ne substituer que ce qui pourrait le réconforter. Qui savait ce qu'il pourrait découvrir ? » (p. 176) Control tente également sans cesse d'être à la hauteur de ce que sa mère, figure majeure des services secrets, attend de lui. Mais dans son nouveau bureau et dans son travail, il se sent constamment épié, dans une atmosphère malsaine où règne un sentiment permanent de dissonance et de décalage. « Il était là pour résoudre un problème, d'une certaine manière, mais il avait l'impression que c'était le problème qui commençait à le résoudre, lui. » (p. 230) Il comprend peu à peu que les conséquences de la première expédition dans la Zone X n'en finissent pas de se déployer dans le présent. Alors que la frontière semble avancer, le danger est plus grand que jamais. « Faire confiance à un mot comme frontière avait été une erreur, un piège. Un lent effilochage de termes dont on ne s'apercevait pas à temps. » (p. 343)
Ce tome 2 apporte de nombreuses réponses qui sont loin d'être rassurantes et pose de nouvelles questions qui rendent impatient de lire le tome 3. Il y a des lapins partout sur la couverture et aussi partout dans le roman. Et ils ne sont pas à la fête, les pauvres choupis ! Petit conseil : soyez attentif aux numéros de paragraphes dans les chapitres... le tome 2 prend le temps d'installer une atmosphère : on pourrait croire qu'il y a des longueurs, mais ce serait vouloir déflorer le mystère trop rapidement. le premier tome, Annihilation, se passait exclusivement dans la Zone X, endroit inquiétant où les repères disparaissent. Dans le deuxième volume, tout se déroule en dehors de la Zone X, mais le danger et l'étrange sont omniprésents, comme si une contamination lente et sournoise se répandait. « La frontière était invisible. Elle ne laissait aucune place aux demi-mesures. Quand vous la touchiez, elle vous absorbait (ou vous faisait la traverser ?). » (p. 93) Avec cette trilogie, dont j'ai hâte de lire le dernier tome, Jeff VanderMeer crée de la très bonne SFFF ! Hollywood a annoncé l'adaptation du premier tome, mais au vu des premières images, je sens déjà que ça va être un ratage complet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BlackWolf
  18 octobre 2017
En Résumé : J'ai de nouveau passé un excellent moment de lecture avec le second tome de cette trilogie qui nous offre à nouveau un récit complètement étrange, mais d'une façon différente du tome précédent. Là où le premier jouait sur un côté bizarre et angoissant très visuelle, ici ce second tome joue clairement sur l'ambiance et la façon dont l'histoire se déroule jouant sur la réalité. On est ainsi dans un récit qui peut paraitre plus « figé », moins luxuriant, ce qui pourra en bloquer certains, mais qui de mon côté m'a accroché. Plus l'auteur s'amusait à me perdre, plus j'étais captivé. Concernant l'univers, certes il parait moins riches que le premier tome, moins lumineux, le récit se situant non pas dans la zone X mais dans notre monde. Pour autant cela ne le rend pas moins intéressant, jouant aussi sur le contraste entre notre monde et la zone X pour nous offrir quelques réflexions intéressantes. Ce second tome commence aussi à soulever le voile qui concerne justement cette anomalie et nous montre aussi des jeux de pouvoirs et de manipulations qui ne manquent pas d'attrait. Concernant les personnages, que ce soit Control, la biologiste ou encore Grace, ils ont un côté étrange et captivant, nous offrant des personnages complexes et intéressants. Les personnages secondaires viennent apporter leurs couches de mystères et apporter un plus à l'ensemble. La conclusion à la fois angoissante et dérangeant ne manque pas de se révéler efficace, tout en gardant assez de mystères pour la suite. Alors après, on pourrait regretter quelques longueurs et certaines scènes qui paraissent tourner en rond, mais franchement rien de dérangeant. La plume de l'auteur est fluide, entraînante et légèrement perturbante ce qui fait que je suis rapidement entrer dans ce roman. Je lirai la suite avec grand plaisir.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
BrunoLL
  25 février 2018
Scotché par Annihilation, avide de replonger dans la Zone X, je me jetais sur autorité. le contraste fut saisissant. J'essaye de décrire les effets qu'ont eu sur moi les changements entre les deux tomes de la trilogie du Rempart Sud.
Là où Annihilation est un huis clos à ciel ouvert, dans la Zone X, avec des personnages anonymes et déshumanisés, autorité se passe à l'extérieur, essentiellement à l'agence gouvernementale du Rempart Sud. Les personnages, ont une famille, des relations, des sentiments, une histoire. Notamment,John Rodriguez dit Control, le nouveau directeur du Rempart Sud, dont l'histoire familiale est décrite par de nombreux flash back.
L'écriture d'autorité, est lente, engluée, elle correspond à l'abandon du Rempart Sud, l'usure de ses personnels, l'obsolescence de son matériel et de ses méthodes. Annihilation à l'écriture au présent et dans l'urgence d'un journal d'une exploration en milieu hostile, la Zone X.
Mais la Frontière entre la Zone X et notre monde, est mouvante, la Zone X gagne du terrain. L'étrangeté de celle-ci déteint, suppure dans le Rempart, ce qui se passe à l'intérieur, s'étend à l'extérieur. D'ailleurs le Rempart est il encore à l'extérieur ?
Annihilation est l'histoire d'une expédition de quatre femmes aux prises avec le milieu hostile de la Zone X et les complots ourdis à l'intérieur de leur groupe. Dans autorité, le principal personnage, celui qui essaye de prendre l'autorité sur le Rempart Sud est aux prises avec trois femmes : Oiseau Fantôme, la biologiste survivante qui se dit amnésique, sa Mère et Grace la directrice adjointe du Rempart Sud.
John Rodriguez, ne mérite jamais son surnom de Control. En fait, il ne contrôle rien, il est manipulé par sa mère, par Grace, par la biologiste. Balloté par les événements qu'il subit. Ses méthodes d'espion, pas très doué, d'analyste ne servent pas dans ces circonstances, dans cet environnement.
Le Rempart ne mérite pas plus son nom, il est poreux, percé, il est parti du problème qu'il est censé résoudre. Il est un enjeux de pouvoir pour les espions, l'agence gouvernementale dont il dépend, Centrale.
Dans ce tome, la Zone X et le Rempart acquièrent une histoire, après le focus sur la douzième expédition du premier tome, grâce aux dossiers et vidéos que compulse John.
Dans ce tome, des personnages secondaires, des employés du Rempart et/ou de Centrale, acquièrent de l'importance : Whitby, Cheney, Lowry, la Voix, la Directrice disparue..
A la fin, le roman accélère, les événements se bousculent. Les réponses apportées ouvrent sur une multitude de questions en suspens qui induisent l'envie de lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bookworm84
  20 janvier 2018
[Spoiler alert : cet article critique le tome 2 de la Trilogie du Rempart Sud. Si vous n'avez pas encore lu le tome 1, vous risquez d'être spoilés sur le contenu de ce dernier !]
J'avais adoré le tome 1, que j'avais lu d'une traite. Quid de ce second volume, plus épais que son prédécesseur ? Je l'ai lu presque aussi rapidement et, pour ce second opus, je vous recommande la même chose que pour le premier : si possible, lisez-le d'une traite ! Car Jeff VanderMeer sait instiller une atmosphère. Au début, on suit Control dans sa routine d'agent venu de l'extérieur pour comprendre pourquoi le Rempart Sud ne progresse toujours pas dans son décryptage de la Zone X et, surtout, interroger les survivantes de la dernière expédition. Entre employés usés et directrice adjointe revêche, survivantes amnésiques et inscriptions surréelles, le travail n'est pas de tout repos ! On pourrait penser à une enquête façon film d'espionnage, mais ce serait oublier l'étrangeté qui nous avait saisi tout au long du premier tome… Dans autorité, le bizarre s'avance sournoisement, jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour reculer.
Nous retrouvons également la biologiste mais dans autorité, c'est à la voix de Control que nous avons affaire. Point de récit à la première personne comme dans Annhilitation, cependant, mais nous sommes du point de vue de cet homme qui débarque dans le Rempart Sud en n'en connaissant que les dossiers. Control, du fait de son statut, tentera un maximum de rester aussi froid et professionnel que son travail l'exige, même quand les choses commenceront doucement à prendre une tournure inexpliquée. Se mêle à cela des difficultés d'ordre familial, qui donne de l'épaisseur au personnage.
La quatrième de couverture nous promet des réponses inquiétantes aux questions d'Annihilation. J'y apporte une nuance : certaines questions trouvent en effet une réponse (voire une ébauche de réponse !). Mais pas toutes. Bien au contraire, le final d'autorité nous laisse avec des questions supplémentaires ! La Zone X a certes laissé quelques hypothèses validées mais elle est loin d'avoir livré tous ses secrets.
En tout cas, s'il m'a semblé, au départ, moins lovecraftien dans son atmosphère que le premier opus, j'ai révisé mon jugement lorsque je suis parvenue au dernier tiers du livre. Clairement, l'auteur a réussi à me mener par le bout du nez, en faisant miroiter une résolution rationnelle, professionnelle de la situation via le travail de Control. Mais c'était sous-estimer la Zone X et ses étrangetés, tout comme le talent de l'auteur à instiller petit à petit des bizarreries jusqu'à un final à couper le souffle !
Le mystère demeure donc, même s'il commence à se lever, et j'attends avec impatience le troisième et dernier volume de cette trilogie qui, décidément, porte très bien sa qualification de new weird ! 🙂 [Lire la critique sur le blog]
Lien : https://lullastories.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
KickouKickou   05 novembre 2017
C'était le genre d'endroit où, dans son adolescence, il serait allé faire du canoë avec son père. Pas vraiment la nature sauvage, plutôt quelque chose d'agréablement proche de la civilisation, mais qui existait juste assez à part pour créer une frontière. Ce qui convenait à la plupart des gens, car ils voulaient être proches sans être partie intégrante. Ils ne voulaient pas l'effrayant inconnu d'une "nature immaculée". Ni d'une vie artificielle sans âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
KickouKickou   08 novembre 2017
... Les premiers astronomes à considérer les points lumineux comme des étoiles distinctes et non des composantes d'une tapisserie céleste tournant autour de la Terre avaient dû violemment sortir leur imagination - et par conséquent leurs analogies et métaphores - des sentiers battus qui passaient depuis des siècles et des siècles dans tous les esprits.
Commenter  J’apprécie          110
Charybde2Charybde2   22 octobre 2017
Le sol sous ses pieds était sale, presque poisseux. Les néons au plafond tremblotaient à intervalles irréguliers et la table comme les chaises semblaient provenir d’une cafétéria de lycée. Il sentait l’odeur métallique et aigre d’un détergent de mauvaise qualité, on aurait presque dit du miel pourri. L’endroit n’inspirait pas confiance dans le Rempart Sud. Une pièce destinée aux débriefings – ou cherchant à se faire passer pour telle – ne devrait être aussi inconfortable que si on la destinait toujours et à jamais aux interrogatoires, au présupposé d’une résistance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde2   22 octobre 2017
Papy Jack, d’un autre côté, n’avait jamais paru voir cela d’un bon œil et avait dit un jour en le regardant : « Je ne pense pas qu’il ait le caractère pour. » Évaluation qui avait été terrible pour un garçon de seize ans déjà lancé dans cette voie, mais qui l’avait aussi rendu plus déterminé, plus résolu, plus enclin à se tourner vers la lumière dans le ciel. Plus tard, il s’était dit que c’était peut-être le but recherché. Papy ressemblait à une sorte de feu sauvage imprévisible, sa mère étant quant à elle plutôt une flamme bleu glacé.
Il avait huit ou neuf ans la première fois qu’ils étaient allés dans la maison de campagne près du lac – « notre club d’espions rien qu’à nous », comme avait dit sa mère. Seulement lui, sa mère et papy. Il y avait une vieille télé dans le coin, face au canapé délabré. Papy le faisait monter sur le toit pour ajuster l’antenne afin d’améliorer la réception : « Un peu plus à gauche, Control, disait-il. Encore un tout petit peu. » Sa mère dans l’autre pièce examinait des dossiers déclassifiés qu’elle avait rapportés du bureau. Ainsi lui était venu son surnom, sans savoir que papy l’avait volé au jargon des espions. Le gamin qu’il était alors s’était accroché à ce surnom comme à quelque chose de cool, donné par amour par son grand-père. Il avait malgré tout eu assez d’intelligence pour n’en parler à personne en dehors de la famille, pas même à ses petites amies, et cela pendant de nombreuses années. Il laissait croire qu’il lui avait été donné au lycée, dans l’équipe de football américain où il était quarterback remplaçant.
En grandissant, il récupéra « Control » pour lui-même. Il sentait à présent le piquant de la condescendance dans le mot, mais jamais il ne demanderait à papy si c’était ou non ce qu’il avait voulu dire. Il avait passé autant de temps à lire qu’à pêcher, dans la maison de campagne près du lac, et il se demandait si cela avait d’une manière ou d’une autre retourné son grand-père contre lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   22 octobre 2017
Premier jour. Le début de sa dernière chance.
« Ce sont les survivantes ? »
Debout près de la directrice adjointe du Rempart Sud derrière la glace sans tain tachée, Control regardait les trois personnes installées dans la salle d’interrogatoire. Les trois femmes revenues de la douzième expédition dans la Zone X.
La directrice adjointe, une grande quadragénaire noire et mince, ne répondit pas à sa question. Control n’en fut pas surpris : depuis qu’il était arrivé ce matin-là, après avoir pris son lundi pour s’installer, elle ne lui avait pas adressé la moindre parole superflue. Ni le moindre regard superflu, sauf quand il lui avait dit, en même temps qu’au reste du personnel, de l’appeler « Control » et non « John » ou « Rodriguez ». Elle avait marqué un temps d’arrêt avant de répondre : « Dans ce cas, appelez-moi Patience et non Grace », au grand mais discret amusement de l’assistance. Il trouva intéressant qu’elle passe de son véritable nom à un autre ayant de surcroît une signification différente. « Aucun problème, je peux vous appeler juste Grace », avait-il dit avec la certitude qu’elle n’apprécierait pas. Elle avait paré le coup en se référant à lui uniquement comme au directeur « suppléant ». Elle n’avait pas tort : il existait, entre sa gérance à elle et sa propre ascension, un fossé, une vallée de temps et de formulaires à remplir, de procédures à suivre, la recherche et l’embauche de personnel. Dans l’intervalle, la question de l’autorité ne serait sans doute pas très claire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jeff VanderMeer (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeff VanderMeer
ANNIHILATION (2018) Bande Annonce VF
autres livres classés : hypnoseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2365 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre