AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782800171166
232 pages
Éditeur : Dupuis (15/03/2019)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 77 notes)
Résumé :
Ismaël Tayeb est lieutenant dans un gang criminel. Son grand patron lui donne un ordre qu'il ne peut refuser : trouver une pile nucléaire... Pour cela, il va devoir remettre en marche et voler le dernier Atlas, un de ces immenses robots français qui géraient des constructions titanesques jusqu'au milieu des années 70, mais qui, suite à un grave incident à Batna durant la guerre d'Algérie, ont tous été démantelés... à l'exception du George Sand.

Au mêm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Estelleeb
  02 avril 2020
Véritable uchronie, le dernier Atlas, tome 1 multiplie les intrigues et le suspens. Si au départ deux histoires se développent parallèlement, l'une en Algérie et l'autre en France, elles vont finir par se rejoindre sur fond de science-fiction. Un scénario haletant et plein de rebondissements, je n'ai pas vu les 200 pages passer ! le traitement des personnages est vraiment l'un des points fort du récit tant leur psychologie est profonde et intéressante. Des personnages que je prendrais grand plaisir à retrouver dans les prochains tomes !
Le travail de Laurence Croix sur les couleurs est absolument sublime, des couleurs fortes, franches et lumineuses qui accompagnent merveilleusement le dessin net et précis d'Hervé Tanquerelle. Un grand soin est apporté aux détails, rendant d'autant plus réaliste le récit. Mention spéciale pour les scènes en extérieur qui nous transportent directement en Algérie.
// Dans le cadre du prix de la BD Fnac - France Inter 2020
Commenter  J’apprécie          250
jmb33320
  17 mars 2020
Ce roman graphique écrit et dessiné à quatre mains (ou plutôt huit si on suppose que chaque auteur en a deux !) est une belle réussite. Je ne m'attendais pas à une immersion aussi marquante dans cette uchronie, qui a pour particularité de ne pas expliquer toutes ses divergences d'avec la réalité. Il faudra attendre la fin du tome pour découvrir quelques clés, dans une postface qui aurait peut-être gagné à être transformée en prologue.
Dans cette situation temporelle je dirais juste que l'histoire des rapports entre la France et l'Algérie a subi de sérieuses déviations. Des robots géants, les Atlas, ont contribué à bâtir des villes entières avant d'être soudainement mis à la casse. La raison de ce revirement n'est pas très claire et j'imagine que tout cela sera explicité dans le second tome. le dernier de ces géants d'acier, qui se trouve à Mumbai mais n'a jamais été « désossé », comme il aurait dû l'être, se révélera probablement être providentiel face à une nouvelle menace qui émerge dans ce premier tome.
Les personnages, pour la plupart des truands violents et borderline, ne sont guère sympathiques. Mais j'ai quand même éprouvé un vif intérêt pour cette histoire intrigante et bien menée. Et j'ai très envie de lire la suite qui doit paraître dans quelques semaines.
Si le scénario est très réussi je juge le graphisme un peu en deçà, pas vraiment plaisant notamment avec ces trognes d'oiseaux de proie… Indéniablement ils sont pourtant tout à fait en phase avec l'histoire qui nous est contée, pas très réjouissante.
#LeDernierAtlas #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
jamiK
  27 mars 2020
Voici un premier tome d'un triptyque vraiment prometteur. C'est un projet vraiment ambitieux, une uchronie mêlant colonialisme, robots géants, et mafia et évènements surnaturels. le tout s'imbrique parfaitement, c'est du costaud, on sent un travail d'élaboration particulièrement approfondi, structuré avec minutie, aucune incohérence, aucun détail négligé, avec des personnages bien campés, même dans les rôles secondaires.
Le graphisme est aussi très efficace, avec une colorisation intense, des couleurs chaudes, un trait épais, tout cela contribue à l'ambiance lourde du récit. Et le rythme du récit nous embarque dans les mystères. J'ai particulièrement aimé que l'aspect uchronique ne soit pas révélé tout de suite, au départ, rien ne nous différencie vraiment de notre monde, et au fil de l'histoire, le fantastique s'accentue, dévoilant certains mystères, en ajoutant de nouveaux pour les tomes suivants. J'ai été scotché par ce récit, et j'ai vraiment hâte de découvrir la suite.
Commenter  J’apprécie          230
MassLunar
  29 avril 2019
Le Dernier Atlas ou tout simplement l'un des titres les plus divertissants du moment en bande dessinée. Cette uchronie est d'abord paru en 10 fascicules. Elle était éditée comme une véritable série télé dotée de multiples rebondissements. Désormais, nous pouvons la trouver en librairie dans une version intégrale, soit un premier volume de plus de 200 pages.
Au départ, j'étais assez perplexe devant cette uchronie. L'intrigue se déroule d'abord en France où nous suivons les petits escroqueries d'un malfrat d'origine algérienne nommé Ismael Tayeb puis nous suivons ce dernier sur sa terre natale où, alors qu'il travaille pour un dangereux criminel il retrouve un impressionnant souvenir de son enfance...
L'uchronie se définit ici par l'invention d'une série de gigantesques robots appelés les Atlas conçus notamment pour bâtir des immeubles. Ces inventions se sont déroulées durant les années 50, une période pleine de tension entre l'Algérie et la France. Un accident tragique mettra fin à la fabrications des Atlas ainsi qu'au conflit entre les deux pays. Mais l'ombre de cette guerre venimeuse est toujours là ainsi que la technologie issue de ce passé tumultueux...
C'est à partir d'un fort cadre réaliste dont le traumatisme est toujours d'actualité que les compères Fabien Vehhlmann et Gwen de Bonneval tisse une intrigue palpitante et un récit plutôt addictif. La trame est doté de multiples rebondissements. Au départ, nous sommes un peu perplexe car nous ne savons pas vraiment où les auteurs veulent nous emmener. En effet, nous suivons d'abord la vie de Tayef, un petit malfrat de Paris, qui se se fait remarquer par un dangereux gangster français surnommé Dieu le père, un personnage un peu allumé.
En parallèle, une journaliste fait une importante découverte sur le sol algérien dans un lieu surchargé de radiations, découverte qui ne sera pas sans conséquences !
L'uchronie est d'abord discrète et puis peu à peu son ombre devient plus présente, plus menaçante. Ces gigantesques robots Atlas ont t-ils tous disparus de la surface, ont t-ils tous été démantelés ? En combinant différentes pistes et en proposant une galerie de personnages marquants et marqués, les auteurs signent là un scénario de qualité. L'intrigue monte crescendo en accordant une grande place aux différents personnages (même secondaires) tout en accordant un certain mystère à ces Atlas.
Au dessin , Tanquerelle fait preuve d'une patte graphique stylée tout en proportions , en visages épatés, durcis par le soleil algérien où la grisaille parisienne. Je ne connaissais pas le dessin de cet auteur et après quelques secondes de perplexité, on peut remarquer l'efficacité de ces traits bourrus donnant vraiment une impression de force et de volonté à chacun des personnages.

Le dernier atlas est une bonne petite réussite dans le domaine de l'uchronie qui n'hésite pas à aborder une phase sombre de l'Histoire de France pour en faire un récit trépidant plutôt hors-norme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Amindara
  02 juillet 2019
Que dire du dernier atlas ?
Tout d'abord, le scénario est intriguant. Au départ, nous avons comme deux intrigues qui se développent en parallèle et on ne voit pas forcément le lien entre elles. Nous avons d'un côté ce phénomène étrange observer à Tassili, qui interrogent scientifiques et journalistes. Et de l'autre côté, nous suivons Ismaël Tayeb, malfrat appartenant à un gang criminel. Pendant longtemps, on se demande comment les deux intrigues vont pouvoir se rejoindre.
Et puis, il y a ces « Atlas », dont on comprend rapidement qu'il s'agit de robots géants et qu'ils sont liés à une catastrophe qui a mené à leur destruction. Mais nous, lecteurs, ne savons rien de cette catastrophe.
Tout ceci m'a un peu perturbée au départ. J'avais l'impression de me trouver dans un monde réel, mais ces « Atlas » n'existaient pas… du coup, je pense que c'est un peu pour ça que je suis passée à côté de cette BD. En fait, on ne nous explique qu'il s'agit d'une uchronie qu'à la toute fin du tome, dans une sorte de bonus. Je trouve ça dommage du coup.
Autre chose qui a fait que j'ai eu du mal à me plonger dedans, c'est sur le côté criminel d'Ismaël. Pendant une bonne partie de l'histoire, nous le voyons agir pour son réseau et sincèrement, ce n'est pas un univers dans lequel je me sens à l'aise.
Et puis il faut aussi compter sur la longueur de l'ouvrage… plus de 200 pages, pour ce qui n'est qu'un premier tome… Rien que de voir ça, ça me décourage d'avance en fait. Alors bon, si j'avais vraiment accroché à l'histoire, cela ne m'aurait pas dérangée outre mesure mais je n'ai pas accroché.
Je pense que malgré tout, c'est une BD qui a du potentiel et qui peut plaire aux amateurs du genre. Mais ce ne fut pas trop mon cas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (11)
LaCroix   07 juin 2019
Activités mafieuses et phénomènes paranormaux se mêlent dans un thriller atypique, qui réinvente l’histoire de l’Algérie française.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Actualitte   16 mai 2019
Dans ce premier tome publié par les éditions Dupuis, tout est déjà en place pour faire de ce dernier Atlas un classique instantané. Captivant, haletant, intriguant, l'album s'avale d'un trait, comme un café serré format XXXL
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaPresse   09 mai 2019
Un polar haletant qui nous happe complètement, fruit du travail d'un quatuor de créateurs nantais.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   02 mai 2019
Pas à dire, Le dernier Atlas de Tanquerelle, de Bonneval, Blanchard et Vehlmann est un opus aussi particulier que passionnant tant par la forme que par le fond.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
BDGest   23 avril 2019
Un excellent roman populaire, au croisement du polar, de la science-fiction et du drame politico-historique, conçu par des bédéistes qui savent construire un récit.
Lire la critique sur le site : BDGest
LeSoir   16 avril 2019
Ecrit par une bande de collapsologues, Le dernier Atlas est un cocktail de BD d’action, de science-fiction et de roman-feuilleton qui dessine la fin possible de notre monde.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Sceneario   09 avril 2019
Tel un passionnant feuilleton, on dévore cette histoire qui commence comme un banal récit de gang qui trafique des machines à sous pour progressivement devenir un vrai thriller SF extrêmement bien dosé et bourré de bonnes idées !

Lire la critique sur le site : Sceneario
Telerama   02 avril 2019
Un truand nantais piste un robot mis au rebut, sur fond de géopolitique et d’étranges phénomènes en Algérie… Le Dernier Atlas est le premier tome haletant d’une trilogie signée à cinq – dont le scénariste Fabien Vehlmann et le dessinateur Hervé Tanquerelle.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDZoom   18 mars 2019
Nouveau récit fleuve initié par Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval, Le Dernier Atlas s’ancre avec maturité dans le réel sous un couvert science-fictionnel feuilletonesque [...] Polar, thriller technologique, aventure SF, histoire uchronique ou cyberpunk, Le Dernier Atlas est tout à la fois.

Lire la critique sur le site : BDZoom
LeMonde   15 mars 2019
Un quatuor de bédéistes réunis autour d’Hervé Tanquerelle livre le tome I de cette série en BD, qui combine intrigues multiples, « cliffhangers » à répétition et sauts temporels. Le Dernier Atlas est une uchronie au suspense intenable.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   05 mars 2019
Feuilleton palpitant, mélange de polar et d’uchronie, qui revisite au passage les relations entre la France et l’Algérie. Ecrit et dessiné à huit mains, construit à la manière d’une série télévisée, le Dernier Atlas est aussi un récit-fleuve de 600 pages, réparties en trois tomes.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Radwan74Radwan74   16 mai 2020
La vie m’a appris à accepter les bonnes comme les mauvaises surprises...
D’autant qu’il faut parfois un peu de temps pour distinguer les unes des autres, haha !
Commenter  J’apprécie          20
AgillianAgillian   27 juillet 2019
- Ton problème, Françoise, c'est que tu n'as jamais peur.
- Bah, pour ce que ça sert.
Commenter  J’apprécie          30
trogloniotroglonio   14 avril 2019
- Et sinon, quand est-ce que tu installes la clim, dans cette caisse?
- Oui, eh bien désolé, mais je suis pas taxi. Sinon j'aurais fait des études de Taxi !
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Fabien Vehlmann (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Vehlmann
Parmi toutes les questions qui ont été posées par les fans de la série SEULS à Fabien Vehlmann, l'auteur en a sélectionné une vingtaine auxquelles il répond dans cet entretien vidéo !
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Spirou et Fantasio - Le Groom de Sniper Alley

Dans quel pays se déroule ce tome ?

Anwasa
Ostawa
Wasana
Aswana

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Spirou et Fantasio, tome 54 : Le groom de Sniper Alley de Fabien VehlmannCréer un quiz sur ce livre