AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800157097
Éditeur : Dupuis (08/11/2013)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 193 notes)
Résumé :
Les cinq héros se retrouvent dans les arènes antiques de Néosalem, où de nouveaux périls les guettent.

À peine Dodji, Leïla, Yvan, Camille et Terry ont-ils réussi à quitter la Zone Rouge qu'ils sont faits prisonniers par d'étranges soldats marqués d'un grand 6 dans le cou. Emmenés à Néosalem, une ville ancienne qui possède de magnifiques arènes romaines, les cinq héros vont devoir gagner le droit d'entrer dans une des "sept familles du Bien". Pour ce ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  24 octobre 2014
Vous vouliez du dépaysement ? Vous allez être servi ! Ici nos héros ont quitté Fortville pour une destination dont ils ignorent tout. Et ici les révélations sont nombreuses et ce n'est pas un mal. Les questions sur les familles sont grandement abordés, et même si tout n'est pas résolu, on y voit déjà un peu plus clair dans tout ce bazar.
La question de l'enfant minuit est également traité, même si on nous place du point de vue des premières familles (pas facile donc de croire qu'ils sont totalement objectifs).
La concurrence entre Dodji et Saul s'accroit un peu plus au cours de ce volume, car chacun étant un leader dans son camp, ils se retrouvent toujours face à face. Dans d'autres circonstances ils auraient sans doute réussis à s'entendre.
Un petit bémol cependant sur le personnage de Saul. Trop prévisible, du début à la fin. Comme par hasard lorsqu'il arrive dans la nouvelle ville, et qu'on lui apprend ce qu'il est, il semble surpris. Personnellement j'ai trouvé que ça manquait de subtilité. Un blond, qui arrive au pays de blonds (je schématise mais c'est un peu ça..) forcémment, on se doutait de quelque chose.
Un gros manque de subtilité sur ce point là, sans doute est-ce fait pour la lisibilité et la compréhension des plus jeunes. Rien de bien méchant tout de même.
Une agréable lecture, moins stressante que lors du tome 7 mais plus claire, avec plus d'explications et une intrigue bien relancé. Maintenant, le plus dur reste à faire, attendre jusqu'en septembre 2015 pour la sortie du 9eme tome, qui terminera le cycle 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
TheWind
  11 mars 2017
Changement de décor, nouveaux personnages, éclaircissements du mystère de départ mais qui s'ouvrent sur de nouvelles questions.
Un nouvel univers qui ne sera pas pour autant de tout repos pour nos cinq héros. On s'en serait douté non ?
Voici un album bien dense pour lequel les auteurs semblent avoir pioché à droite à gauche, histoire d'accrocher encore plus les ados à cette série. Dites- le moi si je me trompe mais j'y ai retrouvé l'organisation d'une société par factions style Divergente, l'univers des jeux vidéos (déjà bien utilisé dans les autres tomes), des références à L Histoire avec des clins d'oeil appuyés à l'Antiquité (d'où le titre " Les Arènes"), des jeux organisés par un état totalitaire qui rappellent un peu Hunger Games, ...bref, ça part un peu dans tous les sens et ça manque un peu d'originalité.
Commenter  J’apprécie          250
Bubu-le-bourguignon
  05 octobre 2013
J'avoue au tout début que "Seuls", série de Gazotti et Vehlmann, ne m'intéressait pas du tout. Scénario étrange, sans but, endormant.
Mais au fur et à mesure des tomes (hé oui, malgré tout j'ai continué à lire la série), j'ai accroché au fondement de la série : la mort. Et toute la philosophie que cela pose.
L'interprétation de Velhmann s'est ouvert peu à peu, on se prend d'amitié pour ces gamins, leurs origines et les souvenirs pénibles qui remontent peu à peu.
Ce dernier tome s'ouvre sur une ville d'enfants : avec une organisation politique, des castes sociales.... Et comme tout revers de la médaille, des forts, des faibles, des ambitieux, des jaloux...
Une société d'après mort fort bien étudié, calquer sur notre société actuelle.
Comme toujours, le lecteur se demande jusqu'où les auteurs veulent nous emmener, nous faire partager. Quels mystères cachent chaque évènement, chaque cachotterie....
Rien à dire sur les auteurs. Fabien Velhmann et Bruno Gazzotti ont suffisamment de séries derrière eux pour faire une quelconque critiques de leurs talents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
c.brijs
  01 décembre 2013
Dodgi, Leïla, Yvan, Camille et Terry se retrouvent emmenés de force à Néosalem, cité reculée dans les montagnes. S'y côtoient les enfants des sept premières familles qui ont survécu dans les limbes au fil des siècles. Pour rejoindre la 7e famille, celle des "éveillés", et bénéficier de la protection des anciens, les enfants de Fortville vont devoir faire leurs preuves dans les arènes... A ce péril s'ajoutent les interrogatoires du conseil des sages. Ceux-ci sont à la recherche de deux élus, l'un du côté des forces du bien, l'autre du côté des forces du mal... S'ils pensent que Saul est le premier, ils recherchent encore le second et sont bien décidés à le mettre hors d'état de nuire ! Nos cinq enfants vont-ils surmonter ces épreuves et pouvoir rester ensemble ? Ne vont-ils pas venir grossir les rangs de la 8e famille, celle des esclaves ?
Vous l'aurez compris, ce 8e tome a indéniablement un petit côté Hunger games. Toutefois, ici, les auteurs revisitent intelligemment les épreuves classiques en nous proposant des jeux plutôt originaux mais non moins exempts de danger voire de sadisme pour autant. Ainsi, par exemple, on retrouve Yvan qui affronte un monstre virtuel, assis sur un trône de douleur. A chaque choc que subit son avatar, une pointe d'acier lui lacère le corps ! Ou Terry qui, à chaque fausse note de sa guitare électrique, reçoit une décharge !
Parmi tous ces défis, un m'a particulièrement touché. C'est celui auquel est confronté Dodgi. Pour échapper à une sanction particulièrement cruelle (que je vous laisse découvrir), l'adolescent doit réciter un poème... Épreuve ô combien douloureuse au vu de son passé... Aussi, lorsque le feu aux joues et les poings serrés, seul face au public nombreux de l'arène, il récite d'un bout à l'autre un poème de Baudelaire, comme ses amis, on reste bouche bée !

"Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.
Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.
(...)
Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ."
Touche par touche, on découvre donc une société aussi cruelle et inégalitaire que celle de la Rome antique. D'ailleurs, les trois sages qui la dirigent portent des toges à la romaine, cumulent tous les pouvoirs et prennent des décisions pour le moins arbitraires.
Si c'est vrai que ce tome m'a divertie et que j'ai apprécié que nos héros se montrent une fois de plus solidaires et unis, je n'ai toutefois pas retrouvé autant de suspense ni d'humour que dans les tomes précédents.
Côté intrigue, on a droit tout de même à quelques confirmations, notamment en ce qui concerne les limbes et les enfants qui s'y retrouvent. Mais bien des questions restent ouvertes sur le pourquoi, le pour quoi et le comment. Et d'autres pointent déjà le bout de leur nez : quel sera le rôle de personnages clés, comme Saul, Camille et Dodgi, dans les prochains tomes ?
Côté humour, pris dans la tourmente des jeux, nos héros ont moins le temps de plaisanter...

"- Pauv'Terry ! Il s' l'est pris en pleine poire !
- C'était la rencontre brutale entre deux boulets !
- C'est... pas l'moment d'me faire marrer... Yvan !"
De manière plus générale, ils ont également moins d'occasions de se poser et de partager.
En conclusion, Les Arènes constitue un bon tome de transition qui privilégie davantage l'action que l'aspect psychologique des personnages. Deux exceptions faites pour Saul et Dodgi qui, tous deux, sont aux prises avec leurs conflits internes...
A suivre donc, sans hésitation !
Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
orbe
  19 novembre 2013
Un tome de transition. Les amis sont bloqués dans la ville des premières familles et doivent réussir des épreuves afin de tenter de retrouver leur liberté. Arriveront-ils tous à franchir les obstacles? Quelques indications supplémentaires sont données sur les familles.
Une série qui continue avec succès. Ce tome évoque en creux Hunger games. Réussir est là aussi une question de croyance et d'entraide. Les épreuves sont plus ou moins loufoques mais toujours dangereuses pour nos jeunes amis. A suive.
Commenter  J’apprécie          92

Les critiques presse (3)
BulledEncre   29 janvier 2014
Un jeu des sept familles assez plaisant, qui redonne foi en cette série.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   09 décembre 2013
Les Arènes relancent l'intérêt de la série et donne toujours autant envie de poursuivre la lecture, surtout avec les quelques rebondissements qu'il contient.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan   04 novembre 2013
Seuls a réussi à imposer son univers très particulier et sept albums plus tard, la mécanique de précision aussi mystérieuse que bien huilée imaginée par Fabien Vehlmann fonctionne toujours aussi bien.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
ColibrilleColibrille   17 octobre 2014
- Si on l'emporte, on sera tous acceptés dans la 7e famille et on aura le droit de quitter Néosalem. C'est ce que vous vouliez, pas vrai ?
- Oui, mais si notre équipe perd, c'est vous qui finirez dans la 8e... Pourquoi avoir pris le risque de passer l'épreuve en équipe avec nous ?
- Ils n'auraient sans doute pas accepté notre proposition si on n'avait pas couru ce risque : ça prouve notre bonne foi !
- Et puis, on a toujours tout fait ensemble, y a pas de raison que ça change. (Mais si on perd, je vais vous détester)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
orbeorbe   19 novembre 2013
Mais ce... ce mal dont vous n'arrêtez pas de parler...De quoi s'agit-il, au juste?
- Il est issu de l'autre élu...un enfant qui ne le sait peut-être pas lui-même, tout comme tu étais inconscient de ta force.
Nous espérons bientôt découvrir de qui il s'agit...afin de tout faire pour ll'empêcher de nuire.
Commenter  J’apprécie          70
garrytopper9garrytopper9   24 octobre 2014
Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres. Adieu, vive clarté de nos étés trop courts.
Commenter  J’apprécie          240
ColibrilleColibrille   17 octobre 2014
- Je sais que vous n'avez pas trop le choix... Mais... je me demande si vous ne faites pas une erreur en les laissant partir.
- Ne t'inquiète pas... Que Lucius et Diane le veuillent ou non, je vais me charger d'eux. Ils n'échapperont pas à la chambre blanche.
Commenter  J’apprécie          60
ColibrilleColibrille   17 octobre 2014
- Je veux bien diriger un groupe mais je... Je ne suis pas sûr d'avoir les pouvoirs que vous décrivez.
- Vraiment ? Vois-tu pourtant le moindre fil électrique sous l'interrupteur que tu viens d'actionner ?
- Ce train ne fonctionne que parce que tu l'as voulu, Saul...
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Fabien Vehlmann (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Vehlmann
Seuls (film, 2017), réalisé par David Moreau, d'après la série de la bande dessinée éponyme de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann. Bande annonce.
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Spirou et Fantasio - Le Groom de Sniper Alley

Dans quel pays se déroule ce tome ?

Anwasa
Ostawa
Wasana
Aswana

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Spirou et Fantasio, tome 54 : Le groom de Sniper Alley de Fabien VehlmannCréer un quiz sur ce livre