AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782914264532
237 pages
Éditeur : L'écailler du sud (15/09/2004)
3.08/5   13 notes
Résumé :
C.F. Wong est un maître du Feng Shui, mais pas seulement. Son art de l'agencement, de l'harmonie, sa maîtrise du yin et du yang en font également un admirable détective.
Dans ces toutes premières aventures du "Maître du Feng Shui", le quotidien plutôt tranquille de ce maître de la sagesse orientale se trouble irrémédiablement dans la résolution parfois épineuse, toujours cocasse, d'affaires plus mystérieuses les unes que les autres. Mais le plus grand mystère... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  30 octobre 2011
Ce roman est en réalité une kyrielle de petites aventures vécues par le grand maître du Feng Shui, C.F. Wong que, pour plus de commodités et pour une meilleure compréhension de votre part, j'appellerai ici tout simplement Wong et de son assistante de fortune, Joyce McQuinnie (Jo pour les intimes). Cette dernière lui a en réalité été imposée par un ami de ses bons clients et il n'a donc pas eu d'autre choix que de l'accepter en tant que stagiaire pour les vacances.
Deux mondes différents, deux cultures différentes qui se confrontent ici entre d'un côté, l'Orient, représenté par Wong et, de l'autre, l'Occident par Jo, Cette dernière, originaire d'Australie, va en effet découvrir les étranges us et coutumes de Singapour, de l'Inde et enfin du Vietnam tandis que Wong sera confronté aux étranges expressions de Jo et tentera, grâce à elle, de perfectionner son anglais.
Dans ces étranges aventures, il est certes question de Feng Shui mais pas seulement puisque notre "couple" on ne peut plus mal assorti sera également confronté à des histoires de meurtres et Jo sera même autorisée à assister à des séances où se retrouvent entre autres réunis un commissaire de police, une vieille voyante et un indien spécialisé dans l'astrologie.
Bien qu'au départ, Wong et Jo se rendent compte qu'ils n'ont rien en commun et que cette collaboration se présente plus difficile que prévue, ils en viennent petit à petit à s'apprécier. le quinquagénaire apportera sa science et sa sagesse à la jeune australienne de dix'sept ans tandis que celle-ci lui apprendra, non seulement à perfectionner son anglais mais surtout l'insouciance et l'impétuosité de la jeunesse.
J'avoue que j'ai été un petit peu frustrée par la lecture de ce livre car je trouve que l'auteur n'approfondit pas assez ses enquêtes et qu'il laisse souvent le lecteur sur sa faim. de plus, l'emploi récurent de termes propres au Feng Shui ainsi que de certains mots d'origine orientale qui ne sont pas traduits mettent un peu le lecteur en déroute mais il s'agit néanmoins d'un ouvrage rapide à lire et très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
babel95
  16 juillet 2017
Feng-Shui : en chinois : le vent et l'eau….
Mais qu'est-ce qu'être un Maître de Feng Shui ? C'est un géomancien, une personne qui connaît le yin et le yang, qui sait organiser l'harmonie de l'individu et de son environnement : c'est un conseiller avisé qui joue un rôle très important en Asie.
C.F. Wong, cinquante-six ans, originaire de Chine, établi depuis de nombreuses années à Singapour est un Maître renommé et apprécié.
Flanqué bien malgré lui d'une jeune stagiaire australienne de dix-sept ans, Joyce McQuinnie, énergique, proactive, et au langage ultra moderne, le Maître de caractère plutôt classique et conformiste, adepte du Qi-gong, va être amené à résoudre neuf énigmes plus difficiles et plus étranges les unes que les autres ; Il devra ainsi, entre autres choses :
- sécuriser un parc animalier et lui permettre de retrouver son énergie positive alors que ses propriétaires ont été dévorés par les lions du parc,
- aider un jeune couple de Hong-Kong à choisir le meilleur appartement possible, cet appartement n'existant pas encore et étant vendu par loterie,
- Découvrir pourquoi un magazine extrêmement prospère est au bord de la faillite,
- Démontrer comment une banque est l'objet d'un pillage régulier particulièrement astucieux.
Ces enquêtes vont mener C.F. Wong et Joyce de Singapour, à Hong-Kong, Dehli, en Malaysie et même dans un monastère au Viet-Nam, et permettre ainsi à Nury Vittachi de nous faire découvrir de nouvelles villes, de nouveaux paysages, de nouvelles cultures, et aussi, de nouvelles cuisines.
Contre toute attente, le duo improbable fonctionne parfaitement, pour notre plus grand plaisir. le Maître et Jo ont quelquefois du mal à se comprendre ; l'anglais ultra moderne de Joyce rend perplexe C.F. Wong qui maîtrise mal cette langue et a tendance à prendre les expressions au pied de la lettre. Joyce, bien que novice dans le domaine du Feng Shui, a de grandes qualités, et le regard neuf qu'elle porte sur les énigmes apportera au Maître un ou plusieurs éléments clés, qui seront décisifs….
Le maître de Feng Shui m'a plu ; ce roman policier sympathique, plein d'humour et sans prétention, m'a permis de découvrir le Feng-Shui ainsi que plusieurs pays d'Asie.
Un moment de lecture bien agréable, qui donne envie de retrouver C.F. Wong et Joyce, dans de nouvelles aventure asiatiques.
A noter : j'ai apprécié la traduction de François Auzeau et Sabine Amoore - en raison des multiples références culturelles, le texte original n'était pas des plus faciles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bigmammy
  25 novembre 2011
Le héros de cette série de courtes histoires est un Chinois de 56 ans, à la barbe rare et aussi subtil que sec : C.F. Wong. Il est consultant en agencements et veille à mettre les lieux de travail et/ou d'habitation en harmonie avec les préceptes du Feng Shui. Les bureaux de C.F. Wong & Associés se trouvent au deuxième étage du Wai-Wai Mansion, « un vieux bâtiment commercial chinois dans la portion la moins chic de Telok Ayer Street. » A Singapour …Mais sur demande de ses clients, il se déplace en Malaisie, à Hong Kong, au Viet-Nam, en Inde. Autant d'occasions de se trouver au coeur de nouvelles énigmes policières qui se résolvent facilement grâce à une grande aptitude à l'observation et aux savants calculs et aux plans que dresse C.F. Wong sur les thèmes de naissance et de décès des personnes auxquelles il s'intéresse.
Dans ce premier recueil d'aventures, nous faisons connaissance avec une jeune stagiaire que lui envoie un de ses importants clients. C'est une Néo Zélandaise de 17 ans, un peu punk sur les bords, pas farouche pour deux sous et qui, loin de l'encombrer, s'avère rapidement dotée d'un fabuleux talent pour dialoguer sans contrainte avec tout un chacun, très complémentaire de Wong, y compris pour mettre à jour les connaissances en anglais « actuel » du vieux Maître du Feng Shui. Cette jeune Joyce McQuinnie déconcerte et fascine à la fois Wong. Il est surpris de constater combien elle séduit immédiatement les asiatiques par sa spontanéïté et, paradoxalement, sa méconnaissance des codes des civilisations cantonnaise, péranakan, indienne, malaise….. Pour moi, je la vois très bien sous les traits de Abby Sciuto, la belle experte à couettes de N.C.I.S. (Pauley Perette)
Bref : le livre est agréable à lire car chaque épisode correspond à une tranche de vie en Asie d'aujourd'hui. Pour les scènes se passant à New Delhi, en Malaisie et à Singapour, j'ai exactement retrouvé des sensations précises, des ambiances, des lieux (Orchard road, les food courts), des bruits et des odeurs qui m'ont transportée au-delà de la terre, là où je retournerai pas plus tard qu'en avril prochain.
Quant au Feng Shui, on y croit ou on y croit pas, mais c'est tellement important en Asie, et particulièrement à Singapour, que la connaissance de quelques bribes de cette science de l'équilibre des énergies et du confort bienfaisant ne peut faire de mal à personne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kaerlyon
  20 mai 2016
L'utilisation du Feng Shui comme technique policière : originale ? même pas !
C.F. Wong, maitre de Feng Shui chinois, vivant à Singapour, est contacté par ses clients pour harmoniser les lieux de vie ou de travail. Ecrivain à ses heures, ce calme quinquagénaire se voit dans l'obligation d'accueillir une stagiaire australienne de 17 ans pendant les vacances estivales. La rencontre entre ces deux mondes n'est pas de tout repos !
Joyce (Jo) McQuinnie, la jeune stagiaire, est volubile, parle "djeune", est accro au shopping, dépensière, très occidentale. Wong, le "vieux" chinois, est calme, sans geste inutile, pratiquant un art ancien qui confère à la magie, empli de philosophie orientale. Que de caricatures ! Cela aurait pu passer si l'écriture avait été plus travaillé. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Personnellement, il m'a fallu faire quelques retours pour comprendre. Il faut dire que ma lecture précédente était exceptionnelle. La transition fut difficile, ce qui explique peut-être mon jugement sévère.
Mais qu'en est-il de l'intrigue ? Tout au moins, les intrigues, puisque ce roman se présente plus comme une série de nouvelles étalées sur une saison. Elles nous font voyagées, certes, puisque les héros quittent parfois Singapour pour Hong-Kong, l'Inde, le Viêt-Nam. Malheureusement, le déroulement de l'action utilise quasiment le même schéma : Wong est appelé pour une expertise. Il fait des tracés compliqués. Son assistante s'ennuie et commence à papoter ou observe l'environnement tout en le commentant. Cela met la puce à l'oreille de Wong que quelque chose ne va pas. Il résout l'énigme ! Point !! On passe à l'histoire suivante !!! Sachant que la résolution du mystère ne prend que quelques pages, le reste est un peu long. Quant à la solution, elle est soit tirée par les cheveux, soit visible dès le départ, soit totalement impénétrable jusqu'à la fin (l'histoire de la banque, toujours pas compris !)
L'effet comique sur la différence de générations et de culture entrainant une incompréhension linguistique, a peut-être un effet comique mais qui devient lassant à la longue. Lassant et prévisible.
Franchement, si j'avais eu sous la main un autre auteur "V" pour le concours ABC, je crois que je n'aurais pas terminé celui-ci. La plus grosse déception de ce concours 2015-2016.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sharon
  30 octobre 2019
Ceci est le premier livre dans lequel le maître du Feng Shui apparaît, et, ô surprise ! ce n'est pas un roman mais un recueil de nouvelles. C.F. Wong est pourtant un maître du Feng Shui renommé, il a une secrétaire totalement inefficace, et des contrats qu'il honore, tout en veillant à se faire rémunérer. Il accepte même de prendre un jeune stagiaire, Jo, qui lui a été chaudement recommandé par son père, un de ses clients. Seulement, le maître du Feng Shui ne maîtrise pas toutes les subtilités de l'anglais – il n'est pas le seul dans ces nouvelles – et pour lui, Jo ne pouvait être qu'un garçon, pas une fille ! Il se rend compte cependant très rapidement de l'intérêt de travailler avec elle. D'abord, elle n'est pas aussi empotée qu'il le croyait, elle perçoit très bien qu'il ne l'apprécie pas, et elle fait même merveille avec des clients que C.F. Wong avait du mal à apprivoiser – la sensibilité féminine, la jeunesse, il n'y a que cela de vrai !
L'art du maître du Feng Shui, c'est aussi l'art d'anticiper. Si certains de ses clients sont réellement ce qu'ils paraissent être, et sont d'une grande honnêteté, d'autres pensent utiliser le maître à leur fin. Il ne s'agit pas de le manipuler, non, il s'agit de bien pire que cela – d'où la nécessité d'anticiper. Ses vieux complices apparaissent déjà dans ce premier tome, de même que sa propension à vouloir comprendre les expressions « jeunes » de sa stagiaire, afin d'étendre la palette de ses compétences – et à ne pas comprendre sa passion pour les boissons à base de lait et de café.
Le maître du Feng Shui est un recueil drôle, mouvementé, sans illusion sur la nature humaine.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   16 juillet 2017
…. Wong s’était déjà rendu à son premier rendez-vous de la journée et il revint en sueur au bureau sur le coup de neuf heures et demie Il y fut accueilli par le regard inquiet de Winnie qui le désigna d’un hochement de la tête une silhouette massive posée sur son bureau en train de lire un magazine étranger.
M.C. Quinnie. N’est pas un garçon, comme vous voyez, annonça Winnie.
Oui, confirma-t-il.
Mademoiselle McQuinnie descendit du bureau d’un bond, traversa la pièce en deux enjambées et lui serra vigoureusement la main Elle ne s’appelait pas Joe, mais Joyce, même si ses proches l’appelaient Jo ou Joey. Elle n’avait aucunement l’intention de classer ses vieux dossiers. Elle avait pris un congé sabbatique, ou quelque chose dans le genre, et planchait sur un mémoire consacré à la géomancie orientale pour une boîte privée qui préparait à un cursus universitaire très prisé. Elle souhaitait passer une partie de ses vacances d’été à observer Wong et étudier son art. Elle voulait devenir son « ombre », comme elle disait. Elle voulait voir comment il travaillait au bureau et l’accompagner lors de ses visites à l’extérieur. Elle était à Singapour depuis trois semaines. Elle vomissait un torrent de paroles, mais quelle langue parlait-elle donc ?
- Moi j’attaque genre : « Et comment on devient la reine du feng choui en deux temps, trois mouvements ? » et mon père, lui, y’me répond style « mon pote M. Pun a un vrai Maître du Feng Choui sous la main et t’as qu’à bosser avec lui pendant trois mois. « Et moi, du coup j’ui fais « Wow ! ».
- Wong la dévisagea.
- Je s’rai complètement invisible, et tout, quoi…. Vous ne vous rendrez même pas compte que j’suis là.
- Wong comprit sur le champ qu’il s’agissait là d’une personne incapable de se taire, même en pratiquant sur elle l’ablation du larynx. Son allure détonnait. Elle était grande. Vêtue de couleurs vives. C’était une occidentale. Il aurait été aussi logique de dire qu’une girafe passe inaperçue parce qu’elle ne parle pas. Certaines personnes et certains lieux ne sont tout simplement pas faits pour s’entendre. Comment disait-on déjà, dans 500 expressions idiomatiques anglaises. A propos des éléphants. Un éléphant dans un magasin de porcelets ?
Elle expliqua qu’elle voulait seulement écrire sur le Feng Shui d’un point de vue strictement académique.
J’veux dire que… J’suis même pas sûre de croire dans ce truc moi-même. En général, j’suis plutôt du genre… sceptique quoi, dès que sa parle de magie ou ce genre de charabia. Pas que j’veuille insinuer que votre truc c’est du charabia. Jamais d’la vie. Mais faudra p’t’être que j’écrive là-dessus d’une manière un peu rendre dedans, parce que mon directeur de projet aime bien quand y’a un peu d’polémique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
babel95babel95   16 juillet 2017
Dehli, tout comme Hong Kong et Singapour étaient de ces villes frénétiques, très peuplées et où tous semblaient s’activer incessamment comme en perpétuelle mission urgente. Et pourtant, ici, se dégageait aussi une présence spirituelle. On voyait souvent des femmes ou des hommes les mains jointes comme en prière. Dieux, autels et autres images saintes foisonnaient – quelquefois côte à côte avec des posters des Spice girls ou d’Elvis Presley.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
babel95babel95   16 juillet 2017
- Ca fait plaisir de voir qu’il y a des gens dans cette partie du monde qui aiment la musique avec un peu de … classe, quoi. Vous voyez ? Cela dit, tout n’est pas génial. Ils ont une bonne femme, Pheobe Poon, qui est vraiment à gerber à se la jouer intello alors qu’en fait, elle craint. Velu.
- Elle craint qui ? demanda Wong, regrettant aussitôt d’avoir posé la question.
- Elle craint personne. Elle craint, c’est tout.
- Ah oui, je vois, s’enfonça Wong, qui ne voyait rien du tout.
Discuter avec Joyce l’épuisait. Il s’avait que certains hommes murs ressentaient de l’attirance pour les jeunes femmes, mais avaient-ils seulement essayé de leur parler ? Elles constituaient une espèce tellement à part qu’il voyait mal quel type de relation humaine pouvait s’instaurer avec elles. A ses yeux il était plus facile de communiquer avec un chien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cicou45cicou45   30 octobre 2011
"En fait, ce n'était qu'en se confondant à des personnes qui ne cadraient pas tout à fait avec notre vision du monde que l'opportunité de grandir se présentait."
Commenter  J’apprécie          60
cicou45cicou45   30 octobre 2011
'Si l'homme saint abandonne l'amour toute sa vie durant, il fait plaisir auc Cieux ; si l'homme saint abandonne toute sa vie pour l'amour, il fait aussi plaisir aux Cieux."
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : Feng-shuiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
78 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre