AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782877304764
162 pages
Editions Philippe Picquier (24/02/2000)
3.11/5   36 notes
Résumé :
Doc n'est pas un détective de métier. Il est brahmane et exerce à Madras la profession de médecin. Ce passionné de musique indienne et d'arts martiaux aurait déjà largement de quoi s'occuper si, de temps à autre, le hasard ne mettait sur sa route une histoire criminelle. Doc hésite toujours à s'en mêler mais, comme il a reçu une éducation traditionnelle, il arrive qu'un passage de quelque ancien traité stimule sa réflexion et l'aide à résoudre l'énigme.
Que lire après Nuit blanche à MadrasVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Le brahmane Doc est le héros de cette série de romans policiers, ce médecin sert régulièrement de médiateur entre la police et les familles des victimes de crimes, car il sait écouter, il est très patient, ne prend pas partie et sait dénicher les plus petits mensonges.
Dans ce volume, il va tenter d'aider la police à retrouver une jeune femme portée disparue, cette jeune femme a la particularité d'avoir une soeur jumelle et normalement, elles font tout ensemble et ne se quittent jamais. La soeur jumelle devrait donc pouvoir expliquer à la police et à sa famille éplorée ce qui a bien pu lui arriver.
Mais bien évidemment, tout n'est jamais simple dans la vie et, de petits secrets en gros mensonges, on s'aperçoit rapidement que ces deux jeunes filles avaient bien des choses à cacher.
Ce que j'aime dans ces enquêtes, c'est le talent de l'auteur pour décrire aussi bien la vie quotidienne en Inde, ses odeurs, ses couleurs, les plats, les fêtes, les traditions, les castes, les rapports des gens entre eux…
Une enquête encore une fois très dépaysante.
Commenter  J’apprécie          270
Tout au long de la lecture ,tres plaisante au demeurant, j'ai cru être dans un roman d'Agatha Christie...L'intrigue n'est pas haletante comme les thrillers de maintenant ,c'est plus une résolution d'énigme à la Hercule Poirot.
Quelque part c'est bien plus tranquille! lol!
Ce qui m'a plu c'est le fait d'entrer dans la société indienne avec ses castes et les coutumes qui leur sont propres.Mais aussi les repas ,les boissons,les fleurs..La littérature ,le Panchatantra est souvent cité,la musique ,la philosophie,les arts martiaux... C'est l'occasion ludique de découvrir ce pays fascinant...
Petit policier sans prétention mais qui peut servir aussi aux amateurs du genre thriller à souffler un peu .
Commenter  J’apprécie          40
Le personnage fétiche de Sarah Dars est d'emblée attachant. Et d'emblée, c'est un héros; brahmane, maître en médecine ayurvédique, maître en kalaripayatt, le jeu du sabre et du bâton, on est en face avec quelqu'un de sérieux, les criminels sont prévenus. Il entre dans la catégorie des détectives amateurs, car la police est souvent débordée ou inefficace dans cette bonne ville de Madras, ou encore Chennai selon la nouvelle appellation. Une des entraves à toute enquête, et c'est là où notre brahmane entre en jeu, c'est le système des castes, qui pèse encore de tout son poids dans la plus grande démocratie du monde. D'ailleurs, par sa seule caste, notre héros donne le ton de ses aventures ; il en aurait été tout autre s'il avait été un Intouchable. Pour en revenir à cette enquête de Doc, elle se laisse lire plaisamment et fait appel à son érudition, l'auteure nous dépayse sans trop nous perdre avec un vocabulaire dévoilant les mystères du sous-continent indien.
Commenter  J’apprécie          10
Nuit blanche à Madras est la première enquête du brahmane Doc, médecin-détective issu de l'imagination de Sarah Dars, universitaire spécialiste de l'Inde.

Dans ce tout premier ouvrage, Sarah Dars promène son enquêteur - et nous avec - dans les rues de Madras (ce qui est normal, étant donné que le brahmane Doc est Tamoul) où il va résoudre l'énigme de la mort de Suryâ (Soleil), soeur jumelle de Chandrâ (Lune), mystérieusement disparue un jour d'éclipse solaire, événement jugé néfaste dans la culture indienne.
Commenter  J’apprécie          10
Un polar dépaysant, pour le moins, mais une intrigue qui se traîne et un détective amateur auquel j'ai eu du mal à m'attacher, bien que sympathique au premier abord...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
C'est dans le quartier de Mylapore où il faisait quelques emplettes, que Mitra finit par trouver Doc. Au pied du grand gopuram du temple de Kapaleshwara, tout autour du bassin carré, s'étalait un petit marché que Doc affectionnait particulièrement. Nulle part on ne pouvait acheter coriandre plus parfumée, gingembre plus frais, aubergines plus rebondies. Se frayant lentement un chemin entre les jeunes veaux couchés en rond, les pyramides de noix de coco, les larges paniers d'herbes, les poudres colorées et les monceaux de guirlandes de roses et de jasmin, il choisissait, marchandait, plaisantait avec les uns et les autre. Et voilà que, tout à coup, il se trouva nez à nez avec un Mitra hagard, qui s'agrippait à son bras en bredouillant des mots incompréhensibles.
Commenter  J’apprécie          10
De son côté, bien qu'éveillée depuis des heures, Chandrâ n'osait pas bouger, car le lit de Suryâ était vide et, de toute évidence, celle-ci n'était pas rentrée du tout. [...] Et maintenant, toute la maisonnée s'affolait et cherchait un éclaircissement auprès de Chandrâ.

Les Mitra se résolurent donc à signaler à la police la disparition de leur fille [...] [et] se rendirent la mort dans l'âme chez l'inspecteur Gopan.

M. Mitra avait rencontré plus d'une fois ce policier à son club et il souhaitait seulement lui demander conseil. [...]. Gopan écouta attentivement les Mita [...] mais Mme Mitra, peu gagnée par l'optimisme de Gopan, décida son époux à aller chercher Doc, pour qu'il leur dise quoi faire.
Commenter  J’apprécie          10
Les prénoms [Suryâ] Fille du Soleil et [Chandrâ] Fille de la Lune, que leur mère mourante avait murmurés, en insistant pour qu'elles les portent, leur tante les leur avait donnés, par respect pour la malheureuse parturiente, malgré un préjugé défavorable envers les noms inspirés des astres. Mme Mitra, alors jeune et inexpérimentée, avait, en somme, dû choisir entre enfreindre une superstition et ne pas exaucer le voeu d'une mourante.
Commenter  J’apprécie          10
Tu connais les slogans de l'office du tourisme du genre "En découvrant l'Inde, découvre-toi toi-même" ? C'est bien trouvé, non ? On dit que c'est en voyageant que l'on découvre qui l'on est, ce que l'on vaut, ce que l'on mérite. Avec l'Inde, les étrangers doivent être servis ! Sans parler de nous, Indiens, qui malgré l'entraînement avons parfois encore des surprises.
Commenter  J’apprécie          10
Tu sais, le fruit du Gunja est beau, mais c'est du poison, et celui du jacquier a une odeur putride, alors que c'est du nectar. Comment se fier aux apparences?
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : indeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (92) Voir plus



Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
96 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre

{* *}