AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Catherine Richard (Traducteur)
EAN : 9782267022070
533 pages
Christian Bourgois Editeur (01/08/2011)
2.71/5   7 notes
Résumé :
A Gatwik, les cinq copines du roman Les sopranos se retrouvent pour de nouvelles aventures. Elles sont étudiantes ou employées et décident de prendre le premier vol à bas prix pour une destination de rêve. De péripétie en péripétie, ce nouvel opus offre un tableau de la fragilité humaine avec en filigrane les problématiques de la société écossaise : disparité, éducation, capitalisme, etc.
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Themahyperlibrairie
  05 avril 2013
Avec sa plume incroyable Warner nous offre à nouveau un roman haut en couleurs où la simplicité du roman cache une réelle réflexion sur notre société.
J'ai eu le plaisir de recevoir ce roman grâce à une masse critique organisée par Babelio. Et sur le coup, on a beau être libraire on ne peut pas tout connaître car au moment où j'ai commencé la lecture de ce roman, je me suis rendue compte qu'un autre roman de l'auteur était sorti en poche "Les Sopranos" qui est dans le fond les premières aventures de nos 4 héroïnes. J'arrête la lecture du roman reçu pour commencer les Sopranos et je ne regrette pas car nous pouvons profiter d'une aventure sur le long terme. Nous les suivons adolescente pour après les retrouver adulte. Elles ont grandi et leurs liens aussi.
L'envie de partir en vacances, de se retrouver, les promesses d'amitié qui se veulent pour l'éternité. Alors l'idée est lancée: elles se retrouvent à l'aéroport pour un voyage exotique. Mais rien ne se passe comme prévu. Elles sont tout simplement bloquées dans cet aéroport.
Et dans le fond l'allégorie est parfaite: bloquée dans cet aéroport, bloquée dans leur vie, dans leurs sentiments. Et puis tout se déverse, tout se dit. Elles subissent le fait aussi de stagner dans cet aéroport, dans leur vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sarahdu91
  22 novembre 2015
Elles s'appellent Ava, Manda, Kay, Finn, Shell et Kyle, elles sont Anglaises et les meilleures copines du monde...elles ont prévu partir en vacances quelques jours quelque part mais...car il y a un mais où??? Ce huis clos se déroule à l'aéroport de Gatwick et mise à part leurs beuveries dans les bars de ce dernier, leurs habitudes de fumer cigarettes sur cigarettes et aller jusqu'à se faire un rail de coke et tester les chambres d'hotel eh bien nous n'avons pas grand chose de plus dans ce roman chick lit...
Je ne connaissais pas cet auteur mais pour moi c'est une déception que d'y trouver ce genre d'occupations...au départ cela tournait autour du thème de partir en vacances tout de même...et pour un pavé de plus de 500pages, je félicite l'auteur d'avoir eu autant d'inspiration...
Commenter  J’apprécie          40
betty
  25 mars 2013
Sitcom dit le bandeau de couverture... C'est ce qu'on pourrait croire au vu du nombre de rebondissements ! Il y a pourtant bien plus de profondeur que ça dans ce huis clos d'aéroport, la comédie apparente laisse souvent la place au pathétique...
Elles ne sont pas très distinguées, nos 6 héroïnes, souvent grossières, parfois saoules, parfois saoulantes... mais on s'attache à elles, même la discrète (et anglaise) Ava nous surprend ! Il faut noter que la gouaille écossaise (et son accent si caractéristique) est très bien traduit... ouaye^^ Finalement c'est à ça que tient l'atmosphère de ce livre : on est tout entier dans leur univers.
Malgré tout, il me semble qu'il vaut mieux découvrir Alan Warner avec Morvern Callar, plus concentré et plus percutant, selon moi.
Merci à Babelio et Masse Critique de m'avoir permis de lire un deuxième roman d'Alan Warner : à poursuivre avec Les Sopranos, un de ces jours !
Commenter  J’apprécie          00
julinou
  22 mars 2013
Une histoire bien originale où on suit six copines en quête de vacances. Avant d'embarquer dans l'avion, l'une d'elles perd son passeport .. l'aventure commence ! Style d'écriture pas toujours fluide mais qui se laisse lire quand même. Un bon moment de lecture grâce à l'opération Masse critique, merci à Babelio et aux éditions Points.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LaPresse   12 septembre 2011
Les échanges sont souvent hilarants, le portrait parfois pathétique (mais réjouissant), et le résultat, grinçant et intelligent.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   31 août 2011
Drôle, grinçant et surtout pathétique.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 septembre 2017
Dans leur village et leur petite ville, on reluquait Ava et Finn pour déceler chez elles des signes de dissolution naissante et de décadence ; dans la grande ville de Londres, on ne les examinait que pour soupeser leurs possessions, guetter le moindre avantage. Fut un temps où les gens regardaient et évaluaient le visage d’un inconnu ; désormais, ils remarquaient d’abord vêtements, sac à main et montre quand on s’avançait vers la tête de la file au McDonald’s, le samedi soir ; peut-être les chaussures, une fois qu’on s’éloignait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 septembre 2017
— Il faut que tu lui mettes l’Aide sociale à l’enfance sur le dos.
— Ouais mais ça a pas que des bons côtés de mêler ces tarés-là à ta vie ; ils pondent plus d’embêtements que de solutions. C’est vrai, les gens tirent des conclusions vite faites mais c’est super d’avoir un petit gars ; c’est super, voilà. Moi ça me va. Un jour il sera grand comme tout et il ira à l’école, et moi j’aurai encore de belles années devant moi, tu vois le truc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 septembre 2017
Et moi j’ai cru à tout ça aussi ; à faire le bien et pas faire le mal. Mais en prenant de l’âge, j’ai commencé à penser qu’il y avait pas mal de bobards dans tout ça. Des bobards pour nous faire faire ce que l’école, les sœurs et l’Église voulaient qu’on fasse, et pas ce que moi je voulais faire, ou peut-être même Jésus, lui aussi, alors je pose la question : c’est ça, la philossophie ?
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 septembre 2017
La mauvaise coke est dangereuse, et celle-là, c’est ce qu’il y a de mieux à Londres. Je suis riche. Je prends pas de la merde. Celle-là est sans danger. De même que prendre l’avion c’est moins risqué que la voiture mais qu’on se dit jamais ça à bord d’un avion. Tu prends un sniff et je te donnerai le reste pour que tu en fasses ce que tu voudras.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 septembre 2017
Je suis bien trop jeune pour me marier ; surtout avec un gros nase dans son genre. Me marier maintenant ? Non merci. Je vois bien vos parents, à vous autres. Vieillir mariés, ça veut dire baiser de moins en moins et péter de plus en plus l’un avec l’autre, jusqu’au jour où la vie c’est plus qu’un seul long pet.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Alan Warner (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alan Warner
Alan Warner - Les étoiles dans le ciel radieux .Alan Warner vous présente son ouvrage "Les étoiles dans le ciel radieux" qui paraîtra le 25 août 2011 aux éditions Bourgois.http://www.mollat.com/livres/alan-warner-les-etoiles-dans-ciel-radieux-9782267022070.html
autres livres classés : aéroportVoir plus





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
928 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre