AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266246897
672 pages
Éditeur : Pocket (13/02/2014)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Cinq ans après les événements de Rifteurs, le monde s'écroule. Lenie a rapporté un terrible virus du fond des abysses. Béhémoth détruit la biosphère terrestre et tue des millions de gens. Tout autour du globe règne le chaos, tandis que l'ancien réseau Internet est aux mains de monstres artificiels révérant Lenie comme la Madone du désastre. Dans une station au fond de l'océan, quelques nantis espèrent un miracle. Mais Lenie est à leur recherche.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Malahide75
  04 juillet 2015
À l'issue du précédent opus, « Rifteurs », nous avions laissé une Lenie Clarke passablement remontée contre les corpos, responsables de sa transformation. Dans sa quête de vengeance, elle avait sillonné le continent, provoquant sur son passage la mort de millions d'êtres humains, victimes du virus Béhémoth, dont elle était porteuse. Surnommée la Madone du désastre, Clarke avait fini par retrouver la trace, au fond de l'océan, d'un complexe dans lequel se terraient des corpos privilégiés.
À l'entame de ce troisième et dernier tome, cinq ans se sont écoulés. Les corpos et les rifteurs ont signé un pacte de non-agression réciproque, mais les tensions et les soupçons persistent. Clarke, rattrapée par la culpabilité de ses actes, essaie de préserver la paix entre les survivants des abysses. Mais la tâche s'avère nettement plus compliquée lorsque l'on découvre le virus Béhémoth aux fonds des eaux... Un Béhémoth génétiquement modifié, qui met en péril les survivants. Clarket et Ken n'ont d'autre choix que celui de remonter à la surface et de tenter de sauver ce qui peut encore l'être.
Biotechnologies, intelligence des réseaux et bidouillages génétiques sont les maîtres mots de cette série et le troisième tome ne déroge pas à la règle.
Les notions sont ardues, le propos parfois rudes, mais l'aventure se teinte ici de beaucoup plus d'humanité, avec la forte thématique de la culpabilité.
Bref, on en vient presque à apprécier ces pervers sociopathes, et à espérer qu'ils s'en sortent malgré tout !
Un roman d'anticipation scientifique parfois obscur et pessimiste, mais qui, malgré sa noirceur, donne un brin d'espoir en l'être humain et en la possibilité d'une seconde chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Apophis
  28 janvier 2020
Ultime tome de la trilogie Rifteurs, βéhémoth est (et de façon nette) le plus « mauvais » des trois, non pas tellement en lui-même mais plutôt en comparaison de ses deux prédécesseurs, beaucoup plus solides. Trop long (la première des deux parties -autant de volumes différents dans l'édition anglo-saxonne- est pratiquement dispensable ou aurait dû être résumée en quelques chapitres, c'est tout dire), avec certains personnages à l'utilité discutable, des redites, des révélations ou rebondissements téléphonés (sauf un, à la rigueur), et surtout une fin à la fois abrupte et trop facile pour les protagonistes et un épilogue qui laisse carrément le lecteur sur sa faim, ce tome 3 mérite la réputation passable qu'il se traîne. Ou plutôt la mériterait sans l'excellent personnage qu'est Achille Desjardins, l'intelligence dans le traitement des thématiques, la postface scientifique qui est toujours une tuerie, et bien sûr le Sense of wonder d'une des révélations finales. Bref, une fin de cycle en demi-teinte, mais une saga à découvrir absolument pour tout fan de Hard SF et de Biopunk qui se respecte !
Ce qui précède n'est qu'un résumé : retrouvez la critique complète sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
henrimesquida
  15 février 2018
On part cette fois d'une situation bien connue (l'Amérique du Nord en proie au virus biologique βehemoth et informatique Lennie/Madonne du Désastre) pour suivre Lennie Clarke et Ken Lubin, d'abord dans les profondeurs de l'océan, puis sur la terre ferme. On perd donc par rapport aux précédents tomes en découvertes nouvelles, et en originalité : on sent que c'est une suite et une fin. Moins de surprise et moins de paillettes dans les yeux, mais à l'instar des autres écrits de cet auteur, le tout est toujours très bien documenté, et les sources et réflexions de l'auteur apparaissent d'ailleurs à la fin.
Ne peut pas se lire sans avoir lu les deux premiers.
A lire pour terminer la trilogie, mais pas aussi original/bien/novateur/je-vous-en-mets-plein-la-vue que les précédents.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
  16 décembre 2014
L'océan profond, opportunité salvatrice et menace redoutable. (3)
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2014/12/16/note-de-lecture-la-trilogie-des-rifteurs-peter-watts/
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
SciFiUniverse   21 décembre 2012
Troisième volet de la saga Rifteurs, βéhémoth s'inscrit comme la conclusion logique de cette aventure à la fois océanique et psychologique.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   16 décembre 2014
Et vous les auriez quand même laissés me recâbler et me transformer en quelqu’un d’autre, me donner des monstres pour parents et m’envoyer au fond de l’eau ?
– … Oui.
– Parce que vous serviez l’Intérêt Général.
– J’essayais.
– Une corpo altruiste, remarqua la rifteuse. Comment vous expliquez ça ?
– C’est-à-dire ?
– Ça va un peu à l’inverse de ce qu’on nous a raconté à l’école, quand on nous a expliqué pourquoi les sociopathes arrivent aux échelons supérieurs de la hiérarchie et pourquoi on devrait tous être reconnaissants que les difficiles décisions économiques du monde soient prises par des gens qui ne sont pas paralysés par leurs émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Malahide75Malahide75   04 juillet 2015
Elle s'en souvient, mais tout juste. Quiconque de qualifié pour la combinaison de plongée se sentira forcément toujours plus à l'aise au fond de l'eau qu'en compagnie de sécheux, mais quelques rifteurs sont quand même remontés, au tout début. À l'époque où il pouvait rester un espoir d'inverser la tendance.
Mais personne depuis. Risquer sa vie pour assister à la fin du monde n'est pas l'idée qu'on se fait d'une permission à terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Malahide75Malahide75   04 juillet 2015
Une fois qu'on a aidé à détruire le monde, qu'on a pris un plaisir cuisant à son agonie, difficile de s'affirmer moralement supérieur à quelqu'un de simplement réticent à le sauver. Même si cela remonte à quelques temps. Même si on a changé depuis. S'il existe un délai de prescription pour les terricides, il est forcément supérieur à cinq misérables années.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Peter Watts (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Watts
Interview de Peter Watts par Actusf aux Utopiales 2010.
autres livres classés : biologie marineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3012 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre