AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Koma tome 2 sur 6

Frederik Peeters (Illustrateur)
EAN : 9782731663402
48 pages
Les Humanoïdes associés (12/05/2004)
3.91/5   41 notes
Résumé :
À la fin du premier tome, nous quittions Addidas perdue au fond d'une cheminée où elle rencontrait un grand monstre impressionnant, mais tout aussi effrayé qu'elle.

Parti à sa recherche, son papa demande l'aide des autorités locales, mais il va vite se trouver confronté à l'administration et au fameux permis de ramoner. Cette affaire le mène directement au grand trou, un immense chantier où, sous l'ordre d'un simple commissaire, on se retrouve condamn... >Voir plus
Que lire après Koma, tome 2 : Le Grand trouVoir plus
Lupus - l'Intégrale par Peeters

Lupus

Frederik Peeters

4.03★ (856)

5 tomes

Ring Circus, tome 1 : Les Pantres par Chauvel

Ring Circus

David Chauvel

3.24★ (172)

4 tomes

Volunteer, tome 1 par Sevestre

Volunteer

Muriel Sevestre

3.58★ (79)

3 tomes

Aâma - Intégrale par Peeters

Aâma

Frederik Peeters

3.89★ (1300)

5 tomes

Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 41 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'avais écrit que le premier tome était prometteur mais frustrant parce que l'histoire n'allait pas très loin dans ce format limité à 48 pages. Me voilà rassuré, la suite est de qualité, on navigue entre monde de la réalité et monde du rêve (ou de la mort). Cette réalité est noire, cruelle, un peu kafkaïenne ou orwellienne. le père, pour sauver sa fille se retrouve enfermé dans une sorte de bagne, à creuser un énorme trou et sa vie erre dans le monde des machines pour tenter de sauver son père. C'est touchant et poétique. Les dessins sont superbes avec des couleurs naturelles en aplats, des contrastes forts, un trait épais et de grandes surfaces de noir comme dans des gravures sur bois. le labyrinthe du monde des machines est interminable, il laisse planer le doute entre la mine et l'intérieur d'un corps humain et c'est ce parallèle qui fait toute la magie de l'histoire. Les personnages aspirent à l'empathie et ce deuxième tome m'a enfin permis de m'accrocher à l'histoire.
Commenter  J’apprécie          160
Tome 2 :
Addidas, "mais pas comme les chaussures, hein !", est une petite fille qui est victime de malaises récurrents. Fille d'un ramoneur veuf pauvre et alcoolique, elle aide son père dans son travail car sa petite taille lui permet de se faufiler dans les conduits étroits.
On apprend rapidement l'histoire tragique de la mère de famille.
Les malaises d'Addidas la transportent dans un monde peuplé de monstres fantastiques, sans savoir ce qu'ils sont exactement ni pourquoi ils apparaissent. On ressent dans les dessins et dialogues la tristesse de cet enfant qui est impuissante face à la détresse de son père, mais qui fait tout pour l'aider. Ses grands yeux pétillants et son sourire font contraste avec sa vie difficile.
Dans ce tome, Addidas s'engouffre dans des cheminées et y rencontre les monstres de ses rêves. Ce monstre lui parle d'un pouvoir bien particulier qui va intéresser fortement la petite fille car pourrait chambouler sa vie...

Son père, de son côté, part à sa recherche mais se retrouve captif, devant creuser un "Grand trou" avec d'autres détenus. Il souhaite s'évader pour retrouver sa fille au plus vite.

Encore du suspense et des mystères à la fin de ce tome, ce qui donne là encore envie de lire le suivant.
Les dessins sont toujours autant travaillés.
Commenter  J’apprécie          40
Des monstres, des tunnels et des machines… C'est un monde souterrain que l'on découvre dès les premières planches. Là, dans la pénombre, une créature aussi noire que le charbon se démène pour faire fonctionner un immense engin ; il actionne les bras articulés, fait couiner les vérins hydrauliques, tente d'éviter la surchauffe et la panne.

Visiblement, l'appareil est plutôt capricieux, le point de rupture est proche puis aussi soudainement, ses rouages se remettent en branle. On quitte alors les bas-fonds pour remonter à la lumière. C'est alors qu'on découvre une petite fille inanimée qui reprend peu à peu ses esprits. L'enfant se lève, s'installe confortablement sur une banquette de l'estaminet, sort crayon et calepin. Elle y trace un petit trait qui nous apprend qu'elle est loin d'en être à sa première absence, le compte de ses absence a déjà rempli un petit carnet et le second est bien entamé.

Il n'en faut pas plus pour nous inviter à plonger dans ce récit, comprendre ce monde et en percer l'intrigue… ne trouvez-vous pas ? Addidas, petit bout de fille aux cheveux ébouriffés, aux grands yeux pétillants de vie, au caractère que l'on sent déjà bien affirmé est la compagne idéale du lecteur.
La fillette intrigue et attendrit, on apprend rapidement qu'elle vit seule avec son père depuis qu'il est veuf. Tous deux vivent très modestement. Pas d'école pour Addidas, le paternel n'a pas les moyens. Alors elle descend dans ces grandes cheminées pour aider son père ramoneur, elle y prend des risques et se glisse dans les conduits les plus étroits… La concurrence les oblige à repousser sans cesse leurs limites physiques pour honorer leurs contrats. Un jour, malgré l'avis paternel, Addidas se faufile dans un conduit et ne revient pas… du moins pas à la lumière. Elle tombe nez à nez avec la créature couleur ébène, l'occasion pour nous, lecteur d'en apprendre plus sur le monde souterrain, d'observer d'autres colosses affairés à l'entretien des machines. Chacun d'eaux est affecté à une seule machine dont on apprend rapidement la fonction… Surprenant. La lecture nous emmène de surprises en émotions. J'ai plongé.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          30
Nous retrouvons la jeune ramoneuse Addidas dans les sous-sols de sa cité industrielle en compagnie de cet étrange être simiesque qu'elle apercevait dans ses flashs hallucinatoires : la réalité a rejoint le rêve. En parallèle, nous suivons son père qui se retrouve confronté à l'administration et envoyé aux travaux forcés dans le “Grand Trou”.
J'aime toujours autant le trait épais et les aplats de couleur de Frederik Peeters pour créer ce monde industriel sombre et cruel, entre cheminées immenses, boyaux étroits, dortoirs bondés et machines des profondeurs.
Encore un album qui se lit vite et bien.
Commenter  J’apprécie          40
La réalité, la vie, le songe. Un mélange assez surnaturel où les auteurs veulent nous faire réfléchir au sens de la vie. C'est pas mal, pas mal du tout, j'ai réussi à être embarquée dans cet univers psychédélique et enfantin. J'aime toujours les traits et les couleurs de ces graphismes. Mais quand la dernière page est arrivée, aaaa j'ai été surprise alors où sont les autres ? Vite, vite, faut les retrouver !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Je me demande à partir de quand nos soucis nous empêchent de dormir et si ça vient d’un coup ou petit à petit. Et à partir de quelle hauteur exacte on dit qu’une colline devient une montagne et comment était ma mère, et comment mon père était avec elle et comment ils étaient tous les deux
Commenter  J’apprécie          60
- Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu… Pas possible pour les vrais de venir ici !
- Ah non ? Je suis ramoneur et j’ai glissé et ça m’arrange bien passque je veux pas remonter là-haut !
- Pourquoi ?
- On se connait pas assez pour te dire.
Commenter  J’apprécie          20
Ils vous tueront tous de toute façon, main cassée ou pas main cassée ! Alors cassez-vous tout ce que vous voulez, vous serez des cadavres de toute façon ! Des cadavres tout cassés mais des cadavres quand même !
Commenter  J’apprécie          10
Je suis comme la fumée...
Je trouve toujours la sortie...
Commenter  J’apprécie          20

Video de Pierre Wazem (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Wazem

Conférence BD / Les Prix Rodolphe Töpffer de la Ville de Genève / 22.01.14
Table ronde sur les enjeux des prix avec les auteurs Dominique Goblet, Bastien Vivès, Pierre Wazem, l'écrivain, scénariste, éditeur et critique Benoît Peeter...
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (75) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5261 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}