AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267028646
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (15/05/2015)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le 21 août 1986 : un soir de pleine lune, dans une vallée reculée du nord-ouest du Cameroun, près de deux mille hommes, femmes et enfants meurent. Des centaines de poulets, babouins, zébus, oiseaux également, tandis que les huttes et les palmiers demeurent étrangement intacts. Que s'est-il passé réellement ?Depuis des années, des scientifiques venus du monde entier se succèdent pour tenter d'élucider ce mystère ; les missionnaires sur place s'efforcent de l'explique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
topocl
  24 octobre 2016
21 août 1986, aux abords du lac Nyos, dans une zone volcanique du Cameroun, une explosion, une odeur d'oeufs pourris, et le lendemain, sont retrouvés morts les corps de 1800 habitant et d'innombrables têtes de bétail
25 ans après , la zone reste interdite. Faute d'une explication scientifique cohérente, les croyances se sont infiltrées, porteuses d'étranges théories en appelant à la vengeance biblique, au courroux des ancêtres, aux complots internationaux ou au génocide intracommunautaire.
Fred Weterman étudie obsessionnellement au fil des années les faits, les interprétations, interroge les survivants et les acteurs principaux de l'après, dévoile les rumeurs et les histoires. Ce récit touche-à-tout colle à l'événement et à ses suites complexes, tant à l'échelle des individus qu'à l'échelle d'un pays, mais aussi à la quête obstinée de l'auteur. Westerman captive le lecteur avec cette histoire unique, dont il révèle autant de faits avérés que d'interrogations. de portraits en digressions, il avance peu à peu selon un plan structuré (l'échec des scientifiques, l'humaine réponse des missionnaires, la fatalité assumée des autochtones.
Au-delà de ce plan organisé, j'ai pâti d'un parti-pris de fragmentation, d'allers et retours chronologiques incessants, qui donnent l'impression que Westerman a fait trois tas de rushs, mais n'a pas trouvé de chef-monteur pour les assembler dans un récit fluide. C'est très haché et ce choix de présentation nuit sans doute à une certaine progression dramatique. Il n'en demeure pas moins qu'on assiste estomaqué à ce mystère sans solution, promu au rang de mythe moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mediathequelespennesmirabeau
  29 juin 2016
Le fait relaté dans cet ouvrage est traité comme un fait divers de roman policier. En 1986 autour d'un lac au Cameroun des milliers d'hommes et de femmes meurent tout à coup et de manière mystérieuse de même que tous les animaux domestiques et sauvages, les oiseaux …
Des scientifiques de renoms se rendent très vite sur les lieux avec chacun une explication rationnelle des événements survenus. Cependant vingt cinq ans plus tard le mystère demeure entier. L'auteur décortique à la manière d'un policier toutes les enquêtes, toutes les hypothèses émises, toutes les histoires et légendes nées de ce fait étrange et inexpliqué. Cette très sérieuse enquête sur un fait avéré est d'une lecture passionnante car page après page et l'accumulation de constations, de résultats d'analyse, le lecteur a l'impression que la solution de l'énigme est à portée de main, enfin … et non.
Il est très intéressant de voir comment les hommes se sont emparés de ce fait pour faire naître des histoires, un mythe. Il montre également les querelles d'ego des scientifiques dont Tazieff et leurs comportements aux relents post-colonialistes.
Un livre passionnant qui a la même force d'attraction qu'un bon roman policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LesEchos   14 août 2015
Entre essai journalistique et thriller, le nouvel ouvrage de Frank Westerman brille par sa rigueur, son souci du détail et, surtout, sa grande richesse littéraire, portant à la connaissance de tous, des histoires et légendes agitant, encore aujourd'hui, les eaux troubles du lac Nyos.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2015
En surface, dans notre bas monde, il y a deux pôles ; tout ce qui passe pour naturel connaît son antipode dans ce qui n’est pas naturel. La différence entre naturel et non-naturel coïncide avec la différence entre le bien et le mal.
« La mort subite d’un jeune homme dans la force de l’âge est considérée comme non naturelle et donc comme l’intervention de forces obscures, manipulatrices. La mort paisible d’un vieil homme est jugée naturelle et donc bonne. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2015
« Nous devons donner aux faits le temps de nous raconter leur propre histoire », ce n’est pas la même chose que « les faits parlent d’eux-mêmes ». L’idée est plus subtile. Les faits ne vont pas piper mot au début, même si on les met sur le gril. On peut bien sûr leur donner un nom, mais c’est un acte nécessairement arbitraire. Quel nom ? – Tout dépend de celui qui le donne.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2015
Les histoires évoluent, elles sont élaborées puis transformées. En tant qu’espèce humaine, nous devons nous situer par rapport à la nature mais également par rapport à la culture que nous avons produite, c’est-à-dire le royaume des histoires. Même si elles sont imaginaires de bout en bout, il arrive qu’elles deviennent une partie de la réalité.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2015
L’Islandais Haraldur Sigurdsson avait assimilé le lac Monoun à un tonneau d’eau minérale gazeuse.
Les Américains firent le parallèle avec une bouteille de Coca-Cola.
Les Allemands évoquèrent l’image d’une énorme barrique de bière.
Les Britanniques comparèrent la catastrophe de Nyos au débouchage brutal d’une bouteille de champagne...
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 juillet 2015
Le mot « mythe » vient du grec mythos et signifie à l’origine « ce qui est dit », « l’histoire qui est racontée ». Je suppose que chaque histoire a dû commencer un jour par une exclamation d’étonnement (« Qu’est-ce que j’en sais, moi ? »). Le mythe (« C’est ce que disent les gens ») est apparu des années ou des générations plus tard.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Frank Westerman (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Westerman
Pierre Coutelle, membre du jury du Prix du livre du Réel, organisé par la librairie Mollat et le journal Sud Ouest, présente un livre de la sélection étrangère de l'édition 2019.
"Soldats de la parole" de Frank Westerman, aux éditions Bourgois : https://www.mollat.com/livres/2303938/frank-westerman-soldats-de-la-parole
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : génocideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1665 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre