AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709659670
Éditeur : J.-C. Lattès (09/01/2019)

Note moyenne : 4.69/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Tara Westover n'a jamais eu d'acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n'a jamais fréquenté une salle de classe. Pas dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps.
Enfant, elle a regardé son père mormon s'enfermer dans ses convictions, et son frère céder à la violence. Et, à seize ans, Tara décide de s'éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera loin des montagnes de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Kittiwake
  14 janvier 2019
Idaho, dans les années 90. Tara n'a pas d'acte de naissance, n'a jamais fréquenté l'école ou consulté un médecin. Ses parents mormons et survivalistes vivent de l'exploitation d'une casse , dans l'attente de la fin du monde. C'est avec un bagage extrêmement réduit et presqu'entièrement autodidacte, qu'elle décide à seize ans de postuler pour l'université, ce qui la conduira au titre de docteur en histoire, elle qui n'ait jamais entendu parler de l'Holocauste lorsqu'elle assiste à ses premiers cours d'histoire!
Le parcours est édifiant, mais au cours du récit c'est surtout le conflit entre la loyauté à sa famille et ses aspirations de développement personnel (pas au sens mystique de recherche de la félicité) qui ressort. Consciente de la folie de cette famille détraquée, entre la pathologie du père et la violence extrême de l'un de ses frères, la rupture est quasi-impossible. Malgré la place qu'elle s'est faite dans le milieu universitaire, amplement méritée, la tentation est grande de faire allégeance avec les siens, au risque de se perdre corps et âme.

Cette autobiographie plébiscitée outre-atlantique a pour première qualité de laisser place au doute de la narratrice quant à l'authenticité de ses propres souvenirs , parfois en contradiction avec les notes de son journal intime, ou avec les témoignages de ses frères et soeurs. Et c'est cette incertitude qui donne toute sa valeur au récit, que l'auteur n'a pas tenté d'embellir ou de noircir, et qui le rend encore plus convaincant.

Le récit est tellement impressionnant, qu'il n'est pas question de s'arrêter une seconde pour se poser des questions sur le style ou la traduction . On est tout simplement happé par l'énormité des faits, d'autant qu'ils sont contemporains. On repose aussi bien des questions sur ce qui peut amener une telle famille à avoir pignon sur rue, de nos jours, avec un discours si dément et un tel aveuglement.
Inutile de dire que c'est suffisamment fort pour ne pas tomber dans l'oubli rapidement

#Uneéducation #NetGalleyFrance
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
cathulu
  13 janvier 2019
Comment une jeune fille, n'ayant jamais fréquenté l'école, dont la naissance n'a été déclarée que cinq ans plus tard (avec deux dates différentes !), ayant reçu une éducation à la maison incomplète et biaisée au sein d'une famille de Mormons dirigée par un fanatique religieux a-t-elle pu échapper au destin tout tracé qui l'attendait, à savoir: mère de famille nombreuse ?
C'est ce que nous raconte dans son autobiographie Tara Westover. Elle relate avec franchise les différentes étapes qui l'ont amenée à exploiter son haut potentiel intellectuel, elle qui était née au sein d'une famille où l'État et ses différentes incarnations représentaient le mal absolu.
Elle ne nous cache rien de la honte qui l'habitait, ni du sentiment d'imposture, voire de traitrise, qu'elle ressentait dans les universités où elle a réussi à étudier, bravant à la fois les gouffres d'inculture et d'inadaptation sociale, en bonne fille de Mormon intégriste qu'elle était.
Elle prendra peu peu conscience des graves problèmes psychologiques de son père (les mots de "Schizophrène" et de "troubles bipolaires " seront évoqués ), les comprendra, mais ne pourra se résoudre à admettre que la majorité des membres de sa famille soit dans le déni en ce qui concerne le caractère manipulateur et extrêmement violent de son frère Shawn. Pour sauver sa peau, au sens strict du terme, elle devra se résoudre à une solution extrême.
On frémit en lisant ce texte où un père ferrailleur , pour des raisons de gain de temps, expose constamment ses enfants aux pires risques,au prétexte qu'il s'en remet à Dieu et à ses anges pour assurer leur sécurité. Pourtant, le portrait de qui pourrait être la caricature d'un tyran à la fois domestique et religieux est nuancé car l'auteure l'affirme : "je croyais à l'époque -et une partie de moi y croira toujours-, que je devais faire miennes les paroles de mon père."
Un texte fort et courageux où Tara Westover nous montre acquérir une éducation est une bataille de chaque instant contre les idées fausses et les préjugés. On ne s'étonnera pas que l'auteure ait choisi de se spécialiser dans la manière dont L Histoire est relatée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MademoiselleBouquine
  01 mai 2018
Les plus belles lectures sont sans doute les plus inattendues.
C'est du moins ce que semble me dire mon expérience littéraire récente, avec la découverte de pépites comme Into the Forest de Jean Hengland dont je ne cesse de vous rebattre les oreilles, ou très récemment, Educated de Tara Westover.
Educated, c'est l'histoire de Tara, la sixième fille d'une famille de sept enfants qui vit péniblement de l'exploitation de ses terres au fin fond de l'Idaho, engoncée dans des croyances religieuses étouffantes et une paranoïa toxique.
Tara n'est jamais allée à l'école. Elle a tout juste appris à lire avec sa mère. L'éducation publique est un complot des autorités pour embrigader la jeunesse en lui faisant croire les pires mensonges.
Elle n'a jamais non plus mis les pieds dans un cabinet médical. La médecine, c'est une arnaque monumentale, une manipulation, et même un danger, si elle en croyait son père.
Et elle le croyait. Jusqu'à un certain point. Jusqu'à ce qu'elle prenne la décision d'aller à l'université sans avoir passé la moindre minute de sa vie dans une salle de classe, de se faire elle-même sa propre éducation, de quitter cette vallée où elle a passé dix-sept ans.
Et qu'est-ce que c'est touchant.
Ce qui compte le plus à mes yeux dans un récit, peu importe son genre, c'est sa voix. Sonne-t-elle juste ? Résonne-t-elle en moi ? Avec quelle force ? Rien n'est plus marquant qu'un propos porté de façon sincère et engagée, peu importe sa teneur, peu importe le sujet qu'il aborde. Et laissez-moi vous dire que vous n'êtes pas prêts d'oublier la voix de Tara Westover dans Educated.
Jamais la jeune femme ne verse dans le sensationnalisme ou le mélodrame, jamais elle ne devient amère ou insultante jamais ses parents, jamais elle ne fait de faux procès d'intentions à qui que ce soit. Ce n'est pas pour autant qu'elle va nier les violences physiques et surtout psychologiques que lui ont infligées les membres de sa famille, mais sa voix reste juste, équilibrée, délicate.
Bien sûr, le chemin est loin d'être sans encombres, mais le livre est tout sauf naïf, et loin de donner un message basique du style "c'est dur mais t'es encore plus dur" ou "ce sont les obstacles qui font la beauté du parcours", il délivre au contraire la vérité d'une trajectoire unique, particulière, humaine, faite de contradictions et d'atermoiements, avec des moments de doute aussi sinon encore plus émouvants que les grandes réussites. Tout est raconté avec une grande simplicité, dans une démarche qui se veut aussi honnête que possible.
Les souvenirs sont le matériau le plus fragile et le moins objectif qui soit, et l'auteure s'en sort particulièrement dans son long et pénible travail de reconstitution, de reconstruction, de réconciliation avec son propre passé. C'est à la fois terriblement pénible à lire mais aussi impossible à lâcher, captivant, passionnant, tant cette réalité décrite nous est éloignée et pourtant paradoxalement parlante.
Nous ne savons pas et ne saurons jamais ce que signifie grandir dans une famille survivaliste et apprendre à dix-huit ans seulement l'existence de l'Holocauste ou de Martin Luther King, mais nous savons ce que c'est que vouloir nous trouver, nous accomplir, nous donner les moyens d'être nous-mêmes. Pour Tara, cela passera par admettre enfin ce que sa famille lui a fait pour aller de l'avant, travailler, travailler énormément, apprendre tout ce qui lui a été refusé, faire la lumière sur tout ce qu'elle est capable de réussir. Pour nous, qui sait, c'est à nous de le découvrir. Et c'est grâce à des ouvrages aussi poignants, violents et bouleversants qu'Educated que cette tâche est possible. Alors, pour cela, merci Tara Westover.
Lien : https://mademoisellebouquine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
0drey62
  12 janvier 2019
Une histoire passionnante, fascinante. La construction d'une femme, sa recherche d'éducation malgré le fanatisme religieux de sa famille, de la violence et de relations toxiques. Un coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          20
azedidine
  10 août 2018
Bouleversant à plusieurs égards, il m'a fait l'effet d'un "retour à reims".
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
0drey620drey62   12 janvier 2019
Enfant, j’avais conscience que si ma famille fréquentait la même église que tout le monde dans notre ville, notre religion n’était pas pareille. Les autres croyaient en la décence ; nous, nous la pratiquions. Ils croyaient au pouvoir de guérison de Dieu ; nous remettions nos blessures entre Ses mains. Ils croyaient en la préparation de la Résurrection ; nous nous y préparions véritablement.
Commenter  J’apprécie          20
0drey620drey62   12 janvier 2019
J’ai lu tout l’après-midi et jusque dans la soirée, élaborant ainsi, pour la première fois, un vocabulaire propre au malaise que j’avais ressenti depuis l’enfance. Depuis le moment où j’avais compris que mon frère Richard était un garçon et moi une fille, j’avais eu envie de troquer son avenir contre le mien.
Commenter  J’apprécie          20
cathulucathulu   13 janvier 2019
J'ai décidé d'expérimenter la normalité. Pendant dix-neuf ans, j'avais vécu selon la volonté de mon père. Maintenant, j'allais essayer autre chose.
Commenter  J’apprécie          10
0drey620drey62   12 janvier 2019
Toutes mes années d’études avaient existé afin que je puisse m’offrir ce privilège : voir et vivre plus de vérité que celles qui m’étaient données par mon père, et me servir de ces vérités-là pour me construire mon propre esprit.
Commenter  J’apprécie          20
0drey620drey62   12 janvier 2019
Plus j’étais heureuse à Cambridge, plus la conscience d’avoir trahi Buck’s Peak pervertissait mon bonheur.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : éducationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
669 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre