AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709659673
400 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (09/01/2019)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 119 notes)
Résumé :
Tara Westover n'a jamais eu d'acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n'a jamais fréquenté une salle de classe. Pas dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps.
Enfant, elle a regardé son père mormon s'enfermer dans ses convictions, et son frère céder à la violence. Et, à seize ans, Tara décide de s'éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera loin des montagnes de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  01 février 2019
Une lecture coup de poing... que j'ai eu du mal à quitter ! Je remercie
grandement la camarade-libraire qui a attiré mon attention sur ce
témoignage uppercut... dont on ne sort pas indemne !!!
"Je n'avais jamais appris comment m'adresser aux gens qui n'étaient pas
comme nous- ceux qui fréquentaient l'école et consultaient le docteur.
Qui ne se préparaient pas, tous les jours, à la Fin du Monde. "(p. 133)
Une première phrase qui nous plonge directement dans l'univers très spécial d'une famille mormone....où notre auteure a vécu une jeunesse des plus "chahutées", perturbante !
Enfant, l'auteure, Tara , à cause d'un père fondamentaliste, n'a jamais
fréquenté l'école, ni vu de médecins. Ce milieu sectaire aura démoli sa
jeunesse; elle devra se décider à assumer une rupture douloureuse pour se reconstruire, faire des études, aller à l'université...échapper à un enfermement mental mortifère...
Parmi les aventures insensées de cette famille marginale, un épisode fort
significatif : La mère doit faire subitement un parcours du combattant
pour...enfin déclarer la naissance de ses enfants; ce qui ne paraissait
aucunement utile ni au père ni à la mère !. Tara, toute petite fille sera d'ailleurs fort intriguée par l'établissement et l'obligation sociale d'un acte de naissance lorsqu'un nouveau-né arrivait sur terre !!

"Nous sommes tous plus compliqués que les rôles qui nous sont attribués dans telle ou telle histoire. Rien ne m'a mieux révélé cette vérité que d'écrire ces mémoires – d'essayer de coucher les gens que j'aime sur le papier, de saisir toute leur signification en quelques mots, ce qui est naturellement impossible."
Ce qui est tout à fait remarquable c'est que l'auteure ne se place jamais dans le reproche, le larmoiement, l'aigreur...Elle parvient à transformer la toxicité de son milieu familial en "force", en résistance constructive... ! même si avec la violence récurrente,incontrôlable d'un frère aîné, niée par les parents, Tara doit se protéger toute seule... et fuir plusieurs fois...pour sauver "littéralement" sa peau !!
Parfois de la fantaisie, de l'affection, des rassemblements familiaux autour
du chant ... et de la musique, Tara possédant une voix extraordinaire... cela
amadouera un moment le Père, très fier...
mais très vite, les reproches, les insultes, les crises de violence reprennent...
La sérénité ne peut exister dans cet univers où le Père contrôle,soumet, terrorise tout son monde entre sa religion et un comportement bi-polaire...Une mère double, ambiguë, sous la coupe de son mari, même si elle est indépendante par son métier de sage-femme et ses dons pour les plantes médicinales...elle est dans les fluctuations permanentes envers ses enfants: la tendresse , le déni , la peur du mari, mais aussi son extrême attachement envers lui, et l'abandon, la négation des besoins basiques de protection de ses "petits" , tour à tour...
La personnalité maternelle semble plus opaque à saisir...Le Père nous apparaît plus comme un bloc... terrifiant et indestructible, englué dans sa religion mormone comme ses déséquilibres personnels ...!!
Tara, heureusement, sera aidée de son incroyable volonté personnelle, mais aussi du soutien de professeurs, et d'une partie de la fratrie (plus tardivement)...

"Admettre l'incertitude, c'est reconnaître la faiblesse, l'impuissance, et croire en soi-même en dépit de l'une et l'autre. C'est une fragilité, mais il y a dans cette fragilité une force: la conviction de vivre dans sa propre tête, et non dans celle de quelqu'un d'autre. Je me suis souvent demandé si les mots les plus forts que j'ai écrits ce soir-là ne m'étaient pas venus non de la colère ou de la rage, mais du doute : je ne sais pas. Je ne sais tout
simplement pas.
Ne rien savoir avec certitude, mais refuser de céder à ceux qui revendiquent cette certitude, c'était un privilège que je m'étais jamais accordé. le récit de ma vie était généré par d'autres. Leurs voix étaient fermes, catégoriques, absolues. Il ne m'était jamais venu à l'esprit que ma voix pourrait être aussi forte que les leurs." (p. 289)
Un parcours hors du commun que le chemin assumé par Tara, sa soif d'apprendre, de réfléchir, d'étudier l'histoire, de passer un doctorat, de s'interroger sur le mormonisme en le reliant à une réflexion plus vaste de la pensée et de l'histoire humaine...
Tara restera combative, déterminée, dans son double refus de trop accabler ses parents; de ne pas se complaire dans une victimisation stérile...La force des livres, des études, des rencontres bienveillantes, amicales et culturelles...
On ne peut qu'éprouver du soulagement et une immense admiration pour cette femme qui, en dépit des déchirements, d'une période de dépression intense...tombera, se relèvera, et cela, à moult reprises...finira par décider la séparation définitive avec ses parents et avec ce frère malfaisant...pour aller vers sa vie... et vers l'ouverture au monde !
Témoignage terrifiant de la toxicité que peut revêtir La Famille... sans omettre les pressions moralisantes excessives de la religion, infiltrant le péché ainsi que le mal dans tous les interstices de l'enfance de cette nombreuse fratrie...
Alors ...quel bonheur d'accompagner Tara dans ses batailles, ses réussites, l'obtention de bourses pour poursuivre ses études dans les universités les plus prestigieuses...Je vais achever ces lignes avec une brève citation...
qui ouvre l'horizon , en offrant l'espoir et une vie autre pour Tara, grâce à son amour de la vie et de la Connaissance !!
"Toutes mes années d'études avaient existé afin que je puisse m'offrir ce privilège : voir et vivre plus de vérité que celles qui m'étaient données par mon père, et me servir de ces vérités-là pour me construire mon propre esprit."
Témoignage d'une grande force... difficilement oubliable !
© Soazic Boucard- Février 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5813
Kittiwake
  14 janvier 2019
Idaho, dans les années 90. Tara n'a pas d'acte de naissance, n'a jamais fréquenté l'école ou consulté un médecin. Ses parents mormons et survivalistes vivent de l'exploitation d'une casse , dans l'attente de la fin du monde. C'est avec un bagage extrêmement réduit et presqu'entièrement autodidacte, qu'elle décide à seize ans de postuler pour l'université, ce qui la conduira au titre de docteur en histoire, elle qui n'ait jamais entendu parler de l'Holocauste lorsqu'elle assiste à ses premiers cours d'histoire!
Le parcours est édifiant, mais au cours du récit c'est surtout le conflit entre la loyauté à sa famille et ses aspirations de développement personnel (pas au sens mystique de recherche de la félicité) qui ressort. Consciente de la folie de cette famille détraquée, entre la pathologie du père et la violence extrême de l'un de ses frères, la rupture est quasi-impossible. Malgré la place qu'elle s'est faite dans le milieu universitaire, amplement méritée, la tentation est grande de faire allégeance avec les siens, au risque de se perdre corps et âme.

Cette autobiographie plébiscitée outre-atlantique a pour première qualité de laisser place au doute de la narratrice quant à l'authenticité de ses propres souvenirs , parfois en contradiction avec les notes de son journal intime, ou avec les témoignages de ses frères et soeurs. Et c'est cette incertitude qui donne toute sa valeur au récit, que l'auteur n'a pas tenté d'embellir ou de noircir, et qui le rend encore plus convaincant.

Le récit est tellement impressionnant, qu'il n'est pas question de s'arrêter une seconde pour se poser des questions sur le style ou la traduction . On est tout simplement happé par l'énormité des faits, d'autant qu'ils sont contemporains. On repose aussi bien des questions sur ce qui peut amener une telle famille à avoir pignon sur rue, de nos jours, avec un discours si dément et un tel aveuglement.
Inutile de dire que c'est suffisamment fort pour ne pas tomber dans l'oubli rapidement

#Uneéducation #NetGalleyFrance
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          731
kateginger63
  27 février 2019
Une jeune fille mormone se bat pour s'instruire
*
Je trouve que c'est une autobiographie qui a réussi à me chambouler, à me faire naître des émotions si diverses. Pour moi, le pari est réussi.
*
Pas facile d'écrire sur Soi, sur son passé, de se souvenir de choses si enfouies dans le subconscient. Cette jeune fille, Tara Westover a sû trouver une force insoupçonnée en elle pour publier ses Mémoires. D'ailleurs on dit d'elle qu'elle est "mémoriste".
Et voilà, elle parle, elle chuchote, elle dévide toute son enfance passée dans sa famille mormone et survivaliste.
Dans la campagne de l'Idaho, au coeur des montagnes, la famille Westover s'est coupée des autres. Enfin, le père, patriarche, bipolaire et paranoiaque qui décide de tout et de tout le monde. La nombreuse fratrie dont on retiendra surtout le frère ainé (terrible et violent). Une mère compréhensive mais sous le joug du mari. Un métier ardu de ferblantier qui entraîne même les jeunes enfants dans une spirale de violence brute.
Bref, la vie de Tara n'est pas rose. Comment peut-elle s'émanciper de ce carcan de convictions rigoristes?
Elle y arrivera au terme d'une longue réflexion, d'un long travail sur soi sans perdre sa loyauté filiale. Certes, ses arguments envers une éducation libre s'ébranleront maintes fois. Mais elle garde le cap.
Toujours tiraillée, malgré le bannissement familial , Tara deviendra une femme apaisée et cultivée.
*
La force de ce récit réside dans cette absence de jugement. Ce n'est pas la religion ici qui est pointée du doigt mais bien plutôt l'histoire singulière d'une famille lestée d'un leader trop charismatique (le père). IL y a beaucoup d'amour dans ce clan.
Et surtout ce sont des souvenirs que Tara a déterrés, elle le précise régulièrement en notes de bas de page que justement les souvenirs ne sont pas toujours fiables. Elle est honnête.
La condition féminine est là en filigrane, à peine évoquée (la maman qui peut travailler sous certaines conditions édictées, les jeunes mères au foyer sans instruction, les jeunes hommes universitaires aux préjugés certains...)
*
Tout au long de cette lecture, je suis passée par des phases de colère, d'indignation, de stupeur, mas aussi d'espoir et de joie.
Un témoignage puissant qui montre que l'éducation familiale peut être aussi délétère que bienfaisante.
Une expérience qui instruit et nous apprend qu'ailleurs (les USA par exemple) l'herbe n'est pas aussi verte qu'on pourrait le penser.
*
Merci à Netgalley et JC Lattès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
sylvaine
  21 février 2019
Une éducation Tara Westover J.C Lattès janvier 2019 #Uneéducation #NetGalleyFrance
Il aura suffit d'une phrase "je viens de terminer Une éducation , quel bouquin " pour que je me plonge dans ce texte."Ce livre est une oeuvre de non-fiction écrite à partir des expériences et des souvenirs de l'auteur. Les noms de certaines personnes et d'autres détails permettant leur identification ont été changés pour protéger leur vie privée. L'auteur précise que, sauf pour quelques détails mineurs n'altérant pas la véracité des faits, le contenu de ce livre est véridique..."
Idaho années 1990, une communauté mormone. Une famille comme bien d'autres quoique.. le père est charismatique, il prie, il s'exprime et tous lui doivent respect et obéissance. Tara est la dernière , élevée à la maison, sans certificat de naissance elle est en admiration devant ce père omniscient. Et puis un jour l'envie d'étudier ..
Comment vous parler de ce texte hallucinant quasi hypnotique ? je ne sais pas , donc je vous propose de lire les superbes critiques déjà publiées. Je sors de cette lecture sidérée au sens fort , ce texte se veut le plus précis possible dans la mesure où la mémoire sait être précise. Tara Westover rapporte des faits, ses souvenirs sans laisser la colère, la haine l'emporter. Elle aime sa famille et si elle a choisi de s'en éloigner c'est pour se construire et permettre à Tara de choisir qui elle voulait devenir.
Impressionnant !
Un immense merci aux éditions J.C Lattès pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
Bazart
  11 avril 2019
Tara Westover a passé toute son enfance en Idaho au sein d’une famille mormone, avec ses deux parents mormons et ses six frères et sœurs et a suivi une éducation particulièrement hors norme, ce qu'elle raconte dans un récit, aussi passionnant et dense qu'un roman paru aux éditions JC Lattès en janvier dernier.
Avant ses 9 ans tara n'était même pas reconnue officiellement ( aucun acte de naissance délivrée), et avant ses 16 ans, son seul cadre de référence était cette éducation parentale particulièrement normative et loin de la société traditionnelle
. La faute à un père qui imposait une vision du monde, particulièrement singulière et dangereuse dans laquelle le socialisme est responsable de tous les maux de la société, et signe de la grande dépravation des mœurs.
Paranoïaque, de plus en plus borderline et menaçant au fil des ans le père de Tara aura réussi à imposer cette conception archaïque et arbitraire du monde, cette vision que tous ceux qui ne pensent pas selon ses préceptes vivent dans le péché.
Cette éducation aveugle ( on pense un peu au film Captain Fantastic en plus effrayant) se faisait au détriment de la santé des enfants, la médecine traditionnelle étant bien entendue proscrite.
Une éducation est donc le récit d'une émancipation, quand à 16 ans, Tara décide de sortir de ce carcan et aller étudier à Harward pour prendre connaissance d'un monde totalement différent.

Dans l'Etat d'Idaho, s'improviser sage femme n'était pas illégal, mais ce n'était pas officiellement approuvé non plus. Si un accouchement se déroulait mal, une sage femme encourait des poursuites pénales pour exercice illégal de la médecine. Et si les choses s’envenimaient vraiment, elle s'exposait même à des poursuites pour homicide, voire à des peines d'emprisonnement.
Cette plongée dans l'inconnue, aussi effrayante qu'excitante, va évidemment totalement transformer sa perception du monde et Tara Westover nous raconte toutes ses étapes avec une écriture aussi nuancée qu'imagée.
La question de l'héritage familial et de la transmission est évidemment au cœur de ce récit aussi captivant qu'un roman, à lire pour mieux comprendre le monde et ses absurdités...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300

critiques presse (2)
LaLibreBelgique   03 juin 2019
Si on se souvient particulièrement de Goodbye, Loretta de Shawn Vestal et du Polygame solitaire de Brady Udall comme de romans significatifs et interpellants sur l’univers des Mormons, le récit de Tara Westover [...] en nous livrant une trajectoire vécue de l’intérieur, se révèle plus saisissant encore.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaPresse   10 avril 2019
L'expérience de cette jeune femme, qui est vraiment partie de rien et qui s'avère de plus en plus attachante au fil des pages, est un hommage à la valeur de l'éducation, et son combat personnel devient rapidement obsédant.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   29 janvier 2019
Cela arrive parfois, dans les familles : un enfant qui ne cadre pas, au rythme décalé, dont le compteur est réglé sur la mauvaise fréquence. Dans notre famille, c'était Tyler. Pendant que nous nous trémoussions, lui dansait la valse. Il était sourd à la cacophonie de nos existences, et nous étions sourds à sa calme polyphonie. (p. 74)
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24fanfanouche24   29 janvier 2019
Le chant s'est achevé et je suis restée assise, sidérée, jusqu'au morceau suivant, puis les autres, jusqu' à la fin du C. D. Sans cette musique, la chambre paraissait sans vie. J'ai demandé à Tyler si nous pouvions le réécouter... (...)
la musique est devenue notre langage. (...) J'étais aussi bagarreuse que mes frères, mais quand j'étais avec Tyler, je me transformais. Etait-ce la musique, la grâce de ces chants, ou sa grâce à lui ? En un sens, il m'amenait à me regarder avec ses yeux à lui. (p. 76)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   30 janvier 2019
Ce que je savais de la physique, je l'avais appris à la ferraille, où le monde semblait souvent instable, capricieux. Mais il y avait là un principe au moyen duquel les dimensions de la vie devenaient définissables, saisissables. Peut-être la réalité n'était-elle pas entièrement volatile. Peut-être était-elle explicable, prévisible. Peut-être y avait-il moyen de faire en sorte qu'elle ait un sens. (p. 188)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   30 janvier 2019
J'avais entendu jouer du piano à d'innombrables reprises auparavant, en accompagnement de cantiques, mais quand Marie jouait, sa musique n'avait rien à voir avec ce martèlement sourd et informe. C'était liquide, c'était aérien. C'était du roc et, l'instant d'après, du vent. (p. 122)
Commenter  J’apprécie          191
fanfanouche24fanfanouche24   01 février 2019
Mais la justification n'a aucun pouvoir sur la culpabilité. Aucune colère, aucune fureur dirigées contre les autres ne peuvent la soumettre, parce que la culpabilité, c'est la peur de sa propre détresse. Elle n'a rien à voir avec les autres. (p. 465)
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Tara Westover (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tara Westover
How I Escaped From a Survivalist Family
autres livres classés : mormonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
950 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..