AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264066911
Éditeur : 10-18 (06/10/2016)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Dans Mémoires d’un Bison (1972), Oscar Acosta racontait comment il avait brusquement décidé de fuir la vie d’avocaillon commis d’office qui lui était promise. L’histoire d’une sortie de route, d’un road-trip dans l’Ouest, d’une consommation outrancière de drogue et d’alcool, et d’une amitié avec Hunter S. Thompson.

Après ce premier texte en forme de genèse, le « Bison brun » raconte, dans La Révolte des cafards (1973), ces Chicanos dont il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
encoredunoir
  23 juin 2014
À l'image de Neal Cassady avec Jack Kerouac et Ken Kesey, Oscar Zeta Acosta est longtemps resté dans l'ombre de Hunter S. Thompson. Pour autant, comme Cassady, il est un personnage haut en couleurs qui gagne à être plus connu qu'il ne l'est. Et comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, il a pris soin, avant de disparaître en 1974, d'écrire deux ouvrages autobiographiques enfin publiés en France chez les jeunes éditions Tusitala : les Mémoires d'un bison, dont nous avons déjà parlé, et cette Révolte des cafards.
Devenu avocat des mouvements chicanos de Los Angeles au moment où ces derniers, à l'image des Black Panthers commencent à sérieusement envisager la révolution, Oscar Zeta Acosta, ou plutôt ici « Buffalo Brown, avocat chicano » se lance à corps perdu dans ce combat qui est aussi et surtout un moyen pour lui de retrouver son identité latina ; celle-là même qu'il a longtemps cherché à nier.
Mais Zeta est Zeta. Grande gueule, dépassé par ses propres paroles, grisé par le succès et le début de reconnaissance qu'il acquiert dans les milieux chicanos, cherchant à baiser toutes les filles qui passent à sa portée et cyclothymique – ce qui l'amène à partir du jour au lendemain pour quelques semaines de beuveries et d'orgies à Acapulco en laissant ses clients en plan – le Bison fonce dans toutes les directions et compte avant tout sur son énergie pour s'en tirer sans trop de dégâts pour lui et pour les autres.
Le parcours échevelé d'Oscar Zeta Acosta dans ce volume donne une idée de l'énormité du personnage et de sa désarmante sincérité. Si, impressionné par le courage des militants, à commencer par le charismatique César Chávez, il se trouve acquis à la cause, il n'en demeure pas moins que Buffalo Brown reste toujours légèrement en marge, y compris lorsqu'il devient un meneur un peu malgré lui, bien conscient du fait qu'il n'a pas l'étoffe d'un martyr et que l'on se sert aussi de lui, mais grisé par la folie de l'instant, entraîné par ses propres emportements. Cela donne lieu à de sidérantes scènes d'autopsie ou de procès dans lesquelles s'expriment l'opiniâtreté, le plaisir suprême de la provocation et l'humour déstabilisant d'un Oscar Zeta Acosta qui n'en finit pas d'étonner même les plus fous des vatos locos qui l'entourent.
Sidérant, hilarant, hallucinant… incroyable, La révolte des cafards, plongée autobiographique au coeur de l'esprit brillant mais dérangé d'un auteur en quête de son identité et sans doute aussi, tout simplement, d'estime de soi, est un livre encore plus formidable que les Mémoires d'un bison en ce qu'il laisse un peu plus de côtés les épisodes de prises de drogues pour se concentrer sur cet engagement hors-norme dans lequel se mêlent ouvertement égoïsme et don de soi.
Une lecture en tout point instructive et affolante ; bref, un réel plaisir.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Varez
  09 mars 2017
Pendant longtemps, les oeuvres littéraires de notre cher Zeta sont restées dans l'ombre face à celles de Thompson. Et pourtant, le "bison" tel qu'il se surnomme, n'a rien à envier à son pote de biture. "La révolte des cafards" lève le voile sur une période assez méconnue de l'histoire des États-Unis. Les cafards, ce sont en fait les Chicanos, ces mexicains venus ou nés aux États-Unis qui doivent chaque jour se battre pour survivre et faire valoir leurs droits. En 1969, les Chicanos de Los Angeles se sont soulevés, les étudiants d'abord puis la majorité d'entre eux. Ils ont foutu un sacré bordel pendant des mois entiers sur fond de manifestations pacifistes anti-guerre du Vietnam, d'attentats à la bombe, de scandales politiques et de LSD. Mais rien n'aurait pas été possible sans Oscar Zeta Acosta, premier avocat chicano, fervent militant, bagarreur invétéré, qui a su fédérer un mouvement qui n'avait à priori aucune chance d'éclore.
Bon, quand on voit où on en est aux États-Unis, on se dit qu'un nouveau Zeta ne ferait pas de mal... Suite à l'écriture de ce livre en 1973, Oscar Zeta Acosta a définitivement quitté les États-Unis pour le Mexique. Plus personne ne l'a jamais revu à L.A.
Bref, un livre culte, délirant et surtout plus que jamais d'actualité.
Lien : http://livrez-vous.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
VarezVarez   09 mars 2017
La fête a déjà commencé. Les ados, les groupies, les vatos, les locos, les repris de justice, les militants, les nonnes, les hippies, les cafards, tout le monde est là pour célébrer notre grande victoire. Ce soir, c'est musique et vin à gogo, chérie ! La radio est à fond ! Terminés le boulot, la suspicion, le train-train. Ça y est.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Oscar Zeta Acosta (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oscar Zeta Acosta
Lecture du livre La Révolte des cafards d'Oscar Zeta Acosta (éd. Tusitala) par le comédien Denis Lavant dans le cadre de la soirée Libfly du 15 décembre 2014 au Point Ephémère, Paris.
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Oscar Zeta Acosta (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
729 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre