AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265117757
Éditeur : Fleuve Editions (11/10/2018)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Stagiaire aux côtés d'un député de Floride, Aviva Grossman n'a rien trouvé de mieux que de se lancer dans une aventure extraconjugale avec le séduisant monsieur. Erreur de jeunesse certes, mais qui risque de lui coûter cher : après tout l'homme politique n'est pas seulement très populaire, il est aussi « très » marié.
Et lorsque leur liaison éclate au grand jour, Aviva devient immédiatement la cible des médias, ravis d'étaler tous les détails. Sa seule issue ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
missmolko1
  23 octobre 2018
J'avais repéré ce roman dans les sorties littéraires et je l'attendais avec impatience car le résumé m'avait intrigué. On suit un scandale sexuel entre une jeune stagiaire, Aviva, et un élu du congrès américain à travers les yeux de quatre personnages féminins. D'abord Rachel, la mère d'Aviva, puis Jane, puis Ruby, la fille d'Aviva qui découvre le scandale bien des années plus tard, Embeth, la femme de l'élu et enfin Aviva elle-même qui décide de reprendre sa vie en main.
La forme m'a quelque peu déconcertée au départ, différents personnages, differences de narration entre eux et de forme (la partie sur Ruby n'est qu'un échange de mails). Pourtant l'intrigue m'a tenu en haleine et il m'a fallu que deux jours pour connaitre le fin mot de l'histoire. Nos héroïnes sont toutes très attachantes d'une manière ou d'un autre : Rachel est la mere juive par excellence, Embeth m'a touché en femme d'élu à devoir courir partout et devoir faire bonne figure. Aviva / Jane est une battante, et j'ai beaucoup aimé la fin du roman. Ruby me laisse un peu plus perplexe. J'ai, en effet, trouvé son jugement sur sa mere assez dur (sans doute que le puritanisme américaine y est pour quelque chose!).
C'était la première fois que je lisais Gabrielle Zevin et je suis conquise par sa plume. Elle mène son intrigue de manière intéressante s'inspirant de certains fait divers : le roman n'est pas sans rappeler l'affaire Clinton – Lewinsky, avec cette stagiaire un peu ronde, pas très bien dans sa peau, qui se croit amoureuse et cet homme mari et de pouvoir qui devra présenter ses excuses en public pour avoir succombé à la tentation. J'ai, en tout cas, trouvé intéressant de n'avoir que des points de vue féminins sur cette affaire mais surtout 4 femmes de différentes générations et au milieu social diamétralement opposé. C'est donc un roman que je vous invite à découvrir.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
SagnesSy
  25 novembre 2018
Rachel, Jane, Ruby, Embeth et Aviva : elle sont cinq (presque) à nous offrir leur propre vision des choses dans ce roman un peu choral (mais pas trop). Tout découle de la dernière à s'exprimer, Aviva, qui, lorsqu'elle avait vingt ans tout juste a commis une erreur à la Monica Lewinsky. Pas si grave, pourrait-on penser, sauf qu'Internet n'oublie jamais. Il lui a bien fallu continuer à vivre, et on va savoir comment…
Mères, grand-mère, épouse légitime, petite-fille et ex-stagiaire naïve qui s'est depuis fait le cuir, toutes ces femmes nous offrent un festival de combativité, d'humour et d'ouverture d'esprit. Ça fait franchement plaisir de suivre de fortes héroïnes telles que celles-ci, faillibles, humaines, un poil trop chouettes pour être vraies bien sûr mais de nature à motiver, réconforter et donner envie. Un roman qu'on engloutit à toute allure !
Commenter  J’apprécie          40
lisezle
  02 novembre 2018
Les rencontres, l'intensité des sentiments, les illusions, les relations familiales complexes...une belle analyse de la vie de femmes de plusieurs générations... Une "tentative" de seconde chance...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   23 octobre 2018
I knew the stereotype of an overbearing Jewish mother – as aforementioned, I am a Philip Roth fan – and I probably met some of those criteria. But honestly, I wasn’t one and I’m still not one. I had a job that fulfilled me. I had friends. My daughter was my love, but she was not my life.
So I decided to leave her be. I sent her lavender-scented hand lotion from Crabtree & Evelyn, but that was all. Lavender was her favorite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missmolko1missmolko1   21 octobre 2018
“The truth is, Ruby, I’ve been having a kind of hard year,” she said. She looked around to see if anyone was paying attention to us.
“I was pregnant,” she said, “but now I’m not.” Franny’s eyes began to tear, and she looked like a glum goldfish.
I did not know what to say. My mom says when you do not know what to say, you can either say “I don’t know what to say” or you can say “I’m sorry” or you can say nothing and offer a “comforting gesture.” I put my hand on her hand.
“Thank you for not saying ‘It wasn’t meant to be’ or ‘You can always try again.’” Franny said
“I wouldn’t say those things.” I said.
“I wasn’t even sure if I wanted a child, so why am I so sad?” Franny said.
“I don’t know,” I said. But then I did know. “Because the things we don’t have are sadder than the things we have. Because the things we don’t have exist in our imaginations, where they are perfect.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   21 octobre 2018
She went to the kitchen to pour herself some coffee. She was meant to have given up coffee, but what was the point of living without coffee? Living, it seemed to her, was the acquiring of bad habits. Dying, the process of rescinding them. Death was the land without habits. Without coffee.
Commenter  J’apprécie          20
missmolko1missmolko1   21 octobre 2018
“How did he propose? I don’t think I asked.” I put her contract into my filing cabinet.
“Oh, it was romantic,” she said. Romantic was a big word with her. “Well, I think it was romantic. As I’m about to say it, it might seem weird to you.” Weird was another of her words.
He had proposed at her mother’s funeral. Not at it, but just after it. I had a sense that it happened in the parking lot of the cemetery, but I wasn’t clear. She was crying and grieving, mucus everywhere, and he had gotten down on one knee, and he had said something like, “Now this can’t ever be the saddest day of your life.” Gross. Again, I suppose he had meant well, but this was truly the worst thing I’d heard about him yet. For God’s sake, some days are meant to be the saddest days of your life. Also, should she have been making major life decisions when her mother had just died?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   16 octobre 2018
My grandmother was married for fifty-two years, until my grandfather died. She used to say that a bad marriage was one that hadn’t had enough time to get good again.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : scandalesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La mafia du chocolat

Quel est le nom du lycée d'Anya?

La St Trinité
Le St Esprit
Le St Père
Le Fils Saint

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : La mafia du chocolat, tome 1 de Gabrielle ZevinCréer un quiz sur ce livre