AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226242708
Éditeur : Albin Michel (03/10/2012)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 199 notes)
Résumé :
La fille chérie du défunt parrain du chocolat n'a que faire de son héritage. Pour elle, la vie doit être une routine absolue. Aller au lycée, prendre soin de son frère adoré et de sa grand-mère mourante. Et surtout, éviter Gable, parfait loser et ex-petit ami. Oui, tout allait bien jusqu'à ce que cet imbécile de Gable soit empoisonné par le chocolat issu de la fabrique illégale des Balanchine. Que la police la croie coupable, passe encore. Qu'elle se retrouve à la u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
petitsoleil
  06 décembre 2012
un bon premier tome (je n'ai d'ailleurs vu nulle part la mention d'un tome ou d'une trilogie, si ce n'est ici sur Babelio ... mystère) mais même si on ne lit que ce livre, j'ai trouvé intéressant, et la fin n'est pas mal
côté dystopie, cela rappelle à la fois la Prohibition donc un (petit) côté historique, et comme dans beaucoup de dystopies, les probables restrictions d'eau, mais aussi de papier, de bois, de nombreux tissus et matériaux donnent un côté réaliste mais aussi terrifiant à la planète et à New York dans un siècle, enfin presque un siècle : 2083, dans 7 décennies seulement ... mais ca pourrait en effet être l'un des gros problèmes dans l'avenir, la répartition des ressources et de l'eau en particulier ... ca l'est déjà d'ailleurs
cela donne lieu, donc, à une Prohibition terrible : de l'alcool et du tabac, mais aussi du café, du chocolat ... la famille de l'héroïne Anya est donc une mafia, une puissante famille qui produit entre autres du chocolat "Balanchine extra-noir"
cela donne lieu évidemment, à de nombreux trafics, contrebandes, violences, le climat social est très fortement dégradé ! et pas seulement les paysages et jardins, fortement dégradés par pénurie d'eau et d'entretien, dans une planète où l'eau est désormais comptée au plus près et facturée au millilitre
les musées et de nombreux lieux autrefois fréquentables sont devenus méconnaissables, les rues de vrais coupe-gorge, le monde est redevenu bien sombre et inquiétant, Anya s'inquiète donc souvent pour sa famille
ce roman pourrait donc être très sombre, mais ce serait compter sans ses personnages principaux, fort attachants ! Anya d'abord, un personnage au fort caractère même si elle est jeune, 16 ans seulement
personnellement je me suis posé des questions sur le couple que formaient ses parents : une flic irlandaise et un parrain mafieux russe, bizarre comme couple mais pourquoi pas ? peut-être en saurons-nous plus dans un prochain tome ? la grand-mère russe Galina dite Nana, ne semble pas trop avoir apprécié la maman d'Anya, Christina
la présence de Nana dans le roman, donne aussi une épaisseur et une humanité à Anya, qui n'est pas aussi froide qu'on pourrait le penser
orpheline depuis des années, après avoir perdu ses deux parents, Anya aime tendrement sa grand-mère, même si son existence avec toutes ses machines et son infirmière lui fait beaucoup de peine, et Galina l'aime beaucoup aussi
il y a donc Anya, mais aussi sa meilleure amie, la fofolle mais très fidèle et loyale Scarlet ! qui ne plait pas beaucoup aux garçons, mais a un grand coeur, est toujours là même si Anya a souvent des ennuis et sa famille aussi ...
Natty et Leo, Nana, la famille, ce sont aussi des personnages hauts en couleur, et le petit ami d'Anya, s'il n'est pas forcément très original, représente surtout un amour interdit pour elle, d'où l'impression de transgression qui désoriente Anya la raisonnable, Anya qui souhaite échapper à la mafia et se spécialiser en sciences médico-légales, sur les traces de sa mère
un livre chocolaté à dévorer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
murielan
  28 février 2013
2083, à New-York, la prohibition est de retour. Cette fois-ci, ce n'est pas l'alcool qui est illégal mais le café et le chocolat !
Anya est la fille du défunt parain du chocolat Balanchine, sa mère aussi a été assassinée, alors elle fait tout pour éviter d'avoir des liens avec le milieu. Elle s'occupe de Nana sa grand-mère malade, de Leon son frère handicapé et de Natty sa jeune soeur. Mais lorsqu'on l'accuse d'avoir empoisonné son ex-petit ami avec du chocolat trafiqué et qu'elle tombe en plus amoureuse du fils de l'assitant du procureur général, sa vie est bouleversée. Elle va devoir faire des choix pour protéger les siens...
Les personnages sont vraiment attachants : bien sûr il y a Anya l'héroïne qui est courageuse et prête à tout pour sa famille, mais aussi Scarlet sa fidèle amie, Leo son frère sensible et influençable et Win son nouvel amoureux qui cherche à défier son père.
J'ai beaucoup aimé ce roman ados où il est question de pègre, de meurtres, du poids de l'héritage, de famille mais aussi d'amitié forte et d'amours impossibles. Nous ne sommes pas dans les années 30 mais l'ambiance est finalement la même et j'adore cette époque.
Allez, j'attaque de ce pas le tome 2 : la fille du parrain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Bibeli
  22 octobre 2012
Anya Balanchine a 16 ans. Elle vit avec Nana, sa grand-mère alitée très malade, avec son frère aîné Léo et sa soeur cadette, Natty. Nana est leur tutrice depuis l'assassinat de leurs parents. Monsieur Balanchine était en effet parrain de la mafia du chocolat, un métier à risques par les temps qui courent. Vivre à cette époque n'est pas de tout repos : il y a des restrictions d'eau, des couvre-feux, de l'insécurité et puis la caféine et le chocolat qui sont prohibés. Anya fréquente une école catholique. C'est elle qui a souhaité l'intégrer. Elle sort avec Gable Arsley, un camarade de classe. Après avoir refusé de céder à ses avances très poussées, Anya perd son sang froid et lui renverse son assiette de lasagnes en pleine figure, devant toute l'école. Elle est convoquée chez les instances directrices et fait la connaissance de Win, un jeune homme plein d'esprit et d'humour. Elle se fait donc réprimander, mais ce n'est pas son seul souci : Jacks, son cousin, veut embaucher Léo dans l'entreprise familiale. Or, Léo est vulnérable et Anya en sait quelque chose. Un jour, ce même cousin vient apporter du chocolat sur l'ordre de Nana. Gable choisit ce jour pour rendre visite à Anya et quémander...du chocolat. Pour avoir la paix, Anya lui donne deux tablettes. Sauf que quelques jours après, Gable est à l'hôpital : il a été empoisonné. Et Anya est évidemment bien placée pour savoir que les ennuis ne vont pas tarder à la rattraper. Elle appelle donc Monsieur Kipling, un grand ami de son défunt père, avocat de son état, pour la tirer de ce mauvais pas. Mais il est victime d'une crise cardiaque et va donc envoyer Simon Green, son jeune assistant, pour la défendre. Ce ne sera malheureusement pas suffisant et Anya va se retrouver à Liberty, un centre de détention pour mineurs. Grâce à Win, qui est le fils du second du procureur (rien que ça !), elle va être libérée assez rapidement. Mais le père de Win, si gentil et compréhensif soit-il, va lui demander de ne pas s'afficher avec son fils car une relation entre le fils du second du procureur et la fille du célèbre mafieux ne jouerait pas en sa faveur pour briguer le poste ultime de procureur… Sauf qu'Anya va irrémédiablement tomber sous le charme de Win…
C'est un très bon premier tome de sa nouvelle trilogie que nous a concocté Gabrielle Zevin. le point fort de cette histoire, ce sont non seulement les personnages principaux, mais aussi les personnages secondaires, qui ont beaucoup de charisme. La meilleure amie d'Anya, Scarlet est un personnage d'emblée très sympathique, de par sa joie de vivre, son côté positif et enthousiaste. Win et Anya forment un très beau couple, à l'amour interdit, très tentant de ce fait ! Dans ce tome, l'accent n'est pas mis sur la difficulté de vivre avec des restrictions de plus en plus nombreuses, mais plutôt sur l'histoire d'Anya et de sa famille, des décisions qu'elle aura à prendre pour le bien-être de ses proches. Un véritable coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Analire
  27 mai 2015
On peut dire que Gabrielle Zevin joue dans l'originalité : alors que la plupart des dystopies connues se focalisent sur une histoire d'apocalypse future, elle préfère au contraire planter son décor en 2083 et faire passer en toile de fond la datation de l'histoire.
Bien qu'il soit vrai que le futurisme du livre soit omniprésent - c'est de lui que découle l'enquête principale du roman -, je ne l'ai pas vraiment trouvé dérangeant ni destabilisant. 70 années après notre ère, les êtres humains restent les mêmes, mais les règles de vie en société ont été modifiées : pénurie d'eau, il faut restreindre notre consommation ; interdiction de manger du chocolat, ce qui devient une denrée rare, tout comme les oranges, que le personnage Win présente religieusement à la protagoniste, Anya... Des restrictions qui soulèvent des questions de la part du lecteur, curieux de savoir pourquoi les hommes en sont arrivés à ce point-là. Hormis ces quelques règles, rien n'aurait pu faire penser au lecteur que l'histoire se déroulait en 2083.
En effet, l'histoire peut paraître banale. On y suit Anya, la fille d'un célèbre chef de gang, assassiné, qui prend soin de sa petite soeur, de son grand frère qui souffre de problèmes mentaux, et de sa grand-mère alitée. Beaucoup de responsabilités pèsent sur cette jeune fille, d'autant plus qu'elle doit gérer le regard que les autres portent sur son histoire familiale, les préjugés et remarques assassinent qui la poursuivent. le fait que son père ait été un mafieux tueur d'hommes rend les choses compliquées pour Anya : lorsque son ex-petit ami, Gable, tombe malade après avoir illégalement mangé du chocolat chez elle, c'est directement Anya qu'on accuse et qu'on enferme dans un centre de réeducation pour empoisonnement. Mais pour elle, rien n'est plus important que le fait de protéger les trois membres de sa famille. Elle craint même les autres Balanchine, qu'elle croit perfides, cruels, salissant d'autant plus leur nom de famille. Un jour, alors que son frère Léo obtient un emploi au sein de la famille, grâce au cousin Jacks, Anya s'inquiète des conséquences qui vont en découler.
Alors que la situation aurait pu paraître pesante ou confinée, les personnages ont le don d'apporter une touche de légèreté au récit. Gabrielle Zevin fait la part des choses dans son intrigue, en mettant en scène une histoire sombre d'empoisonnement, qui cohabite avec des situations d'adolescents plus légères (comme les bals auxquels participent les jeunes personnages). Rien n'est alors dramatisé : on ne ressent ni peur, ni joie... nos émotions sont comme figées ou catalysées.
Il est vrai que l'auteure fait l'apologie des liens familiaux, en plaçant Anya comme chef de file de sa petite famille, mais elle explicite aussi le déchirement au sein de cette même famille. En effet, les différends et les divergences d'opinions sont monnaie courante dans les ruptures familiales. Anya ne cautionnait pas les manigances de son père, elle n'est pas d'accord pour que son frère accepte l'emploi proposait par son cousin, qui lui-même, semble forcer la main à Léo.
Mais il est néanmoins assez compliqué de vous dire ce que j'ai ressenti en lisant ce roman, parce que je n'ai pas vraiment descellé d'actions spectaculaires, de scènes étonnantes, de situations particulièrement frappantes. Les personnages étaient attachants, certes, mais le noeud principal de l'histoire manquait de précision et de régularité. C'est comme s'il n'y avait quasiment pas d'histoire.
Le dénouement, quant à lui, était assez étrange. Ce n'est pas comme ça que j'aurais aimé que l'histoire se termine. le lecteur reste en suspens, destabilisé par cette fin, à la fois surprenante, mais décevante.
J'ai aussi appris qu'un second tome, La famille du parrain était sortie, qui faisait suite à ce premier opus. S'il s'avérait que je devais le lire, j'espère de tout mon coeur que ce livre-ci serait bien plus étoffé que La mafia du chocolat.
Comme vous l'aurez compris, mon avis sur ce livre est très mitigé. J'ai beaucoup aimé les personnages mis en scène, mais l'histoire en elle-même ne tient pas debout, elle est comme vide, elle ne reflète rien. Je ne peux pas dire que j'aie été déçue, mais pas loin...
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
teamberthelecture33
  12 décembre 2014
En 2083 , le chocolat et le café seront illégaux. Mais le criminel le plus connu de la ville , Leonyd Balanchine a une usine de chocolat. Sa fille Anyashka Balanchine est mêlée dans toutes les histoires familiales quand ce looser de Gable Arsley est empoisonné par le chocolat de l'usine Balanchine.
Le personnage que j'ai préféré est Anyashka Balanchine âgée de seize ans. J'ai choisi cette personne car elle est assez jeune pour jouer plusieurs rôles dans sa vie : s'occuper de sa soeur , de son frère malade et sa grand-mère mourante et en plus de s'occuper de tous les problèmes familiaux.
Elle a déjà beaucoup souffert mais elle a été courageuse et battante pour elle et sa famille.
Je vous conseille de lire : La Mafia du Chocolat. Pour moi, honnêtement, cette histoire est vraisemblable. Elle repose principalement sur une gamine de seize ans pour qui tout à coup, la vie bascule : à cause de quoi ? d'une simple tablette de chocolat. Vous verrez à travers les nombreuses péripéties que cette jeune fille , sa petite soeur de douze ans, son grand-frère et sa grand-mère mourante vont souffrir énormément. Déjà qu'ils sont orphelins, alors… Ce phénomène peut arriver à une personne quelconque. Cela vous ouvrira les yeux et vous fera comprendre comment d'autres personnes peuvent vivre autour de nous.
Dounia
C'est l'histoire d'une fille du nom d'Anya Balanchine, qui a perdu sa mère et son père. Elle vit sous la tutelle de sa grand-mère qui est âgée, elle habite donc avec son frère Léon, sa petite soeur Natty et sa grand-mère qu'elle appelait Nana. Sa grand-mère l'appelait Anyaschka. Son Père était auparavant le parrain du chocolat. Dans cette histoire le chocolat est interdit et la caféine est illégale.
Je conseille de lire ce livre a tout le monde car cette histoire est intéressante parce qu'il y a toujours des rebondissements sur les événements qui se passent.

Sarah
J'ai beaucoup apprécié cette histoire car elle raconte beaucoup de chose. J'ai aimé le suspense qu'il y a dans ce livre, car dans chaque chapitre il y a beaucoup de nouvelle qui intrigue la suite de l'histoire. Ce que j'ai aussi bien aimé est le côté malchanceux d'Annie car il lui arrive beaucoup de problème dans cette histoire. Ce que j'ai le moins aimé dans ce livre c'est qu'il y a trop de personnages et trop de surnoms et l'on s'y perd. Je conseille de lire ce livre car malgré qu'il y est beaucoup épais. Ce livre se lit très facilement et très compréhensible à lire.
Camille
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          57
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   17 mai 2013
Je me suis assise sur le matelas. J'ai fermé les yeux et imaginé Nana me disant : Prends une tablette de chocolat et partage-la avec quelqu'un que tu aimes. J'ai ouvert les yeux. Plus personne ne me dirait jamais ça. Plus personne n'aurait envie que je goûte sans raison particulière à quelque chose de sucré. Plus personne ne s'inquiéterait de savoir avec qui je partagerais ma tablette. Cette nuit-là, je me suis aperçu que je disposais de moins d'amour que la veille. J'ai enfoui mon visage dans mes mains et fait attention à pleurer en silence - je ne voulais pas réveiller mon frère et ma sœur.
Nana m'avait aimé.
Elle m'avait vraiment aimée.
Et malgré tout, qu'elle soit morte me soulageait. (J'ai pleuré deux fois plus.)
Je me suis endormie sur son lit.
Je me suis réveillée avec le soleil levant, que je ne voyais pas de ma chambre. J'ai compris pourquoi Nana avait aimé cette pièce. Le placard était immense et la lumière du matin exceptionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
smc31smc31   30 mars 2015
Nous sommes à New-York en 2083 où les vieux démons de la prohibition sont revenus à la surface. Anya Balanchine, personnage principale de ce roman, est une jeune fille de 16 ans qui voudrait avoir une vie comme toutes les adolescentes de son âge. Mais de part sa famille qui occupe une place importante dans l'industrie du chocolat, elle sera confronté à une toute autre réalité. Tout a basculé très vite dans la vie d'Anya. Sa mère est morte lorsqu'elle avait six ans à cause des ennemis mafieux de son père et quelques temps après, son père est mort assassiné dans leur maison familiale. Il lui reste plus que son frère aîné Léo, simple d'esprit, et sa sœur Natty, une petite fille sensible et attachante. Tous les trois vivent avec leur grand-mère Nana, qui est leur tuteur légal, et qui est gravement malade. Les différents traumatismes ont forgé les caractère de cette héroïne et l'ont rendu forte, franche, courageuse et indépendante face au monde extérieur. Elle pense que rien ne pourra venir perturber l'équilibre familial qu'ils ont mis du temps à reconstruire à la mort de leurs parents. Mais malheureusement tout risque bien de devenir encore plus compliqué qu'avant ! Tout au long de ce roman, Anya va devoir faire des choix drastiques pour son âge : entre vivre pleinement sa jeunesse ou protéger les siens des antécédents de la famille qui risquent bien de resurgir. Cependant, elle va s’apercevoir que le milieu qu'elle a toujours voulu fuir va la rattraper bien plus vite qu'elle ne l’avait imaginé…

J'ai particulièrement apprécié ce livre, car dès que l'on commence à le lire on ne peut out simplement plus s’arrêter. Les aventures qui arrivent à Anya Balanchine nous tiennent en haleine du début à la fin et on n'a pas le temps de s'ennuyer. La narratrice sait captiver ses lecteurs par le biais de cette histoire pleine de rebondissements.

Il y a un passage qui m'a tout particulièrement marqué. Il s'agit d'une maxime du père d'Anya que cette dernière reprend face aux événements qu'elle subis. Cette maxime est : « Ne passe jamais d'accord si tu ne sais pas exactement ce que tu gagnes en échange ». Pour moi cette citation montre tout est un calcul est que le vie est fait par la majeur partie du temps de choix stratégiques.

M.D.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Babibel34Babibel34   18 décembre 2014
Une bonne histoire, facile à lire, un sujet difficile traité avec finesse et humour, un personnage principal très attachant.. Nous avons ici tous les ingredients pour la recette d'un roman que l'on dévore comme du chocolat.
Le contexte en lui même est plutôt "drôle" : on a du mal à s'imaginer un monde ou le chocolat est interdit, et ou le papier et les livres sont rares et inutilisés. Mais on rentre facilement dans le jeu, et ça en est captivant.

Chloé



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
CielvariableCielvariable   28 mars 2018
“ Avant d'atteindre le téléphone, j'ai senti une main se poser sur mon épaule. C'était Mme le proviseur.


- Anya, a-t-elle commencé. Ces gens voudraient vous parler.


Je me suis retournée. Trois officiers de police, deux hommes et une femme, se tenaient derrière elle. Ils ne portaient pas d'uniformes - des inspecteurs en civil, sûrement - mais n'importe qui pouvait deviner qu'ils étaient de la police.


- Madame, ai-je dit. Ça va prendre du temps ? J'ai un examen en anglais. Beowulf.
Du coin de l'œil, je voyais les élèves au fond du couloir qui m'observaient avec curiosité. Je me suis efforcée de les ignorer. Je devais rester prudente.

- Ne vous inquiétez pas, je ferai en sorte que vous puissiez le rattraper plus tard, a-t-elle répondu. Messieurs-dames, allons discuter en privé.

Nous cheminions vers le bureau du proviseur. Et si je refusais de leur parler en-dehors de la présence de mon avocat ? Je me serais sentie tellement mieux si M. Kipling avait été là. Mais je savais comment les choses fonctionnaient : il est bien connu que seuls les coupables font appel à leur avocat. Bien que j'en aie le droit, si je demandais à appeler M. Kipling, ils pouvaient me conduire au poste de police. Ce qui serait pire. Calme-toi, Anya, me suis-je dit. Attends de voir ce qui va arriver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SempiternelleSempiternelle   29 avril 2014
Avant d'atteindre le téléphone, j'ai senti une main se poser sur mon épaule. C'était Mme le proviseur.
- Anya, a-t-elle commencé. Ces gens voudraient vous parler.
Je me suis retournée. Trois officiers de police, deux hommes et une femme, se tenaient derrière elle. Ils ne portaient pas d'uniformes - des inspecteurs en civil, sûrement - mais n'importe qui pouvait deviner qu'ils étaient de la police.
- Madame, ai-je dit. Ça va prendre du temps ? J'ai un examen en anglais. Beowulf.
Du coin de l'œil, je voyais les élèves au fond du couloir qui m'observaient avec curiosité. Je me suis efforcée de les ignorer. Je devais rester prudente.
- Ne vous inquiétez pas, je ferai en sorte que vous puissiez le rattraper plus tard, a-t-elle répondu. Messieurs-dames, allons discuter en privé.
Nous cheminions vers le bureau du proviseur. Et si je refusais de leur parler en-dehors de la présence de mon avocat ? Je me serais sentie tellement mieux si M. Kipling avait été là. Mais je savais comment les choses fonctionnaient : il est bien connu que seuls les coupables font appel à leur avocat. Bien que j'en aie le droit, si je demandais à appeler M. Kipling, ils pouvaient me conduire au poste de police. Ce qui serait pire. Calme-toi, Anya, me suis-je dit. Attends de voir ce qui va arriver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mafiaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La mafia du chocolat

Quel est le nom du lycée d'Anya?

La St Trinité
Le St Esprit
Le St Père
Le Fils Saint

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : La mafia du chocolat, tome 1 de Gabrielle ZevinCréer un quiz sur ce livre
.. ..