AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2505067562
Éditeur : Dargaud (01/06/2018)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 71 notes)
Résumé :
" Le corps se résigne plus vite que l'âme.
Le temps le ride, l'injurie, l'humilie...
Il fait avec, le corps, beau joueur.

L'esprit, lui, est mauvais perdant.
Il ne conçoit que par à-coup,
par révélations douloureuses,
par effrois successifs. "
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  06 juillet 2018
Après des mois difficiles de longue maladie, Méditerranée perd sa maman. Presque un soulagement pour Méditerranée tant elle ne supportait plus de voir sa maman souffrir ainsi. Désormais la doyenne des Solenza, comme son frère l'a souligné, Méditerranée prend soudainement un coup de vieux. La remarque de la jeune femme qui lui laisse sa place assise dans le bus ne va pas arranger son moral. À 62 ans, est-on si vieux que ça ? N'a-t-on rien encore à offrir aux autres et à vivre ?
À 59 ans, Ulysse, veuf depuis de nombreuses années, vit mal sa retraite anticipée. Maudit plan de dégraissage ! Déménageur depuis des décennies, ses jours sont désormais bien vides et bien tristes. Se mettre au sport maintenant ? Bricoler ou lire alors qu'il n'aime pas ça ? Très peu pour lui. Une sentiment de grande solitude et de grand vide s'empare alors de lui. Jusqu'au jour où il fait la rencontre de Méditerranée...
Peut-on encore aimer à 60 ans passés et pourquoi pas, rencontrer l'amour de sa vie ? Pour Zidrou, cela ne fait aucun doute. Pourtant, lorsque l'on fait la connaissance d'Ulysse et de Méditerranée, tous les deux sont dans un état un brin mélancolique, amer, désappointé ou encore peu convaincu quant à leur avenir. Une retraite arrivant trop vite pour lui, une vie de célibataire et une fromagerie familiale à tenir pour elle. C'était sans compter sur les hasards de la vie... L'auteur, comme à son habitude, nous surprend avec cet album graphique. Malgré un début un peu trop larmoyant, l'on se laisse emporter dans cette histoire d'amour singulière et attendrissante. Zidrou dépeint avec justesse la vieillesse, la solitude, la sexualité et l'amour à plus de 60 ans. La fin, totalement inattendue, laisse dubitatif. Mais qu'importe, le scénario est touchant et les personnages d'Ulysse et Méditerranée pleins de vie. Graphiquement, Aimée de Jong nous offre de magnifiques planches. Son trait est précis et élégant, ses ambiances très bien rendues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          637
LePamplemousse
  11 juin 2018
Les histoires d'amour ne concernent pas que des gens jeunes, avec un bel avenir, en pleine santé et respirant la joie de vivre.
Dans cette bande dessinée très touchante Zidrou nous montre que l'amour peut entrer dans la vie de personnes qui ont pourtant l'impression d'être sur le déclin, sur la route de la sortie.
Ulysse et Méditerranée ont tous les deux la soixantaine, lui est veuf depuis un long moment et il vient de perdre son boulot de déménageur, elle, elle ne s'est jamais mariée, elle tient la fromagerie familiale après s'être occupée pendant de longs mois de sa mère malade.
Ils vont se rencontrer et oser envisager un avenir commun.
L'auteur décrit avec tendresse et lucidité la vieillesse, le corps qui n'est plus le même, l'ennui, la solitude, le vide qui s'abat tel une chape de plomb sur le quotidien et le renouveau qu'apporte une histoire d'amour à un âge où on n'attend plus grand-chose.
Encore une belle réussite pour cette bande dessinée nostalgique et pleine d'espoir.
Commenter  J’apprécie          440
Bazart
  08 août 2018
Voici un album qui narre une belle histoire abordant avec justesse et subtilité l'amour chez les personnes âgées.
Le très actif Zidrou, aux commandes de pas mal de scénarios de BD ces derniers temps, tisse une jolie romance autour la rencontre inattendue de deux êtres esseulés et sur le retour, avec ce qu'il faut d'humour. et de tendresse et prouve que même quand on y croit plus, l'amour survient parfois tel un miracle…
L'Obsolescence programmée de nos sentiments raconte l'histoire d'une rencontre entre deux sexagénaires; deux âmes esseulées qui vont se croiser par hasard dans une salle d'attente et voir Cupidon frapper à leur porte.
On voit que même si le temps a laissé son empreinte sur les corps et les âmes des deux protagonistes, les émois de l'adolescence ne sont finalement pas si loin que cela. et il suffit d'un rien pour les faire revenir à la surface.
Un one-shot poétique, touchant et singulier, pleinement mis en valeur par les dessins expressifs et éloquents d' Aimée de Jongh, jeune dessinatrice néerlandaise qui illustre avec tact et sensibilité le récit de Zidrou, en y insufflant la tendresse et l' humanité idéale à cette très jolie love story entre séniors .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Josephine2
  06 août 2018
Une BD qui aborde la vieillesse, le devenir. Ulysse, après avoir trimé toute une vie dans une entreprise et été jeté dès le moindre soubresaut économique, parce qu'il n'est plus rentable, tourne en rond dans son petit appartement.
Veuf, un fils médecin très pris… Quelle alternative lui reste-il ?
Sa vie bascule lorsqu'il fait la connaissance de Méditerranée, dans le cabinet d'attente de son fils. Agé de 62 ans, vivant également seule, ces deux-là vont se rencontrer et faire un bout de chemin ensemble.
Zidrou aborde sans détour et avec beaucoup de tendresse le couple à l'aube de la vieillesse. Il ne cache rien, et même si c'est un peu cru, ce n'est pas vulgaire.
Cette BD fait du bien, surtout dans notre société d'aujourd'hui, où il ne faut surtout pas parler de vieillesse, de rides, comme si c'était honteux de vieillir. Mais, ne nous leurrons pas, notre tour viendra aussi.
Certains trouvent dérangeant ou fantaisiste la fin de l'histoire. Pour moi, il n'y a rien de choquant. Pourquoi est-ce gênant pour les femmes, et pas pour les hommes ? D'autant plus, que cela risque d'arriver bien plus souvent dans les prochaines années. Je n'en dirai pas plus, car je n'aime pas dévoiler les épilogues. Mais vous comprendrez si vous lisez cette BD. En plus, vous passerez un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
moncoinlivresque
  09 septembre 2018
Cette BD est un petit bijou…une gourmandise qui se déguste sans modération. Je ne connaissais ni le travail de Zidrou ni celui d'Aimée de Jongh. Lorsque j'ai débuté ma lecture, c'était donc avec impatience et curiosité.
Il y a tant de choses à dire sur cette BD…
La couverture, tout d'abord, attire l'attention. Un homme, une femme, de dos, assis, nus.
Nous sommes bien loin des canons de beauté. Nous sommes dans le « beau », celui qui se cache derrière deux dos vieillis par le temps. Ce que le lecteur voit par delà, ce sont deux personnes, assises, côte à côte, qui regardent ensemble dans la même direction. Cette couverture qui se veut contemplative, stoppe net, fascine. Vers quoi leurs regards se portent-ils ?
Puis il y a ces premières pages intrigantes…ce titre qui s'allonge, s'étire, entouré de dessins suggestifs emprunts de passion…ces mots qui prennent leur place, qui prennent le temps d'être dits et lus. Cette fois encore le lecteur s'attarde, détaille et contemple car les auteurs l'y invitent.
Vient ensuite l'histoire qui intrigue déjà, alors qu'elle n'a pas encore débutée…
Méditerranée vient de perdre sa mère. A 62 ans elle prend conscience que la vie file à toute allure…que les certitudes, les acquis d'autrefois s'en sont allés…et que ce qui a fait un temps notre vie, et bien…a tout simplement fichu le camp ! Autrefois désirée et enviée pour son corps, elle peine à se regarder dans le miroir. le décès de sa mère la renvoie à sa propre vieillesse. L'esprit n'a jamais l'âge du corps. le corps se fane, s'assèche…l'esprit se débat, tente de résister…en vain. Les traits tirés, la peau qui tombe, la ménopause qui fait ses petits ravages et voilà que le corps n'est plus qu'un champs de bataille…Méditerranée le sait : la guerre elle l'a perdue, le temps a eu raison de ses formes, de ses belles courbes, des joues rebondies et de la peau douce, que peut-elle y faire ?…à part se résigner.
Ulysse quant à lui, travaille depuis toujours dans une entreprise de déménageurs. Un jour voilà que son patron lui annonce qu'il est licencié…Il ne lui faut pas bien longtemps pour comprendre que son âge commence à poser soucis…59 bougies au compteur…ce n'est pas rien. Que va-t-il bien pouvoir faire de ce temps libre…sa femme est morte depuis de nombreuses années, sa fille également et son fils a une vie bien remplie…La solitude, le manque, le vide qui s'installent quand il se retrouve seul chez lui le soir, lui pèsent.
Alors il est l'heure du bilan…d'une prise de conscience.
A la croisée des chemins, le destin va faire se rencontrer un Ulysse échoué sur le rivage de la vie et une Méditerranée dont les flots se sont assoupis…Leur rencontre va raviver la flamme de leurs êtres, elle va leur permettre de voir bien au delà des corps qui se creusent, bien au delà de leur vie devenue routinière…insipide.
« L'obsolescence programmée de nos sentiments » est une BD qui ne triche pas, qui ne cache rien, qui nous dévoile tout…tout ce qui fait mal, tout ce qui est inévitable…Les aléas de l'âge qui avance…le flot des regrets qui assaillent…les désillusions, les remords, la solitude qui pointent le bout de leur nez…le vide qui se fait oppressant, grandissant…
Et puis dans l'obscurité, apparaît parfois une petite lumière, infime au début…qui croit et se multiplie. Et sans nous en rendre compte, nous voilà sortis de la pénombre…le coeur moins lourd, l'âme pansée, une main amie/amante calée dans la nôtre. le chemin devient moins long…chaque pas se fait plus léger et le fardeau de la vieillesse, moins lourd lorsqu'il est partagé. On en arriverait même à se dire que débute une seconde jeunesse…
Il n'y a pas d'âge pour aimer…pour tomber amoureux, pour se sentir pousser des ailes, pour qu'une étincelle de vie jaillisse où on ne l'attendait plus…
La vie passe vite, trop vite, et sans s'en rendre compte, on devient vieux…trop vieux. Trop vieux pour travailler, trop vieux pour aimer, trop vieux pour tout recommencer…trop vieux, ha oui ? Et si la force de cette histoire résidait dans le fait qu'il n'est jamais trop tard ? le coeur a-t-il un âge ou une date d'expiration ? N'est-on plus capable de le sentir palpiter passé un certain âge ? Doit-on avoir honte des marques du temps, des sillons qui creusent la peau et effritent l'estime de soi ? Doit-on cacher nos êtres qui se ramollissent…pour finir par nous enfermer dans une solitude destructrice ?
J'ai aimé l'authenticité du dessin. le trait qui nous dévoile l'intimité grâce à des images parfois crues, des corps qui se veulent « vrais ». Les couleurs, le trait de crayon agréable, dynamique, net. Aimée de Jongh nous enjoint à regarder et non pas à voir, sans fausse pudeur, sans honte. La multitude des cases, les détails…ce qui pourrait déplaire devient beau. Beau parce que réel. Mis à nu. Exposé. Offert à nos yeux.
Quant au scénario, que dire…des textes et des échanges soignés, parfois mélodieux mais toujours emprunts de poésie et de vérité. Zidrou et Aimée de Jongh sont en osmose parfaite. Les textes apportent une poésie supplémentaire à un dessin percutant.
L'empathie passe sans mal dans cette belle histoire parce qu'elle nous renvoie à nos failles, nos désillusions, nos combats perdus. Mais pas uniquement. Elle nous parle d'êtres fragilisés par la vie et le temps qui trouvent une épaule amie. Avancer à deux dans la même direction, s'aimer pour ce que l'on est, garder espoir, ne pas se résigner. Continuer, coûte que coûte à aimer. L'âge n'enlève rien au désir…il n'éteint pas les sentiments amoureux… Nos coeurs s'étiolent parfois, se résignent souvent, mais ne cessent jamais de battre.
En conclusion : « L'obsolescence programmée de nos sentiments » a été une belle surprise, une douceur que j'ai pris énormément de plaisir à lire.
Les auteurs, Zidrou et Aimée de Jongh ont fait fort avec cette histoire d'amour des plus authentiques, porteuse de messages aussi intemporels que fondamentaux.
Un véritable coup de coeur pour cette BD qui aura été l'une de mes plus belles surprises 2018…
Lien : http://moncoinlivresque.fr/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (4)
ActuaBD   03 juillet 2018
Le nouvel album de Zidrou aborde, avec un talent absolu, la question de l'amour à l'âge de la retraite, de la déliquescence des corps et des sentiments. Un très bel ouvrage, pudique et touchant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   22 juin 2018
Réflexion contemporaine sur le temps qui passe et ses affres, joliment illustrée, L'obsolescence programmée des sentiments se meut en une fable qui peine à convaincre pleinement. Dommage pour les terre à terre, pour les autres cela reste l'assurance d'un bon moment de lecture.

Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   19 juin 2018
Zidrou, scénariste prolifique et habile narrateur, joue avec les codes du drame et de l’humour, tout en rajoutant de la poésie à la lourdeur du quotidien décrit.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BoDoi   18 juin 2018
Teintes sombres ou pastel, gros plans et cadrages serrés tout en retenue, c’est parfois cru mais tellement bien fait que les corps desséchés redeviennent désirables, les rides pleines de charme…
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
JulverJulver   12 octobre 2018
C'est marrant! Tu as déjà remarqué? Plus on avance en âge, plus on pense souvent à ses parents!
Commenter  J’apprécie          20
JulverJulver   12 octobre 2018
Comment va mon Coulommiers d'amour?
Commenter  J’apprécie          00
marina53marina53   06 juillet 2018
Le corps se résigne plus vite que l'âme. Le temps le ride, l'injurie, l'humilie... le varice, le ménopause... l'essouffle, le caricature... Il fait avec, le corps, beau joueur. L'esprit, lui, est mauvais perdant. Il met du temps à souffler le même nombre de bougies que le corps. Il ne conçoit que par à-coups... par révélations douloureuses...par effrois successifs.
Commenter  J’apprécie          250
marina53marina53   07 juillet 2018
On ne met pas une enfant au monde, on ne lui chante pas des berceuses, on ne la pousse pas sur la balançoire, on ne lui apprend pas à se tenir droite à table comme dans la vie pour la voir mourir un jour. Ce n'est pas dans l'ordre des choses.
Commenter  J’apprécie          280
marina53marina53   07 juillet 2018
Il est des mots qui mordent. Ils surgissent au milieu d'une phrase, comme le serpent de sous son caillou... et enfoncent dans votre cheville les crochets de chacune des lettres qui les composent.
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Zidrou (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Zidrou
Vidéo de Zidrou
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Schumi tome 1

Quel est le vrai nom de Schumi ?

Sacha
Simon
Schumacher
Sébastien

4 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Schumi, Tome 1 : Comme sur des roulettes ! de ZidrouCréer un quiz sur ce livre
.. ..