AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709630540
Éditeur : J.-C. Lattès (08/10/2008)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 88 notes)
Résumé :
1585. Après trente ans de guerre civile et le massacre de la Saint-Barthélemy, la France est plus divisée que jamais. Trois Henri se disputent un trône à l'équilibre fragile. Henri III veut garder sa couronne, mais n'a pas d'héritier. Henri de Navarre, le protestant, tient à faire valoir ses droits, mais Henri de Guise, l'ultra-catholique, refuse de laisser un huguenot régner sur la France.

Sous la direction d'Henri de Guise, la Ligue organise un vast... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Thoxana
  21 juin 2010
Avec cette nouvelle série proposée par Jean d'Aillon, nous voici plongés au coeur des guerres de religions. Encore une époque de l'histoire de France trop peu connue ! Nous découvrons ainsi comment les impôts ont été détournés par Henri de Guise en vue de destituer Henri III. Pendant ce temps, Henri de Navarre - futur Henri IV - attend son heure...
Outre le roman passionnant, voici l'occasion d'en apprendre plus sur cette époque.
Quelques longueurs au début de l'ouvrage m'empêchent de donner la note maximale. Mais on se régale à sa lecture.
Je me plongerai dans le volume 2 avec impatience.
Commenter  J’apprécie          73
leinavaleski
  28 avril 2016
Un tome vraiment très intéressant ! C'est un roman historique comme je les adore : les personnages réels et inventés se côtoient sans qu'on voit clairement lesquels sont uniquement fictionnels. L'intrigue est bien ficelée et jusqu'au bout, on se demande comment tout cela va se résoudre. Finalement, heureusement que le hasard s'en mêle pour aider les protagonistes mais cette dose de hasard est bien dosée donc ça ne m'a pas dérangée.
Le début du roman nous présente les différents personnages dans des situations diverses et il est difficile de voir ce qui va les réunir. C'est peut être le seul bémol de cette lecture : le nombre de personnages. C'est déjà difficile de suivre les personnages historiques quand l'auteur utilise leurs noms, leurs titres et leurs surnoms, mais avec les personnages de fiction en plus, on s'y perd un peu. Toutefois, je ne regrette pas la présence d'un seul d'entre eux, ils ont tous su me toucher à un niveau ou à un autre.
Je suis tout à fait contente de cette plongée dans l'univers des guerres de religion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
spleen
  11 octobre 2010
L'histoire se déroule entre la Saint Barthelemy et l'arrivée au pouvoir d'Henri IV, période mouvementée et troublée ...
Les personnages de ce roman sont nombreux et difficiles au début à situer facilement entre partisans du Duc de Guise,gens fidéles au roi ou à Henri de Navarre, mais aprés quelques pages l'intrigue prend le dessus et on se laisse captiver par l'histoire.
Dommage que ce ne soit que le premier tome, j'ai hate de connaitre la suite .... Un bon roman historique à mon gout!
Commenter  J’apprécie          70
Heureuse
  27 août 2011
Il y avait bien longtemps que je n'avais pas lu un aussi bon roman historique.

L'intrigue est enlevée, intéressante, prenante, vraiment très agréable à lire, comme n'importe quel roman.

La partie historique est très bien documentée. On ne le sait souvent pas si on ne s'y intéresse pas mais l'histoire est une discipline qui évolue beaucoup, au fil des travaux, des recherches. Et ce qu'on a appris à l'école, ce que nous prenons comme des faits, ces images souvent véhiculés dans la littérature, au cinéma trainent dans un coin de nos consciences et sont souvent bien loin de la réalité. Jean D'aillon fait partie de ces auteurs qui vont chercher la vérité, les faits et non pas ces "on-dit" historiques.

Et de temps, en temps, fort à propos, des passages sur la vie en France à la fin du 16ème siècle, sur les coutumes et les habitudes.

Un seul défaut : il y a une foule de personnages et énormément de détails autour de ces personnages. Mais le roman est tellement bien construit qu'on peut, par flemme, passer outre certains passage pour ne suivre que l'essentiel et prendre le temps d'en lire d'autres un peu plus loin.
A suivre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pchabannes
  17 octobre 2010
1585. Treize ans de division. Treize ans que la Saint Barthélemy a rougi les pavés de la capitale ; treize ans de rancoeurs politiques, religieuses et aussi personnelles ; Paris est une bombe humaine ; Charles IX disparu, le pouvoir d'un Henri III sans héritier est disputé par Henri de Guise et Henri de Navarre, l'Ultra-Catholique et le Reformé, le Balafré et le Béarnais. “Les rapines du Duc de Guise” ouvre une trilogie sur les guerres de religions en France.
Romanesque et historique : Mamelles des ouvrages de Jean d'Aillon. Romanesque, cette enquête sur les détournements la Taille, l'IRPP de l'époque. Argent, politique, assassinats, suspens, manoeuvres…Un thriller haletant. Historique, ce Paris du XVIème siècle avec les Buttes-Chaumont au diable vauvert, quand prendre un bain par mois est faire preuve d'hygiène, quand la moindre estafilade vous promet l'amputation. Historique, les évènements et les personnages. Et surtout, dans ce contexte discuté, Jean d'Aillon prend de la distance et de la mesure.
La lecture des ouvrages de Jean d'Aillon doit être rendue obligatoire dans le cadre des programmes scolaires.

Lien : http://quidhodieagisti.kazeo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ElviraElvira   17 août 2011
Description d'Henri III --> Sous sa cape entrouverte en velours noir doublée de taffetas et brodée d’or, on distinguait un justaucorps de satin gris à double rang de perles et brodé de pierreries. Ses chausses étaient écarlates et une fraise empesée lui entourait le cou. Ses cheveux étaient très courts, presque rasés, sous un bonnet noir serré par un cordon et une broche d’or. A son cou pendait un grand collier d’ambre serti d’or qui sentait très fort et à chacune de ses oreilles étaient attachées de grosses perles. Sous sa minuscule moustache et sa courte barbe, son teint était blafard avec des traits tirés et de lourdes poches sous les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElviraElvira   17 août 2011
La France ne pouvait avoir trois rois, tous nommés d’ailleurs Henri, comme par une ironie du destin. Guise, le Lorrain, par son armée et sa popularité, savait qu’il avait le royaume à portée de main ; le Béarnais, lui, avait la légitimité de la race ; quant au dernier Valois, impuissant et enfermé dans son Louvre, les prédicateurs fanatiques appelaient à sa mort. Pour échapper à ces furieux, il n’avait pas d’autre choix que de faire semblant de soutenir Guise et de s’opposer au roi de Navarre. Tout se résumait ainsi, comme le rapportait une chanson : Henri veut, par Henri, déshériter Henri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElviraElvira   17 août 2011
Enroulé dans son manteau, il descendit la rue Saint-Martin jusqu’à la rue Troussevache, puis contourna le cimetière des Innocents par la rue de la Ferronnerie. Se frayant un passage entre les auvents des boutiques qui avançaient trop souvent sur la rue, les enseignes trop basses qui assommaient facilement un cavalier, et gardant un œil sur ceux qui vidaient leurs eaux usées par les fenêtres, Nicolas Poulain gagna la rue Saint-Honoré jusqu’à la rue des Petits-Champs qu’il remonta.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElviraElvira   17 août 2011
Ce qui l’attirait dans l’assassinat était surtout la difficulté, le défi à la raison, la gageure irréalisable. Il avait un vrai talent pour tuer quand chacun assurait que c’était impossible. Là où d’autres se provoquaient pour des rencontres héroïques à l’épée devant un parterre d’admiratrices, il choisissait l’usage discret du poignard ou du pistolet.
Commenter  J’apprécie          10
totototo   02 juin 2015
-...Une guerre contre le roi nous coûtera au moins cinq cent mille livres par mois!
- Je leur en parlerai, promit Mayneville, mais vous le savez, l'essentiel de ce qu'ils nous donnent provient de cette habile opération de prélèvement qu'ils font sur les tailles royales.
- Prélèvement? ironisa Mayenne. Rapines plutôt!
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jean d'Aillon (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d'Aillon
Les Templiers et leur trésor | Au cœur de l’histoire | Europe 1
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1021 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre