AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235526113X
Éditeur : Nouvelles Editions Lignes (23/10/2012)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  25 octobre 2012
Le présent de cette crise qui dure est la vengeance du futur sur le passé
La multiplicité des points de vue sur la situation grecque et sur l'appréciation des politiques néolibérales européennes, permet d'élargir les débats. Je n'évoque que certains articles et quelques points traités.
Personnellement je ne goutte que peu l'hypothèse communiste, aux relents staliniens, d'Alain Badiou ni le centrage sur la bio-politique de Michel Foucault par d'autres. Je ne partage pas non plus les conclusions de Frédéric Lordon sur la nécessaire sortie de la Grèce de l'euro mais au moins cet auteur développe-t-il ses analyses avec un humour bien venu, tout en nous rappelant que « La science économique n'existe pas. Il n'y a que de l 'économie politique », qu'il « est inepte de parler de »faillite » à propos d'un État » ou en soulignant le nécessaire, pour la survie de la Grèce, « défaut complet de sa dette souveraine » et d'une reconstruction d'une « économie politique du prélèvement fiscal ». Il ajoute, entre autres « Car, charme particulier des dynamiques du marché, un événement donné ne déploie ses conséquences qu'au travers de la médiation du jugement et de l'opinion collective de la finance -imprédictible ex ante… » Frédéric Lordon n'hésite pas, à juste titre, à parler de violence en réponse aux violences expropriantes des droits « Jusqu'à ce que les »intéressés », on veut dire les préposés au chômage, au suicide et à la vie raccourcie, finissent par rappeler leur présence, matériel humain ordinairement tenu pour quantité négligeable mais qui, de temps à autre, recouvre sa qualité de sujet politique, et réaffirme ses intérêts vitaux, avec parfois une violence en proportion des négations dont elle a fait l'objet ».
Sur la Grèce, parmi les différents articles, j'ai notamment apprécié ceux de Claude Calame, très complet dans la description des marchés financiers et des politiques déployées, d'Etienne Balibar, sur la refondation de l'Europe, qui se conclut par « de plus, il faudrait inventer la forme politique (et pas seulement juridique) qui »combine » une autorité sociale et une capacité de gouvernement par temps d'incertitude avec une extension maximale de la conflictualité démocratique et de l'expression des tendances hétérogènes de la société européenne – condition même de la légitimité » (souligné par moi) ou de Frieder Otto Wolf sur « pourquoi sauver le peuple grec de ses sauveurs ».
Je souligne l'intérêt de l'article de Stravos Tombazos et sa critique de « l'esprit et les fétiches ». le titre de cette note lecture est extraite de son texte. L'auteur souligne, entre autres que « L'universel est une réalité processuelle dont la volonté est le moteur ». Il termine ses propos par : « Certes, l'avenir est fort incertain et le pari avec l'histoire reste toujours mélancolique, mais le spectre peut de nouveau sourire. L'esprit ne s'incline plus devant les fétiches ».
Au total de multiples entrées sur la Grèce, l'Espagne, le Portugal ou l'Italie, et sur l'Europe néolibérale. Ne nous y trompons pas, d'une certaine façon, une bonne partie des européen-ne-s sont potentiellement des grecs et des grecques en devenir, sans oublier les populations immigrées directement menacées par les politiques de repli nationaliste plus ou moins musclées et par les exactions de groupe néo-nazis, qui ne sont plus des groupuscules comme le montre Aube dorée en Grèce.
Comme trop souvent, les conséquences aggravées pour les femmes, des politiques mises en place, ne sont pas analysées. Et je m'étonne d'un lourd silence des auteur-e-s français-e-s et allemand-e-s particulièrement sur l'annulation unilatérale des dettes portées par les banques françaises et allemandes sur les États grecs, espagnol ou portugais. Ces dettes sont largement illégitimes dans les pays débiteurs, elles le sont aussi dans les pays créanciers !
Sans conclure, un paragraphe extrait de l'article de Savas Michael-Matsas : « Des tendances d'atomisation du »sauve-qui-peut », mais aussi des contre-tendances de résistance sociale, d'auto-organisation collective et de constitution de réseaux de solidarité, comme on en a vu ces dernières années en Grèce (assemblées populaires, services médicaux, et »soupes populaires », etc.). Aux courants individualistes et de dé-subjectivation s'opposent des contre-courants d'une nouvelle subjectivation collective, sociale et politique, encore hésitante, voir embryonnaire ».
Lien : http://entreleslignesentrele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
dede   25 octobre 2012
Au moment où un jeune Grec sur deux est au chômage, où 25 000 SDF errent dans les rues d’Athènes, où 30% de la population est tombée sous le seuil de pauvreté, où des milliers de familles sont obligées de placer leurs enfants pour qu’ils ne crèvent pas de faim et de froid, où nouveaux pauvres et réfugiés se disputent les poubelles dans les décharges publiques, les « sauveurs » de la Grèce, sous prétexte que les Grecs « ne font pas assez d’efforts », imposent un nouveau plan d’aide qui double la dose létale administrée. Un plan qui abolit le droit du travail, et qui réduit les pauvres à l’extrême misère, tout en faisant disparaître du tableau les classes moyennes.

Le but ne saurait être le « sauvetage » de la Grèce : sur ce point, tous les économistes dignes de ce nom sont d’accord. Il s’agit de gagner du temps pour sauver les créanciers tout en menant le pays à une faillite différée. Il s’agit surtout de faire de la Grèce, avec la collaboration active de sa propre classe dirigeante, le laboratoire d’un changement social qui, dans un deuxième temps, se généralisera à toute l’Europe. Le modèle expérimenté sur les Grecs est celui d’une société sans services publics, où les écoles, les hôpitaux et les dispensaires tombent en ruine, où la santé devient le privilège des riches, où les populations vulnérables sont vouées à une élimination programmée, tandis que ceux qui travaillent encore sont condamnés aux formes extrêmes de la paupérisation et de la précarisation.

Mais pour que cette offensive du néolibéralisme puisse arriver à ses fins, il faut instaurer un régime qui fait l’économie de droits démocratiques les plus élémentaires. Sous l’injonction des sauveurs, on voit donc s’installer en Europe des gouvernements de technocrates qui font fi de la souveraineté populaire. Il s’agit d’un tournant dans les régimes parlementaires où l’on voit les « représentants du peuple » donner carte blanche aux experts et aux banquiers, abdiquant leur pouvoir décisionnel supposé. Un coup d’État parlementaire en quelque sorte, qui fait aussi appel à un arsenal répressif amplifié face aux protestations populaires. Ainsi, dès lors que les députés ont ratifié la convention dictée par la troïka (l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international), diamétralement opposée au mandat qu’ils avaient reçu, un pouvoir dépourvu de légitimité démocratique aura engagé l’avenir du pays pour trente ou quarante ans.

Parallèlement l’Union européenne s’apprête à constituer un compte bloqué où serait directement versée l’aide à la Grèce afin qu’elle soit employée uniquement au service de la dette. Les recettes du pays devraient être en « priorité absolue » consacrées au remboursement de créanciers, et, si besoin est, directement versées à ce compte géré par l’Union européenne. La convention stipule que toute nouvelle obligation émise dans son cadre sera régie par le droit anglais, qui engage des garanties matérielles, alors que les différends seront jugés par les tribunaux du Luxembourg, la Grèce ayant renoncé d’avance à tout droit de recours contre une saisie décidée par ses créanciers. Pour compléter le tableau, les privatisations sont confiées à une caisse gérée par la troïka, où seront déposés les titres de propriété de biens publics. Bref, c’est le pillage généralisé, trait propre du capitalisme financier qui s’offre ici une belle consécration institutionnelle. Dans la mesure où vendeurs et acheteurs siégeront du même côté de la table, on ne doute guère que cette entreprise de privatisation soit un vrai festin pour les repreneurs (qu’ils soient grecs ou étrangers)…

Or toutes les mesures prises jusqu’à maintenant n’ont fait que creuser la dette souveraine grecque et, avec le secours de sauveurs qui prêtent à des taux usuraires, celle-ci a carrément explosé en approchant des 170% d’un PIB en chute libre, alors qu’en 2009 elle n’en représentait encore que 120%. Il est à parier que cette cohorte de plans de sauvetage – à chaque fois présentés comme « ultimes » – n’a eu d’autre but que d’affaiblir toujours davantage la position de la Grèce de sorte que, privée de toute possibilité de proposer elle-même les termes d’une restructuration, elle soit réduite à tout céder à ses créanciers sous le chantage de « la catastrophe ou l’austérité ».

L’aggravation artificielle et coercitive du problème de la dette a été utilisée comme une arme pour prendre d’assaut une société entière. C’est à bon escient que nous employons ici des termes relevant du domaine militaire : il s’agit bel et bien d’une guerre conduite par les moyens de la finance, de la politique et du droit, une guerre de classe contre la société entière. Et le butin que la classe financière compte arracher à « l’ennemi », ce sont les acquis sociaux et les droits démocratiques, mais au bout du compte, c’est la possibilité même d’une vie humaine. La vie de ceux qui ne produisent ou ne consomment pas assez au regard des stratégies de maximisation du profit, ne doit plus être préservée.

Ainsi, la faiblesse d’un pays pris en étau entre la spéculation sans limites et les plans de sauvetage dévastateurs, devient la porte dérobée par où fait irruption un nouveau modèle de société conforme aux exigences du fondamentalisme néolibéral. Modèle destiné à toute l’Europe et plus si affinités. C’est le véritable enjeu et c’est pour cela que défendre le peuple grec ne se réduit pas à un geste de solidarité ou d’humanité abstraite : l’avenir de la démocratie et le sort des peuples européens sont en question. Partout la « nécessité impérieuse » d’une austérité « douloureuse, mais salutaire » va nous être présentée comme le moyen d’échapper au destin grec, alors qu’elle y mène tout droit.

Devant cette attaque en règle contre la société, devant la destruction des derniers îlots de la démocratie, nous appelons nos concitoyens, nos amis français et européens à s’exprimer haut et fort. Il ne faut pas laisser le monopole de la parole aux experts et aux politiciens. Le fait qu’à la demande des dirigeants allemands et français en particulier la Grèce soit désormais interdite d’élections peut-il nous laisser indifférents ? La stigmatisation et le dénigrement systématique d’un peuple européen ne mériteraient-ils pas une riposte ? Est-il possible de ne pas élever sa voix contre l’assassinat institutionnel du peuple grec ? Et pouvons-nous garder le silence devant l’instauration à marche forcée d’un système qui met hors la loi l’idée même de solidarité sociale ?

Nous sommes au point de non-retour. Il est urgent de mener la bataille des chiffres et la guerre des mots pour contrer la rhétorique ultralibérale de la peur et de la désinformation. Il est urgent de déconstruire les leçons de morale qui occultent le processus réel à l’œuvre dans la société. Il devient plus qu’urgent de démystifier l’insistance raciste sur la « spécificité grecque », qui prétend faire du caractère national supposé d’un peuple (paresse et roublardise à volonté) la cause première d’une crise en réalité mondiale. Ce qui compte aujourd’hui ne sont pas les particularités, réelles ou imaginaires, mais les communs : le sort d’un peuple qui affectera tous les autres.

Bien des solutions techniques ont été proposées pour sortir de l’alternative « ou la destruction de la société ou la faillite » (qui veut dire, on le voit aujourd’hui : « et la destruction et la faillite »). Toutes doivent être mises à plat comme éléments de réflexion pour la construction d’une autre Europe. Mais d’abord il faut dénoncer le crime, porter au grand jour la situation dans laquelle se trouve le peuple grec à cause des « plans d’aide » conçus par et pour les spéculateurs et les créanciers. Au moment où un mouvement de soutien se tisse autour du monde, où les réseaux d’Internet bruissent d’initiatives de solidarité, les intellectuels français seraient-ils donc les derniers à élever leur voix pour la Grèce ? Sans attendre davantage, multiplions les articles, les interventions dans les médias, les débats, les pétitions, les manifestations. Car toute initiative est bienvenue, toute initiative est urgente.

Pour nous, voici ce que nous proposons : aller très vite vers la formation d’un comité européen des intellectuels et des artistes pour la solidarité avec le peuple grec qui résiste. Si ce n’est pas nous, ce sera qui ? Si ce n’est pas maintenant, ce sera quand ?

Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue « αληthεια », Athènes, Michel Surya, directeur de la revue « Lignes », Paris, Dimitris Vergetis, directeur de la revue « αληthεια », Athènes.

Et : Giorgio Agamben, Diamanti Anagnostopoulou, Enzo Apicella, Albena Azmanova, Daniel Alvara,Alain Badiou, Jean-Christophe Bailly, Etienne Balibar, Fernanda Bernardo, David Berry, Sylvie Blocher, Laura Boella, Carlo Bordini, Hervé le Bras, Roberto Bugliani, Daniela Calabro, Claude Cambon, Maria Elena Carosella, Barbara Cassin, Bruno Clément, Danielle Cohen-Levinas, Christiane Cohendy, Yannick Courtel, Martin Crowely, Rolf Czeskleba-Dupont, Michel Deguy, Michel Didelot, Didier Deleule, Claire Denis, Georges Didi-Huberman, Costas Douzinas, Riccardo Drachi-Lorenz, Marie Ducaté, Leili Echghi, Les Economiste Atterrés, Roberto Esposito, Camille Fallen, Celine Flecheux, Chiara Frugoni, Ivetta Fuhrmann, Enzo Gallori, Jean-Marie Gleize, Francesca Isidori, Clio Karabelias, Jason Karaïndros, Stathis Kouvelakis, Pierre-Philippe Jandin, Fréderic Lordon, Jeremy Leaman, Jérôme Lèbre, Marie-Magdeleine Lessana, Jacques Lezra, Gianna Licchetta, Marco Mamone Capria Jean-Clet Martin, Pr. Jobst Meyer, Pierre Murat, Jean-Luc Nancy, Maurizio Neri, Gloria Origgi, Marco Palladini, Timothy Perkins, Matthaios Petrosino, Nicola Predieri, Stefano Pippa, Philippe Rahme, Jacques Rancière, Haris Raptis, Judith Revel, Elisabeth Rigal, Franco Romanò, Avital Ronell, Jacob Rogozinski, Alessandro Russo, Hugo Santiago, Ingo Schmidt, Beppe Sebaste, Giacomo Sferl
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dede   25 octobre 2012
Certes, l’avenir est fort incertain et le pari avec l’histoire reste toujours mélancolique, mais le spectre peut de nouveau sourire. L’esprit ne s’incline plus devant les fétiches
Commenter  J’apprécie          50
dede   25 octobre 2012
De plus, il faudrait inventer la forme politique (et pas seulement juridique) qui "combine" une autorité sociale et une capacité de gouvernement par temps d’incertitude avec une extension maximale de la conflictualité démocratique et de l’expression des tendances hétérogènes de la société européenne – condition même de la légitimité
Commenter  J’apprécie          20
dede   25 octobre 2012
Car, charme particulier des dynamiques du marché, un événement donné ne déploie ses conséquences qu’au travers de la médiation du jugement et de l’opinion collective de la finance -imprédictible ex ante…
Commenter  J’apprécie          00
dede   25 octobre 2012
La science économique n’existe pas. Il n’y a que de l ’économie politique
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : portugalVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La couleur c’est la vie

Nom de couleur de robe de cheval, dont l’origine viendrait d’une reine ayant fait vœu de ne pas changer de chemise tant que sa ville resterait assiégée

Fleurette
Isabelle
Marguerite
Rozala

12 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : couleurs primaires , humour , culture généraleCréer un quiz sur ce livre