AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081422034
Éditeur : Flammarion (03/01/2018)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Je suis la fille du chanteur. La fille seule au fond des cafés, qui noircit des carnets, note ce qu'elle ressent pour savoir qu'elle ressent. La fille qui se perd dans les rues de Paris au petit matin. La fille qui baisse les yeux. Je suis la fille dont le père est parti dans la nuit. La fille dont le père a garé sa voiture le long du fleuve. La fille dont le père a été déclaré mort. Celle qui prend un avion sur la foi d'un cliché flou. Celle dans les rues de Lisbon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  05 janvier 2018
« Je suis cette fille qui n'est pas sûre de reconnaître son père. Qui n'est pas sûre d'avoir bien compris qu'il était mort. Qui n'a jamais été bien sûre de l'avoir connu un jour. », sujet du dernier livre d'Adam . le père, c'est Antoine Schaeffer, ex-star de la chanson française, légende vivante qui un beau jour à l'apogée de sa gloire, plaque tout pour aller vivre en ermite à la campagne et finit par disparaître totalement, déclaré mort sur papier....? Une mort sans sépulture, sans cadavre.
Elle, “la fille du chanteur”, qui n'en garde aucune trace, aucun souvenir. Elle tente de rembobiner le film de sa vie, images désordonnées, usées, floues, en quête du fantôme du père ,........en quête d'elle-même. Une mère croisée par hasard, qui l'a délaissée enfant, partie loin. À huit ans, débarquée chez le père, dans une vie de pagaille, parmi des adultes, où à part une vie de famille tout y est....”Je suis celle qui grandit sans souvenirs d'enfance.”
Une quête physique et spirituelle qu'elle poursuit à Lisbonne, capital du pays de « La Saudade »( mot portugais qui exprime une mélancolie empreinte de nostalgie, sans l'aspect maladif), sur la voie d'une photo d'un chanteur de rue, sosie du père, «  Je le cherche sans le chercher..... un fantôme. Un visage flou sur des photos. Celui d'un mort. D'une légende. ».
Un livre travaillé par la musique, une texture sonore à travers des phrases très courtes sans verbe, percutantes, vibrantes, ou une phrase longue, longue qui atterrit en douceur ....une prose endiablée, qui me fait penser à la musique de Prokofiev.
Olivier Adam qui se considère comme un musicien raté, dans ce livre librement inspiré de la vie de Nino Ferrer et d'un chanteur de rue entraperçu dans une rue de Lisbonne, nous émeut, nous fait vibrer encore une fois avec sa musique dans le silence des mots, et ses thèmes récurrents de la fuite, de l'errance, du mal être permanent et de l'infinie solitude des êtres. Il touche au coeur de l'inévitable gouffre entre l'intimité de l'artiste et son oeuvre public, “les chansons sont plus intéressantes que ceux qui les chantent.”
Il écrit dans le fond toujours la même chose, mais ce n'est pas la même chose, puisque je ne me lasse pas de le lire......magnifique .

I lost myself on a cool damp night
I gave myself in that misty light
Was hypnotized by a strange delight
Under a lilac tree ....
(Lilac Wine)*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9917
marina53
  19 mars 2018
Elle arpente les rues de Lisbonne. Depuis trois jours, dérive au hasard. Se cogne aux passants et aux touristes. le soir venu, guidée par le murmure de la musique, elle s'attarde sur les visages des musiciens. Montre les photos, le peu qu'elle dispose, aux barmen et aux patrons des restaurants où s'agglutinent les dîneurs. Elle, c'est la fille du chanteur. Antoine Schaeffer, ex-star adulée, sulfureuse, sexy. Déclaré mort. Disparu soudainement au détour d'un ruisseau. Ne laissant derrière lui que quelques bribes de souvenirs pour celle qui l'a si peu connu. Enfant délaissée d'une mère fuyante et d'un père fantôme. Serait-ce vraiment lui que l'on a aperçu en contrebas du Bairro Alto ? Est-ce lui que son ami Théo a capturé sur l'écran de son portable ?

Des années que son père a disparu. Des années aussi qu'elle vit en marge de la société. Solitaire et effacée. Fragilisée par le délaissement de ses parents. La fuite de sa mère, l'absence de son père qui, aujourd'hui, prend trop de place. Est-ce réellement lui sur le cliché ? Un sosie ? Partie à la recherche d'un père fantôme, la fille du chanteur se met en quête de la retrouver. Olivier Adam donne la parole à cette jeune femme discrète, mutique qui, peu à peu, dessine le portrait d'un homme excentrique, d'un chanteur qui a connu la gloire et qui s'est retiré du star-système, d'une vedette qui s'est noyée dans l'alcool et la drogue, d'un papa à mi-temps. Dans cette quête au coeur d'une ville grouillante et somnambule, l'on suit les déambulations et les errances de cette jeune femme en lisière de la vie. Ponctuée de phrases courtes, souvent dénuées de verbes, s'attardant sur les descriptions, cette bal(l)ade se révèle poétique, envoûtante et mélancolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          860
Annette55
  06 juin 2018
Tout a été dit déjà, à quoi bon ?
Le titre est magnifique.
Une jeune fille erre dans les rues de Lisbonne à la recherche de son pére.
Il ressemble à une légende: ne subsistent que quelques bribes sous forme de clichés .
Rock star sulfureuse et adulée, il fuyait les journalistes , concerts électriques et tournées enflammées, studios d'enregistrement à Londres ou à New-York.....nuits d'alcool et de défonce ..
Il a peu élevé sa fille qui ne l'a connu que sur le tard, sa légende était construite et réécrite ....
Mais existe-t-il vraiment ce pére fantôme , cet homme vieilli, une "ombre",
chanteur des rues, perdu dans Lisbonne, ville grouillante ? Une ville sombre qui se dérobe .....
Silhouette floue aperçue sur une photo ? Brusquement , quinze ans après sa disparition volontaire ?
Et qui est cette fille délaissée qui le poursuit ? Un pére à éclipses et une mére partie très loin ?
Une fille en marge de la vie,en quête de repères , de liens d'amour, fragilisée par la désertion de ses parents , héritière d'un pére fantôme " sans sépulture , sans cendres à disperser ...."
On suit ses déambulations comme bientôt " capable de comprendre le retrait progressif de cet homme ...".
Et si c'était deux fantômes à la poursuite l'un de l'autre?
C'est une oeuvre habitée par la quête de soi, l'impossibilité absolue de communiquer que l'on retrouve dans tous les livres de l'auteur, une quête incessante, poétique et entêtante , mélancolique faite d'images et de sensations à fleur de peau ....
Une histoire tissée de thèmes musicaux, à l'aide de phrases courtes , sans verbes parfois , incisives et percutantes, descriptives, et à l'inverse une phrase trés longue .
L'auteur revisite ses thèmes habituels , mal être, errance, fuite, personnages torturés et nostalgiques, solitude infinie de l'être ...
Insaisissables peut- être, par nature .
" Celui qui écrit n'existe pas " .....
Avec cet auteur que j'ai déjà rencontré ,le lecteur n'est jamais déçu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          446
tamara29
  23 juin 2018
Une jeune femme part à la recherche de son père, Antoine Schaeffer -chanteur à textes connu- qui a tout quitté et dont on a annoncé la mort à Lisbonne.
Pendant sa recherche, la jeune femme se souvient de périodes de sa vie. A la suite de la dépression de sa mère, alors qu'elle était encore enfant, son père l'a emmenée chez lui, dans une maison en Ardèche, loin de la ville. Mais son père est souvent absent, que ce soit pour l'enregistrement d'un nouvel album ou encore sur les routes pour de nouvelles tournées, concerts et promotions. Et même lorsqu'il est là, il n'est jamais vraiment là avec elle, ayant besoin de tranquillité, d'isolement. La maison est entre silence et fêtes, lorsque les musiciens ou chanteuses de son père sont présents. le couple, Paul et Irène, qui entretient la maison, sera son vrai foyer. Ils sont pour cette jeune fille, les éléments, les piliers rassurants durant ces années d'enfance et d'adolescence solitaire.
La narratrice parle de sa mère comme d'une très belle femme, un peu excentrique, qui a besoin de se sentir aimer et du regard des autres pour exister. Elle est le monde mondain, les fêtes et les excès qui vont avec. Son père, quant à lui, chanteur adulé, toujours suivi par les paparazzis et les fans, ressent peu à peu, le besoin de (re)trouver les vraies valeurs de la vie, tendre vers plus de naturel et d'authenticité. Se délester de cette vie d'artiste qui implique les obligatoires interviews dans la presse, les groupies, l'image qu'on renvoie de vous-même, etc. Il a besoin de laisser le paraître pour revenir à l'essentiel, l'être. Ainsi, au fil des ans, il va vouloir arrêter de sortir des albums. Arrêter de se produire jusqu'à arrêter de vouloir composer des chansons pour les autres. Et disparaître loin.
Par son père dans le show-biz, gagnant beaucoup d'argent, cette fille aurait pu être une jeune femme pimbêche et prétentieuse. Elle aurait pu profiter de la notoriété de son père pour aller dans les soirées les plus prisées, faire des voyages à gros standing.
Pourtant, avec le caractère de ses parents, elle a appris à composer avec leurs humeurs. Elle a appris à ne pas prendre trop de place, à ne pas déranger, à se faire discrète, toute petite. Elle est restée simple, s'habillant sans ostentation, se fondant avec discrétion dans le groupe de ses amis. de ses parents peu attentifs à elle, elle est devenue une personne calme, presque invisible aux yeux des autres. Elle aime le silence, les petites rues loin des foules, des gens parmi lesquels elle ne se sent pas très à l'aise. de ses silences, certains la pensent hautaine, d'autres sans caractère. Elle est comme ça. Elle préfère observer les autres plutôt que de parler à tort et à travers. Elle préfère le silence aux bruits trop assourdissants.
J'ai retrouvé dans ce roman les thèmes et le style d'Olivier Adam avec sa douceur, sa sensibilité, son amour pour ses personnages pétris de blessures et de failles. Les phrases courtes, réduites au strict minimum font ressortir l'absence, le manque et la solitude. Elles donnent aussi un rythme au texte, non pas saccadé et énergique mais, à l'inverse, épuré, presque musical, une petit musique douce, un peu triste parfois, dans une ville silencieuse. Et il y a aussi quelques références musicales çà et là tout au long du roman qui collent bien à l'atmosphère…
Cette jeune femme m'a touchée, je ne sais pourquoi, probablement pour ses fragilités, son calme mais aussi sa lucidité face à ce qu'elle est et à ses deux parents. Sans concession mais sans vraiment éprouver de rancoeur de n'avoir pas été assez présents, affectifs et câlins. La douceur et l'affection dont elle a manqué, elle les a trouvées à travers ses amis Sofiane et Théo.
Elle m'a touchée parce qu'elle est allée rechercher son père qu'elle aime. Bien sûr, elle lui en veut d'être parti sans elle, sans penser à elle, d'avoir même pu partir sans plus donner de nouvelles. Mais peut-être qu'elle le comprend. Peut-être simplement qu'elle part à sa recherche pour mieux le comprendre ou pour qu'ils se rapprochent enfin. Ou parce qu'elle l'aime, tout simplement… La recherche de son père qui devient aussi la quête d'elle-même. Elle qui n'était que la fille du chanteur connu, cette fille dont on ne connait pas même le prénom.
Et si on ne choisit pas sa famille, elle est notre point d'ancrage. Mais pour être soi-même et être heureux, il faut parfois aussi apprendre à vivre en dehors d'elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
tynn
  23 avril 2018
« Antoine Schaeffer est mort. Il repose au fond du fleuve. »
Ça fait la « Une » des journaux car l'homme fut une légende de la scène musicale.
Mais, sans corps retrouvé, sa fille n'y croit pas, le cherche, s'obstine, ressasse le passé, cherche à comprendre une personnalité borderline. Car l'artiste a joué les misanthropes pendant des décennies, refusant de suivre les chemins de sa notoriété, écoeuré de sa propre figure publique. L'enfant a grandi sans balises, presque sans souvenirs et sans compréhension d'une première vie de gloire et du retrait en ermite ténébreux et mutique.
Le thème accroche d'emblée, comme une curiosité de voir l'envers du décor d'une rock-star adulé, ses dérives, sa famille explosée, sa fille élevée « à la va comme je te pousse » avec un minimum d'amour, un maximum d'indifférence, une attention parentale indigente. Un monde familial si loin des conventions sociales qui introduit une réflexion sur les dangers de la notoriété, le besoin de se préserver de la célébrité pour vivre en accord avec soi-même, avec son talent et sa créativité.
Ces deux portraits de père et fille sont justes et touchants, même si parfois les souvenirs évoqués tournent un peu en rond ou oppressent par une écriture en excès de répétitions. L'artiste torturé et la fille invisible forment un tandem improbable, somme toute assez original sur la thématique de la protection des enfants de personnalités.
Olivier Adam a l'oeil photographique pour ses décors, sa sensibilité habite autant les êtres que les choses et les atmosphères. Il a toujours le talent de modeler des personnages neurasthéniques ou à tout le moins mélancoliques, modelés par le deuil, l'incommunicabilité et la quête de soi.
Belle lecture dont le titre est parfait
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341

critiques presse (6)
LaPresse   22 mars 2018
Une jeune femme solitaire et taciturne qui cherche son père : on retrouve dans ce nouveau roman le Olivier Adam intimiste de ses débuts, mais à qui il manque la touche sociale qui a fait sa force au cours des dernières années.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeMonde   19 mars 2018
Pour le romancier, la chanson est à la source de l’envie d’écrire. Mais elle est pour la première fois au centre d’un de ses livres, son nouveau roman, « Chanson de la ville silencieuse ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeJournaldeQuebec   09 mars 2018
Pour son treizième roman, Chanson de la ville silencieuse, l’écrivain français Olivier Adam raconte, d’une manière extrêmement musicale, l’histoire d’une femme solitaire et énigmatique qui a passé son enfance dans l’ombre d’un homme célèbre maintenant porté disparu.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Culturebox   02 février 2018
Avec ce nouveau roman Olivier Adam fait un pas de côté, abandonnant la classe moyenne pour explorer la vie des stars.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro   17 janvier 2018
Dans son dernier roman, Olivier Adam raconte l'histoire d'une jeune femme partie à la recherche de son chanteur de père.

Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeDevoir   08 janvier 2018
De ce livre traversé de bout en bout par la musique, les chansons, l’auteur dit qu’il fallait qu’il soit chanté. Qu’il y ait un timbre, un rythme et un flot particuliers.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   15 juillet 2018
Je suis la fille qui lit des livres qui n’existent pas encore. Qui se glisse dans les mots des autres.
Commenter  J’apprécie          140
BookycookyBookycooky   04 janvier 2018
Aujourd'hui j'ai la sensation d'avoir grandi sans parents, dans le giron d'adultes absents. Mais à l'époque, rien de tout cela ne me troublait je crois. J'ignorais comment vivaient les autres. Je ne savais rien de la vie que menaient mes camarades de l'autre côté des portes cochères, tapis dans leurs appartements. J'ignorais à quoi elle pouvait bien ressembler. Je n'avais même pas conscience de la singularité de la mienne. Ni de la célébrité de mon père. Personne ne m'en parlait. Et lorsque je citais son nom à l'école, personne ne me croyait. Je me vantais. J'affabulais. Quant à ma mère, qu'elle ne fasse qu'aller et venir, qu'elle sorte tous les soirs et ne revienne qu'au cœur de la nuit accompagnée de cinq ou six amis avec qui elle veillait jusqu'à l'aube avant de s'écrouler de fatigue, qu'elle me laisse à des inconnues, n'ait pas la force de se lever le matin, oublie de venir me chercher le soir, de signer mes cahiers, ne contrôle aucun de mes devoirs, me laisse me nourrir de biscuits ou de restes de pizzas que je faisais réchauffer au micro-ondes, ne me lise jamais une histoire, ne me fasse jamais sortir ou presque, tout juste si parfois certains samedis elle se traînait jusqu'au square, à deux minutes de notre appartement, emmitouflée dans ses grands pulls de laine, lunettes noires vissées sur le nez par tous les temps, comateuse, chancelante dans la lumière du jour, rien de tout cela ne me troublait. C'était juste ma vie. Et j'ignorais qu'il y en avait d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
BookycookyBookycooky   05 janvier 2018
La scène, m'avait-il avoué un jour, c'est se donner en pâture. Littéralement. Se donner soi sans carapace. Les acteurs jouent un rôle. Les chanteurs peuvent essayer de le faire croire. Mais c'est du flan. Il n'existe aucune autre discipline où on se fait bouffer à ce point. Les plasticiens, les écrivains restent planqués derrière leurs œuvres, leurs bouquins. Les comédiens derrière leurs rôles. Les metteurs en scène ne sont pas sur scène. Les réalisateurs sont rarement dans la salle. Tous, ils vendent autre chose qu'eux-mêmes. Il y a quelque chose entre eux et le public. Un objet transitionnel. Un texte, un écran qui les protège, les camoufle. Les chanteurs, en concert, c'est leur peau même, leur corps entier, leurs mots, l'intérieur de leur cerveau qu'ils mettent en jeu. Sans filtre. Sans distance. Dans aucune autre forme d'art on avance à ce point nu, vulnérable. Le chanteur sur scène, c'est un don brut. Primitif. Un truc de cannibale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
marina53marina53   21 mars 2018
Il n'en pouvait plus. Des photographies fanées, des guirlandes, des coussins, des bougies. Des jardins en automne. De la pluie sur les toits. Des plages désertes. Des stations balnéaires hors saison. Des marées basses, des villes mélancoliques, des romans délicats. Des plaids, des théières, des étés bretons. Des soleils couchants. Du famous blue raincoat. De nos absences d'engueulades. De nos sourires trop doux. Des étreintes consolatrices. De la fille aux cheveux longs, robes d'autrefois, bottines à lacets, bijoux minimaux, sourire léger flottant sur des lèvres silencieuses, discrète aux confins de l'effacement, pudique aux lisières de l'empêchement qui se tenait à ses côtés. Du deuil incertain, fantomatique, où je m'enlisais sans fin. Il voulait autre chose. Des cris. Des larmes. De la joie. Des confessions fiévreuses. Des baises sauvages, brutales, éreintées. Il voulait la nuit profonde, des jours féroces, le soleil cru, la brûlure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
marina53marina53   19 mars 2018
Je n'ai rien d'excentrique. Peu de traits saillants. Je prends rarement la parole, ne donne jamais mon avis. Je me contente d'être au milieu des autres. Je regarde, j'écoute. Un sourire me monte aux lèvres après un ou deux verres, la musique me grise. La joie qui m'entoure, la chaleur, les rires, tout me réchauffe et me console. Si peu me suffit. Je suis cette fille qui n'a pas besoin d'exister pour vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Olivier Adam (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Adam
Retrouvez l'émission sur : http://www.web-tv-culture.com/
Olivier Adam est un incontournable dans le milieu littéraire français. Depuis 2000, avec son premier titre « Je vais bien, ne t?en fais pas », il a fédéré autour de lui un large public, touché par la pudeur de son univers, la fragilité de ses personnages, la sensibilité de ses mots. Apparaissant régulièrement dans les sélections des grands prix littéraires, il a reçu le prix Goncourt de la nouvelle en 2004 avec « Passer l?hiver » adapté depuis au cinéma comme plusieurs autres de ses ouvrages. Confrontant ses personnages à la rudesse de la vie, flirtant souvent avec le roman sociétal, Olivier Adam accorde aussi beaucoup d?importance au paysage dans lesquels il situe l?action de ses histoires. La Bretagne avec « Des vents contraires », le Japon qu?il affectionne particulièrement avec « Le c?ur régulier » en sont des exemples. Dans ce nouveau titre « Chanson de la ville silencieuse », Olivier Adam nous entraine de Paris au décor sauvage de la Drôme et de l?Ardèche mais c?est aussi Lisbonne qui sert d?écrin à cette histoire. Un artiste de renom, rock star usée par la notoriété, se serait donné la mort mais on a jamais retrouvé son corps. On croit avoir retrouvé sa trace à travers un chanteur des rues qui arpente les cafés de la capitale portugaise. Sa fille va tenter de le retrouver et de se retrouver elle-même. Dans cette quête, elle reviendra sur les traces de son enfance, de son adolescence et tentera de cerner la personnalité de cet homme qu?était son père et qui reste pour elle un mystère. L?histoire d?un amour filial qui ne dit pas son nom, l?histoire d?une jeune femme qui doit faire le deuil de son père et de son enfance pour exister enfin. C?est beau, c?est triste, mélancolique à souhait. C?est aussi lumineux et plein de fulgurances positives, une sorte de saudade littéraire, écrite comme une longue chanson qui serait un mot d?adieu. Coup de c?ur de cette rentrée 2018 «Chanson de la ville silencieuse » d?Olivier Adam est publié chez Flammarion.
+ Lire la suite
autres livres classés : portugalVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Olivier ADAM : cinéma

Quel acteur tient le rôle principal (Paul) dans l'adaptation cinéma "Des vents contraires", qui sortira à la fin de l'année 2011 ?

Romain Duris
Benoît Magimel
Olivier Sitruk
Edouard Baer

8 questions
131 lecteurs ont répondu
Thème : Olivier AdamCréer un quiz sur ce livre
. .