AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782888903529
33 pages
Éditeur : Paquet (17/02/2010)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Que crains-tu ? La faucheuse de nous connaît pas.
Déjà oublié ? Une œuvre magistrale. D'après un roman de Wolfgang Hohlbein, le plus célèbre auteur allemand de littérature fantastique
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Sachenka
  24 octobre 2016
J'ai adoré cette la bande dessinée Au bord du gouffre, tome 2. Beaucoup d'action, un peu d'émotion, et des dessins d'une qualité exceptionnelle. On va à l'essentiel, quoi ! C'est tout ce qui manquait au roman duquel il est adapté (du même titre), et dans lequel l'auteur se perdait en dialogues inutiles et en narration peu subtile mais où les descriptions évocatrices manquaient. Dans la bande dessinée, Benjamin von Eckartsberg a fait un travail génial en adaptant le roman, en résumant l'intrigue sans qu'on y perde au change. Pour ceux qui ne savent pas, cette histoire raconte les aventures d'Andrej et de Frédéric Delany, un homme et son neveu, qui veulent retrouver les membres de leur famille et les autres villageois de Borsa, tous prisonniers d'un inquisiteur zélé qui les croit damnés, vendus au diable. En fait, seuls les deux protagonistes sont des vampires, les autres étaient complètement innocents…
Avec cette bande dessinée, je peux enfin visualiser, voir ce monde magnifique qu'on pouvait à peine effleurer ou deviner dans le roman. Avec beaucoup d'imagination. Un grand merci à Thomas von Kummant. Les plans et les angles de vue permettent de se faire une tête des lieux et des événements. Gros plan, vue de haut, de dos, même à l'intérieur de la foule (en autre, pendant les combats) pour ainsi faire partie de l'action. Et que dire des plans larges, comme lorsqu'on présente la ville de Constanta. Et l'attention aux détails est inestimable. Par exemple, la neige qui tombe, elle n'était pas nécessaire mais elle apporte une petite touche, un cachet particulier.
Et on retrouve cette même attention dans les séquences d'action. Lors des combats, les muscles qui se bandent, le sang qui gicle, c'est très réaliste et saisissant. Et les scènes plus émotives ou tendres ne sont pas en reste. Je pense entre autres aux sentiments amoureux et à la surprise de Maria ou bien aux moments dans lesquelles Frédéric doit contenir sa rage ou essaie de se venger. Les larmes qui coulent sur ses joues ou les tortions de son visage sont très révélatrices. Les jeux d'ombre et de lumière sont réussi (par exemple, l'atmosphère tapie de la taverne, les lueurs des braséros sur le pont ou les flammes dans la cale du navire). Pareillement pour le choix des couleurs, sombres sur jaune ou rouge. Ce décalage accentue la violence mais est très approprié.
Bref, je suis sorti très emballé de ma lecture de cette bande dessinée, tant au niveau du scénario que des dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
brigittelascombe
  23 juillet 2011
Voici le tome 2 de l'adaptation du roman allemand de Wolfgang Hohlbein La chronique des Immortels, au bord du gouffre, adapté en BD par le scénariste Benjamin von Eckartsberg et le dessinateur Thomas von Kummant.
Dans le tome 1,Andrej Delany, le banni, de retour dans son village à feu et à sang par l'inquisition (Noooonnnn!), avait trouvé son fils agonisant et l'avait tué pour lui éviter des souffrances inutiles. Parti (sur les traces des survivants déportés et réduits en esclavage) avec son neveu dans un esprit de vengeance, il arrive à Constansa, bourgade portuaire, et recherche activement le fourbe Doménicus.
Dans les rues, ce n'est que misère, saleté, une vraie cour des miracles surmontée des potences des révoltés pendus haut et court en guise d'exemple(Haaaaahhh!!).
Andrej et son neveu croisent la belle Maria. Au bord de l'aventure romanesque, Andrej apprend de l'inquisiteur Doménicus lui même que Maria est sa soeur, et Maria comprend qu'Andrej est le "diable à apparence humaine" que le fanatique recherche. Sacré dilemne!
Sacrilèges!
Assassins!
Deelaany!!!!!! Noooonnn!!!
Asuivre....
Moins de violence morbide que dans le premier tome, mais toujours cette ambiance sordide "moyenâgeuse" très bien rendue par les dessins,les couleurs glauques qui signent l'angoisse, les gros plans et les décors. J'ai préféré ce tome au premier car l'amour humanise un tant soit peu le guerrier Delany.
Cerise sur le gateau: à la fin de la BD, une galerie de dessins de fans de tous pays(Allemagne,France,Manille,USA,Suisse) absolument magnifiques qui montrent combien cette série est appréciée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bdelhausse
  25 mars 2016
Un deuxième tome qui voit Delany et son neveu prendre le pouls de Constanta, avec les armées turques à 3 jours de marche. Une certaine effervescence règne, très bien rendue par un dessin fort proche de la peinture par moments.
Côté scénario, il ne se passe pas grand-chose. Delany noue connaissance avec une belle, qui se révèle être la soeur de l'Inquisiteur. Aux côté de celui-ci se trouve Malthus, dans lequel Delany reconnaît un semblable... Puis le neveu de Delany blesse mortellement l'Inquisiteur et après une courte escarmouche, où Delany prend en otage la belle, c'est la fuite.
Cela se lit très vite. le dessin est maîtrisé, mais le scénario est creux. On profite des ruelles, des architectures et d'un trait qui rend magnifiquement bien la dynamique des corps et des combats.
Commenter  J’apprécie          20
lunch
  14 janvier 2012
Andrej Delany porte en lui une terrible malédiction : La mort lui est refusée, ce qui lui vaut d'être pris en chasse par l'Inquisition. Dans le village de Borsa, dans lequel il est revenu après de longues années d'exil, il ne trouve que des ruines fumantes et des cadavres. Il retrouve aussi son fils à l'agonie duquel il met fin en lui perçant le coeur de son épée. Il fait également la connaissance de Frédéric, qui lui conte les événements et qui semble porter cette même malédiction en lui... ensemble, ils partent sur les traces de l'Inquisition pour tenter de sauver les prisonniers.
L'arrivée de Frédéric dans la vie d'Andrej donne comme un nouveau souffle à son existence après la perte de son fils. Pourtant, il apprend bien vite que le jeune garçon porte aussi en lui cette incroyable capacité de régénération. Don divin ou pacte avec les démons ? Toujours est-il qu'Andrej se pose des questions... s'il considère Frédéric un peu comme le fils qu'il n'a plus, son fils aurait-il survécu s'il lui avait ôté le pieu qui le crucifiait plutôt que de l'achever ? Aurait-il pu lui aussi se régénérer de ses blessures ?
Des questionnements qui le taraudent mais sur lesquels il n'a pas le temps de s'attarder... l'Inquisition n'est jamais très loin...
Le second volet de cette saga nous emmène dans la cité de Constanta. Une ville portuaire fortifiée et bien gardée, qui retient prisonniers les survivants de Borsa, dont la mère de Frédéric. La totalité de l'album s'y déroule, une ville qui est en quelque sorte l'antre de l'Inquisition. Un cadre idéal pour développer le côté épique du récit, pour accentuer le caractère oppressif de la traque, du jeu du chat et de la souris.
Nous sommes par ailleurs nous aussi pris entre deux feux. L'action d'un côté, haletante, captivante. Et les interrogations de l'autre : quel est le secret de cette régénération des Delany ? Qui est ce Malthus qui semble lui aussi immortel (ou chanceux) ? Que cache l'Inquisition derrière le masque de la sorcellerie ?

La suite à lire sur BenDis...
Lien : http://bendis.uldosphere.org..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
melgitane
  02 août 2016
Un nouveau compagnon de route accompagne Andrej et Frédéric pour les aider à trouver les prisonniers encore vivants de leur village. Est-il fiable ? Fréderic est assoiffé de vengeance et ses yeux reflètent la perte tragique de l'enfance. Tandis qu'Andrej aspire à retrouver une vie normal dans les bras d'une belle inconnue mais sa destinée est tout autre… ce 2ème tome nous apporte quelques clés supplémentaires mais trop peu pour étancher notre soif ! Vite la suite !!
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Sceneario   03 mars 2014
Cette saga vaut vraiment le détour, c'est une belle réussite. Si vous n'avez pas encore goûté à la Chronique des Immortels, c'est le bon moment pour vous plonger dans cet univers. Du grand art !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   23 juillet 2011
Quel bon berger laisserait ses ouailles traquées par les loups sachant qu'elles seront tôt ou tard dévorées?
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   23 juillet 2011
Ma solitude me saute au visage comme une bête sauvage.
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   23 juillet 2011
La faucheuse ne nous connait pas.
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   23 juillet 2011
Combats par amour pas par haine.
Commenter  J’apprécie          10
brigittelascombebrigittelascombe   23 juillet 2011
Certaines blessures guerrissent, d'autres saignent à jamais.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Benjamin von Eckartsberg (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benjamin von Eckartsberg
Manga Report au Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême. Interview de Benjamin von Eckarstberg et Thomy von Kummant, auteurs de Gung Ho chez Paquet Une interview de deux auteurs qui ont le Gung Ho en eux !
autres livres classés : inquisitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox