AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Candidate
24 avril 2017
Candidate de Christine Féret-Fleury
J’ai reçu Candidate de Christine Féret-Fleury lors de la dernière opération Masse Critique de Babelio, une opération spéciale jeunesse. En commençant ma lecture, je m’attendais à un roman jeunesse – du moins young adult. Alors forcément, le début du roman m’a un peu surprise.



L’autre est une jeune femme tombée sous le charme de Pierre, chef de file du Nouveau parti du Centre. Après qu’elle ait passé la nuit avec cet homme marié, elle découvre avec effroi qu’il est mort durant la nuit…



Ce roman n’est pas à mettre entre les mains des plus jeunes, car on retrouve tous les sujets qui flirtent avec la politique : les secrets, les mensonges, les manipulations, la mort et le sexe (pas mal de sexe, tout le monde a l’air de vouloir coucher avec Laure…). Mais pour les plus âgés qui s’intéressent à la politique, sans pour autant vouloir lire les biographies de nos politiciens, pourquoi pas…



En tout cas, c’est un roman d’actualité. Et si parfois l’intrigue semble un peu grossière, il suffit de penser aux derniers scandales politiques qui ont ponctué la campagne 2017 pour se dire que finalement, ce n’est peut-être pas si invraisemblable.



Je n’ai pas eu de coup de cœur. L’intrigue ne m’a pas séduite outre mesure, mais j’ai trouvé plaisant de lire ce roman en pleine campagne.
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
La dernière des Stanfield
24 avril 2017
La dernière des Stanfield de Marc Levy
Pépite ! J’ai adoré ce roman-fleuve dont j’ai vu les images comme un film pour une histoire complexe, secrète, de non-dits et d’amour, de sacrifice à diverses époques et dans différents pays. Je ne suis pas une fan de l’auteur mais là, j’ai été enchantée par cet ouvrage, de la première à la dernière ligne j’ai été séduite, émue, attendrie, interloquée… Bref ! Un bonheur de lecture.
Commenter  J’apprécie          50
Dedans ce sont des loups
24 avril 2017
Dedans ce sont des loups de Stéphane Jolibert
Dedans ce sont des loups est un titre qui m’a intriguée. Il laisse penser que l’on va plonger dans une histoire sombre et violente.



Dans Dedans ce sont des loups, nous voici transportés au-delà de la frontière, quelque part dans le Grand Nord, dans une zone de non droits dans laquelle des hommes qui souhaitent échapper à leur passé ont décidé de venir se faire oublier. Et au milieu de tout cela, il y a le Terminus, un hôtel-bar à putes et qui concentre toute la violence de la ville. Et à la tête de cet endroit, un homme que personne n’a jamais vu mais que tout le monde respecte. Et si quelque idiot décide de braver les interdictions, il le paye. De sa vie. Et certains sont là pour faire respecter ces règles, c’est le cas de Nats. C’est aussi le cas de Sean. Sean, celui que traque Nats.



Cette lecture aurait simplement pu être dure et abrupte, une bête histoire de vengeance, mais ça a été bien plus que ça. Cette ville – que j’espère ne jamais avoir à visiter un jour – est sombre et violente. Et pourtant, il y a aussi des moments de poésie et de tendresse. Des personnages bestiaux et d’autres profondément humains.



J’ai beaucoup aimé ce roman, l’histoire, le style, l’ambiance, Nats. C’était rude et beau.



Dedans ce sont des loups est le premier roman de Stéphane Jolibert. Il a reçu plusieurs prix, celui des lecteurs des bibliothèques et des médiathèques de Grand Cognac et le prix du Goéland masqué. Depuis, il a sorti un second roman aux éditions du Masque Le déclic. Et franchement, il est possible que je le lise un de ces jours…
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le défilé de mode : Petit voyage dans l'histoir..
24 avril 2017
Le défilé de mode : Petit voyage dans l'histoire du costume féminin de Christine Flament
Cet album de Christine Flament est un très beau voyage à travers l'histoire du costume féminin. L'auteur-illustratrice met en images les somptueuses tenues qu'on a l'habitude de croiser dans les fictions historiques.



Le défilé de mode se présente comme un journal qui raconte les quelques jours passés au mois d'août 1967 dans la maison de M. et Mme Cigalas. Laura, la narratrice, décrit la découverte de ces vêtements d'exception conservés par la vieille dame. C'est une mine d'or, un voyage dans le temps qui nous est proposé. Les filles revêtent toutes ces tenues et Christine Flament n'omet aucun détail pour s'approprier le vocabulaire correspondant, les termes étant repris ensuite dans un glossaire à la fin du livre.



Chaque mode correspond à une époque et il aura fallu plusieurs siècles pour que les femmes puissent porter des vêtements confortables.



Un très bel album à caractère documentaire réalisé avec finesse et précision historique.
Lien : http://www.histoiredenlire.c..
Commenter  J’apprécie          00
Luz
24 avril 2017
Luz de Marin Ledun
Le sentiment adolescent sous toutes les coutures



Luz a 14 ans et n’a pas de problème particulier mis à part celui d’être une ado et toutes les problématiques que ça soulève, la prise d’autonomie, le sentiment d’incompréhension vis-à-vis de la famille, des parents qui semblent à 10.000 lieux de ses questionnements, ses sœurs plus âgées de quelques années et qui sont face à d’autres préoccupations désormais.

Aujourd’hui, il fait beau, c’est dimanche, et Luz a un nouveau maillot de bain à essayer, bref, ça va plutôt bien. Des amis des parents sont venus déjeuner, le même sketch tous les dimanches, l’après-midi à digérer, en faisant couler le repas avec le petit digestif bien senti, celui qui fait rire tout le monde et désinhibe, et laisse les mains courir aussi parfois, notamment celles d’un vieil ami de la famille qui a bien remarqué que la petite Luz avait bien changé dernièrement, avec ses rondeurs de femme qui s’affirment de plus en plus.

Luz décide de prendre l’air, de s’échapper du placard familial, s’aérer près de La Volte, rivière squattée par nombreux jeunes du coin dès les premiers rayons de soleil. Avec deux amis, ils s’éloignent un peu, en quête de davantage de tranquillité, mais l’adolescence est pleine de recoins. La nature peut s’avérer hostile également, au même titre que certaines rencontres, qui questionnent et font grandir.



Marin Ledun évoque avec beaucoup de finesse les sentiments adolescents, les questionnements, les hésitations, les tâtonnements. Entre le méconnu, l’affirmation de soi, la méfiance, les découvertes, l’équilibre entre les envies et les risques, les différences d’âge qui peuvent être flagrantes à cette période, avec des désirs et des attentes divergents.

Il aborde en particulier le corps qui change, qui devient objet de désir, le corps que l’on apprend à connaître, dans ses sensations et ses limites, avec les cannettes de bières qui circulent, les cigarettes qui s’échangent, l’herbe qui tourne, et ce corps qui ressent, apprend, déchante parfois. Il n’est pas question d’excès ici, juste de la vie ordinaire et de toutes ces contradictions, les limites tentées d’être dépassées, les dérapages insoupçonnés.



Ce court roman devrait être glissé dans toutes les mains d’ados, pour leurs donner quelques clés sur ce cap pas évident de l’adolescence. Et dans les mains d’adulte, pour se rappeler un instant les sentiments contradictoires qui cernent cet âge, pour imaginer un peu plus ce qui se passe dans la tête et le corps d’un ado, pour être un peu à l’écoute, ouvrir les yeux, être plus attentif.



Un roman sensible et grave pour apprendre à s’affirmer, à se faire confiance et surtout, à dire non.
Lien : http://casentlebook.fr/luz-d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La Guerre de Troie n'aura pas lieu
24 avril 2017
La Guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean Giraudoux
je trouve que si l'on ne connait pas grand chose a la mythologie grec et a l'histoire de cette épopée on ne peut pas bien comprendre car le rôle des personnages n'est pas clair.
Commenter  J’apprécie          00
Boudin: Une nouvelle noire, très très noire
24 avril 2017
Boudin: Une nouvelle noire, très très noire de Jérémy Bouquin
Très courte nouvelle noire et glauque pour cuirs endurcis et bouchers-apprentis, à lire en dehors des repas.

Dans un style minimaliste et ciblé, l'auteur sait très vite nous débecter, faire frissonner d'horreur et nous faire rire... jaune... à cause de son humour macabre.

Faut aimer... c'était mon cas !

Mais cette "historiette" ne m'était pas inconnue. Légèrement modifiée pour rentrer dans le contexte, elle a aussi trouvé sa place dans le roman de J. Bouquin : "Qui part à la chasse..."
Commenter  J’apprécie          90
Passenger, tome 1
24 avril 2017
Passenger, tome 1 de Alexandra Bracken
Il s'agit de ma première excursion avec Alexandra Bracken : un voyage plutôt plaisant, mais parsemé de quelques bémols.

J'ai beaucoup aimé la première partie. Avant que l'histoire ne démarre réellement, les personnages sont brossés avec soin, bien plus que ce n'est généralement le cas avec les livres jeunesse. Donc c'est un très bon point. J'ai tout de suite été touchée par la persévérante et déterminée Etta, qui consacre sa vie à son rêve très exigeant de violoniste. Un rêve qui l'a condamnée à la solitude, avec pour principales compagnes son mentor, Alice, et sa mère froide et distante.

Une fois la situation bien en place, nous sommes plongés très vite dans l'action, qui n'arrête quasiment plus jusqu'à la fin. Et si j'ai aimé traverser différentes époques, à différents lieux, j'ai regretté que certains passages soient trop rapides : le Cambodge, notamment, où nous découvrons très peu l'époque et la culture. Seules quelques descriptions un peu trop clichées pour fonctionner émaillent cette partie qui apporte peu à l'histoire (la jungle, le tigre, le serpent…). Et j'ai justement eu l'impression que les voyages dans le temps de la deuxième partie du livre étaient moins élaborés que les premiers. Ainsi, le bateau, New York en 1776, Londres à la seconde guerre mondiale, transportent dans un autre temps. L'atmosphère de l'époque est palpable, et l'intrigue est bien développée.

Autre point négatif pour moi, c'est la « facilité » avec laquelle Etta s'adapte et traverse les époques. Disons que je n'ai pas trouvé très réaliste l'accueil chaleureux des très sympathiques corsaires, par exemple. Certaines scènes étaient amusantes, mais leur crédibilité me paraissait un peu faible. J'ai aussi trouvé la relation d'Etta et Nicolas « mignonne » mais superficielle, cela manquait d'enjeu pour devenir vraiment intéressant.

Finalement, le dernier point noir est celui que partagent tous les livres jeunesse ou young adulte que j'ai lus ces derniers temps et qui me semble dommage, car je pense que les « jeunes » peuvent faire preuve de nuance. En effet, les personnages ont tendance à être manichéens, entre la très méchante famille qui contrôle tout et les gentils Etta et Nicolas, qui veulent se battre pour le bien de leurs proches.

L'intrigue, quant à elle, reste prenante, et si elle paraît sans véritable surprise une bonne partie du livre, j'ai dois dire que la fin m'a scotchée.

Donc une lecture agréable, parsemée de décors visuels et portée par le personnage attachant d'Etta, mais qui manque d'approfondissement et de nuances. Merci à babelio et aux éditions Milan pour ce voyage.
Lien : http://amaranth-chroniques.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Seules les bêtes
24 avril 2017
Seules les bêtes de Colin Niel
Tout commence par la disparition d’une femme, l’épouse d’un gars du coin qui s’en est bien tiré dans la vie, une bourgeoise pas désagréable qui foule les sentiers de randonnée pour passer le temps, à ce que l’on en sait. S’est-elle fait prendre par la Tourmente, vent neigeux légendaire qui fige les gens sur place, reste-t-elle morte quelque part, ou toujours vivante aux mains d’un tortionnaire ou d’un fou, toujours est-il qu’elle s’est évanouie dans la nature, au milieu des champs, dans cette pampa au visage de « grenier de la France ».



Alice s’interroge, l’assistante sociale qui visite les agriculteurs en difficulté. Puis Joseph prend la parole, l’éleveur pas très causant bien embarrassé par la tuile qui vient de lui tomber dessus, Maribé, la petite nouvelle qui fait tourner les têtes avec son profil bien trop sensuel pour la campagne à perte de vue, et Armand, celui qui ne pensait pas qu’on en arriverait là, qui voulait juste tenter sa chance, là-bas, sur l’autre continent.



Colin Niel s’éloigne de la Guyane qu’il nous avait fait connaître avec les enquêtes fouillées du Capitaine Anato (si vous ne connaissez pas, foncez découvrir Les hamacs de carton pour commencer ou le noir poudré Obia) et nous ramène dans la métropole pour nous conduire dans Les Causses et ses plateaux en bord de montagne. La construction a changé aussi. L’enquête « traditionnelle » laisse le champ libre aux personnages dans un roman choral parfaitement orchestré. Son écriture est toujours très intéressante, impressionnante dans sa finesse, avec ses descriptions précises et sensibles, et la faculté de vous happer instantanément dans son univers.



L’auteur s’attache encore davantage à l’intime, aux ressentis des personnages. Il pose des mots sur l’attente, la culpabilité, les doutes, avec une telle justesse que l’on a le sentiment de vivre à leurs côtés. Il évoque aussi la rudesse des métiers de la terre et du bétail, la charge de travail, le sentiment de débordement, l’isolement, le silence. Et puis c’est aussi un roman sur l’amour, l’attachement, le désir, la roue qui tourne, le temps qui passe, les rêves rendus opaques.



Seules les bêtes est un roman qui reste en tête, qui marque, qui pose question. Un roman intense, puissant, à la fois dans l’ambiance et dans le déroulé de l’histoire que l’on a envie de connaître toujours plus, et malin avec ça, car il fallait y penser à relier les Causses à l’Afrique de cette manière-là. Une expérience de lecture que je ne saurais que trop vous recommander.
Lien : http://casentlebook.fr/seule..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Courant alternatif
24 avril 2017
Courant alternatif de Vincent Knock
Avis d'Emilie Périn :

Vincent Knock nous raconte son histoire par intermédiaire de quatre personnages.

Celle-ci commence par l'article d'un journal concernant la mort du chanteur de rock Gontran Tonkin.

Florence, cette femme qui a l'air d'être secouée par la mort de ce chanteur est prise d'une peur qui anime son ventre au point de croire qu'elle pourrait se liquéfier !

Mais pourquoi ?

C'est ce que va nous apprendre la suite de l'histoire qui est divisée en plusieurs plans.



Le narrateur nous raconte dans le *premier*, la vie de François.

Qui est-il ? Un simple surveillant épris d'une jeune lycéenne. Dans cette partie, Vincent va nous conter la vie de François depuis son enfance, sans nous épargner les détails de ce qu'il a vécu depuis tout petit, en passant par les premières fois, jusqu'au premier rendez-vous avec Nancy, de son vrai nom Stéphanie. Notre auteur nous expliquera, sans entrer dans les détails, la vie de ce jeune couple jusqu'à leur séparation.



En *deuxième* lieu, nous découvrirons la vie de Florence. Nous entrerons dans l'intimité de cette femme.

Il nous racontera sa vie au travail, ce qu'elle vit depuis qu'elle est femme d'affaires et nous fera part de ses amants, et cette « chose » qu'elle a faite et qu'elle n'a jamais racontée. Elle en fera part à son collègue et amant pour nous la présenter.

Son secret est qu'elle a donné naissance à une enfant, mais qu'elle n'a pas su réagir comme il le fallait avec celui-ci. « Que Florence était trop jeune, trop perdue et trop immature » pour l'élever. Elle lui avouera que son enfant a été conçu avec un certain chanteur maquillé de son groupe.

De ce fait, le bébé aura été élevé par les parents de cette femme et que cette fille pense que sa mère est en fait sa sœur.

Florence avouera à sa fille âgée de 16 ans la dure réalité et commencera sa vie de mère avec Stéphanie alias Nancy.

À cet aveu, Nancy sera obnubilée par l'identité de son père biologique, et ce, malgré les insanités que Florence dit de lui, car cet homme les a abandonnées en apprenant sa grossesse.



Dans la *troisième* partie, nous entrerons dans la vie de ce Gontran.

Chanteur de Rock à succès, il est connu : de souffrir de troubles obsessionnels compulsifs. Dans cette partie du récit, Gontran sortira de prison après avoir purgé sa peine de 8 ans. Il devra réapprendre à vivre face au monde qui l'entoure. Chose qui ne sera pas simple quand on est une célébrité et que tu ne passes pas inaperçu dans le monde.

Accueilli par son ex-femme, Nathalie, pour l'aider. Il essaiera de sortir la tête de l'eau.

Dans un parc, alors qu'il se repose, il rencontrera une jeune fille qui lui révélera être sa fille. Mais celui-ci lui tournera le dos sans réagir. « Encore une de ses fans » se dit-il.

Il retrouvera ses anciens collègues chez Nathalie, et ceux-ci le pousseront à réécrire. À contrecœur, il créera une chanson en un coup de gratte nommée « Courant Alternatif » et leur donnera.

Alors qu'il se promène dans la rue, il sera perturbé par une femme qui lui rappellera Pamela, celle qui l'a amené à faire de la prison et il sera plongé dans le souvenir de leur conversation.

Après l'annonce qu'il veut la quitter pour retourner auprès de Nathalie, sa femme qu'il a quittée, Pamela sera vexée par son choix et commencera à la frapper puis à l'insulter. Ne supportant plus ses caprices, il lui claquera la porte au nez et partira.

Dans son songe, nous apprendrons qui a réellement tué cette femme...

Rêveur, il ne prêtera pas attention à ce qui l'entoure dans la nuit et sera renversé par une voiture puis écrasé de nouveau par le même véhicule perdant espoir de se faire secourir par celle-ci.



En *quatrième* partie, nous découvrirons la vie de Nancy depuis l'emménagement avec sa mère, sur sa relation avec François et ses recherches sur son père.

Nous verrons au fil des lignes le profit qu'elle fait auprès de François afin de continuer, aidé par celui-ci ses recherches, bien que leur relation est terminée, pour elle, depuis longtemps.

D'un livre trouvé dans la bibliothèque de sa mère, elle fera la découverte du nom de son soi-disant père, ce qui lui ouvrira les portes pour le retrouver dans un parc et lui expliquer qui elle est.

Cette rencontre ne se passera pas comme elle l'avait prévue et sera furieuse.

Après avoir quitté François et avoir rencontré ce Père, elle sera perdue, en pleur, à cause de sa réaction et se tournera vers le seul qui lui ouvrira les bras et qui connait l'histoire. Cet amoureux passionné, François.



Je vais m'arrêter là.

Je vous ai présenté en partie la vie de nos personnages que je trouve très intéressante. L'histoire tient debout, et est bien ficelée et est bien montée.

Dans chaque partie, plusieurs questions et visions déductives nous encombrent l'esprit sans pour autant qu'elles soient les bonnes et nous sommes, à chaque fois, étonnés de la découverte de la suite des événements.

Tout le montage, le raccord des personnages et la liaison entre eux sont raccordés dans l'épilogue.

Cette conclusion, celle à laquelle on ne s'attend pas forcément, nous coupe le fil de nos pensées et nous montre que par amour, une personne peut faire n'importe quoi et que d'autres sont manipulatrices pour arriver à leur fin.

Je remercie Vincent pour m'avoir permis de découvrir son texte que je conseille aux lecteurs sans hésitation.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
De tes nouvelles
24 avril 2017
De tes nouvelles de Agnès Ledig
toujours de l'émotion dans les romans d'Agnès LEDIG, celui-ci n'y faillit pas .J'aime suivre les thèmes qu'elle aborde,si proches de nos vies .Un roman qui se dévore ,un moment de vie que l'on a le sentiment de partager réellement
Commenter  J’apprécie          00
La Maison au bord de la nuit
24 avril 2017
La Maison au bord de la nuit de Catherine Banner
Que ce soit clair, je ne vais pas vous raconter le livre, je déteste lire ça ds les critiques ! Je vais juste essayer de vous faire ressentir l'ambiance, vous faire sentir les odeurs, admirer la vue, vivre dans la maison au bord de la nuit ...



Moi qui ai envie de vacances, j'ai été servie !



Voici une vraie saga familiale, sur trois générations et qui traverse l'Italie du XXème siècle. Plus précisément, Castellamare, minuscule rocher au large de la Sicile. Un vrai voyage dans le temps et qui sent bon le Sud.

Trois générations de la famille Esposito nous baladent à travers l'Histoire au travers de leur histoire et de leurs histoires (et moi j'aime bien ce procédé !).



Je me suis donc laissée embarquer par toutes ces histoires. Parce que c'est bien de cela qu'il est question ici, d'histoires. Des histoires de famille, d'amour, de miracle, d'amitié, de la grand Histoire, de contes populaires ... Toutes imbriquées les unes dans les autres et qui regorgent de couleurs, d'odeurs, de cris, de vie et de mort.



Alors oui, c'est vrai qu'on pourrait se dire "Purée, les gros clichés sur L'Italie" !! Tout y est ! Les vieilles veuves bigotes, les joueurs de scopa, le café, la place, les glaces, les bougainvilliers, la Sainte qui nous fait un petit miracle de temps à autres pourvu qu'on la promène à travers l'île chaque année avec sa couronne de fleurs, ... Mais en même temps, c'est ça aussi l'Italie, l'Italie profonde avec ses couleurs et ses odeurs.

Et pour moi c'est ça qui fait son charme. A l'Italie et au livre ;) ! J'y étais, je voyais Castellamare, je la respirais. J'étais avec Amedeo, Pina, Maria-Grazia, Lena et tous les autres (et il étaient nombreux !)

Et pour avoir visiter la Sicile de haut en bas, de fond en comble, je peux vous assurer que des villages comme ça, il en existe encore là-bas !



J'ai donc passé un bon moment avec la famille Esposito, un vrai dépaysement et je ne lui en demandais pas plus.



P.S : Je vous avoue m'être décidée pour ce livre à cause de sa photo de couverture. J'ai eu l'impression d'y voir mes grands-parents, mes grandes-tantes, ma maman, ... Et chez nous aussi, il y a des histoires à raconter ;)



Grand merci à Babelio et aux Editions Presse de la Cité de m'avoir proposer cette petite escapade. La prochaine fois, merci de glisser ds le livre, le billet d'avion/train/bateau qui va avec ;)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Les petits vieux d'Helsinki mènent l'enquête
24 avril 2017
Les petits vieux d'Helsinki mènent l'enquête de Minna Lindgren
Cette lecture m'a pris un temps interminable, j'ai cru ne jamais arrivé au bout de cette lecture et pourtant j'ai acheté les 2 tomes en même temps lors d'une promotion.



Je suis relativement déçue, j'avais plutôt aimé Comment braquer une banque sans perdre son dentier d'une autre auteur scandinave et je m'attendais à trouver un récit du même genre mais ce ne fût pas le cas.



Nous suivons ici les résidents du Bois Couchant maison de retraite ou il se passe des choses étranges comme par exemple Tero qui disparait du jour au lendemain, les résidents vont donc décider de mener l'enquête sur cette inquiétante disparition.



Je ne me suis attachée à aucun personnage et l'ennui a été mon principal compagnon de lecture, alors certes le rythme est lent du à l'âge des protagonistes (on image mal des personnes âgées bouclé cette enquête rapidement) mais je n'ai pas eu un seul sourire durant cette lecture qui aurait dut être loufoque.



Un loupé pour moi donc avec cette lecture.
Commenter  J’apprécie          100
Penelope Green, tome 2 : L'affaire Bluewaters
24 avril 2017
Penelope Green, tome 2 : L'affaire Bluewaters de Béatrice Bottet
Notre petite journaliste découvre les voyages en bateaux.. Toute une aventure.. Une enquête vraiment dérangeante.. Qui décrit un trafic de bébé... Des filles mères... Cela m à fait froid ds le dos... Même si penny reste sympa et aborde l enquête avec une certaine légèreté
Commenter  J’apprécie          00
Et dans la forêt j ai vu
24 avril 2017
Et dans la forêt j ai vu de Vincent Engel
Nous sommes en Toscane en 1928. Luigi, son fils Sandro et Manfred, un vieux pachyderme, forment un drôle de convoi. Ils sillonnent la Toscane et décident de s'installer pour quelques jours dans un village isolé non loin de Montechiarro. Ils montent la toile de leur petit cirque "Circo de la Stelle".



Les gens du village sont curieux, ils vont voir ces drôles de saltimbanques,... et le miracle se produit chaque soir, on entend des rires, des applaudissements à tout rompre. Le temps d'un spectacle, les villageois oublient leurs soucis et sont tout simplement heureux.



Faut dire que l'époque n'est pas joyeuse car depuis 1922, les fascistes ont pris le pouvoir. Tout le monde craint le Duce et Alfredo Cartello, le maire du village est devenu un de ses disciples.



Il accorde tout de même que le peuple se divertisse un peu avec ce cirque.



Cartello a une fille, Letizia qui a perdu le sourire depuis le décès de sa maman. Elle est mutique, sans réaction. C'est triste. Ariana s'occupe d'elle depuis que Donatella n'est plus de ce monde. Sandro les avait croisées en arrivant, il sait qu'il peut aider Letizia.



Ariana ira voir le spectacle et décide que Letizia doit absolument le voir aussi. Le fait d'avoir croisé Sandro et Manfred l'avait sortie de sa torpeur et rendu un sourire. Letizia ira voir le spectacle et beaucoup de choses se produiront, miracle, illusion ?



Un livre jeunesse magnifique. Une occasion d'aborder un pan de l'Histoire, le fascisme, le rôle de la religion. Une histoire où la frontière entre le rêve et la réalité est mince. Une plume magnifique, très agréable.



Lu et approuvé par mon fils de 12 ans.





Ma note : ♥♥♥♥♥
Lien : https://nathavh49.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le reste de leur vie
24 avril 2017
Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent
pas de grande surprise à la lecture de ce second roman.on y retrouve la présence de personnes âgées une forme de rédemption par le biais des relations avec des personnages plus jeunes et par l'amour
Commenter  J’apprécie          00
L'épopée martienne Volume 1 - Les titans du ciel
24 avril 2017
L'épopée martienne Volume 1 - Les titans du ciel de Théo Varlet
Les titans du ciel est donc une variation catastrophiste sur le thème de l'invasion extra-terrestre. C'est un scénario assez naïf, peu cohérent mais non dénué de charme. On y trouve aussi bien de bonnes trouvailles, notamment celle de la paix mondiale et de sa fragilité, que quelques idées dignes du mauvais délire d'un paranoïaque en pleine hystérie. Donc, mieux vaut y être préparé, en cas d'invasion martienne, il est fort probable que la dictature soviet menace, de même que les mouvements anarchistes, le nihilisme destructeur et un improbable mouvement rituel de cannibalisme et de sacrifices humains (oui, quand je parlais de délire, je pesais mes mots).



Le billet complet sur mon blog.
Lien : http://touchezmonblog.blogsp..
Commenter  J’apprécie          00
Mémoire cachée
24 avril 2017
Mémoire cachée de Sebastian Fitzek
Le début de ce livre nous fait penser à L’armée des douze singe de Terry Gilliams ou La Mémoire dans la peau, de Robert Ludlum : un homme se réveille et ne se souvient plus de rien, même pas de qui il est, Si l’introduction de ce livre n’est donc pas original, elle a le mérite de positionner à égal le lecteur et le héros, et par conséquent de rapidement nous plonger dans l’histoire. Histoire qui va filer à 100 à l’heure dans l’univers de l’espionnage, des consortiums industriels surpuissants et des idéologues extrémistes. Ce qui est dommage c’est que la 4ème de couverture dévoile énormément de la « mémoire cachée » et gâche un peu le plaisir de la découverte pas à pas (page après page) de la vérité.



En d’un thriller d’esionnage, l’auteur aborde un sujet épineux : la folle consommation des pays riche par rapport aux ressources naturelles, les impacts sur l’environnement et le délaissement des pays pauvres. Comme Sebastian Fitzek le rappelle en épilogue, les arguments chocs et choquants ne sont fournis que dans le cadre du scénario du livre et n’ont pour but que de nous faire réfléchir sur notre attitude avec la Terre.



Côté écriture, le style s’est nettement amélioré, beaucoup plus fluide, plus rythmé, mais le principal de l’auteur défaut que j’avais déjà noté dans Le voleur de regard est la répétition. A plusieurs reprises sont rabâchés les arguments sur le sujet environnemental, étant assez conséquentes donnent une sensation de redite.



Enfin, pour la version audio, la lecture est bien sur impeccable et bien que le lecteur ne prenne pas d’intonation particulière pour chaque personnage, de par le récit, leur distinction se fait naturellement. Le seul désagrément de cette version audio est le fond sonore : c’est comme si le micro était positionner au fond d’une boîte, la voix a une certaine résonance désagréable au départ, l’effet s’estompe au fur et à mesure.
Lien : https://quoilire.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Penelope Green, tome 1 : La chanson des enf..
24 avril 2017
Penelope Green, tome 1 : La chanson des enfants perdus de Béatrice Bottet
Une jeune journaliste au 18 ème...intrigue sympa.. La vie à londres est bien décrite...intéressant
Commenter  J’apprécie          00
Coup de foudre à Manhattan, tome 1 : Nuit bla..
24 avril 2017
Coup de foudre à Manhattan, tome 1 : Nuit blanche à Manhattan de Sarah Morgan
J’avais adoré la série précédemment publiée de l’auteur, La danse hésitante des flocons de neige. Avec elle, j’avais découvert la plume pleine de douceur de Sarah Morgan. Alors, quand j’ai entendu parler de la sortie de cette nouvelle saga, je n’ai pas vraiment résisté, séduite à l’idée de retrouver cette auteur que j’avais beaucoup aimé dans un cadre plus citadin.



Paige s’attendait à recevoir une belle promotion dans l’entreprise évènementielle au sein de laquelle elle travaille depuis quelques années déjà, en compagnie de ses deux meilleures amies. Or, c’est face à un licenciement qu’elle se retrouve. Décidant de profiter de cet évènement à bon escient, elle décide donc de monter sa propre boite sur les conseils de Jake, le meilleur ami de son frère. Si seulement son cœur pouvait ne pas autant battre la chamade en sa compagnie, et si seulement elle ne s’était pas dévoilée entièrement, corps et âme, devant lui il y a des années de cela…



J’ai beaucoup aimé la façon dont l’histoire entre Paige et Jake évolue. On découvre vite que de lourds évènements et qu’une longue histoire les lie l’un à l’autre, ce qui renforce la profondeur des sentiments entre eux. J’ai compris les incertitudes de Paige, que ce soit envers Jake, envers ses deux meilleures amies ou encore envers ce nouveau challenge qu’est le lancement de son activité. Paige m’a vraiment beaucoup touchée, surement un peu plus que Jake qui reste assez en retrait et qui m’a, par moment, énervée dans sa façon de se retrancher derrière de vieilles promesses.



Ainsi, je me suis régalée avec cette nouvelle histoire. Sarah Morgan a le don de nous emporter dans ses romances, et ce fut une nouvelle fois le cas ici. Alors, certes, le cadre de New York n’est pas aussi magique que celui de Snow Crystal, mais ça fonctionne sans soucis. Surtout que l’auteur aborde les difficultés de la vie dans cette grande ville, mais aussi les joies, les petits bonheurs que cela apporte à nos protagonistes. J’aime toute la positivité que l’on retrouve tout au long de l’histoire, ça fait du bien, ça nous fait sourire, et on profite tendrement de toute cette belle histoire.



Pour conclure : difficile de ne pas comparer Nuit blanche à Manhattan à la précédente série de Sarah Morgan. Pourtant, les deux sont très différentes. Avec cette nouvelle série, l’auteur explore la vie citadine, ses challenges quotidiens, la hargne avec laquelle il faut se démener pour réussir, mais aussi cette vie où tout est possible et où les rêves se réalisent pour peu que l’on s’en donne les moyens. Et, avec toutes ses ondes positives, le charme opère indubitablement. On s’attache à cette joyeuse bande, et on découvre avec délice le duo Paige&Jake. J’ai déjà hâte de tous les retrouver dans les prochains tomes !
Lien : https://aliceneverland.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1274 critiques

LeFigaro

1554 critiques

LeMonde

1229 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1464 critiques

Bibliobs

1164 critiques

LePoint

563 critiques

LesEchos

869 critiques

Lexpress

3337 critiques

Telerama

2316 critiques

LaPresse

1526 critiques

LaLibreBe...

898 critiques