Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2264036958
Éditeur : 10-18 (2003)


Note moyenne : 3.73/5 (sur 343 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le roman le moins connu de B.E. Ellis est peut-être le meilleur – sinon le plus hypnotique. La précision stylistique plus aboutie que dans Moins que zéro se love dans une méthode narrative mûrie : faire se fondre les personnages da... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (18)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par meeva, le 10 mars 2015

    meeva
    Après avoir lu « Les hirondelles de Kaboul » de Yasmina Khadra, besoin de me rassurer sur le genre humain.
    Je choisis à la bibliothèque de ma petite ville « Les lois de l'attraction ». Parce que c'est le seul. de Bret Easton Ellis

    Quelques dizaines de pages avec paupières lourdes, esprit qui divague, il faut s'y faire. A l'écriture, au rythme, avec tous ces narrateurs qui alternent, au phrasé particulier de journal de bord, de colportage de discussions.
    Puis embarquée par la vie de ces jeunes à l'université.

    C'est ça l'élite de notre occident…
    Ça boit, ça se drogue, ça baise, ça se branle, ça écoute de la musique, ça passe son temps à pas se rappeler être allé en cours, à même pas se rappeler des profs, à penser aux ex, déjà baisé(e), ou pas, même pas sûr(e).

    A la lecture de tout ce vide, impossible de pas se demander où ça va mener. Fébrilement, j'ai tourné les pages, happée par un suspense grandissant et angoissant : sont-ils vraiment dépourvus de toute conscience, de toute pensée intelligente ?
    Toute cette absence confère parfois à l'absurde, avec ironie sous-jacente, drôlerie explorant les registres de situation, de répétition, de quiproquos.
    Un truc vraiment intimiste, pour passer quelques temps en compagnie des autres, je rabâche assez mes pensées, faut explorer un peu. Et puis c'est trop tard maintenant. Tant pis. Tant mieux.

    - Ça te rappelle la fac ?
    - La baise en moins. La came en moins. La gerbe en moins.
    - Qu'est-ce t'as branlé alors à la fac ?
    - Calcul différentiel. Algèbre linéaire. Probabilités. Analyse complexe…
    - Tu veux dire qu'avant d'être vieille prof aigri, t'étais jeune étudiante aigrie ?
    - Voilà. Pis quand on est con, on est con. Tu le savais déjà ça…
    Bon, ben, j'vais conclure.
    Bonne bourre alors…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 20         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fx131, le 16 septembre 2014

    fx131
    Ellis c'est trés spécial . le monsieur ne fait pas dans la dentelle et cet opus le confirme encore une fois . Il dresse de romans en romans une radiographie de la société nantie américaine ,et cela fait trés mal . Ellis n'hésite pas à mettre du poivre sur la plaie et la lecture de cet opus s'avére ardue . Dans le méme temps de sa part on sait à quoi s'attendre . Son crédo c'est tomber les tabous pour que la socièté américaine se dévoile sous son vrai visage . Oui ici l'on parle de sexe , de drogue , oui ici le ton est méchant , sans pitié , peut ètre un peu dans l'excés , mais au fond quand on s'attaque à un Ellis c'est qu'on éspére ètre un peu malmené . C'est grand , c'est fort , c'est choquant , c'est du Ellis.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Shrulk, le 21 mars 2015

    Shrulk
    Cocaïne.
    Cigarettes.
    Baise.
    Soirée du Jeudivrogne.
    Branlette.
    Joint.
    Vomi.
    Bières.
    Baise.
    Cigarettes.
    Fête du Prêt à baiser.
    Whisky.
    Ecstasy
    Vomi.
    Joint.
    Branlette.
    Joint.
    Cigarettes.
    Champi.
    Baise.
    Bloody Mary.
    Ecstasy.
    Vomi.

    Etats-Unis, années 80, un campus, une fac pour étudiants friqués.
    Paul a baisé avec Sean, Mitchell, Lauren.
    Lauren a baisé avec Victor, Paul, Sean. Paul est plutôt homo, mais bon… Lauren se demande s'il ne serait pas le père de l'enfant qu'elle porte. Comment savoir ?
    Et Roxanne, elle a baisé avec qui déjà ? Je sais plus trop là… de toute façon, eux non plus ne savent plus trop, pas sûrs d'avoir baisé ou pas avec untel, ou sûrs d'avoir baisé untel mais impossible de se souvenir de son prénom, ni des circonstances, ni si c'était bien ou pas…
    Ces enfants de bonne famille passent leur temps à boire, à se droguer, à baiser avec tout le monde, à ne pas se souvenir de quoi que ce soit.
    Les cours ? Ils semblent assez peu fréquentés, du moins par les quelques étudiants dont nous suivons les frasques. On sait simplement qu'ils étudient la poésie, le théâtre, ou encore la peinture. Certains semblent se croire artistes mais sont seulement paumés
    Beaucoup ont plusieurs dissertations de retard, l'un d'eux peint, mais seulement des autoportraits de son pénis.
    Ce livre se lit bien, on ne s'ennuie pas vraiment, mais on en sort avec une impression de vide. Finalement il n'a rien à dire. Mais il le dit bien puisque tous ces jeunes sont vides, leurs préoccupations sont uniquement matérielles, leurs attirances sont exclusivement basées sur le physique. le mal-être de quelques-uns est évoqué mais il s'agit plus d'un constat que d'une réflexion. Logique puisque ces étudiants sont mal mais n'en ont que peu la conscience.
    Une forme tout à fait en accord avec le fond, donc.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par MissSugarTown, le 17 septembre 2011

    MissSugarTown
    Les premières pages ont été pénibles à lire, autant dire que j'étais remontée et énervée. Je détestais ce style vulgaire et insolent, autant par son contenu que par la structure de ses phrases. le livre parle de la génération américaine des années 80', sexe drogue et rock'n'roll sont bien le thème de ce livre, il s'agit d'extraits de plusieurs journaux intimes de plusieurs personnages et qui ne parlent donc que de ça, ils sont tout le temps drogués, tout le temps saouls, tout le temps excités et entrain de b*****, tout le monde saute tout le monde et PERSONNE N'EST SOBRE NI CONSCIENT UNE SEULE SECONDE, L'HORREUR !!!! Quant au style de notre cher Bret, il s'agit de phrases très très courtes, il ne se gêne pas pour sauter le sujet dans ses phrases, c'est-à-dire qu'on trouve souvent des phrases du style "ai mangé puis sorti." au lieu de "j'ai mangé puis je suis sorti.", normal les personnages sont défoncés et n'ont pas le temps de faire des phrases !!!! Mais ça je ne le comprendrai et je ne l'accepterai que plus tard. Il n'y a pas de paragraphes, le tout est écrit comme un tas !!! Alors j'ai vraiment eu l'impression que Mr Bret ne s'était vraiment pas fait trop chier !!! Oh oui, les premières pages ont été pénibles à lire !
    Puis j'ai continué à lire et j'ai commencé à comprendre le style et à l'apprécier et enfin l'adorer !!! Ce que j'ai le plus aimé dans ce livre c'est la vérité des sentiments et des pensées des personnages, comme il s'agit de leurs journaux intimes, nous sommes dans la tête de chaque personnage et leur façon de penser, de percevoir les situations et les gens est tellement réelle qu'on ne peut que se sentir concernés. J'ai adoré comment Bret nous rappelle que nous interprétons trop souvent le monde extérieur à notre convenance et que nous allons rarement vers les gens et finissons par nous tromper bien souvent sur leur compte.
    Bret présente le style de vie de la génération américaine bourgeoise des 80's, et moi qui suis contre toutes les formes de drogues, de tabac et d'alcool je me suis sentie encore plus attristée par ce livre... Ces jeunes qui ont passé des années de leur vie ivres, défoncés, raides, pour reprendre les mots de l'auteur, je ne sais pas comment on peut concevoir un style de vie pareil ni comment on peut laisser une société amorale émerger comme ça puis lui coller un joli ruban et l'appeler hippie ou freedom ou une autre connerie encore. Je n'ai pas compris comment est-ce qu'aucun personnage n'a décidé de se reprendre en main à aucun moment.

    Verdict
    La beauté du livre réside dans la sincérité des sentiments des personnages, de la description de leurs pensées qui est très réelle, et leurs préoccupations qui sont tout aussi vraies, on a beau refléter des personnages quels qu'ils soient, au fond de nous-mêmes nous pensons tous à la même chose, à celui ou celle qui nous plait et à nous-mêmes.
    Donc pour conclure, j'ai adoré le livre et je suis très contente de cette découverte, d'ailleurs je viens d'acheter deux autres livres du même auteur "American Psycho" et "Lunar Park".

    Lien : http://laculturehajarienne.blogspot.com/2010/11/les-lois-de-lattract..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Chassegnouf, le 10 avril 2013

    Chassegnouf
    J'avais déjà lu Glamorama auparavant et n'ai donc pas été surpris par le style de l'auteur : ces va-et-vient entre les différents protagonistes qu'on retrouve finalement chez pas mal d'auteurs, ces phrases concises (lapidaires) que j'ai pu lire aussi dans La Route de McCarthy (et que j'avais apprécié alors). Je ne sais pas si c'est un précurseur de ce style mais je l'ai apprécié avant et ailleurs. Ce n'est pas mon style narratif préféré mais c'est un choix comme un autre. Pas de problème, je prends.
    Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un peu comme la narration de la mini-série tv "Bref" (qui a dû s'en inspirer). A la longue, ça peut lasser.
    L'histoire, l'intrigue est passablement labyrinthique : certains personnages voient la même scène différemment (Sean/Paul pour ne citer qu'eux) et l'auteur nous laisse habilement choisir entre les deux. Ce n'est pas la profusion de personnages mais il y en a quand même quelques uns qui n'apportent rien ou, pire, qui ne sont que des références à des oeuvres passées (ou futures) de Ellis. Des clins d'oeil à ses fidèles clients.
    L'ambiance, elle, je l'ai appréciée : une sorte de côté obscur de tout ces teenage movies qu'on aura pu voir, des toutes ces pages d'accueil de sites internet d'universités américaines avec des étudiants livres sous le bras qui cheminent gentiment sur un parc bien entretenu, etc.
    Finalement, ce bouquin est idéal pour ceux qui veulent voir saccagée l'image de la jeunesse étudiante américaine, que ce soit la jeunesse républicaine ou les bobos démocrates, quitte à ce que ce soit un tantinet exagéré.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (15)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par strummer, le 17 juin 2013

    "T'es catholique ? " je lui ai demandé.
    Nous avons marché un peu avant qu'il ne réponde :
    "Je me souviens plus."

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par Reader, le 29 mars 2013

    "Je veux te connaitre" pleurniche Sean.
    "Quoi ?"
    "Te connaitre. Je veux te connaitre. Suppliant.
    "Qu'est-ce que ca veut dire ?Me connaitre ?" Je lui demande. "Me connaitre ? Personne ne connait jamais personne. Jamais. Tu ne me connaitras jamais."

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par yugs, le 31 mai 2011

    Alors elle a commencé de me raconter sa vie, ce qui n'avait rien de très passionant, et quand Rockpile s'est mis à chanter "Heart" j'ai augmenté le volume pour couvrir la voix de la fille, mais je me suis quand même tourné vers elle en hochant la tête avec un regard intéressé et un sourire sérieux, ma main a serré son genou, et elle...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par lilimarylene, le 04 octobre 2010

    et c'est une histoire qui va peut-être t'ennuyer mais tu n'es pas obligé d'écouter, elle m'a dit, parce qu'elle avait toujours su que ça se passerait comme ça

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Dexterette, le 01 juin 2012

    SEAN - La soirée est sur le déclin et je l'ai entièrement consacrée à mater Candice. Mais le moment arrive où elle s'en va avec Mitch, et je suis moins surpris ou bouleversé que je ne m'y attendais. Ce qui s'explique aussi par tout l'alcool que j'ai bu.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (17)

Videos de Bret Easton Ellis

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Bret Easton Ellis

Le clip-court métrage de Placebo - Look Like Love, avec Bret Easton Ellis à la narration.








Sur Amazon
à partir de :
6,65 € (neuf)
2,40 € (occasion)

   

Faire découvrir Les lois de l'attraction par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (694)

> voir plus

Quiz