AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290331341
Éditeur : J'ai Lu (2002)

Note moyenne : 4/5 (sur 488 notes)
Résumé :
Le mythe de Cthulhu est au coeur de cette oeuvre : un panthéon de dieux et d'êtres monstrueux venus du cosmos et de la nuit des temps ressurgissent pour reprendre possession de notre monde. Ceux qui en sont témoins sont voués à la folie et à la destruction.

Les neuf récits essentiels du mythe sont ici réunis dans une toute nouvelle traduction.

À votre tour, vous allez pousser la porte de la vieille bâtisse hantée qu'est la Maison de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
10 novembre 2015
  • 4/ 5
J'avais déjà lu dans ma jeunesse quelques nouvelles de Lovecraft et si je me souvenais avoir apprécié ces lectures, mes souvenirs étaient malgré tout très flous. Ce recueil de 6 nouvelles me permet une redécouverte de cet univers. A l'issue de cette relecture, mon impressions reste largement très positive.
On pourra certes arguer que certains récits ont quelque peu vieilli. Les lecteurs d'aujourd'hui seront sans doute moins impressionnés par les créatures tentaculaires monstrueuses que ne l'étaient les contemporains de Lovecraft. Cependant le Mythe de Cthulhu parvient encore aujourd'hui à impressionner le lecteur par sa force d'évocation et par le talent de l'auteur à créer une atmosphère très particulière de menace surnaturelle qui vient insidieusement contaminer le monde ordinaire. En cela, relire Lovecraft permet de mesurer l'influence considérable de celui-ci sur toute la littérature fantastique d'aujourd'hui. Sans Lovecraft, pas de King, ni de Masterton, ni de Barker...
Comme dans tout recueil, les textes présentés sont d'un niveau inégal. "Par delà le mur du sommeil" par exemple est dispensable, je n'ai pas trouvé grand intérêt à ce récit qui, finalement, ne raconte pas grand chose.
Mais ce recueil propose également des perles, que ce soit "L'appel de Cthulhu", d'une efficacité diabolique, ou "La tourbière hantée" qui, en quelques pages, démontre le talent de conteur de l'auteur. Mais les trois bijoux de ce recueil sont selon moi "La peur qui rôde", "La couleur tombée du ciel" et "Celui qui chuchotait dans les ténèbres". Ces trois histoires partagent une atmosphère noire et mystérieuse. Sombre, putride, oppressante, l'ambiance de ces récits transporte le lecteur et n'a rien perdu de sa puissance d'évocation.
Lovecraft reste décidément à lire et à relire.
Challenge Petits plaisirs 45
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Tatooa
02 novembre 2014
  • 4/ 5
Hopla, un "classique" de fini !
En général : c'est un fait, il faut s'habituer au style de Lovecraft. Ce n'est pas évident de prime abord, il faut avoir bien entamé le livre pour s'y faire. D'ailleurs, c'est la première nouvelle qui m'a le moins touchée, dans ce recueil, ce qui est dommage puisque c'est celle qui parle le plus clairement de Cthulhu !
Malgré les récits en "je", j'ai eu du mal à m'identifier au narrateur, à chaque fois. C'est un style très descriptif, très "intellectuel", si j'ose dire. L'action est rare, ça aussi c'est un fait.
Question ambiance, par contre, là, on baigne dans le glauquissime du début à la fin... le hic étant que ça fait un peu répétitif, tout de même, mais bon, c'est pardonnable.
Dans le général, aussi, je lis en parallèle "Bran Mak Morn", de Howard, contemporain de Lovecraft. de fait, j'ai retrouvé dans une des nouvelles du recueil d'Howard, une référence à "R'lyeh" et aux "anciens dieux noirs", ce qui m'a fait tilt... C'est amusant que le hasard ait voulu que je lise ces deux bouquins en parallèle. Je ne l'aurais pas fait, je n'aurais jamais décelé la référence !
En particulier :
"l'appel de Cthulhu" : une nouvelle un peu trop impersonnelle, détachée, à mon goût. Que de la description, pas d'action, ce "reportage" ne m'a pas bien accrochée. Elle m'a surtout servie à apprivoiser le style très particulier d'écriture de Lovecraft.
"Par delà le mur du sommeil" : Un peu dans la même veine que la première, mais elle m'a davantage touchée car j'ai bien aimé l'espèce de mysticisme qui s'en dégage, d'autant que j'ai un peu tendance à croire, comme Lovecraft, que parfois les rêves nous permettent de visiter un "ailleurs" inaccessible autrement, et de croiser "autre chose", peut-être de voir d'autres dimensions. Enfin bon c'est très personnel...
"La tourbière hantée" : Ah, là, on arrive aux nouvelles que j'ai le plus appréciées. Ambiance glauque à souhait, gothique pour tout dire (un vieux château en Irlande !), un peu d'action, enfin. En plus j'ai regardé il y a peu une émission sur les "momies des tourbières" tout à fait passionnante, alors ça m'a accrochée davantage. le héros voit les choses de ses yeux, ce qui est quand même un peu plus intéressant que des "on-dit" et "machin a vu"... Siffle
"La peur qui rôde" : ma nouvelle préférée du recueil, bien horrible, avec un héros au coeur de l'action, pas trop tôt ! Une action plutôt affreuse, dans l'ensemble, et une explication un peu tirée par les cheveux, mais on s'en fiche, l'ambiance et le truc horrible qui s'en dégage sont très forts ! Pi rien que le fait qu'il y ait enfin un peu d'action m'a fait du bien... Oui je sais je suis un brin exigeante mais bon, hein, je suis de mon temps, aussi, ce qui explique que parfois j'ai un peu de mal avec les vieux classiques trop descriptifs et "journalesques"... mdr
"La couleur tombée du ciel" : intéressante par la facture, et l'idée. Lovecraft était vraiment tordu comme type, il faut bien le dire ! (bon pas plus que bon nombre d'écrivains de thrillers actuels, cependant...). J'ai aimé un peu moins que la précédente, car je l'ai trouvée un peu longue, curieusement. La fin par contre est vraiment affreuse.
"Celui qui chuchotait dans les ténèbres" : j'ai beaucoup aimé ! Ici aussi le narrateur est au coeur de l'action, et l'idée est juste hérissante. On revient sur Cthulhu et son origine, j'ai préféré que la première, plus axée sur une réelle présence d'aliens pas forcément bienveillants, et très manipulateurs, les bougres ! Excellent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
oblo
23 mai 2016
  • 4/ 5
Inspirateur d'auteurs tels que Stephen King, Alan Moore ou Neil Gaiman, H.P. Lovecraft est l'auteur de recueils et de romans fantastiques sombres, perpétuant les efforts d'Egdar Allan Poe ou de Robert E. Howard pour ouvrir de nouvelles perspectives à la littérature, et de nouveaux champs d'effroi pour l'esprit humain.
Le mythe de Cthullu est un recueil de six nouvelles d'inégales longueurs et qualité qui ont pour thème central l'existence d'une divinité monstrueuse, Cthullu, endormie dans sa cité océanique de R'lyeh et dont l'influence néfaste se manifeste dans les rêves des honnêtes gens, dans les rituels horribles de sectes malades et dans l'apparition d'êtres inhumains, extraterrestres ou non, informes et inquiétants.
Les six nouvelles ont des points communs : on remarque l'utilisation, parfois abusive, d'un lexique de l'horreur et de l'intenable, et le schéma narratif est le même : le narrateur a connaissance, par un proche ou par la presse, d'événements inhabituels et fort inquiétants. N'y prêtant pas foi en premier lieu, il tâche néanmoins de comprendre ce qui se passe et s'aperçoit de l'indicible véracité de ce dont il a premièrement douté. L'écrit devient le seul refuge pour le narrateur qui, ayant réchappé à une mort certaine, sait qu'il ne peut raconter ce qu'il sait sans passer pour un fou.
L'écriture de Lovecraft est un équilibre remarquable entre l'envie de susciter l'horreur dans l'esprit du lecteur, et la pudeur manifeste qui interdit de décrire l'innommable. Ainsi l'horreur des événements est-elle sous-entendue, suggérée, plutôt que décrite réellement. En ce sens, Lovecraft est l'héritier littéraire des auteurs fantastiques du 19ème siècle, et en premier lieu de Poe.
Si Par delà le mur du sommeil et La tourbière hantée sont, à mon sens, les deux nouvelles les plus dispensables, les autres sont très efficaces, et principalement La couleur tombée du ciel et Celui qui chuchotait dans les ténèbres, qui placent le narrateur au coeur de l'action et se déroulent dans des atmosphères glauques et extrêmement sombres, où les choses se découvrent peu à peu sous la plume précise et savamment rythmée du narrateur. L'appel de Cthullu est la nouvelle qui fait directement référence à ce dieu néfaste, resurgi dans la réalité en 1997 dans l'esprit d'admirateurs de Lovecraft lorsqu'ils apprirent l'enregistrement du « Bloop », ce bruit étrange venu des limbes du Pacifique. Enfin, La peur qui rôde est tout aussi efficace que les autres, usant des thèmes de la destinée et de l'hérédité comme fardeau, prenant place dans les montagnes forestières et mystérieuses des Catskills, dont la nature et la géographie était un berceau tout trouvé pour les mythes et légendes.
Lovecraft use de thèmes récurrents, telle que la présence de divinités maléfiques sur Terre, qui ont précédé l'humanité et patientent en vue de leur règne futur. le fantasme de l'existence de civilisations extraterrestres puissantes, ayant fait de la Terre un avant-poste (ainsi dans Celui qui chuchotait dans les ténèbres) mais se cachant des hommes, fait penser à d'autres auteurs de science-fiction, tel que Clifford Simak (Au carrefour des étoiles). Lovecraft apparaît ainsi comme un classique d'une littérature longtemps considérée comme marginale, se trouvant à la frontière du fantastique et de la science-fiction, et si son écriture et ses thèmes peuvent nous apparaître éculés, c'est que l'auteur américain a inspiré bon nombre d'auteurs du 20ème et du 21ème siècle, lesquels ont poursuivi, comme lui le fit avec Poe, son exploration des domaines de l'inconnu et de la peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          127
MarieLovesBooks
30 octobre 2016
  • 5/ 5
Amateur de frissons, de créatures qui bougent dans l'ombre, bienvenue dans l'univers de Lovecraft. Halloween approchant à grand pas, c'est une lecture parfaite pour cette période de l'année où nous autres pauvres mortels cherchons à nous faire peur. Je vous propose de découvrir aujourd'hui le mythe de Cthulhu, un des textes incontournables de la littérature de l'horreur.
Doit-on rappeler que Lovecraft est considéré comme l'un des écrivains d'horreur les plus importants du XXe siècle, qu'il a inspiré notamment Stephen King, Neil Gaiman ou Dan Simmons ? On peut aussi rappeler qu'il est né en 1890 et mort en 1937 donc très jeune. Autre fait à rappeler c'est que ses deux parents ont été internés en hôpital psychiatrique à cause de graves troubles psychiques, voire même pour de la démence. On peut donc supposer que ces événements ont fortement marqués son être et ont influencés ses écrits.
Mr Lovecraft était malheureusement assez extrémiste dans ses idées politiques et connu pour être raciste. J'ai lu le mythe de Cthulhu en sachant que le monsieur avait quand même des idées très spéciales et ça ne m'a pas gâché la lecture même si je dois quand même souligner que je l'ai senti à une ou deux reprises, assez méprisant à l'égard des classes « inférieures ». On peut d'ailleurs se demander si ce n'est pas la peur de l'autre et de la différence qui l'a inspiré dans ses écrits. Je ne sais pas.
En revanche, on ne peut pas nier que l'auteur a un talent de narration et d'évocation très puissant. le style de Lovecraft est très « académique », il respecte vraiment les lois du fantastique classique, dans le sens où il va tenter de venir appuyer chaque évènement surnaturel en apportant une preuve, un témoignage. La démarche de Lovecraft est presque « scientifique », dans le sens où il va justifier chaque fait énoncé, il met tout en oeuvre pour apporter des preuves pour rendre son mythe le plus crédible possible et je dois dire que c'est incroyablement bien réalisé.
Attention le style de Lovecraft peut paraître inaccessible dès les premières lignes, mais ça ne m'a pas dérangé car j'aime explorer ces styles littéraires un peu complexes.

Les six nouvelles que nous trouvons dans ce livre sont écrites sous forme de témoignage. Les narrateurs sont à chaque nouvelle différent, ils ne sont pas vraiment identifiés ni identifiables. On va les suivre dans des enquêtes sur des événements mystérieux et dans une ambiance assez sordide. On sent qu'il y a des puissances qui dépassent notre entendement. L'univers de Lovecraft c'est une puissance cosmique. Il a créé une mythologie de monstres cosmiques qui viennent de l'espace, d'une autre dimension. Il arrive à faire naitre en nous un sentiment de peur, quelque chose de très profond, qui laisse une marque en nous.
Avec ce recueil de nouvelles, nous découvrons les origines du mythe de Cthulu. Un livre où se déchainent des forces que notre esprit ne peut pas concevoir.
Qu'est-ce donc que Cthulhu ? Un monstre immonde, gélatineux à l'effroyable tête de pieuvre aux tentacules convulsés, aux relents fétides, qui laisse une trainée verdâtre autour de lui. C'est un des grands anciens dans la mythologie de Lovecraft.
Un monstre horrible, terrifiant, une des plus grandes créatures qu'a créé l'auteur, avec Nyarlathotep, Azathoth, Shub Niggurath.
Ce sont des récits narrés à la première personne, ce qui accentue l'immersion dans le monde de la peur. On est au plus près de l'action et des descriptions et on ne peut pas y échapper. On ne peut plus fuir. Bienvenue dans le monde de la peur et des délires cosmiques… mais sont-ce vraiment des délires ? est-ce que tout cela est bien réel ? Laissez-vous raconter ces nouvelles par Lovecraft. Vous n'en ressortirez pas indemne. L'auteur a le don de décrire avec précision tout ce qui entoure le narrateur. Il a l'art de la suggestion et de l'évocation. Il crée une atmosphère très oppressante et glauque qui croit au fil des découvertes des différents narrateurs.
L'auteur fait appel à notre imagination, il insinue en nous une peur presque incompréhensible, une peur de l'au-delà, qui nous dépasse complètement, c'est un délire cosmique c'est-à-dire qu'il créé une mythologie qui vient d'ailleurs, que nous humain on ne peut pas comprendre, c'est une autre dimension. Il créé tout un panthéon de monstres tous plus terrifiants les uns que les autres. 
Le mythe a pris forme dans mon esprit, l'auteur a réussi à m'imprégner d'images horribles et surtout des bruits, des bruits terrifiants de bestioles qui viennent vous faire flipper.
Au cours de ma lecture je n'ai pas eu excessivement peur, je ne vous promets pas des sueurs froides mais par contre c'est après, en refermant le livre, en y repensant, que des images ont ressurgi malgré moi, des images, des bruits.
Les 6 nouvelles :
- L'appel de Cthulhu : la nouvelle introductive au mythe donc très importante, que j'ai beaucoup aimé
- Par-delà le mur du sommeil
- La tourbière hantée : une de celle qui m'a fait le plus peur
- La peur qui rôde : idem, flippante
- La couleur tombée du ciel : un peu longue et un peu complexe, je ne suis pas sûre de l'avoir bien comprise
- Celui qui chuchotait dans les ténèbres

Lien : http://marie-loves-books.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
shmileblik
17 juin 2016
  • 5/ 5
Première approche du mythe et déjà, je suis conquise. Il y a quelques temps, j'avais été quelque peu déçue par Démons et Merveilles dont le style laborieux avait fini par m'agacer même s'il retranscrivait à merveille l'enchaînement des éléments du rêve.
L'Appel de Cthulhu
La viscosité du récit de l'Appel m'a immédiatement absorbée. J'ai ainsi été embarquée par le mystérieux bas-relief, les évènements les marécages de la Nouvelle-Orléans et enfin le trajet sur l'”Alert” qui révèle l'horreur...ou ce qui n'en est que le début.
La couleur tombée du ciel
Cette seconde nouvelle m'a énormément plu. Non seulement parce que le rythme de l'écriture de Lovecraft me séduit de plus en plus, mais aussi parce que les descriptions proposées de la nature qui se délite peu à peu m'ont fascinée. Sans avoir beaucoup de références en science-fiction, cette nouvelle a du être source d'inspiration de plusieurs récits d'anticipation ( je pense à la Guerre des mondes de H.G. Welles notamment). Les évènements se déroulent non loin de la ville d'Arkham. Depuis qu'une météorite est tombée du ciel, une ferme et ses alentours subissent d'étranges phénomènes. Dans un premier temps, les animaux ont eu un regard étrange, presque menaçant et les fleurs ont pris une couleur que nul n'avait encore jamais vu. Peu à peu, Nahum Gardner et sa famille qui habitaient la ferme n'ont plus pu cultiver quoique ce soit sur leurs champs ni faire paître aucune bête, la terre semblant ne plus être en mesure d'offrir aucune forme de vie. le récit se resserre alors autour du puits de la ferme et de l'eau au goût saumâtre qui en sort. Malgré ces difficultés et étrangetés, les Gardner restent, comme s'ils étaient incapables de quitter les lieux, irrémédiablement ancrés à ces terres...
Celui qui chuchotait dans les ténèbres
Encore une nouvelle qui m'a immédiatement séduite même si elle ne devance pas la Couleur tombée du ciel. Ce qui est notable c'est la façon dont Lovecraft parvient à installer peu à peu l'angoisse. le récit folklorique laisse peu à peu place à une horreur et une folie bien réelles et on voudrait que le narrateur échappe à leurs « pinces »
Par-delà le mur du sommeil
Je n'ai pas apprécié cette nouvelle, étrangement, je ne suis pas parvenue à entrer dans l’histoire. Cependant, la façon dont Lovecraft décrit les « montagnards ignorants » m'a beaucoup intéressée tant elle était caricaturale et rude (parfois à la limite du parodique). C'est peut être le sourire que cela faisait poindre sur mes lèvres qui m'a empêchée d'être effrayée par ce récit.
La tourbière hantée
Une très courte nouvelle mais très efficace dont la thématique rappelle celle d'un conte des frères Grimm

La peur qui rôde
Avec la peur qui rôde, j'ai mis un petit moment à accrocher à l'histoire, mais après la description du destin tragique d'Arthur Munroe dans la maison des Martense , je n'ai alors plus pu me détacher du récit. Que sont ces créatures dévoreuses d'hommes ?
J'ai vraiment adoré ce recueil autour du mythe de Cthulhu, même si, au final, peu des nouvelles s'y rapportent directement. Lovecraft ne nous présente jamais l'horreur de front, elle nous est contée par des récits rapportés et nous est sans cesse suggérée. Cet effet narratif, nous laisse imaginer le pire en fonction de nos peur propres et c'est ce qui rend si efficace le récit !
Si Démons et Merveilles m'avait déçue. Ici, il n'en est rien, le style est fluide et l'ambiance oppressante et glauque fonctionne à merveille. On est presque soulagé que les nouvelles soient courtes, non par ennui, mais pour faire cesser l'angoisse qui s'en dégage.
Je compte bien continuer à picorer du Lovecraft régulièrement. La prochaine nouvelle sera certainement l'Affaire Charles Dexter Ward.
Merci à Cronos pour cette excellente pioche de juin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (1)
Elbakin.net28 mars 2012
Le charme suranné de ces nouvelles, notamment dans le style, fait partie intégrante du plaisir de lecture associé à leur découverte.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations & extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
UbiksonUbikson14 mai 2012
Ce qui est, à mon sens, pure miséricorde en ce monde, c'est l'incapacité de l'esprit humain à mettre en corrélation tout ce qu'il renferme. Nous vivons sur une île de placide ignorance, au sein des noirs océans de l'infini, et nous n'avons pas été destinés à de longs voyages. Les sciences, dont chacune tend dans une direction particulière, ne nous ont pas fait trop de mal jusqu'à présent ; mais un jour viendra où la synthèse de ces connaissances dissociées nous ouvrira des perspectives terrifiantes sur la réalité et la place effroyable que nous y occupons ; alors cette révélation nous rendra fous, à moins que nous ne fuyions cette clarté funeste pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d'un nouvel âge de ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
MusardiseMusardise16 août 2016
L'ouverture était noire, d'une obscurité presque tangible. Ces ténèbres avaient, en vérité, une qualité positive. Elles conservaient, en effet, dans l'ombre les parties des murs intérieurs qui auraient dû être révélées et elles commençaient même à cracher une sorte de fumée, née d'un emprisonnement vieux de tant d'éons, qui assombrissait visiblement le soleil au moment où celui-ci s'éloignait, furtif, dans le ciel rétréci et gibbeux, en battant ses ailes membraneuses. L'odeur qui s'élevait de ces profondeurs nouvellement découvertes était intolérable et Hawkins, enfin, qui avait l'oreille sensible, dit qu'il croyait percevoir tout en bas le son désagréable qu'auraient produit des pas sur un sol détrempé. Tous écoutèrent, et ils écoutaient tous encore lorsqu'Elle s'avança, pesante, et leur apparut au moment où Elle faisait glisser en tâtonnant Son immensité verte, gélatineuse, par l'ouverture noire, afin de gagner l'air pollué, sorti de cette cité de poison et de folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
odin062odin06226 juin 2010
Ceux du Dehors ne demandent qu'à vivre en paix avec les hommes avec qui ils souhaitent entretenir des relations intellectuelles de plus en plus développées. L'établissement de ces relations est devenu absolument nécessaire maintenant que nos inventions et appareils accroissent le champ de nos connaissances, empêchant ainsi Ceux du Dehors de maintenir secrètement leurs avant poste sur notre planète. Ces étrangers veulent mieux connaitre l'humanité, et désirent que les principaux savants du globe terrestre apprennent à mieux les connaitre. Une fois cet échange établi, tous les dangers disparaitront et il sera possible d'instaurer un modus vivendi satisfaisant. Il est parfaitement ridicule de croire qu'ils puissent tenter de nous asservir ou de nous dégrader.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BernachoBernacho31 octobre 2016
Bien que la plupart de nos visions nocturnes ne soient peut-être rien d’autre que de vagues et bizarres reflets de nos expériences à l’état de veille – n’en déplaise à Freud avec son symbolisme puéril -, il en reste néanmoins dont le caractère dépaysant et éthéré ne permet aucune interprétation banale, et dont l’effet vaguement provocateur et inquiétant évoque la possibilité de brefs aperçus dans une sphère d’existence mentale non moins importante que la vie physique, et pourtant séparée d’elle par une barrière pratiquement infranchissable.
(Par-delà le mur du sommeil)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
MusardiseMusardise15 août 2016
Il évoqua ses rêves de façon étrangement poétique. Il me fit voir avec une infinie et terrible précision la cité cyclopéenne de pierres vertes et gluantes, dont la géométrie, dit-il curieusement, était tout à fait erronée, puis il me laissa entendre, après une attente apeurée, l'appel constant, à demi mental, qui provenait de sous la terre : « Cthulhu fhtagn », Cthulhu fhtagn ».
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Howard Phillips Lovecraft (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Howard Phillips Lovecraft
Vidéo de Howard Phillips Lovecraft
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Howard Phillips Lovecraft

Quelle est sa nationalité ?

Anglaise
Galloise
Américaine

5 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre