AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Wolf Biermann (Auteur de la postface, du colophon, etc.)Bernard Cohen (Traducteur)
ISBN : 2266117068
Éditeur : Pocket (2003)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 601 notes)
Résumé :
Septembre 1939: Varsovie est écrasée sous les bombes allemandes. Avant d'être réduite au silence, la radio nationale réalise sa dernière émission.
Les accords du "Nocturne en ut dièse mineur" de Chopin s'élèvent. L'interprète s'appelle Wladyslaw Szpilman. Il est juif. Pour lui, c'est une longue nuit qui commence ...
Quand, gelé et affamé, errant de cachette en cachette, il est à un pouce de la mort, apparaît le plus improbable des sauveteurs : un offic... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
11 avril 2013
  • 5/ 5
Une histoire qui prend aux tripes, d'une puissance folle à travers une torture psychologique du personnage principal auquel on s'identifie facilement. Un roman horriblement beau ou magnifiquement horrible.
Dur et très poignant à la fois, Szpilman met à nu ce carnage dicté par la folie meurtrière des nazis, en suivant pas à pas, et chronologiquement, l'anéantissement de toute une famille. Les déportations, les exécutions sommaires, la barbarie gratuite, et la faim qui tenaille les ventres, "Le Pianiste" présente différemment l'innommable
Le roman raconte l'histoire du ghetto de Varsovie à travers la petite histoire : celle d'un pianiste juif, qui a survécu à ces années noires et qui a publié son autobiographie par la suite. Sans surprise, Szpilman raconte cette histoire sans faire de sensationnalisme, hormis quelques effets trash qui n'étaient pas indispensables. La première partie du livre dépeint la dégradation des conditions de vie des juifs. La famille de Szpilman est d'abord irritée par cette discrimination, puis tente de conserver sa dignité, puis finit par être déportée. le héros, exprime peu ses émotions, à l'image d'une histoire crue qui se déroule comme une fatalité, comme si rien ne pouvait être fait pour empêcher le pire.
Mais si le roman est si poignant, c'est aussi parce que sa conclusion est amère et cynique. On se rend compte que Szpilman survit uniquement parce que les gens sont aveuglés par son talent, et voit en lui plus qu'un individu parmi d'autres. A l'image du nazi qui le fait subsister à la fin de la guerre parce qu'il est amoureux de sa musique. On se pose alors une question : Peut-on continuer à vivre, quand on sait que notre survie est due à quelque chose d'abstrait qu'est le talent musical ? Certes, Szpilman a survécu, mais sur quoi a-t-il pu bâtir le reste de sa vie ? Sa famille est morte, sa survie n'est, en quelque sorte, pas méritée. Et surtout, ceux qui ont sauvé Szpilman ne sont-ils pas eux-mêmes, sans le vouloir, des fascistes ? Ils l'aident lui, et pas les autres, selon un critère arbitraire : le talent. Vaut-on mieux que les autres parce qu'on sait jouer du piano ? Ce roman évite le piège de la reconstitution pour raconter une histoire qui interpelle, dérange et marque. Incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          553
Luniver
03 juillet 2013
  • 4/ 5
Wladyslaw Szpilman est pianiste à la radio nationale polonaise quand survient la seconde guerre mondiale et l'invasion allemande. Étant juif, il est bientôt confiné dans le ghetto de Varsovie où il reste plusieurs mois, tandis que les lois antisémites se multiplient.
Le jour où sa famille et lui sont emmenés vers la gare pour prendre le chemin des camps de concentration, une connaissance le retient par le bras et l'éloigne de la mort. le danger n'est cependant pas écarté pour autant : les rafles se font de plus en plus fréquentes et le risque de dénonciation est grand. Finalement, il lui faudra passer l'hiver dans un immeuble abandonné, nourri seulement quand ses quelques derniers rares amis parviennent à se procurer quelque chose.
Ce témoignage a été long pour arriver sur les rayons, et on peut facilement comprendre pourquoi : personne n'est tout blanc ni tout noir : des officiers nazis ont malgré tout sauvé des vies, tandis que les « libérateurs » ont parfois été les premiers partisans de la politique allemande, avant de retourner leur veste. Même des juifs n'ont pas hésité à abuser de la situation désastreuse de leurs coreligionnaires.
Un récit qui pourra surprendre par son manque d'émotion dans l'écriture, mais qui est là pour témoigner, tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
tiptop92
15 janvier 2016
  • 5/ 5
Alors que dans de nombreux pays l'hydre nationaliste recommence à déployer ses ailes, certains continuent le combat en rééditant encore et toujours quelques témoignages poignants de la barbarie raciste et xénophobe. « le pianiste » de Szpilman est un des livres les plus célèbres et des plus intéressants qu'on ait pu écrire sur la période. Car s'il décrit de façon réaliste les évènements, c'est aussi un formidable roman à suspens qui tient en haleine de la première à la dernière page. Contrairement à de nombreux ouvrages sur le sujet, il ne se contente pas d'énumérer la longue liste des sévices subis mais grâce à un talent d'écrivain indéniable, il met en situation l'horreur et l’indicible. A ce titre, les trésors de solidarité et d'amour que déploie la famille de Szpilman pour survivre dans le ghetto de Varsovie, l'ingéniosité mis en place pour éviter les rafles et la déportation n'est que la représentation de ce que vivait des milliers de personnes à la même époque. Il est bon d'individualiser tous ces destins, de sentir ces gens souffrir dans leur chair plutôt que d'aligner les statistiques et les chiffres pour se rendre compte de ce qu'était vraiment leurs souffrances au quotidien… Spilzman en 1940 était déjà un musicien connu et une vedette de la radio polonaise, ce qui lui vaudra d'être sauvé in extrémiste au moment du départ vers Auschwitz. C'est aussi grâce à ce statut qu'il trouvera des complicités pour se cacher. D'appartements en caches, il va vivre des peurs et des angoisses éprouvantes, guettant le moindre mouvement, le moindre bruit lui signalant l'approche des SS. D'une fenêtre, il assistera aussi à la résistance désespérée du ghetto et à l'élimination sommaire des derniers résistants juifs. Obligé à la fin de se mettre à l'abris dans l'hôpital de Varsovie en ruine, il sera sauvé par un officier allemand mélomane et profondément révulsé par l'antisémitisme de ces congénères, une rencontre qui le marquera pour le reste de sa vie… il faudra bien sur lire ce livre et continuer de le transmette de génération en génération pour ne jamais oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
Nastie92
21 mars 2016
  • 5/ 5
Ce récit autobiographique est bouleversant. Un témoignage authentique de la "vie" dans le ghetto de Varsovie pendant la seconde guerre mondiale.
Wladyslaw Szpilman raconte avec sobriété L Histoire et son histoire personnelle. le détachement dont il fait preuve est surprenant, mais je me dis que cela a sans doute été pour lui la seule façon possible de rendre compte de toutes les atrocités vues et subies.
L'auteur présente les faits bruts ; au lecteur de juger.
Rien n'est manichéen et il n'exerce aucune autocensure. Des Polonais et des Ukrainiens sont montrés comme collaborateurs de l'extermination des Juifs de Pologne. Et c'est un officier allemand qui sauve Wladyslaw Szpilman dans Varsovie en ruine.
Un livre initialement publié en 1946 sous le titre "Une ville meurt" qui a bien dérangé dans la Pologne communiste d'après-guerre, à tel point qu'il y a été censuré, et que l'auteur a été contraint d'y effectuer des changements majeurs (par exemple : le sauveteur devenant autrichien, puisqu'il était impensable de le garder allemand). Il faudra attendre un demi-siècle avant qu'il ne soit republié dans sa version originelle sous le titre "Le pianiste", d'abord en Allemagne puis dans le monde entier. Enfin !
Ce témoignage ne doit pas se perde. Bien au contraire, il fait partie des indispensables qu'il faut faire passer de génération en génération. À ce sujet, l'adaptation cinématographique de Polanski a grandement contribué à faire connaître l'histoire de Szpilman, et c'est tant mieux.
Le pianiste est un homme ordinaire qui a vécu une succession de faits extraordinaires lors de cette terrible période de l'Histoire qui n'est pas si lointaine, souvenons-nous en. Un homme qui ne doit finalement sa survie qu'à une succession de hasards et qui s'en étonne lui-même à de nombreuses reprises. Un homme qui a trouvé la force de se reconstruire et de vivre après la guerre, malgré la perte de toute sa famille et surtout après avoir vu toutes les horreurs dont les "hommes" sont capables. Un homme envers qui on ne peut éprouver qu'un profond respect.
Le "Journal du capitaine Wilm Hosenfeld" qui suit le récit de Szpilman est un excellent complément de lecture. L'officier allemand a écrit dès 1942 des lignes terribles de lucidité sur les atrocités commises par le régime nazi. Il est profondément émouvant dans la façon dont il écrit sa honte et la culpabilité qu'il ressent en tant qu'Allemand.
RIP monsieur Hosenfeld, vous qui avez été reconnu "Juste parmi les nations" à titre posthume en 2009.
"Le pianiste" est un livre indispensable, une lecture incontournable pour qui veut réfléchir sur l'Histoire et la nature humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
thedoc
09 octobre 2015
  • 5/ 5
C’est à travers un récit sobre et émouvant que nous découvrons l’histoire hallucinante du pianiste polonais Wladyslaw Szpilman, surnommé plus tard le « Robinson Crusoé de Varsovie ».
En septembre 1939, Varsovie, en Pologne; croule sous les bombes. Wladyslaw Szpilman est pianiste à Radio-Pologne. Musicien de grand talent, il est unanimement reconnu comme l’un des pianistes les plus prometteurs de la musique polonaise. Mais au moment où le jeune pianiste termine sur les accords du « Nocturne en ut dièse mineur » de Chopin, sa station de radio cesse d’émettre. C’est la guerre et Szpilman est juif. Comme beaucoup de familles juives à cette époque, on minimise la menace nazie… et on subit, incrédule, l’inévitable conclusion de la montée du nazisme à Varsovie : persécutions, création du ghetto dans la capitale polonaise et les rafles perpétrées sur les Juifs pour les déporter vers les camps d'extermination. En août 1942, Szpilman et sa famille sont rassemblés pour être déportés. Un policier qui le connait en tant que musicien le fait sortir des rangs. Szpilman voit pour la dernière fois ses parents, frères et sœurs… A compter de ce moment, le pianiste doit se cacher et survivre. Durant deux ans et demi, il va tout vivre : liquidation du ghetto, insurrection, destruction…
Lu d’une traite, ce roman est de ceux qui ne peuvent laisser indifférent le lecteur. Le récit de cette survie dans Varsovie en ruines est tout simplement incroyable et apporte un nouvel éclairage sur cette période sombre.
Alors que les témoignages sur les camps et les atrocités commises en ces lieux sont légion, celui de Szpilman nous décrit une autre situation : celle d’un survivant malgré lui, d’un fugitif qui doit sa survie à sa volonté et à l’intervention de personnes parfois inattendues, comme l’officier allemand Wilm Hosenfeld. La description de la vie dans le ghetto, avant sa liquidation, est tout d’abord extrêmement intéressante. Elle révèle notamment la persistance des clivages dans la bonne société juive, à un moment où les préoccupations devraient être ailleurs. Tel un bouclier magique, l’importance des apparences demeure : on tente de préserver comme on peut sa dignité, ou du moins ce qu’il en reste. On découvre d’autre part la violence quotidienne du ghetto : la faim, le froid, la misère, les exécutions sommaires. Les descriptions sont parfois très dures mais avant tout réalistes. Il y a ensuite le courage d’une poignée d’hommes et de femmes qui ont su prendre les armes pour s’opposer à l’occupant nazi. Ils ne le savaient pas alors mais leur insurrection fit trembler d’effroi Eichmann…
Enfin, malgré l’horreur et la barbarie, l’histoire de Wladyslaw Szpilman nous souffle un vent d’espoir. Espoir tout d’abord en l’homme, dans sa volonté de survivre quoiqu’il en coûte. Et ensuite espoir en les hommes, tous ceux qui osent défier le régime oppresseur, plus encore lorsqu’ils appartiennent eux-mêmes à ce régime. Le récit ici n’est donc pas manichéen –les bons d’un côté, les mauvais de l’autre – mais avant tout réaliste.
Mon seul bémol sera celui-ci : si Szpilman n'avait pas été un pianiste de renom, aurait-il reçu la même aide ? Ne l'a-t-on pas aidé parce que l'on voyait d'abord en lui le musicien de talent et non pas le simple individu ? C'est ce qui semble ressortir de ce récit...
Il me reste tout de même une très forte impression de ce livre. Pour moi, « Le pianiste », dans une narration bouleversante, rend avant tout hommage aux Résistants de tous les bords. Et c'est là l'essentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Citations & extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie9225 novembre 2016
Le mal, la férocité sont toujours tapis dans le cœur humain et il suffit qu'on les laisse se développer librement pour qu'ils se mettent à croître, à développer d'obscènes rameaux, à engendrer les idées monstrueuses qui finissent par rendre possible qu'on assassine Juifs et Polonais de cette manière.
(Extrait du journal du capitaine Wilm Hosenfeld)
Commenter  J’apprécie          200
LuniverLuniver02 juillet 2013
D'une voix indignée, empreinte d'amertune, [le dentiste] s'est exclamé :
« C'est une honte pour nous tous ! Nous les laissons nous conduire à la tuerie comme des moutons à l'abattoir ! Si nous attaquions les Allemands, le demi-million que nous sommes, nous pourrions nous libérer du ghetto, ou en tout cas mourir dignement au lieu de laisser une page aussi honteuse dans l'Histoire ! »
Père l'écoutait, d'un air assez embarrassé mais avec un sourire compréhensif. Réprimant un imperceptible mouvement de lassitude, il a remarqué :
« Comment êtes-vous si sûr qu'ils nous envoient à la mort ? »
En se tordant les mains, le dentiste a répliqué avec nervosité :
« Je n'en suis pas absolument certain, évidemment ! Comment le pourrais-je ? Vous croyez peut-être qu'ils nous le diraient ? Mais il y a quatre-vingt-dix chances sur cent qu'ils ont l'intention de tous nous liquider, croyez-moi ! »
Père a eu de nouveau un sourire, comme si cette réponse venait le confirmer dans ses convictions.
« Regardez ! lui a-t-il demandé en désignant d'un geste l'esplanade : nous ne sommes pas des héros, nous, mais des gens tout ce qu'il y a d'ordinaire ! Et c'est pourquoi nous préférons prendre le risque de garder l'espoir même dans ces dix pour cent de chances que nous avons de survivre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
LuniverLuniver30 juin 2013
À la porte du studio, un vieux pianiste qui travaillait lui aussi pour la radio m'a attrapé le bras. Cher professeur Ursztein... Alors que le commun des mortels calcule en jours et en heures, son unité de mesure personnelle était la décennie de carrière d'accompagnateur. Ainsi, quand il cherchait à situer quelque événement dans le passé, il commençait invariablement par un : « Attendez voir... Oui, à l'époque, j'accompagnais un tel ou une telle. » Et une fois après avoir retrouvé de cette manière la période concernée et l'avoir localisée dans le temps, de même qu'une borne marque la distance au bord de la route, il laissait sa mémoire revenir au reste de ses souvenirs, évidemment moins importants que ce repère. Là, il semblait désorienté, abasourdi : comment mener cette guerre sans accompagnement au piano ? De quoi aurait-elle l'air ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
LuniverLuniver01 juillet 2013
À un moment, un garçon est arrivé vers nous en se frayant un chemin dans la foule. Il avait une boîte de bonbons accrochée au cou par une ficelle et les proposait à un prix absurde, quand bien même on se demandait ce qu'il pensait faire de tout cet argent par la suite... En réunissant nos dernières petites pièces, nous n'avons pu lui acheter qu'un seul caramel à la crème. Père l'a découpé en six parts avec son couteau de poche. C'est le dernier repas que nous avons pris tous ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Meumeu99Meumeu9903 juillet 2015
Juste en face de nous habitait la famille d'un homme d'affaires que nous croisions souvent dans le quartier. Là aussi, un flot de lumière a envahit la pièce et nous avons aperçu des soldats casqués se ruer à l'intérieur, pistolet automatique levé. Nos voisins étaient encore assis autour de la table, tout comme nous quelques instants auparavant, et sont restés à leur place, tétanisés d'effroi. Le sous-officier qui commandait le détachement a pris cela pour une insulte personnelle ; muet d'indignation, il est resté un moment à regarder la tablée avant de vociférer : "Debout !"
Ils ont obtempéré aussi vite que possible. Tous, sauf le grand-père, un vieil homme que ses jambes ne portaient plus. Fou de rage, le sous-officier s'est avancé vers la table, a posé ses poings sur la table et a fixé l'infirme de ses yeux furibonds en répétant : "Debout, j'ai dit ! "
L'aïeul tentait vainement de se relever en pesant sur les bras de son fauteuil. Avant même que nous comprenions ce qu'ils allaient faire, les SS ont fondu sur lui, l'ont soulevé avec son siège, l'ont emporté sur le balcon et l'ont précipité dans la rue, du troisième étage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Videos de Wladyslaw Szpilman (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wladyslaw Szpilman
Chopin, trio opus 8 pour piano, violon et violoncelle, joué par Wladyslaw Szpilman
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : pologneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Wladyslaw Szpilman (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
213 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre