Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean-Paul Manganaro (Traducteur)
> Gioacchino Lanza Tomasi (Éditeur scientifique)

ISBN : 2757806432
Éditeur : Points (2007)


Note moyenne : 3.89/5 (sur 350 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans la Sicile de 1860, une famille de la haute aristocratie subit le changement de régime de l'île. Le prince Salina, d'abord pris de vertige devant la "stupéfiante accélération de l'Histoire", se laisse peu à peu gagner par une indolente et puissante nostalgie contre ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (31)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Arakasi, le 17 septembre 2013

    Arakasi
    Subjuguée quelques années plus tôt par le visionnage du magnifique film « Le Guépard » de Visconti (et particulièrement par l’interprétation de Burt Lancaster, tout simplement formidable en vieux fauve fatigué !), je me suis plongée en toute confiance dans le roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa. Cette confiance s’est trouvée amplement justifiée puisque j’ai pu y retrouver tout ce qui m’avait tant captivée dans l’adaptation cinévisuelle : une ambiance de fin du monde douce-amère, un mélange de lucidité acide et de nostalgie, des personnages fascinants, pantins conscients et consentants de forces qui les dépassent… Du film comme du livre, exsude la même tristesse infinie, tempérée d’éclats d’humour désabusé.
    L’histoire débute en 1860 dans une Sicile orgueilleuse mais somnolente qu’un terrible coup de tonnerre va soudain tirer de son sommeil : l’invasion de Garibaldi et des troupes piémontaises, préfigurant l’unification de la Sicile au reste de l’Italie. Cette invasion va déclencher d’importants changements pour la population sicilienne, notamment pour la classe aristocratique qui se verra forcée de céder petit à petit – puis de plus en plus vite – du terrain face à une bourgeoisie en pleine expansion et à l’échine plus souple. Seul parmi ses pairs à deviner les bouleversements à venir, le prince Fabrizio Salina, aristocrate brillant mais doté d’un tempérament fataliste, s’en attriste sans tenter de les repousser pour autant, conscient que l’heure de la noblesse sicilienne a sonné et que toute lutte ne ferait que retarder l’échéance. Homme brave, fier et sensible, il prend sur ses épaules la lourde tâche d’être le témoin de l’agonie du seul monde qu’il ait jamais connu.
    Nul besoin d’être une nostalgique de la vieille aristocratie pour apprécier ce très beau roman. Il y a quelque chose de douloureusement universel dans les thèmes du « Guépard » : le deuil d’un pays, la perte de la mémoire et d’un patrimoine, l’agonie d’une certaine façon de vivre et de concevoir le monde… Le personnage du prince Fabrizio est particulièrement touchant dans son déchirement constant entre deux mondes, celui mourant de l’aristocratie dont il méprise secrètement l’aveuglement apathique et celui florissant mais si repulsivement prosaïque et avide de la bourgeoisie. Les protagonistes secondaires qui l’entourent sont tout aussi marquants, même s’ils n’éveillent pas une sympathie aussi profonde, notamment le neveu de Fabrizio, le cynique et opportuniste Tancredi, et la belle roturière Angelica (respectivement incarnés par Alain Delon et Claudia Cardinal, tous deux excellents, dans l’adaptation cinévisuelle) dont l’amour éclairera d’une flamme fugitive et éclatante les derniers jours du vieux prince. Le tout donne un très touchant roman crépusculaire que je relirai surement un de ces jours – de préférence après avoir revu l’adaptation de Visconti !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lecassin, le 07 septembre 2012

    lecassin
    « Le guépard » est l'unique roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa ; un roman paru en 1958, peu de temps après la mort de l'auteur.
    Les temps changent…
    Nous sommes en mai 1860, dans une Sicile endormie…
    Débarque Garibaldi et ses troupes Piémontaises… le Gépard, Don Fabrizio Corbera, prince Salina, un aristocrate passionné d'astronomie voit son monde s'écrouler en même temps qu'il entre dans la vieillesse.
    Une page d'histoire de la Sicile se tourne dans l'Italie qui s'unifie…
    Pour un coup d'essai, il faut bien reconnaître que ce roman écrit par Lampédusa en fin de vie, est un coup de maître : Angelica et Tancredi, Don Fabrizio Corbera des personnages complexes, immergés dans une tranche d'histoire de l'Italie non moins complexe ; sans oublier la Sicile qui reste un des personnages principaux de l'histoire.
    Un livre que j'ai découvert il y a bien longtemps par l'intermédiaire du film de Visconti. Un livre teinté de nostalgie porté par un style d'un grande élégance qui nous fait regretter que l'auteur ne se soit mis à l'écriture plus tôt : un seul roman… C'est bien peu ! Mais quel roman ! Un classique de la littérature italienne.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Darkcook, le 29 juillet 2014

    Darkcook
    Un véritable bijou de la littérature. Toujours restreint aux lectures de l'agrégation 2015, j'ai été quelque peu sauvé, soulagé, soigné de constater qu'une si belle oeuvre faisait partie du programme aux côtés du reste moins à mon goût, et qu'elle allait pouvoir compenser... En réalité, Le Guépard fait partie du corpus d'un cours sur les romans de la fin du monde, avec La Marche de Radetzky et Le Temps retrouvé. Et dans le genre roman tragique, sur l'écoulement du temps, la fin lente mais inexorable qu'on ne veut/peut accepter, d'une époque mirifique, idyllique, où le temps semblait pourtant suspendu, difficile de trouver mieux! J'ignorais tout de cette oeuvre, de son auteur, je connaissais vaguement l'existence du film, mais mon prof fétiche m'avait dit y a quelques mois, "ça va vous plaire!" J'aurais dû l'écouter et entamer déjà la lecture en février!
    Car au-delà du thème réactionnaire de la nostalgie du faste face à l'arrivée de Garibaldi et de la révolution qui nettoie tout sans vergogne pour ces personnages privilégiés certes, mais si touchants dans l'amour de leur condition éternelle et de leurs biens chéris, l'écriture est au rendez-vous pour nous faire souffrir sur presque chaque page de cette sombre déliquescence à l'oeuvre, nous rendant aussi impuissants et tristes que Don Fabrizio. Lampedusa se range désormais pour moi aux côtés des génies mésestimés de la littérature, au même titre que Laclos : un seul roman, mais quel roman! Tout a été mis dedans, et le mythe est renforcé par le fait que l'écrivain orfèvre soit mort juste après, comme si toutes ses forces avaient été abandonnées dans l'effort suprême de la confection de ce joyau. Chapeau au traducteur Jean-Paul Manganaro pour avoir su rendre cette merveille dans notre langue française : chaque page contient de pures perles, à la manière des plus grands chefs d'oeuvre de la littérature. Quasiment chaque passage est inoubliable, le superbe début pieux, la description du jardin de la villa Salina qui m'a absolument délecté, l'exil désertique de Donnafugata, l'errance sensuelle dans le dédale merveilleux du palais gigantesque entre Tancredi et Angelica, la mort du Prince, la fin terrible et fracassante... Même la digression sur le Père Pirrone contribue au charme de l'oeuvre et ne saurait être supprimée.
    Tel Don Fabrizio face à l'instance temporelle, je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt, et, contemplant les étoiles dans la nuit terrestre d'une époque qui n'est plus la mienne, j'aspire à rejoindre ces corps célestes, que la littérature et la musique parviennent à me faire côtoyer lorsqu'elles atteignent une telle apogée artistique qui nous transporte par-delà les limites de notre terre déchirée.
    Les deux autres romans du cours sur ce thème sauront-ils faire aussi bien? Suspense...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 19         Page de la critique

  • Par raton-liseur, le 09 septembre 2014

    raton-liseur
    Bien sûr, j'ai entendu parler du film. Mais je n'en connais que l'affiche, Claudia Cardinal et Alain Delon en superbes costumes de bal. Je ne savais donc absolument pas à quoi m'attendre en commençant ce livre. Si, peut-être m'attendais-je à un Jane Austen italien, intrigues matrimoniales et luttes d'influence sous le soleil sicilien. J'étais loin du compte. Certes, il y a bien un mariage, mais ce n'est pas une classe que l'auteur décrit, c'est un changement d'époque. Pour cela, le point de vue adopté est très intéressant. Ce ne sont pas ces fameux jeunes gens à marier qui sont le centre de l'histoire, ils ne sont qu'une péripétie, un prétexte, une allégorie peut-être, dans ce livre plus riche en descriptions qu'en actions. Non, le personnage principal est le prince don Fabrizio Salina, cinquante ans au début du roman, qui s'achemine à la fois vers le crépuscule de sa vie et vers celui de son époque.
    Le lecteur suit cette figure unique du roman (car tous les autres personnages ne font que graviter autour de lui) dans sa vie d'aristocrate sûr de sa supériorité et dominant à la perfection les codes de son milieu. Ce guépard, symbole de la famille Salina auquel il s'identifie sans modestie, se sait le dernier de sa race, nul dans sa famille n'est digne de lui succéder, et son neveu et fils spirituel ne sera pas le garant des codes de sa caste. Don Fabrizio voit le monde évoluer et, oscillant entre nostalgie et résignation, il en prend son parti et entreprend d'accompagner ce changement pour y survivre, abandonnant en chemin ce qui ne peut être sauvé, que ce soit la pureté du sang aristocrate ou son raffinement. « Il faut que tout change pour que rien ne change. », voilà la devise qui guide cet homme sûr de sa supériorité mais d'un pragmatisme étonnant.
    Si ce livre m'a surprise par son thème, il m'a tout de suite accrochée par l'intérêt de sa description, que j'ai trouvée très fine et qui sonne très juste. C'est aussi son ton ironique qui m'a surprise et que j'ai beaucoup aimé. Lorsque l'on sait que l'auteur, dont c'est l'unique ouvrage, est un descendant de cette classe aristocratique qu'il décrit avec tant de mordant (et que la figure de don Fabrizio doit beaucoup à celle de son grand-père), cela donne au livre et au ton détaché de l'auteur une saveur toute particulière.
    J'ai donc découvert avec le hasard de cette lecture, un livre qui m'a emportée, une lecture agréable et un propos bien plus complexe que ce à quoi je m'attendais. Un petit plaisir de lecture inattendu (ce qui participe probablement de mon enthousiasme !), comme j'aime qu'il en existe dans ma vie de raton liseur ; une belle surprise tant pour la description des personnages que pour celle des paysages brûlés d'une Sicile en plein bouleversement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 18 mai 2011

    LiliGalipette
    Roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa.
    1860 en Sicile. La famille Salina est des plus illustres, des plus respectées et des plus puissantes. Féru d'astronomie, le Prince Fabrizio est un colosse qui sait jouir de la vie et qui fait honneur au symbole de sa famille, Le guépard. Fabrizio règne avec fermeté sur sa trop nerveuse épouse et sur leurs enfants. Déçu par ses fils, il reporte sur Tancredi, son neveu et pupille, toute son affection et ses espoirs pour la lignée des Salina. Convaincu que l'aristocratie sicilienne s'accomodera de la république, il déchante quand Garibaldi et ses troupes envahissent la Sicile et que l'île est rattachée à l'Italie. Pour satisfaire aux nouveaux idéaux plébéiens, Fabrizio accepte de marier Tancredi à Angelica, sublime enfant d'un parvenu. « Le Guépard, certes, Le Guépard ; mais des limites devraient exister aussi pour cette sale bête pleine de superbe. » (p. 174)
    Force de la nature et homme de tête, « le pauvre Prince Fabrizio vivait dans un mécontentement perpétuel, malgré son regard jupitérien courroucé, et il contemplait la ruine de sa e et de son patrimoine sans rien faire pour y porter remède ni en avoir la moindre envie. » (p. 13) Son dernier sursaut d'orgueil s'incarne en Tancredi qui a pris fait et cause pour Garibaldi. Mais Fabrizio n'est pas le genre d'homme à s'effrayer de la mort. « Comme toujours, les considérations sur sa propre mort le rassérénaient autant que celles sur la mort des autres l'avaient troublé ; peut-être parce, en fin de compte, sa mort était en premier lieu celle du monde entier. » (p. 240) Conscient qu'une époque s'achève et que les privilèges de l'aristocratie ont disparu, il emporte dans la tombe les ors et la vitalité des Salina.
    Ce magnifique roman est un hymne à la terre sicilienne et à ses habitants : « les Siciliens ne voudront jamais être meilleurs pour la simple raison qu'ils croient être parfaits : leur vanité est plus forte que leur misère. » (p. 193) Île fière qui ne s'en laisse pas imposer par la vaniteuse Italie, la Sicile allie la sensualité à la sécheresse. Dans les jardins des Salina, elle se fait superbement décadente. « de chaque motte de terre émanait la sensation d'un désir de beauté vite brisée par la paresse. » (p. 13) La richesse ravaudée et le luxe de façade qu'affichent les survivants des Salina participent de cette décadence pressentie dès les premières pages. Immédiatement, on sait qu'on touche à l'ultime frémissement d'une bête fabuleuse qui livre avec éclat ses derniers combats.
    La romance entre le fougueux Tancredi et la belle Angelica est aussi éclatante qu'une aile de papillon. Chacun assiste émerveillé au spectacle et pressent qu'une telle splendeur ne peut ne durer. le bal, dans la sixième partie, en est l'illustration parfaite. Les femmes y sont belles, le rire y est facile. Mais le petit matin ne trouve que des êtres fatigués qui font bonne figure et tentent une dernière bravade. Tancredi, enfant chéri et homme porteur de tous les espoirs, disparaît dans la fin du roman. On ne sait s'il a fait honneur aux Salina. Les six premières parties se déroulent entre 1860 et 1862. Les deux dernières font un bond en 1883 et en 1910. le déclin de la famille Salina se précipite à la mort du grand Fabrizio. La fuite en avant du récit va de pair avec le crépuscule des illusions d'une famille et l'avènement d'une nouvelle histoire, celle de l'Italie unifiée.
    Dans une langue majestueuse et foisonnante, Lampedusa déploie par touches perfides un humour acerbe et un cynisme maîtrisé. La religion, l'argent, les caractères et toutes les couches de la société sont discrètement pointés du doigt, puis férocement épinglés. L'auteur dresse des portraits sans concession : si les jeunes filles sont des fleurs enivrantes, l'âge se charge de les faner et l'auteur ne masque aucune de ses avanies. Les hommes sont moins nobles qu'avant, les sociétés moins respectueuses des traditions. Lampedusa écrit la décadence et le changement avec un talent incontestable. Le Guépard n'usurpe pas sa renommée de chef-d'œuvre et je n'ai pas boudé mon plaisir.
    Il me reste à voir le film éponyme de Luchino Visconti avec Burt Lancaster, Alain Delon et Claudia Cardinal, palme d'or à Cannes en 1963.

    Lien : http://lililectrice.canalblog.com/archives/2011/05/18/21156964.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

> voir toutes (64)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lanard, le 19 août 2010

    Fabrice Salina et l'astronomie :
    p . 18 Dans une lignée qui, au cours des siècles, n'avait su faire ni l'addition de ses dépenses ni la soustraction de ses dettes, il était le premier ( et le dernier) à posséder de fortes et réelles dépositions mathématiques; il les avait appliquées à l'astronomie et en avait tiré bon nombre de succès publics ainsi que des joie privée savoureuses. L'orgueil et l'analyse mathématique s'étaient si étroitement unis en lui qu'il se flattait de voir les astres obéir à ses calculs; et de fait, il semblait en être ainsi. Il pensait de bonne foi qui les deux petites planètes qu'il avait découvertes (il les avait nommées Salina et Svelto, en hommage à son fief et en souvenir d'une braque inoubliable) propageaient la renommée de sa maison entre Mars et Jupiter, à travers les espaces stériles du firmament. Les fresques de la villa exprimaient à son avis une prophétie, bien plus que l'adulation d'une peintre courtisan.

    p. 38 … l'astronomie, la morphine de Salina, était d'une espèce plus raffinée. Il chassa les image de Ragattisi perdue, d'Argivocale menacé et se plongea dans la lecture du plus récent numéro du Journal des Savants.

    p. 46 Fabrice et le père Pirrone : Tous les deux, apaisés, se mirent à discuter d'un rapport qu'il fallait envoyer au plus tôt à un observatoire étranger, celui d'Arcetri. Soutenus et guidés par les nombres, invisibles à cette heure mais présent, les astres rayaient l'éther de leur exacte trajectoire. Fidèle aux rendez-vous, les comètes s'étaient habituées à se présenter ponctuellement, à une seconde près, devant qui les observait. Elles n'étaient pas messagères de catastrophes, comme Stella [l'épouse de Fabrice] le croyait : leur apparition était au contraire le triomphe de la raison humaine, qui se projetait dans les cieux et prenait part à leur sublime normalité. "Peu importe si en bas les Bendico [le chien de Fabrice] poursuivent des proies rustique, si le couteau du cuisinier triture la chair d'animaux innocents. A la hauteur de l'observatoire, les fanfaronnades de l'un, l'activité sanguinaire de l'autre se fondent en une tranquille harmonie. Le vrai problème est de continuer à vivre la vie de l'esprit, dans ses moments les plus sublimes, les plus semblables à la mort."
    Ainsi raisonnait le Prince, oubliant ses perpétuelles lubies, ses caprices charnels de la veille.

    p. 82 Les étoiles semblaient troubles, leur rayons avaient peine à traverser la couche de chaleur suffocante.
    L'âme du Prince s'élança vers elles, les intouchables, les inabordables, celles qui donnent la joie, sans rien exiger en échange. Une fois de plus, il rêva du moment ou il pourrait enfin se trouver dans ces espaces glacés, pur intellect armé d'un carnet de calcules, : calculs bien difficiles, mais qui tomberaient toujours justes.
    "Ce sont les seules qui soient pures, il n'est pas de personnes plus distinguées, pensa-t-il, en ce style mondain qui lui était habituel; qui aurait l'idée de se préoccuper de la dot des Pléiades, de la carrière politique de Sirius, des secrets d'alcôve de Véga?"
    La journée avait été mauvaise, il le sentait mieux maintenant, non seulement à cette pression dans son estomac, mais aussi à ce qui lui disaient les étoiles. Au lieu de les voir former leurs signes habituels, il découvrait, chaque fois qu'il levait les yeux, un unique diagramme : deux étoiles en haut, les yeux ; une en dessous, la pointe du menton. C'était le schéma ironique, le visage triangulaire que son âme projetait dans les constellations, lorsqu'il était troublé. Le frac de don Calogero [un roturier enrichit], les amours de Concetta [elle pensait imminentes ses fiançailles à Tancrède - neveu de Fabrice Salina], l'emballement de Tancrède [pour Angélique fille de don Calogero], sa propre pusillanimité [devant les événement politique - chute de la couronne bourbonienne et avènement du roi piémontais Victor Emmanuel, roi d'une Italie unifiée], et jusqu'à la beauté menaçante d'Angélique; autant de complications, autant de petites pierres roulantes qui annoncent l'éboulement. Et ce Tancrède! Il avait raison, d'accord, et on l'aiderait, mais on ne pouvait nier qui' fut un tantinet ignoble. Au reste, Salina ne valait pas mieux que Tancrède. "Ça suffit, allons dormir."
    Bendica, dans l'ombre, frottait sa grosse tête contre le genou de son maître.
    Tu vois, Bendico, tu es un peu comme les étoiles, toi: une heureuse énigme, incapable d'engendrer l'angoisse.
    Il souleva la tête du chien, presque invisible dans la nuit.
    Mais avec tes yeux au niveau du nez et ton absence de menton, ta caboche peut évoquer des spectres mauvais dans le ciel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Arakasi, le 05 septembre 2013

    Quand ils furent vieux et inutilement sages, leurs pensées revenaient à ces jours-là avec un regret insistant : ces jours avaient été ceux du désir toujours présent parce que toujours vaincu, des lits, nombreux, qui s'étaient offerts et qui avaient été repoussés, de l'aiguillon sensuel qui, justement en raison de son inhibition, s'était, un instant, sublimé en renoncement, c'est-à-dire en véritable amour. Ces jours furent la préparation à ce mariage qui, même érotiquement, ne fut pas une réussite ; mais une préparation qui prit la forme d'un tout indépendant, exquis et court : comme ces symphonies qui survivent aux opéras oubliées et contiennent, ébauchées et avec leur gaieté voilée de pudeur, tous les airs qui devaient être ensuite développés sans habilité dans l'opéra, sans aboutissement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 11         Page de la citation

  • Par Cath36, le 11 avril 2011

    "Vous savez, don Pietrino, les nobles, comme vous dites, ne sont pas faciles à comprendre. Ils vivent dans un univers particulier qui n'a pas été crée directement par Dieu mais par eux-mêmes durant des siècles d'expériences très particulières, de soucis et de joies bien à eux ; ils possèdent une mémoire collective tout à fait solide et ils se troublent donc ou se réjouissent pour des choses qui ne nous intéressent en rien ni vous ni moi mais qui sont pour eux vitales car elles sont en rapport avec leur patrimoine de souvenirs, d'espoirs de craintes de classe.... Ils nous semblent peut-être si étranges parce qu'ils sont parvenus à une étape vers laquelle tendent tous ceux qui ne sont pas des saints, celle de l'insouciance des biens terrestres grâce à l'accoutumance. C'est pour ça peut-être qu'ils ne font pas attention à certaines choses très importantes pour nous ; celui qui vit dans la montagne ne se soucie pas des moustiques de la plaine, et celui qui habite en Egypte néglige les parapluies. Mais le premier craint les avalanches,, le second les crocodiles, autan de choses qui en revanche , nous, ne nous préoccupent pas beaucoup.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par ceanothus, le 28 juin 2012

    Au tout début du roman, au moment de la présentation des personnages, après la prière quotidienne conduite par le Seigneur et maître : A présent, la voix s’était tue, tout rentrait dans l’ordre, dans le désordre, habituel. Par la porte qu’avait passée les domestiques pour sortir, le danois Bendico, attristé de son exclusion, entra et remua la queue. Les femmes se levaient lentement, et les oscillations de leurs jupes en se retirant laissaient peu à peu découvertes les nudités mythologiques qui se dessinaient sur le fond laiteux du carrelage. Seule une Andromède resta cachée par la soutane du Père Pirone, qui s’était attardé dans ses oraisons supplémentaires ; elle l’empêcha un bon moment de revoir le Persée argenté qui, survolant les flots, se hâtait à son secours et, vers le baiser.
    La scène du bal : Au plafond, les dieux, penchés sur leurs sièges dorés, regardaient en bas, souriants et inexorables comme le ciel d’été. Ils se croyaient éternels : une bombe fabriquée à Pittsburgh, Penn, leur prouverait le contraire en 1943. (…) Angelica et Tancredi passaient en ce moment devant eux, la main droite gantée du jeune home posée à la hauteur de la taille d’Angelica, les bras tendus et entrelacés, les yeux de chacun fixés dans ceux de l’autre. Le noir du frac, le rose de la robe, mêlés formaient un étrange bijou. Ils offraient le plus pathétique des spectacles, celui de deux très jeunes amoureux qui dansent ensemble, aveugles à leurs défauts respectifs, sourds aux avertissements du destin, dans l’illusion que tout le chemin de la vie sera aussi lisse que les dalles du salon, acteurs inconscients qu’un metteur en scène fait jouer dans les rôles de Roméo et Juliette en cachant la crypte et le poison, déjà prévus dans l’œuvre. Ni l’un ni l’autre n’était bon, chacun était plein de calculs, gros de visées secrètes ; mais ils étaient tous les deux aimables et émouvants tandis que leurs ambitions, peu limpides mais ingénues, étaient effacées par les mots de joyeuse tendresse qu’il lui murmurait à l’oreille, par le parfum de ses cheveux à elle, par l’étreinte réciproque de leurs corps destinés à mourir.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Windylluvia, le 29 juillet 2013

    Don Fabrizio connaissait cette sensation depuis toujours. Cela faisait des décennies qu'il sentait que le fluide vital, la faculté d'exister, la vie en somme, et peut-être aussi la volonté de continuer à vivre s'écoulaient de lui lentement mais sans discontinuer comme les tout petits grains se pressent et défilent un par un, sans hâte et sans relâche, devant l'orifice étroit d'un sablier. A certains moments d'activité intense, de grande attention, ce sentiment d'abandon continuel disparaissait pour se présenter de nouveau impassible à la moindre occasion de silence et d'introspection, comme un bourdonnement constant à l'oreille, le battement d'une horloge s'imposent quand tout le reste se tait ; nous donnant alors la certitude qu'ils ont toujours été là, vigilants, même quand on ne le entendait pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 3         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
3,90 € (neuf)
0,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Guépard par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (711)

> voir plus

Quiz