AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782073017147
Gallimard (21/09/2023)
3.68/5   146 notes
Résumé :
" Il la kidnappe. Comme un tour de magie. Je perds ma mère. J'ai sept ans. Il faut voir comment ça se passe. Le déroulement. Heure par heure. C'est intense. Ma mère est pourtant sur des rails. Je me la rappelle très bien à ce moment-là, qui trace, voûtée parfois, toujours à la besogne, comme une machine en quelque sorte. Et soudain, le choc. Il l'expédie ailleurs. Il la prend, il la vide, il se met dedans et il ne ressort jamais ".

Une femme rencontr... >Voir plus
Que lire après Son empireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 146 notes
5
6 avis
4
17 avis
3
14 avis
2
1 avis
1
0 avis
Tout au long de ce court roman, j'ai nagé en pleine folie obsessionnelle d'une femme sous l'emprise d'un homme qui l'attire mais qui cumule beaucoup de défauts.
Avec Son empire, je lis pour la première fois Claire Castillon, autrice confirmée dont je reconnais le talent mais qui ne m'a pas conquis.
Ici, elle donne la parole à une fillette âgée de 7 ans qui est élevée par sa mère. Celle-ci s'amourache d'un homme gentil et méchant à la fois. Alors qu'il est incapable de payer ses dettes, qu'il laisse partout des ardoises, vole les tirelires de pièces jaunes dans les magasins, il se permet de donner des leçons à la mère pour l'éducation de sa fille. Cette fille, il s'en occupe, lui fait des cadeaux mais c'est pour réussir à s'incruster définitivement chez elle, auprès de sa mère.
Les incidents se multiplient mais la mère qui en souffre, n'arrive pas à se débarrasser complètement de cet homme qui, néanmoins, l'attire.
Nala et Patou sont les grands-parents de la fille. Quand Patou décède, suite à une crise cardiaque, la séquence de l'enterrement est complètement loufoque.
Il y a aussi les anniversaires, la fête de Noël. Rien n'est simple avec ce type qui oblige la mère à télé-travailler chez elle pour l'avoir encore plus sous sa coupe.
Cet homme s'est inventé une fille, Esther, et une femme dont il aurait divorcé, mais notre narratrice qui rêve de rencontrer Esther, n'y parvient évidemment pas.
De situations cocasses en événements totalement foutraques, la vie avance. La narratrice a 8 ans, 10 ans.
Pour tenter d'échapper, de se dégager de Son empire, la mère déménage, change de travail et sa fille d'école mais elles sont toutes les deux obsédées par cet homme qu'elles croient voir partout, le comparent même à un fantôme hantant leur appartement.
Claire Castillon manie bien l'humour noir. Elle écrit tout cela très bien avec de courts chapitres réussissant à créer un climat tellement malsain que j'avais hâte de finir le livre.
Son empire est bien réel sur cette femme et sa fille. Une telle obsession est terrible, détruit une vie, celle de la mère, et pollue gravement celle de la fille qui ne peut qu'être marquée longtemps par de telles aventures. Heureusement, tous les hommes ne sont pas ainsi !


Lien : https://notre-jardin-des-liv..
Commenter  J’apprécie          1124
Rien de « fascinant ».
« Son empire » n'est ni bon, ni mauvais. Claire Castillon raconte le quotidien d'une famille recomposée. La narratrice a sept ans et raconte sa perception qu'elle a de la relation qu'entretient sa mère avec un homme. Celui-ci semble être à la dérive, dépourvu de moyen de subsistance mais fort de conseils, de règles de vie et de moral qu'il distribue allègrement, son moyen à lui d'exister, d'avoir de l'importance. Il est le parasite type. Sa mère, mère célibataire sans aucun doute, se raccroche à lui comme une moule sur son rocher, jusqu'à la rupture. Mais au-delà de cette séparation, son fantôme va continuer de la hanter comme une obsession. le roman aurait pu s'appeler « Son empreinte ». elle est la représentation typique de ces gens phobique de la solitude et prêts à toutes les concessions pour ne pas se retrouver abandonnés dans la marge de la vie.
Le style est scolaire mais bien évidemment c'est normal étant donné l'âge de la narratrice. Néanmoins, cette narration sous la forme de phrases courtes, comme une liste de courses, finit par lasser. Un minimum de rédaction aurait soulagé le lecteur.
Le sujet est des plus banal, raconter le quotidien de cette famille-puzzle n'a rien d'attractif. Heureusement le roman est court et la fin surprenante.
Encore un roman ersatz de la littérature moderne pour lequel il n'est pas indispensable de s'y attarder.
Editions Gallimard, coll. Blanche, 159 pages.
Commenter  J’apprécie          367
Elle a 7 ans et vit seule avec sa maman, jusqu'au jour où il entre dans leur vie. Il va tout bouleverser, surtout sa mère, sur laquelle il va imposer son emprise, son empire.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Claire Castillon, qui nous fait entrer dans l'esprit d'une enfant de 7 ans avec facilité, fluidité et acuité. L'autrice donne la parole à la jeune fille pour qu'elle raconte sa vision de ce couple bancal, de ce pervers narcissique et de l'effet néfaste qu'il a sur sa mère. L'histoire pourrait être banale, mais il n'en est rien grâce à la plume acérée de Claire Castillon : phrases courtes, chapitres succincts, rythme parfait, aussi ciselé que son style. Ce court roman se lit très vite, presque d'une traite, malgré ou grâce à l'ambiance pesante et malsaine qui s'en dégage.

Nota : lu quelques jours après avoir terminé Mon Mari de Maud Ventura, je conseille vivement d'enchaîner ces deux livres, peu importe l'ordre, car j'ai trouvé qu'en un sens, il reflétaient plusieurs facettes dans la sphère de l'amour nocif !
Commenter  J’apprécie          322
J'avoue que j'ai beaucoup de mal à faire cette chronique. À, en quelque sorte, "juger" ce livre. Parce que je l'ai lu d'un trait, voulant savoir jusqu'au bout comment l'histoire se terminait. Mais ce malaise, poisseux, tout le temps, et même après, c'est le pire.
C'est l'histoire, racontée par une petite fille, sept ans au début du livre, de sa mêre face à un homme qui s'installe dans sa vie. Cette petite fille ne regarde que sa mère, et raconte ce qu'elle voit d'elle, son "aura" lumineuse lorsqu'elle est visiblement séduite, et sa façon d'être "à la besogne" lorsque cet homme la rabaisse. Quand elle se recroqueville, ne dit rien, fait des choses : ménage, rangements, couture, n'importe quoi. Pour échapper aux reproches incessants de cet homme.


Cet homme-là essaie de séduire l'enfant, en la mettant en avant, en jouant avec elle, même dans ses jeux de rôles avec les poupées, les peluches, et la maison de poupées. Ce qui lui donnera maintes occasions de sermonner la mère sur la façon dont "on s'occupe d'un enfant, dont on l'éduque". L'homme, mettant la petite fille de son côté, se permet, un peu à la fois, de reprendre la mère sur sa relation avec sa fille, en mettant les deux en porte-à-faux. Il met la zizanie. Partout où elles vont, le mercredi, le Samedi, ou après l'école, elles le trouvent sur leur chemin. Il s'impose. Il dramatise le moindre incident, n'importe quel mot est sujet d'un drame qui dure des heures. Rien que l'histoire des biscuits, tiens. Un jour, la mère achète des Pims pour le goûter de sa fille. Qui lui a donné l'idée ? Qui? Quel homme aime les Pims, tu as dû rencontrer un homme, qui t'a parlé de Pims, sinon pourquoi acheter des Pims subitement ? du coup, la mère revient aux Palmito. Pour le calmer. Il faut absolument le calmer. Même si il les invite à prendre un café au coin de la rue, il déclare soudain que lui ne prend rien. Et il paye avec des pièces jaunes, tout un tas. Il ramène des "cadeaux" qui sont en fait des choses gratuites, il s'invite, se fait prier une fois, deux fois, trois fois, il accepte, et dévore le repas. Il fait de grandes promesses, des voyages, des spectacles, qui s'avèrent être plutôt décevants ou malvenus. Il s'incruste, il isole la mère de ses amies, de sa famille, même de son travail. C'est une emprise profonde sur la mère, que l'on voit à travers les yeux d'une petite fille. Qui n'est pas naïve du tout, on le sent bien. Elle rapporte les phrases, les tensions, l'état de sa mère, qui se fait manipuler par un gros type du genre harceleur, gêneur, narcissique, pédant, mythomane, voleur, radin, égocentré, histrionique. Cet emprise, son empire. le genre de violence psychologique qui détruit. Et pendant tout ce temps, nous, lecteurs, on devient spectateurs de cette monstruosité à laquelle cette femme est soumise, et malgré le twist final, ce sentiment de malaise qu'on a à lire par le menu les manipulations de cet homme, qui nous collent à la peau comme un chiffon graisseux. C'est très moche, et c'est difficile de se débarrasser de ce sentiment d'énorme malaise.
J'ai essayé de me changer les idées après avoir fini ce livre, mais pas moyen. C'est resté collé sur moi jusqu'à ce matin. Alors qu'en penser ? Claire Castillon a réussi ce qu'elle voulait faire, c'est à dire démonter cette horreur qu'est l'emprise malsaine. Mais du coup, le livre m'a laissé uniquement avec cette sensation de malaise. Je m'en serais bien passée, mais il faut saluer le style et la réussite de l'auteure. Mais c'est pour moi impossible à juger.
Lien : https://melieetleslivres.fr/..
Commenter  J’apprécie          262

Je pense avoir lu tous les romans de cette si jolie jeune femme et à chaque lecture je m'étonne de l'acidité et de la noirceur de son écriture, c'est étrange et attirant en même temps.
Cette fois c'est l'emprise qu'un sale type arrive à exercer sur une femme a priori intelligente , avec un métier gratifiant, mais seule, sa vie tourne autour de sa petite fille de 7 ans.
Et c'est cette gamine qui raconte les 3 années vécues au contact de ce menteur , elle comprend plus vite que sa mère tout en étant séduite : cadeaux et gentillesses embobinent la fillette également . au fil des pages on se dit que cela ne durera pas, et c'est le cas. La dernière phrase qui doit compter 5 mots laisse un frisson dans le dos et on se souvient qu'avec C.Castillon, c'était inévitable.
Commenter  J’apprécie          280


critiques presse (2)
LeFigaro
04 novembre 2021
Une enfant raconte comment sa mère tombe sous l’emprise d’un homme. Un roman fulgurant.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaLibreBelgique
15 octobre 2021
Du point de vue aiguisé d’une enfant, la relation entre une maman et un pervers narcissique.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Avant, quand on s’en allait toutes les deux, après l’avoir croisé entre l’escrime et l’art plastique, maman essayait d’être joviale mais ça se voyait qu’elle avait le corps triste à cause de leurs âmes comme des chiffons mouillés trop lourds. Il la déchirait en disparaissant, il la déchirait en oubliant d’apparaître.
(pages 20-21)
Commenter  J’apprécie          380
Maman a l’air d’une enfant comme moi quand elle l’écoute. Et lui, d’une plaque de marbre froid qui se fend quand il la regarde. Souvent, elle baisse les yeux le temps de se réchauffer sur une image plus douce, mes pieds, mes mains croisées ensemble comme deux lapins chauds.
(page 26)
Commenter  J’apprécie          392
Rien ne change jamais. Depuis qu’il est là, maman essaie de l’apprivoiser mais elle n’y arrive pas. Il l’aspire. Je ne sais pas si elle est encore capable de fuir. Je me dis que ça fait des siècles que les chevaux ne sont plus chassés. Pourtant, ils ont le réflexe de courir.
(page 112)
Commenter  J’apprécie          270
Quand on rentre à la maison, il est toujours assis de dos dans la cuisine. Cubique dans le décor comme un bloc de foie gras froid. Aujourd’hui, je me dis qu’il a dû faire des selfies pour calculer l’effet qu’il nous ferait, si brutalement assis, lourd, de dos.
(page 94)
Commenter  J’apprécie          241
Mais il ne se tait pas. Sa voix n’est pas forte d’ailleurs, il continue à cracher des phrases, elles sortent de sa bouche comme d’une photocopieuse. C’est son cerveau qui suinte.
(page 64)
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Claire Castillon (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Castillon
Prix des collégiens - Gallimard Jeunesse - 4ème-3ème
Rencontre avec François Place, Isabelle Pandazopoulos, Claire Castillon et Charlotte Erlih. Entretien animé par Manon Fargetton.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/livres/2586613/francois-place-la-reine-sous-la-neige https://www.mollat.com/livres/2586610/isabelle-pandazopoulos-demandez-leur-la-lune https://www.mollat.com/livres/2563111/claire-castillon-river https://www.mollat.com/livres/2457390/charlotte-erlih-bacha-posh
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : empriseVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (343) Voir plus




{* *} .._..