AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 710 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Bronx, New York , le 13/05/1937
Biographie :

Jerome Charyn est un romancier américain.

Né de parents juifs russo-polonais, il a passé son enfance dans un quartier du Bronx, qui est partie prenante dans son œuvre littéraire.

Il fit ses études à l'Université Columbia où il obtient son BA d'histoire et de littérature comparée en 1959. Il a enseigné dans plusieurs universités notamment à l'Université Stanford (1965-1968), à l'Université de Princeton (1981-1986), au City College of New York (1988-1989). De 1995 à 2009, il a enseigné l'histoire du cinéma et les canons du roman policier à l'Université américaine de Paris où il est professeur émérite.

Il écrit son premier roman, "Il était une fois un Droshky" (Once Upon a Droshky) en 1964. Depuis, il a publié près de 50 œuvres et s’est bâti au fil du temps une réputation d’écrivain prolifique et imaginatif, abordant les thèmes de la vie américaine réelle et inventée.

Auteur de roman policier, il poursuivi la saga vouée au parcours d’Isaac Sidel, ce flic intègre apparu en 1973 dans "Zyeux-Bleus" (Blue eyes) et devenu, au fil des ans et des tomes, vice-président des États-Unis sous les couleurs démocrates ("Sous l’œil de Dieu"/"Under the Eye of God", 2012). Inspiré, à l’origine, par les enquêtes du frère aîné de Jerome Charyn, policier au sein de la brigade criminelle de Brooklyn, ce portrait au long cours d’un homme autant que d’une ville - New York - a rendu l’écrivain populaire des deux côtés de l’Atlantique.

Dès son introduction dans la Série Noire: "Marilyn la dingue" (Marilyn the wild, 1974), "Zyeux bleus" (Blue eyes, 1973) et "Kermesse à Manhattan" (The education of Patrick Silver, 1976), sa notoriété en France s’est établie à tel point que presque tous ses romans ont été traduits.

Après "Poisson Chat" (The Catfish Man. À Conjured Life, 1980), "Darling Bill" (Darlin' Bill. À love story of the Wild West, 1980) et "Panna Maria" (Panna Maria, 1982) parus aux Éditions du Seuil, il s’est associé avec François Boucq pour lequel il signe le scénario de "La femme du Magicien", en 1986, chez Casterman, qui reçoit le prix de la meilleure bande dessinée décerné par le Festival d'Angoulême. Il écrira également, toujours pour Boucq, le scénario de "Bouche du diable" (1990) et pour Loustal "Les frères Adamov" (1986) et "White Sonia" (2001).

Pour son roman "Darlin' Bill" il a reçu le prix Rosenthal de l'Académie américaine des arts et des lettres en 1981.
En 1996, il est fait officier des Arts et des Lettres par le ministre français de la C
+ Voir plus
Ajouter des informations

Entretien avec Jérôme Charyn à propos de son roman Bronx Amer


Bronx amer se présente sous la forme de 13 courtes histoires. Cela fait plusieurs années que vous n`aviez pas écrit de nouvelles. Pourquoi avoir choisi ce genre littéraire pour parler du Bronx ?

Marie-Pierre Bay, mon éditeur au Mercure de France, m`a demandé pourquoi je n`avais pas écrit de recueil d`histoires sur le Bronx. Cela m`a directement renvoyé à mon passé. L`art d`écrire des histoires fut difficile à apprendre -c`est un art de bijoutier et j`ai essayé de l`apprendre.
Dans mon introduction, je raconte comment Robert Moses a ruiné le Bronx en faisant passer une autoroute en plein cœur du quartier. C`est ce qui m`a réellement inspiré dans l`écriture de ces histoires : treize aperçus d`un monde ruiné.


Ces personnages qui peuplent les treize nouvelles de votre recueil, pourraient-ils vivre ailleurs que dans le Bronx ? Qu`est-ce qui les rattache à ce quartier ?

Bon nombre d`entre eux ont essayé de fuir le plus loin possible du Bronx, mais ce quartier vit toujours en eux, telle une mélodie dans leur tête. Il faut voir le livre comme une sorte de chanson, avec différentes entrées.


Une place importante est accordée dans vos nouvelles aux escrocs et criminels en tous genres. Ce récit du Bronx est-il une façon pour vous de dénoncer les choses qui vous révoltent dans cet endroit ?

Pas du tout. Les petits criminels font partie de la sombre romance de ce monde, et lui prêtent leurs propres voix et désirs.


Dans ces nouvelles, vous racontez le Bronx que vous avez connu dans votre enfance, et dans lequel vous n`avez pas réussi à retourner pendant longtemps. le fait d`y avoir été confronté à nouveau, et d`avoir écrit ces nouvelles, change-t-il le rapport que vous avez avec cet endroit désormais ?

Oui, on regarde toujours en arrière à travers un prisme différent. Quels que soient ses défauts, le Bronx est devenu ma propre mélodie syncopée. Je me sens toujours fort chaque fois que j`y reviens.


Vous dites également avoir réalisé que votre écriture, votre imagination, provenaient dans une certaine mesure de ce que vous aviez vécu dans le Bronx. le fait de vous être rendu compte de cette influence primordiale change-t-il quelque chose à votre façon d`écrire à présent ?

Pas vraiment. le passé demeure comme une énorme écorchure à l`intérieur de la tête, une écorchure qui ne guérit jamais. Elle devient peut-être même plus profonde.


Pensez-vous que le Bronx d`aujourd`hui ait beaucoup changé par rapport à celui que vous avez connu ? N`avez-vous jamais eu envie d`y habiter à nouveau ?

Oui, avant l`affreuse autoroute construite par Robert Moses, le Bronx était une série de ghettos, certains dorés, d`autres non, mais où même dans les communautés les plus démunies, on trouvait de la vitalité plutôt qu`un désespoir absolu. Pendant un certain temps, dans les années 1980, le Bronx était l`endroit le plus dangereux du monde. On se faisait tirer dessus depuis les toits. Des gens se glissaient par la fenêtre et vous dévalisaient.


Y a-t-il une de ces nouvelles qui ait été plus ou moins plaisante à écrire (parce qu`elle vous rappelle un souvenir particulier…) ?

Toutes les histoires de ce recueil proviennent de souvenirs, et souvent de souvenirs malheureux, à l`exception de celle qui parle de Diane Arbus. Je suis un peu le « Géant » qu`elle a photographié : mes parents m`ont regardé de la même façon qu`ils ont regardé le Géant, en se demandant : « qui est ce putain de gosse ? »


Maintenant que vous avez écrit sur cet endroit qui est celui de votre enfance, avez-vous des projets de romans futurs ?

Oui, je suis en train d`écrire un roman à propos d`un quartier de Manhattan, le Lower East Side de 1913. Son titre provisoire est Manhattan Mayhem.


Jérôme Charyn et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Lolita de Vladimir Nabokov, peut-être du fait de sa merveilleuse musique.


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...)?

Au début, c`était James Joyce. Mais je n`ai plus peur de lui désormais.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Le Bruit et la Fureur de William Faulkner.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald et Le Soleil se lève aussi d`Ernest Hemingway.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Il est impossible de lire Marcel Proust en anglais. La magie n`y est pas. J`ai essayé de le lire en français avec un tuteur, mais nous n`avons pas pu aller au-delà de 10 pages. La langue était comme une fleur exotique qui ne pouvait jamais s`ouvrir et qui ne s`ouvrira jamais pour moi.


Et en ce moment que lisez-vous ?

Je suis en train de lire un livre sur Franklin et Eleanor Roosevelt, en préparation d`un roman sur Charles Lindbergh.


Voir l`interview intégrale, en anglais.

Découvrez "Bronx amer" de Jérôme Charyn aux éditions Mercure de France :


étiquettes
Videos et interviews (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
CHRONIQUE LITTÉRAIRE - Février 2015 - Anne Michel Bronx Amer en treize nouvelles, un voyage au pays du Bronx, le lieu qui hante Jerome Charyn.
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (95) Voir plus Ajouter une citation
jeranjou   05 septembre 2013
Zyeux-Bleus de Jerome Charyn
- Une bête, voilà ce que tu es Coen. On devrait te filer à la Brigade du zoo. Ta place n’est pas dans la rue.
Commenter  J’apprécie          310
Jerome Charyn
carre   19 octobre 2016
Jerome Charyn
“L'écriture, c'est comme le sexe. Sauf que rien n'est aussi bon que le sexe”

Bibliobs 19/10/2016
Commenter  J’apprécie          290
manU17   18 décembre 2014
Little Tulip de Jerome Charyn
- Quand je dessine, je tente de saisir l'esprit qui se trouve dans les formes qui nous entourent. C'est l'esprit qui crée les formes et, comme un miroir, les formes renvoient son image...
Commenter  J’apprécie          260
Crossroads   14 mars 2014
La femme du magicien de Jerome Charyn
- Pourquoi veux-tu toujours me faire peur, Edmond?

- Mais parce que je t'aime, Missy. Et c'est comme ça qu'un magicien fait la cour à sa future femme.
Commenter  J’apprécie          250
cicou45   09 mars 2014
La femme du magicien de Jerome Charyn
"Vous savez bien que les gens ne sont pas semblables à l'image qu'ils donnent d'eux...Beaucoup ignorent tout de leur propre mystère."
Commenter  J’apprécie          240
cicou45   21 décembre 2014
Little Tulip de Jerome Charyn
"Nous sommes l'étoffe d'un rêve. La grâce du dessin nous donne le pouvoir de le modifier [...]."
Commenter  J’apprécie          240
Piatka   22 octobre 2013
La vie secrète d'Emily Dickinson de Jerome Charyn
Seigneur, je ne sais ce qu'est l'amour, mais je suis pourtant amoureuse de Tom, si l'amour est une flèche bleue et un cœur capable de brûler la chair jusqu' à l'os.
Commenter  J’apprécie          230
Piatka   27 octobre 2013
La vie secrète d'Emily Dickinson de Jerome Charyn
Le Poète ne pouvait vivre sans noblesse d'esprit, et la Poésie en elle-même n'était pas plus le fait d'hommes que de femmes - les deux sexes pouvaient s'y adonner. Nulle hiérarchie en son sein, que sa propre excellence, chèrement acquise, lutte de toute une vie dans le Calvaire de l'écriture.
Commenter  J’apprécie          220
Piatka   25 octobre 2013
La vie secrète d'Emily Dickinson de Jerome Charyn
" Je ressentis comme une malchance d'être si petite, si pâle, et pourvue de traits si irréguliers et si marqués. " Ainsi écrivait Jane Eyre, qui était aussi quelconque et petite qu'une certaine Emily Dickinson.



Deuxième partie
Commenter  J’apprécie          220
HORUSFONCK   04 novembre 2018
Marilyn la dingue de Jerome Charyn
Isaac ne convoqua pas Bronsky: Un chauffeur l'aurait empêché de se concentrer. il prit un taxi, se refusant à discuter des fausses pénuries de sucre, de la criminalité ou du temps.
Commenter  J’apprécie          200
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Tu charries, Charyn !

Mon pote Daniel Pennac dirait qu'il a le cul bordé de nouilles, moi je préfère dire que j'ai le cul............?...................

Rouge
Bleu
Vert
Blanc
Noir

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Jerome CharynCréer un quiz sur cet auteur