AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marc Cholodenko (Traducteur)
ISBN : 2879293626
Éditeur : Editions de l'Olivier (22/08/2003)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 460 notes)
Résumé :
Qu’est-ce qui définit le plus le sexe d’un enfant, les hormones ou l’éducation ? Calliope Helen Stephanide est une jeune fille de 15 ans. Cal, un homme de 40 ans. Leur point commun ? Ils ne font qu’un ! Middlesex raconte l’histoire d’un hermaphrodite et plus largement l’histoire d’une famille : des immigrés grecs arrivés aux États-Unis en 1922 après avoir fui leur ville natale ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
Junie
  17 août 2012
Un livre découvert totalement par hasard dans la bibliothèque d'un camping du Lubéron...Les campeurs ne sont pas tous insensibles à la littérature (je vois déjà la ligue des Joyeux Amateurs de la Vie au Grand Air émettre une protestation)
Ce bouquin pioché au milieu de vieux Poche écornés m'a très vite emballée. le récit, le style, l'intrigue, les personnages de cette famille grecque ayant quitté la Turquie dans le drame et la misère, et bien sûr le secret qui se cache dans le titre, tout m'a plu et m'a poussée à le déguster jusqu'au bout, à tel point que je n'ai guère hésité à le glisser dans ma valise pour pouvoir le terminer tranquillement.
J'ai donc le remords d'avoir privé de cette belle histoire d'autres clients bibliophages. Je répare ma faute en vous conseillant de le voler à la première occasion!
Commenter  J’apprécie          5011
Laurence64
  18 janvier 2013
Aussi plantureux qu'un banquet de mariage mais sans l'indigestion qui pourrait guetter. Avec la surprise dans l'un des choux de la pièce montée familiale que l'on avait cru rose jusqu'à ses 14 ans (le chou).
Ce gros roman, aussi bourratif qu'un pudding et aussi digeste qu'un bouillon de poule, mélange cuisine traditionnelle (épopée familiale de la Turquie grecque aux Etats-Unis) à la nouvelle cuisine (l'hermaphrodisme mis à nu par la science).
Se marier entre frère et soeur, ce n'est pas bien. Même si l'on s'aime en pleine émigration. L'Eglise le défend, non sans raison. Desdemona et Lifty passent outre sur le bateau qui les conduit en Amérique, du côté de Détroit, et de son ciel barbe à papa en raison de la pollution. Bienvenue dans les usines de ce cher monsieur Ford lequel inspire à monsieur Eugenides de forts belles pages; lancinante comme la Chaîne, la phrase répète le geste: "Wierrzbicki fraise un palier et Stephanides meule un palier et O'Malley fixe un palier à un arbre à cames".
Stephanides, toutefois, ira voir ailleurs si les cieux sont moins rouges. Congédié pour avoir un propriétaire immoral. Chez Ford, la pauvreté s'essuie avec la propreté morale et l'hygiène. Et on ne rigole pas.
Tout cousins au 3° degré et frère et soeur soient-ils, Desdemona et Lifty ont un fils Milton. Lequel épousera Theodora la fille de la cousine-épouse du propriétaire immoral (vous suivez?) Bref, on épouse beaucoup dans la famille. Après moult péripéties, affres et histoires diverses, la jolie Calliope voit le jour, fille de Millton et de Tessie; c'est lui qui narre depuis l'Allemagne (non, je n'ai pas fait d'erreur en écrivant "lui") , plonge dans les racines grecques, défriche et déchiffre, s'interroge alors qu'un médecin met le nez dans son hermaphrodisme venu de loin, hermaphrodisme qui le/la conduit à adopter le genre masculin.
Middlesex foisonne, campe un arbre généalogique aussi luxuriant que la forêt amazonienne. Auquel s'agrippent des lianes. Celles-ci s'entrecroisent, bouclent, pullulent. le détail s'ajoute au détail. Middlesex est l'exact opposé du lapidaire. On frise la chronique sociale, L Histoire avec un H majuscule, le roman d'apprentissage, la clownerie. On assiste à la prohibition et aux émeutes noires, on visite une secte islamique et la banlieue chic de Détroit, on file vers San Francisco et ses bas-quartiers. On plonge dans le lit d'adolescentes aux hormones frétillantes et de vieille dame têtue attendant une mort qui ne vient pas.
Middlesex est une auberge espagnole où l'Espagne est proscrite ainsi que la vraisemblance. Si les histoires s'emboitent c'est parce que l'écrivain est maître à bord.
C'est copieux et goûteux. Cela ressemble à un vrai chocolat chaud. Mais je préfère le café.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Woland
  26 décembre 2007
Middlesex
Traduction : Marc Cholodenko
Commencé réellement un dimanche, je l'avais terminé dès le soir suivant et, à partir du moment où je me suis lancée réellement dans l'intrigue, je n'ai pas pu lâcher le morceau : dès que je le pouvais, je reprenais mon livre ! "Middlesex" est un bon, un très bon roman.
Mais au juste, qu'est-ce qu'un bon roman ? C'est d'abord une histoire qui sort de l'ordinaire et qui, cependant, tient la route, essentiellement grâce aux qualités déployées pour la raconter par son auteur. Des qualités tels que le sérieux, le travail, l'amour du lecteur aussi ... Il semblerait que la recette ne soit plus appliquée en France depuis que certains, parmi nos plus illustres "intellos" qui se piquent d'écrire, l'aient déclarée ringarde, passée de mode, poubellisable à merci ... Et pourtant, ça marche toujours aussi bien : Jeffrey Eugenides n'est que l'un des nombreux auteurs américains qui sont là, Dieu merci, pour nous le rappeler.
"Middlesex" pourrait se résumer comme l'histoire d'un gène récessif, à l'origine de ce que l'on nomme l'hermaphrodisme. Sommeillant au départ dans le code génétique des enfants Stephanidès, il aurait pu demeurer encore longtemps inactif si, par un étrange caprice de ce Destin que révéraient tant les Anciens Grecs, Eleuthéryos n'avait conçu un amour aussi sincère qu'incestueux pour sa soeur, Desdemona. Passion dangereuse, passion hors-nature qui, si les événements historiques eux aussi avaient été tout autres, n'aurait jamais pu culminer. Mais au moment où elle se déclare, les Turcs envahissent la Grèce et les deux Stéphanidès s'enfuient vers Smyrne où va se sceller leur destinée.
Nous sommes le 13 septembre 1922. Devant l'avance des troupes de Mustafa Kemal, les chrétiens smyrniotes se réfugient sur les quais du port. Bientôt, ils y seront cernés entre deux choix qui n'en sont pas : où plonger et se noyer, ou brûler vifs sous les torches des soldats turcs. Les diverses ambassades étrangères ne bronchent pas ou plutôt détournent le regard. Quand la France évacuera ses ressortissants, Eleuthéryos, qui connaît un peu de français, parviendra cependant à obtenir un visa pour lui-même et sa soeur.
Or, Desdémona a solennellement promis à son frère que, s'il parvenait à les sauver, elle accepterait de l'épouser ...
De cette union contre nature, célébrée sur le bateau qui les emmène vers les Etats-Unis, naissent un garçon, Milton, et une fille, Zoé, tous deux en parfaite santé. L'heure n'est pas encore celle du fameux gène. Mais lorsque Milton épouse sa cousine, Tessie, elle-même fille d'une cousine de Desdémona et d'Eleuthéryos, la situation est fin prête. le gène n'a plus qu'à attendre la naissance de leurs enfants en se posant la question suivante : lequel d'entre eux va-t-il choisir ? ...
C'est en tous cas cet élu (si on peut dire) qu'Eugénides, lui, a choisi comme narrateur de son roman. Avec tendresse, ironie, émerveillement aussi, il nous raconte cette histoire incroyable, qui est non seulement la sienne propre mais aussi celle de toute sa famille et qui a pour toile de fond l'Histoire de deux pays : la Grèce et les Etats-Unis. Tranquillement, sereinement, Callie/Cal promène le lecteur conquis et avide des collines de l'Asie Mineure aux banlieues cossues de Detroit, des années vingt balbutiantes à l'effondrement de l'idéal hippy. Avec cela, pas une trace de vulgarité et un respect, un amour profonds pour la Différence, quelle qu'elle soit. Beaucoup de questions aussi sur le Destin et le Hasard.
Un roman exceptionnel qui parlera peut-être plus aux Européens parce que son auteur, né américain certes mais d'origine incontestablement grecque, a trouvé le moyen d'y ressusciter, en les modernisant, quelques uns des grands thèmes de l'imaginaire de ses ancêtres - imaginaire sur lequel s'est en partie édifiée notre culture.
N'en doutons pas : eût-il vécu au temps d'Homère que Jeffrey Eugenides n'aurait eu aucune peine à se voir reconnu comme un aède aimé des dieux. Cet été, sur la plage ou ailleurs, ouvrez "Middlesex" et prêtez donc l'oreille à son chant. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
bookaure
  15 septembre 2012
Attention COUP DE COeUR!
Cal Stephanides, quarante et un ans raconte son histoire: né fille en 1959, c'est un hermaphrodite. A travers l'histoire extraordinairement riche de sa famille, il va tenter de comprendre ce qui a pu se passer , et d'expliquer son passage d'une petite fille sans histoire à ce personnage hors du commun.
Cela commence à Smyrne en 1922, où lorsque les Turcs mettent le feu à la ville, Desdemona et Lefty, son frère, décident de se marier et de fuir le pays pour Détroit aux États-Unis. Ils vont pouvoir ainsi reconstruire leur vie sur cette passion qui les unit.
Suite à un échec à l'usine Ford, qui vit ses heures de gloire à cette époque, Lefty ouvre un bar, la Zebra Room. Leur fils, Milton, reprendra les affaires dans les années 50, après avoir épousé sa cousine Tessie. Les émeutes sociales de Detroit en juillet 1967 favorisent alors son projet d'ouvrir une chaine de restaurants de hot-dog, qui va vite prospérer. Cela leur permet alors de déménager pour les quartiers chics de Détroit, dans une maison impressionnante de modernisme, rue Middlesex. C'est là, et en intégrant une école pour jeunes filles réputée, que Calliope, sa fille, vivra ses premiers émois ... et bouleversements.
La lecture de ce livre ne résultait pas vraiment d'un choix de ma part. Je l'ai lu pour une aveugle, et plus pour rendre service car personne dans mon association ne souhaitait le lire:"trop sulfureux" disait-on... (D'ailleurs je trouve aussi qu'il est assez mal servi par le quatrième de couverture...) Puis je me suis dit: "Pourquoi pas?...Prix Pulitzer 2003...j'ai beaucoup aimé Virgin Suicides...allons-y..." Et je peux dire que je n'ai absolument pas été déçue et plutôt même enchantée par la lecture de ce roman.
Pour quelles raisons?
Pour l'écriture prenante, pleine d'auto-dérision, d'humour et d'humanité, avec un soupçon de tragédie grecque de temps en temps, qui en font une lecture extrêmement agréable (on ne peut pas s'en détacher!).
Pour la découverte de l'hermaphrodisme, et de ce que cela entraine pour les personnes qui le vivent, sujet trop rarement voire jamais traité: problèmes du quotidien, bouleversement psychologiques, physiologiques et relationnels...
Pour, la précision avec laquelle sont décrites toutes ces périodes importantes de l'histoire de la Turquie, puis des États Unis, qui donnent le sentiment de vivre avec cette famille exceptionnelle, une formidable épopée.
En conclusion, comme vous l'aurez compris, je conseille très vivement la lecture de ce roman remarquable et trop peu connu...et parlez en autour de vous si l'avez aimé, car il mérite la célébrité!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Luniver
  05 novembre 2013
Lorsque les Turcs envahissent Smyrne, deux grecs, Lefty et sa soeur Desdemona, embarquent pour l'Amérique, avec leurs maigres bagages et un chromosome récessif chacun qui attend patiemment d'être réveillé. Les circonstances lui sont favorables puisque Lefty et Desdemona profitent de débarquer en terre inconnue pour vivre leur passion interdite et se marier. Leur fils épousant à son tour sa cousine, la petite Calliope voit le jour, fille pour tout le monde, bien qu'ayant les gonades des deux sexes.
Le roman se déroule en deux grandes parties : la première raconte l'émigration de la famille Stephanides aux États-Unis et les péripéties qui l'accompagne : ascension de Ford et du travail à la chaîne, prohibition et bars clandestins, émeutes à Detroit dues aux discriminations raciales, … La seconde partie traite de l'hermaphrodisme, et la difficulté pour Calliope de comprendre un corps qui lui envoie en permanence des signaux contradictoires. L'occasion pour moi de me renseigner un peu sur l'intersexuation, finalement pas si rare que ça (de 1 à 15 personnes sur 1000 concernées) et traitée jusqu'il y a peu à coups d'amputations.
Eugenides nous offre un beau voyage de presque un siècle, oscillant entre L Histoire avec un grand H et les tribulations d'une famille emportée par ces événements, sans nous ennuyer une seule seconde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   19 juillet 2015
A l'époque les passagers partant pour l'Amérique avaient coutume de monter sur le pont avec une pelote de coton. Ceux qui restaient à quai gardaient en main l'extrémité du fil. Tandis que le Giulia s'éloignait au son de sa corne de brume, une centaine de fils de coton se tendaient au-dessus de l'eau. Les gens criaient leurs adieux, agitaient frénétiquement les bras, tenaient à bout de bras des bébés pour qu'ils voient une dernière fois ceux dont ils ne garderaient pas le souvenir. Les hélices bouillonnaient ; les mouchoirs voletaient et, sur le pont, les pelotes de coton se mirent à se dévider. Rouge, jaune, bleu, vert, elles se déroulaient toutes les dix secondes, puis de plus en plus vite à mesure que le bateau prenait de la vitesse. Les passagers tenaient leur fil aussi longtemps que possible, conservant le contact avec les visages qui se faisaient de moins en moins discernables. Mais finalement, une par une, les pelotes arrivèrent à leur fin. Les fils de coton s'envolèrent, s'élevant dans la brise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
LuniverLuniver   06 octobre 2013
D'après une vieille légende chinoise, un jour de l'an 2640 av. J-C., la princesse Si Ling-chi était assise sous un mûrier quand un cocon de ver à soie tomba dans sa tasse de thé. Elle l'en retira, et remarqua que le cocon avait commencé à se défaire dans le liquide chaud. Elle tendit l’extrémité libre à sa servante et lui ordonna de s'en aller. La servante quitta la chambre de la princesse, sortit de la Cité interdite et fit un kilomètre dans la campagne avant que le cocon soit entièrement dévidé. (À l'Ouest, la légende devait se transformer lentement durant trois millénaires, jusqu'à devenir l'histoire d'un physicien et d'une pomme. Cependant, le sens est le même : les grandes découvertes, qu'elles fussent de la gravité ou de la soie, tombent toujours du ciel sur des gens qui paressent sous un arbre.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
genieblancgenieblanc   04 mars 2012
Les émotions, d'après mon expérience, ne sont pas recouvertes par de simples mots. Je ne crois pas en la "tristesse", la "joie" ou le "regret". Peut-être la meilleure preuve de la nature patriarcale du langage est le fait qu'il simplifie les sentiments. J'aimerais avoir à ma disposition des émotions hybrides compliquées, des constructions germaniques, comme par exemple "Le bonheur qui accompagne le désastre". Ou : "La déception de coucher avec son fantasme". J'aimerais montrer comment " La conscience de la mort suscitée par des parents vieillissants" est liée à "La haine des miroirs qui commence à l'âge mûr".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LuniverLuniver   22 octobre 2013
Je m'étais trompé pour [le docteur] Luce. J'avais pensé qu'après avoir parlé avec moi il déciderait que j'étais normale et me laisserait tranquille. Mais je commençais à comprendre quelque chose à propos de la normalité. La normalité n'était pas normale. Elle ne pouvait pas l'être. Si la normalité était normale, personne ne s'en soucierait. On pourrait la laisser se manifester d'elle-même. Mais les gens – et particulièrement les médecins – avaient des doutes quant à la normalité. Ils n'étaient pas sûrs que la normalité fût à la hauteur de sa tâche. Ils se sentaient donc enclins à lui donner un coup de pouce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Alice_Alice_   01 août 2015
J'approche rapidement du moment de la découverte : de moi-même par moi même, qui était une chose que j'avais toujours sue et que pourtant je ne savais pas ; et de la découverte par le pauvre Dr. Philobosian, à moitié aveugle, de ce qu'il n'avait pas su remarquer à ma naissance et avait continué à ne pas voir au cours de chacune des visites médicales annuelles ; et de la découverte par mes parents du genre d'enfant auquel ils avaient donné naissance (réponse : le même enfant, seulement différent) ; et finalement de la découverte du gène muté qui était resté enfoui dans notre lignée pendant deux cents cinquante ans, attendant patiemment qu'Atatürk attaque et qu'Hajienestis se métamorphose en verre, qu'une clarinette donne la sérénade, jusqu'à ce que, rencontrant son jumeau indispensable, il provoque la chaîne de réaction qui mène jusqu'à moi, ici, qui suis en train d'écrire à Berlin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Jeffrey Eugenides (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeffrey Eugenides
Chronique de "Virgin Suicides" de Jeffrey Eugenides.
autres livres classés : HermaphroditesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
897 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .