AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354884753
Éditeur : Gulf Stream Editeur (07/09/2017)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Malmenée par les rixes des gangsters, les liquidations judiciaires et les combats de chiens, Detroit observe ses habitants parcourir son ossature de métal et de goudron, guette celui qui la sauvera de sa lente décrépitude. Pendant qu’Ethan, jeune journaliste new-yorkais fasciné par cette ville au passé industriel et musical glorieux, explore les quartiers de Motor City jusque dans ses bas-fonds, Tyrell attend fébrilement le moment où, son année de lycée terminée, il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
BettieRose
  01 juin 2017
Déroutant. Sombre. Amer. Voilà les premiers mots qui me sont venus en tête quand j'ai refermé cet ouvrage que j'avais bien du mal à lâcher pendant ma lecture. Brillant, bien mené, porté par une narration franche et efficace. Bienvenue à Detroit, la ville où tous les espoirs sont vains. Violence, pauvreté et injustice au rendez-vous, si vous avez la chance de survivre entre deux gangs. Ne comptez pas sur les forces de l'ordre, elles sont impuissantes. Motor City la grande, l'indomptable est en perdition et elle observer ses habitants la réduire en centre, voler son ossature, briser ses armatures, souiller de sang encore et toujours plus son goudron. Parmi les anonymes, Detroit nous parle d'Ethan, jeune journaliste adepte d'urbex qui veut raconter la ville. Mais aussi de Tyrell, adolescent au sort bien incertain et au passé si secret. En fond, une femme flic qui croit en son avenir, en l'avenir de sa ville. Elle n'est pas encore désabusée. Existe-t-il d'autres modes de survie que la fuite dans cette ville tombée aux mains des gangs, elle qui suinte la drogue, le viol et le fric ? Comment survivre dans cet univers d'armes à feu, de meurtres et de violences ?
Detroit est un habile roman noir et profondément urbain, porté par 3 narrateurs : Ethan notre jeune journaliste new-yorkais qui veut saisir les contrastes d'une ville en perdition, Tyrell qui souhaite survivre entre les gangs et son impulsivité violente qu'il peine à maitriser et enfin, la grande Dame, Detroit. Aux premiers abords déroutants, il est fascinant de voir la ville se raconter et raconter elle aussi ce qu'elle perçoit de nos narrateurs. Sans jamais entrer trop dans l'historique, Detroit nous guide dans ses rues, ses ruines, ses abandons et nous explique comment elle en est arrivée là. Sur un espace temps plutôt restreint, l'auteur nous immerge dans une violence sans fin où les forces de l'ordre n'ont aucun pouvoir et où les meurtres font partie du quotidien. Pourtant, certains tentent de garder espoir, mais n'est ce pas déjà joué ? La city croit en ces ambitieux et les aime. Mieux, elle attend d'eux de vivre, survivre, avancer. Mais face à la haine, la violence, la rage, le goût du sang, les chances sont minimes. Rythmé par des musiques berçant la ville, à l'instar d'Eminem, chaque chapitre nous ancre un peu plus dans la réalité façon 8 miles grâce à des citations percutantes. Detroit, sans espoir ?
Ethan incarne le personnage assez innocent de notre sombre affaire. S'il est journaliste et intelligent, il est également porté par l'envie de faire carrière et de créer les articles qui buzzent sur la célèbre et sinistre ville. Passionné d'urbex, il saisira les instants clés d'une ville démantelée et abandonnée, mais mettra, malgré lui les pieds dans de putrides transactions de gangs. Ethan, sans peur et sans reproche nous semble loin d'imaginer la violence réellement à l'oeuvre dans la city. Tyrell, lui, est un jeune homme élevé par sa mère et qui est impulsivement violent. Mais il est dans l'école de la dernière chance et lui qui ne rêve que de devenir vétérinaire risque de voir ses espoirs brisés s'il ne se domine pas. Quand le hasard fait que l'amour s'en mêle, tout s'avère plus compliqué pour Tyrell. Car si lui parvient à rester en dehors des gangs et de règles imposées par la peur, les autres n'ont pas forcément son aplomb. Un soir, une rencontre avec un chien abandonné à l'issue d'un combat va changer sa vision des choses et le faire se questionner sur sa ville et l'avenir qu'elle lui réserve. Pour lui rien de mieux que fuir.
Detroit se raconte et raconte les habitants. Ces gangsters qui s'apprêtent à faire feu sur un gosse. Cette jeune fille qui se prostitue pour quelques billets de plus. Ces jeunes avides de violence, de sang et de meurtres qui placent des chiens dans des arènes jusqu'à ce que mort s'ensuive. Ce professeur qui lui tente d'y croire alors que d'autres sont si corrompus qu'il sentent le fric à plein nez. Detroit est tombée aux mains des gangs qui ne cessent de s'affronter pour repousser les frontières. Mais Detroit saigne et a besoin de foi en l'avenir même si la ville le sait : fuir son bitume est l'ultime solution. Elle nous raconte les forces de l'ordre, les gens qui ont faim, qui ont peur, ceux qui dominent tout. Detroit est sombre et l'assume. Urbaine et violence, elle semble abandonnée. Pourtant, l'espoir n'est pas totalement éteint, Detroit le sait.
En bref :
Detroit incarne le parfait roman sombre et urbain. Quand la ville se raconte, violence, corruption, gangs et désespoir sont au rendez-vous. Mais Detroit nous parle aussi de ceux qu'elle observe et certains lui donnent envie de se relever. Entre les guerres de gangs, l'espoir de survie demeure et des envies d'ailleurs se forment. Addictive, efficace, une plume sombre et sans retenue porte une histoire à la narration inédite. 
Lien : https://bettierosebooks.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sylvicha
  28 décembre 2017
« Détroit » est un livre étonnant, un uppercut fait de violence et de détresse qui ne peut laisser insensible. J'ai été conquise par cette ville à l'agonie, rongée par la corruption, les gangs et la faillite ; elle qui fut la cité de l'automobile en plein essor.
« Motor city » comme on la surnomme est la narratrice principale de ce roman ; malgré le mal qui ronge ses moindres recoins, elle ne perd pas espoir en sa résurrection. Elle observe et commente le destin de ses habitants. Il y a tout d'abord Ethan, jeune journaliste d'investigation new-yorkais qui tombe sous son charme et décide de révéler au grand jour la corruption qui la gangrène puis Tyrell, jeune black qui veut s'en sortir malgré la misère, la pression des gangs et ses accès de colère incontrôlables. Ils vont tous deux lutter à leur façon malgré les nombreuses embuches qui se présentent.
Un roman urbain qui m'a emportée, fait vibrer de rage et parfois pleurer…
Merci à Babelio et aux éditions Gulfstream (que j'apprécie particulièrement) pour cette lecture mémorable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
100pour100lecture
  06 juin 2017
Tout d'abord un grand merci aux éditions Gulf Stream et à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre d'une Masse Critique!
J'étais d'avance très intriguée par le roman et impatiente de découvrir la ville à travers la plume de Fabien Fernandez.
Celle-ci se dévoile peu à peu par les points de vue de trois personnages: Ethan, un jeune journaliste new-yorkais qui souhaite enquêter sur la vie de la ville et de ses habitants; Tyrell, lycéen qui essaie de s'en sortir malgré ses crises de colère incontrôlées et enfin Motor City elle-même qui se confie sur les difficultés qu'elle connaît et ses espoirs de "renaissance".
C'est un des points qui m'a d'ailleurs le plus étonné lorsque j'ai commencé ma lecture: voir que la ville elle-même était un narrateur de l'histoire. Passé la première surprise, j'ai trouvé ça intéressant même si cela ne fait pas forcément beaucoup progresser l'intrigue.
En ce qui concerne l'atmosphère, je l'ai trouvé très bien dépeinte, on est immergé dans la ville grâce à la narration de la ville elle-même mais également grâce aux citations et chansons situées en paratexte de chaque chapitre. On sent vraiment que l'auteur s'est documenté sur la ville par de multiples sources.
L'intrigue de l'histoire m'a plu mais je m'attendais en fait à un roman policier alors qu'il s'agit davantage d'un drame que d'un thriller. L'action est un peu lente à venir et lorsqu'elle vient la résolution est rapide, la tension n'est pas maintenue très longtemps alors qu'il y aurait matière à susciter le suspense donc j'ai trouvé ça très dommage.
En ce qui concerne les personnages, je me suis plutôt identifiée à Tyrell, que j'ai trouvé sensible et sensé alors qu'Ethan m'est apparu peut-être de manière plus superficielle...
J'ai découvert la plume de Fabien Fernandez pour la première fois dans ce roman, je l'ai trouvé fluide bien que parfois un peu chargée au niveau des expressions et figures de style.
En conclusion, j'ai passé un bon moment avec Détroit, j'ai été très vite immergée dans son atmosphère et j'ai pu la découvrir peu à peu à travers les différents narrateurs. J'ai en revanche été un peu déçue de la manière dont l'action est traitée: le climax est vite atteint et tout retombe assez vite. Si vous cherchez donc une fiction réaliste sur Motor City avec différents points de vue sur la ville, ce roman devrait donc vous convenir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ogmios
  25 octobre 2017
Une narration organisée autour de 3 personnages : Éthan, jeune journaliste free-lance venu de New York, persuadé de pouvoir étre recruté dans un journal local pour la qualité de ses articles qu'il va faire sur cette incroyable ville de Détroit, minée par le chômage, la violence et la désindustrialisation. Tyrrell, adolescent afro-américain exclu à plusieurs reprises déjà d'établissements scolaires pour actes de violence, et enfin Motor city, la ville de Détroit elle-même qui s'exprime tel un humain. Ce parti pris donne un ton particulier au récit. Un choix intéressant mais qui est parfois "forcé" tant les aspects de l'histoire dévoilés par cette "voix" sont parfois peu en rapport avec ce que la ville ressent (c'est souvent comme cela que le point de vue externe sur un même événement est introduit, et ce seront par exemple des dialogues entre des personnages du chapitre précédent qui vont éclairer le lecteur).
Chaque chapitre porte en exergue une citation, souvent des extraits de chansons d'interprètes de Détroit ce qui donne envie de se faire une bande son à la lecture de ce roman très urbain, violent et aux phrases rythmées. Inévitablement, on éprouve le besoin d'aller voir des images de cette ville sinistrée après la crise financière de 2008 et les descriptions de rues dévastées par la misère, abandonnées par les services municipaux dans lesquelles se succèdent des maisons en ruine ou des usines désaffectées pleines de rouille et de pans de béton délabrés sont vraiment criantes de vérité. L'auteur a su faire de la ville un personnage à part entière plus par ces descriptions que l'astuce narrative à mon avis. C'est donc un roman assez prenant grâce aux personnages principaux, mais aussi à la galeries de tous les personnages secondaires qui "nourrissent" le récit. Un roman urbain âpre, violent qui n'épargne pas le lecteur dans les scènes de violence, mais un roman prenant qui, au-delà de l'histoire des protagonistes humains, donne à voir "à coeur" une ville américaine fascinante sur laquelle on ne manquera de s'informer une fois la dernière page tournée. Chapeau à Fabien Fernández !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
eemmaabooks
  27 décembre 2017
Un roman noir, violent, dans les rues de détroit. Trois narrateurs, trois points de vue sur cette ville, Ethan Tyrell et Motor City, la ville elle-même, nous font le récit de ses crimes, des trafics et injustices qui marquent son quotidien mais aussi sur ses espoirs de rédemption et de renaissance. C'est un roman cru sur la violence de ces rues, les meurtres auxquels les policiers sont quotidiennement confrontés, le trafic de drogues, les combats de chien. A travers l'appareil photo de Ethan on découvre ses secrets, Ethan est curieux de tout, il veut découvre cette ville et ce qu'elle a de plus cachée, quitte à mettre sa vie en danger. A travers les bouleversements de la vie de Tyrrell on découvre la détresse de ses habitants et cette jeunesse en perdition. Tyrell a du mal à canaliser sa colère, il s'est fait renvoyé de plusieurs établissements, n'a pas une vie de famille facile. Dans une ville si menaçante on ne doit pas se laisser faire, on ne doit pas laisser la vie nous abattre. Violence, injustice et pauvreté, c'est un livre sombre, le roman d'une ville en perdition. Un drame jeunesse à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Ricochet   30 septembre 2018
Le sujet est extrêmement bien traité et l'auteur a soigné les détails (têtes de chapitres...), mais j'ai trouvé qu'il manquait comme un souffle passionné à cette déambulation goudronnée.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Videos de Fabien Fernandez (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Fernandez
Conférence Mythologies nord-américaines... En quoi nous parlent-elles ? enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Agnès Marot, Sylvie Miller, Xavier Mauméjean et Fabien Fernandez
Retrouvez l'audio de la table ronde en intégralité sur : http://www.actusf.com/spip/Imaginales-2018-Conference,26773.html
autres livres classés : combats de chiensVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..