AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marily Le Nir (Traducteur)
ISBN : 2070785955
Éditeur : Gallimard (12/03/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Letitia habite une petite ville de la province roumaine avec sa mère et son oncle Ion. Leurs conditions de vie sont difficiles, car le père de Letitia a été arrêté, et l'oncle Ion, pourtant un grand intellectuel, a été relégué dans un collège. La grisaille et une certaine tristesse règnent dans leur minuscule appartement, et seules les visites d'un oncle venu de la capitale ou des événe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tandarica
  12 avril 2015
Cela se défend : un bildungsroman avec une protagoniste, peu courant dans la littérature roumaine (Elena de Dimitrie Bolintineanu peut-être ?). L'entreprise n'est néanmoins pas exempte de clichés : les premières règles, la définition par rapport à la relation avec l'homme, le langage relâché par moments, etc. La description du communisme ressemble à d'autres.
Par ailleurs, l'entreprise ne manquait pas de courage, surtout à une époque toujours marquée par le réalisme socialiste, et le roman se lit, de manière assez fluide malgré la longueur, la narration est solidement construite autour du début in medias res. Une attention aux détails par moments remarquable.
Commenter  J’apprécie          140
Tempsdelecture
  07 octobre 2019
Ce récit se focalise sous les yeux d'une jeune roumaine, qui grandit au sein d'une famille brisée, elle-même enfermée dans ce pays totalitaire à la société quelque peu fracturée.
Cette famille, un peu spéciale, amputée de quelques-uns de ses membres, se compose de notre narratrice Letitia, de sa mère, du frère de cette dernière, son oncle Ion. Se greffe à ce trio, le frère cadet de la mère et de l'oncle ainsi que l'ombre du père, lequel, même s'il est absent, pèse sur la relation entre la mère et sa fille. Letitia, même si elle est dépossédée de tout souvenir la rattachant à ce père inconnu, est hantée par cette figure, qui possède une aura forte puisqu'il a été emprisonné pour résistance politique. Face à l'image paternelle, qui apparaît d'autant plus héroïque et prestigieuse, que rien ni personne n'est en mesure de contester, il y l'oncle Ion, le frère, ersatz de père qui mène la famille à bout de bras, mais qui peine pourtant à se voir aussi respecté par sa nièce, par la société, par le gouvernement socialiste. L'état de cette famille n'est que le reflet de cette société écrasée par le poids de son oppresseur, son gouvernement, le contrôle obsessionnel et la paranoïa des autorités qui rendent la vie roumaine difficilement supportable.

Letitia, jeune fille puis jeune femme dans un pays qui a perdu sa raison, s'acharne à se définir, définir sa place au sein d'une société, comme d'un cercle familial qui tout deux qui ont la fâcheuse tendance à la laisser de côté en la confinant dans un état d'ignorance la plus totale. Avançant à tâtons, elle n'a d'autres choix que de progressivement faire entendre sa voix, s'affirmant peu à peu malgré la tendance de ce régime communiste à uniformiser ses membres, à anonymiser ses entités, à lisser ses personnalités et à museler ses voix. Letitia cherche sa voix, tortueusement, lentement, envers et contre le domicile familial qui ne s'avère être guère plus grand qu'une pièce, à travers le dortoir estudiantin qui accumule les lits des unes, des autres. C'est une voix, toute en douceur, qui s'élève et s'affirme peu à peu pour trouver sa place, donner un sens à une vie que sa mère et son oncle ne font que subir.
Si Letitia semble un peu mièvre et inconsistante aux premières pages de son histoire, c'est à travers la perte, et ses regrets qu'elle engendre inévitablement, qu'elle expérimentera l'accès à la connaissance. Cette jeune fille qui se trouve soudainement confrontée à ses faiblesses, son propre égoïsme, son aveuglement, son renfermement mais aussi sa solitude et son chagrin à laquelle nous nous trouvons confrontés. Et face au silence assourdissant de son entourage, sa mère et son oncle, eux-mêmes éteints par un régime qui les a anéantis, cette machine à broyer les gens qui a fini par avoir raison d'eux tous, mais pas – encore – de Letitia, se ressent péniblement. Cette autorité supérieure, inconnue, indéfinissable, désigné sous les termes de « les cadres » ou « Monsieur-des-cadres » néanmoins pesante, menaçante et omniprésente, oppressante.
Quel monde incongru, cette Roumanie désincarnée de toute âme vive, ou le mérite ne revient qu'à celui qui obéira le mieux possible aux ordres supérieurs l'auteure nous présente-t-elle. L'individu est annihilé, détruit, l'oncle Ion, après la narratrice, a été à mes yeux le personnage, à la fois dramatique et héroïque, le plus épais de la vie de Letitia, elle-même partagée entre deux tensions, la révolte du père face à la résignation fataliste de sa mère et son oncle. Tragiquement, ce roman porte également sur cet héritage moral et spirituel que l'on reçoit de ses proches, mais qui ne comprend et s'assimile que trop tard. du temps est nécessaire à Letitia pour que l'adulte qu'elle deviendra comprenne les sacrifices de cet oncle et sa valeur, homme d'esprit, homme de lettres, homme d'honneur, homme de générosité. Héritage qui ne sera, bien heureusement, pas vain.

Je me suis prise à apprécier observer le regard de cette jeune fille devenue jeune femme, qui s'éloigne, tant matériellement que métaphoriquement, de l'enfant qu'elle était, qui ne comprenait pas forcément le monde comme les personnes qui l'entourait. Une jeune adulte qui apprend à se détacher de ce qui n'est plus, à quitter les dernières traces de tout ce qui constituait son enfance, non sans mal il est vrai. J'ai suivi avec intérêt les errements de cette jeune fille, roumaine parmi tant d'autre, les évolutions de son regard qui change, qui s'aiguise, peut-être plus sensible, avec cette forme d'indépendance financière, spirituelle qu'elle acquiert avec le temps. Et, surtout, la levée des silences entre Letitia et sa mère, son oncle, son père, comme si le long récit qu'elle en fait servait à combler cette absence de communication et en éclaircir les non-dits. Car on ressent particulièrement cette volonté absolue de poser des mots sur cette histoire silencieuse en s'exprimant le plus possible. Comme si le verbiage prolixe de Letitia tentait de combler à tout prix les lacunes du silence assourdissant de son enfance.
C‘est un roman plaisant, qui fait appel à une écriture très imagée, poétique, fortement marquée par des influences visuelles, notamment celui du thème de la lumière, qui joue sur les ombres et les lumières de ses personnages, de la Roumanie et ses paysages, de Bucarest, de la lourdeur de ses étés et de la froideur de ses hivers, de la pauvreté et le besoin qui consument les Roumains, de la froideur de la vie en communauté déshumanisante. Mais la lumière de ce pays est artificielle, aveuglante; C'est ne pas un roman qui vous émerveillera, qui soulèvera joie ou de peine, qui vous transportera d'émotion. C'est un récit, en trois longues parties, dans lequel il faudra prendre le temps, et la peine, de s'engouffrer, non sans mal. Se laisser le temps de découvrir le charme simple et discret de l'histoire de Gabriela Adameșteanu à l'image de Letitia son personnage.
Lien : https://wordpress.com/post/t..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
ernaux
  20 janvier 2014
Un très beau roman d'apprentissage et beau portrait de femme sensible .
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TempsdelectureTempsdelecture   07 octobre 2019
La gare en rénovation était toute jaune de peinture fraîche, entre les montants rouillés des échafaudages. Je descendis lentement, ma valise à la main. Dans la foule, qui grouillait sur le quai, des femmes qui étaient passées chez le coiffeur avant d’aller à Bucarest poussaient, affairées, des enfants la bouche couverte d’un foulard. Par la porte ouverte du buffet s’échappaient ces relents aigres de vin qui m’étaient familiers depuis toujours. Des paysans en vêtements de laine rêche attendaient leur train, immobiles, à côté des bancs de bois peints en vert, encombrés de paniers et de cabas en plastique. D’un de ces cabas surgissaient les têtes de deux oies, au bout de leurs longs cous souples et blancs, qui avaient l’air sectionnés par la fermeture Éclair.

Je les ai vus, avant qu’ils ne m’aient repérée. Je ne sais pourquoi, une chaude compassion m’étreignait lorsque je me précipitai vers la petite barrière de métal, qu’ils n’osaient franchir, de peur de me manquer. Maman m’avait entendue l’appeler et s’est avancée vers moi, avec sa démarche assurée de femme seule depuis des années. Elle a pris un peu de poids, me dis-je en la regardant s’approcher, avant qu’elle me serre dans ses bras. Sa poitrine s’était arrondie et tendait son manteau gris râpé, aux poches usées, mais sous ses paupières alourdies de cerne, par manque de sommeil, ses yeux étaient mornes et ses sourcils retombaient. Il devrait le faire raccourcir un peu, me dis-je confusément gênée, devant le pardessus trop long d’oncle Ion. Sous son chapeau ramolli par l’humidité, la peau terreuse de son visage pendait sous ses larges mâchoires. Il me souriait de façon étrange, presque timide.

– Nous espérions te recevoir dans notre nouveau logement, me dit-il en se penchant pour prendre ma valise. Pourquoi t’arrêtes-tu? …. Non, c’est nous qui avons voulu déménager, avant que Parvulescu jette nos affaires dans la rue, mais l’appartement des anciens locataires n’ayant pas été achevé au jour dit, il va bien falloir que nous cohabitions quelque temps encore avec eux, un mois tout au plus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TandaricaTandarica   10 mars 2015
C'étaient de grandes mains, tavelées, après tant d'années, la peau en restait tannée, ça datait de l'époque où il travaillait pour payer ses études, et plus tard, quand il y avait eu des réductions de postes, pendant la crise, lorsqu'il avait fait tous les travaux possibles avant, enfin, d'être embauché comme correcteur de nuit.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Gabriela Adamesteanu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriela Adamesteanu
Gabriela ADAMESTEANU .
autres livres classés : littérature roumaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox