AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234057975
283 pages
Éditeur : Stock (24/08/2005)
3.43/5   35 notes
Résumé :
" Un jour où je déjeunais seul chez Démocrite, tu es apparue à l'entrée de la salle et tu as regardé attentivement autour de toi. J'avais terminé mon repas et je lisais le journal. Ton regard ne s'est pas attardé sur moi, pas plus qu'il ne s'est attardé sur les autres clients. J'ai essayé de contenir ma déception. J'ai songé que cela faisait douze ans que nous ne nous étions pas vus. J'ai pris quelques kilos et perdu les rares cheveux qui me restaient. Une empreinte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Shabanou
  04 novembre 2020
"Je t'oublierai tous les jours" de Vassilis Alexakis (256p)
Ed. Folio
Bonjour les fous de lectures, voici une lecture qui me permet de valider la Grèce sur mon planisphère.
Ce récit est la dernière conversation de Vassilis Alexakis avec sa mère disparue des années plus tôt.
Il raconte... se souvient de son passé à ses côté mais lui relate aussi les évènements qui se sont produits depuis la disparition de celle-ci.
Son but: lutter conte l'oubli
Comme vous l'aurez compris, ce livre, présenté comme un roman, est en grande partie autobiographique est centré autour du personnage qu'est la mère de l'auteur.
Y sont dévoilées, tout en pudeur, cette relation privilégiée entre cette mère et son fils, les relations plus complexes avec le père, l'époux, les métamorphoses de la Grèce, du monde depuis que la mère a disparu.
Mais l'auteur en profite également pour tiré un bout du voile qui était posé sur sa vie. Il se raconte à cette disparue qui n'a cessé d'être à ses côtés
Voici donc un récit tout en douceur et tendresse teinté d'un once d'humour.
Une jolie dernière conversation, menée à u n rythme soutenu, d'un fils avec sa mère pour que rien ne s'oublie.
Un très beau texte, plein de pudeur, qui est une réflexion sur le temps, sur les liens qui se distendent parfois, les incompréhensions, les non-dits, sur l'identité, la langue et la littérature.... sujets chers à l'auteur
Très doux , très sensible .. j'ai beaucoup aimé et continuerai certainement à lire d'autres ouvrages de ce Vassilis Alexakis.
Magnifique !
A propos de l'auteur:
Né à Athènes, Vassilis Alexakis s'est installé à Paris en 1968 peu après le coup d'Etat des colonels grecs. Depuis le rétablissement de la démocratie dans son pays, il écrit aussi bien en grec qu'en français et a reçu le prix Médicis pour La langue maternelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Robegregori
  03 décembre 2019
Sorti en 2005, ce livre de l'écrivain franco-grec Vassilis Alexakis n'a pas reçu de prix littéraire, mais il figure parmi les plus beaux récits sur le sujet de la disparition d'une mère que j'ai jamais lus.
Dans ses pages, on ne trouve pas un sentiment de chagrin ou de deuil. L'auteur s'adresse à elle, absente depuis douze ans, comme il faisait auparavant, dans les lettres que mère et fils avaient l'habitude de s'échanger.
Le récit devient ainsi un journal intime où l'écrivain lui confie les petites histoires de sa vie et retourne sur des souvenirs qui lui sont chers. La difficulté de ses premières années en tant que jeune étudiant émigré en France, le rêve de devenir romancier, le plaisir pour l'écriture, le début de sa carrière dans la presse et le cinéma, jusqu'à la publication de ses premiers livres.
La distance qui se creuse inévitablement entre parents et enfants. « Je m'adressais à vous comme si j'avais acquis quelque titre de noblesse à l'étranger et que je fusse outré par votre stagnation » - écrit le romancier. Une sorte de condition de transfuge et d'arrogance procuré par l'instruction, que l'écrivain Nicolas Mathieu, lauréat du Goncourt 2018, questionne également souvent.
La relation entre la langue maternelle et les autres qui ont été apprises, comme le sango, une langue africaine, que l'auteur découvre par hasard et décide d'étudier. Et encore, la beauté de la langue elle-même. « Je n'aime pas les idiomes qui aspirent à monopoliser la parole. Aucune langue n'a raison de se réjouir du silence d'une autre. Je ne crois pas que le refus obstiné de la France de reconnaître les langues régionales a été bénéfique au français. Il l'a au contraire privé de la possibilité d'un dialogue qui l'aurait sûrement enrichi. Un idiome ne s'appauvrit pas en découvrant des modes de pensée étrangers au sien ».
Et puis, le sauvage développement du tourisme, en particulier dans les îles grecques. « Désormais, il ne fait plus jamais nuit à Santorin. Tous les magasins restent illuminés jusqu'à l'aube. Fira ressemble à un supermarché à l'approche de Noël. Certains commerçants souhaitent même que l'on installe des lumières sur le volcan de façon que la représentation ne s'arrête jamais ».
La narration s'achève avec la recommandation de la mère de mettre fin à celle qui était devenue la conversation la plus longue qu'ils avaient jamais eu - « Je crois que tu devrais m'oublier à présent ».
En réponse, Vassilis Alexakis fait sienne une phrase d'un poète indien, Ayappa Paniker, qu'il avait entendue dans le passé et retenue dans sa mémoire - « Je t'oublierai tous les jours ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
amartia
  16 janvier 2012
Dans ce roman, Vassilis Alexakis prend congé de sa mère, morte depuis plusieurs années, dans une longue conversation alimentée par la relecture de leurs correspondance : les lettres qu'il lui a envoyées d'abord, puis celles qu'il en a reçues.
Installé à Tinos pour une exposition de ses dessins et peintures, l'auteur tient le journal de ses sentiments, de ses réflexions, de ses souvenirs. Tinos l'île natale, l'enfance, l'exil à Paris, les premiers articles dans la presse française, le premier roman, sa vie présente.
Dès qu'il aborde les lettres signées par sa mère, il semble redécouvrir cette femme, si proche de l'image qu'il en a gardée et pourtant si indépendante de ses propres souvenirs.
Lire la suite sur

Lien : http://meslecturesintantanee..
Commenter  J’apprécie          50
kielosa
  09 avril 2017
Voilà, un livre qui m'a fort déçu, pour rester poli. Peut-être me manque-t-il tout simplement la culture nécessaire pour l'apprécier.
Commenter  J’apprécie          50
sandpic
  24 septembre 2017
Sommes de réflexions sur sa propre vie d'écrivain, d'homme, de père,, de fils. Sur la Grèce passé et en temps de crise, sur la France, sur une "bi- culture". pertinent et affûtée. Très bonne idée de lire ce livre juste après un voyage en Grèce !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
line70line70   18 mars 2011
Comment en sommes-nous arrivés à parler des femmes ? Il s'est souvenu d'un grand amour qu'il avait vécu des années auparavant.
- Notre liaison s'est achevée tristement, a-t-il conclu. Elle est partie en me disant « Il faut m'oublier ».
Il avait perdu son sourire. Il s'est tu un moment, penché sur son plat auquel il n'avait pas touché. Je suis certain qu'il n'aurait rien ajouté d'autre à propos de ce drame si je n'avais pas eu la bonne idée de lui poser cette question:
- Et toi, qu'est-ce que tu lui as répondu ?
- Je lui ai dit: « Je t'oublierai tous les jours », a-t-il ajouté d'une voix éteinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
santorinsantorin   22 juin 2018
Tu mettais de l'huile dans la poêle, n'est-ce-pas ? Je fais assez régulièrement des soupes de haricots et de lentilles en suivant tes recettes. L'odeur qu'exhalent ces plats me ramène instantanément dans notre cuisine. L'odorat a meilleure mémoire que les autres sens, il se souvient de tout.
Commenter  J’apprécie          60
HebephrenieHebephrenie   10 juillet 2012
Le téléphone entre timidement dans notre vie. Il est heureux qu'il ait tardé à se manifester, sans cela toutes ces lettres n'existeraient pas. Le retour au passé serait impossible. Voilà le tort que nous a fait le téléphone, il a désarmé notre mémoire.
Commenter  J’apprécie          60
pbarbosapbarbosa   18 août 2012
Je me suis éloigné du dessin quand j'ai commencé à prendre conscience de la somme de travail qu’exige un roman. Je ne me souviens pas que cet abandon m'ait particulièrement coûté. Du reste, les mots savent dessiner. Peut-être y a-t-il dans les livres que j'ai écrits depuis que je ne dessine plus certaines des images que je n'ai pas exécutées au cours de toutes ces années.
Commenter  J’apprécie          30
AunryzAunryz   02 décembre 2020
Il y a une fissure sur le sol en ciment qui s'élargira probablement dans les années à venir et une marque noire sur le mur qui n'est peut-être qu'un insecte. Les outils que je range dans le cagibi sont rouillés. J'ai demandé à un forgeron de Pyrgos ce que je devais faire pour éviter qu'ils ne se rouillent.

– T'en servir, m'a-t-il répondu. Quand on s'en sert, ils ne se rouillent pas.
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Vassilis Alexakis (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vassilis Alexakis
Rencontre régionale à Lyon - Prix Goncourt des Lycéens 2012
Le 18 octobre dernier se déroulait la rencontre régionale de Lyon, à l'UGC Ciné Cité où Joël Dicker, Serge Bramly, Gaspard-Marie Janvier, Thierry Beinstingel, Vassilis Alexakis et Linda Lê en lice pour le Goncourt des Lycéens ont répondu aux questions de 259 élèves venus des lycées d'Annecy, Chambéry, Pont du Château, Dijon, Grenoble, Neuville-sur-Saône, Saint-Étienne et Bourg-Lès-Valence.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les couples célèbres

Qui étaient "les amants du Flore" ?

Anaïs Nin et Henri Miller
Elsa Triolet et Aragon
Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud

9 questions
7938 lecteurs ont répondu
Thèmes : couple , roman d'amourCréer un quiz sur ce livre