AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253119989
Éditeur : Le Livre de Poche (10/01/2007)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 22 notes)
Résumé :

On est dans l'après-guerre d'une guerre civile qui a opposé ceux du Nord à ceux des plaines et du littoral. Un homme, Schwara, sans doute forestier ou charpentier, descend vers le port principal où réfugiés, trafiquants, humanitaires et même vacanciers se côtoient sans se voir. Il est à la recherche d'un autre homme, qui prend l'allure d'un absolu et tente de venir en aide à ceux qu'il rencontre, ne dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
tynn
  27 juin 2017
Sa clé de voûte était de pierre et bois, symbole de cohabitation pacifique entre l'est musulman et l'ouest chrétien.
Il ne faut pas être grand clerc pour associer le pays imaginaire décrit par Franck Pavloff à l'ex-Yougoslavie martyrisée par la guerre civile des années 90.
Des côtes de la mer Adriatique au pont ottoman bombardé de Mostar, l'auteur redessine la période noire du pays où les haines collent encore aux ruines des maisons, où les êtres se côtoient dans le silence assourdissant de la douleur et de la vengeance.
La poésie de l'écriture compense le sordide et la barbarie. Malgré la paix imposée, la violence des faits de guerre s'exprime encore et toujours dans les rapports humains rugueux. À travers des personnages qui survivent ou se cherchent, on observe un pays qui se tente de se reconstruire tel le vieux pont piéton, symbole sacrifié de fractures communautaristes. Les figures de femmes sont telles des piétas de douleurs en perpétuel danger dans un monde d'hommes qui lamine tout espoir.
Magnifique fable pétrie d'humanité. Je referme à nouveau charmée un livre de Pavloff, conquise par un texte qui équilibre magnifiquement beauté de la nature et folie des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
moustafette
  15 avril 2012
Schwara est l'homme aux mains de bois. Forestier, charpentier, sa scierie a brûlé dans les tourments de la guerre civile qui a ravagé son pays. En ce premier été de l'après-guerre, il quitte son massif des Londes pour partir à la recherche d'un homme. Schwara l'homme du nord va s'aventurer dans le sud, vers la mer et jusqu'au port de Ran-Mositar, là où se cotoient les refugiés, les opportunistes, les soldats de l'ONU et même les touristes déjà revenus jouir des îles et de leurs sources chaudes.
Schwara va à pied. Il a pour tout bagage sa sacoche contenant quelques outils et la richesse de ses mains. Il se fait vite repérer par son savoir faire et travaille ça et là sur des chantiers. Partout, il interroge et poursuit sa quête. Et partout, il croise les mêmes douleurs, les mêmes haines encore à vif. Celles des femmes violées et îvres de vengeance, celles des hommes qui ont commis ou vécu l'horreur et qui composent avec.
"Chaque camp appliquait sa logique de l'ordre et du désordre."
Lorsqu'enfin il arrive à Ran-Mositar, la vie de la ville tourne autour de la reconstruction du Vieux, le célèbre pont construit au XVIe siècle et qui, jusqu'à ce jour, avait résisté à tout.
Schwara met son talent à la disposition des équipes chargées des travaux. Il sait que c'est là que prendra fin son voyage. Il croisera Irini, dont le drame personnel rejoindra celui de Schwara, et qui le mènera involontairement jusqu'à l'homme recherché. Chacun se confrontera à son destin.
Si cette histoire vous rappelle quelque chose, c'est sans doute celle de la ville de Mostar, en Bosnie-Herzégovine. le 3 Novembre 1993, malgré la présence des troupes de l'ONU, le pont piéton s'effondre dans la Neretva, séparant la communauté croate catholique orthodoxe et la communauté bosniaque musulmane. Sous l'égide de l'Unesco, la reconstruction commencera en Juin 2001 et le nouveau pont, restauré selon les techniques ancestrales, sera inauguré le 23 Juillet 2004.
Ce livre est son histoire et celle des hommes qu'il tente de relier. L'un et l'autre se parent à la fois d'une simplicité et d'une folie magnifiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
myriampele
  02 novembre 2018
Schwara le charpentier - ou menuisier ou les deux-marche vers un pont , et sa quête s'exprime en mots simples: il cherche un homme dont le menton porte une petite touffe de poils. Ca se passe après une guerre civile, qui a opposé ceux du Nord - d'où il vient- et ceux des plaines et du rivage. Des rencontres qu'il fait, au cours de son voyage, on retient ce qu'il y a de haine et de violences, mais aussi ce qu'il y a d'espoir en l'homme. L'écriture est sensible, poétique, à fleur de mots.
Commenter  J’apprécie          140
Liraddict
  06 mai 2019
Schwara, bûcheron, charpentier est après la guerre à la recherche d'un jeune homme en traversant une presqu'île du Nord au Sud. Il met ses compétences à disposition de tous les chantiers sur sa route. Il côtoie des femmes pleines de douleur et de vengeance, rencontre des hommes revanchards, trafiquants, des ouvriers et ouvrières soupçonneux du Nord, du Sud, Chrétiens, Musulmans. Son but, rejoindre Ran-Mositar, la ville où est reconstruit le pont du XVe siècle sous l'égide de l'Unesco et où il est sûr de retrouver le jeune homme qu'il recherche.
Un livre fort sur une période d'après-guerre, bouleversant et marquant.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
moustafettemoustafette   15 avril 2012
Dans un pays que je connais bien, les losanges sont un signe de sagesse. Le rond, tu n'en ressors jamais, le carré est trop parfait, il t'enferme, le rectangle s'étire à l'infini, peu fiable. Tu les rassembles tous, tu obtiens le losange, une figure idéale, assez déséquilibrée pour que ta pensée s'y glisse et pourtant cernée par les quatre côtés qui la guident.
- Il est où ce pays de la sagesse ?
- Là où fleurissent des champs de rhododendrons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
moustafettemoustafette   15 avril 2012
Soudain la notion de crime contre un patrimoine de l'humanité s'inscrivait dans le livre de la barbarie. La ville avait retenu son souffle puis, dans un silence pétri d'angoisse, les habitants s'étaient approchés des rives séparées. L'incroyable blessure qui béait devant eux zébrait leur conscience d'une même cicatrise, les rendait responsables d'une inconcevable atteinte aux racines de la vie.
Commenter  J’apprécie          80
LiraddictLiraddict   04 mai 2019
...Nous nous sommes juré "plus un mot", mais les chiens qui ont fouillé nos ventres cherchent à nous trancher la langue pour que nous ne soyons plus que des bouchés cousues, eh bien non, ça suffit, il faut parler, crier !
Elle lui saisit très fort la main, l'obligea à se lever.
- Crie avec moi, on est vivantes, on a le droit de crier pour nous et pour celles qui n'en ont plus la force !
... sa voix s'éleva, plus pointue qu'une dague, déchirant le voile de toutes les nuits muettes. Irini s'approcha en tremblant, se mit à gémir doucement, puis un son rauque jaillit de sa gorge, un autre chant, plus grave, dont la tonalité profonde s'ajusta en polyphonie aux cris de Catrina. Le temps de demander des comptes était venu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiraddictLiraddict   05 mai 2019
(Parlant de la boue ocre que les nouveaux curistes en vacances thalasso s'étalent sur leur corps tout à fait insouciants et ne pensant qu'à leur bien-être).

...la glaise ocre venait à grands frais des bords de la Vitoul, le fleuve qui traversait la ville martyre de Ran-Mositar. Elle était de bonne qualité mais on y trouvait parfois des morceaux d'os et de chair et il fallait la filtrer avant d'en faire des emplâtres. Chrétiens et musulmans s'étaient étripés le long des rives du vieux pont et tous les cadavres n'étaient pas partis au fil de l'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
moustafettemoustafette   15 avril 2012
Mais qui pouvait parier sur l'avenir d'un pays qui chérissait son pont et laissait sombrer ses enfants ?
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Franck Pavloff (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Pavloff
Découvrez les auteurs de notre Rentrée littéraire vous présenter leur roman en vidéo. Le 27 mai dernier, à la Maison de l'Amérique latine, Tommy Orange, Dana Grigorcea, Sana Krasikov, Victoria Mas, Bruno de Cessole, Franck Pavloff, Emmanuelle Favier, Eric-Emmanuel Schmitt, Frédéric Gros, Fatou Diome, Sébastien Spitzer, Alexis Michalik et Amélie Nothomb vous en disaient plus en avant-première sur leur prochain livre !
Découvrir tous les livres de notre Rentrée: https://www.albin-michel.fr/rentree-litteraire-2019
autres livres classés : après-guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Matin Brun

Quelle est leur boisson préférée ?

chocolat chaud
café
cappuccino

16 questions
184 lecteurs ont répondu
Thème : Matin brun de Franck PavloffCréer un quiz sur ce livre