AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330048793
Éditeur : Actes Sud (01/04/2015)

Note moyenne : 2.05/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Eduardo Ghertelsman, prix Nobel de littérature d'origine chilienne qui a émigré en Grande-Bretagne, est invité à donner une conférence à l'université de Sofia. Le soir, après cette conférence, il sort de son hôtel, s'arrête dans un parc tout proche... et disparaît. Le lendemain, la télévision nationale reçoit une vidéo réalisée à partir d'un téléphone mobile : on y voit un homme portant les vêtements de Ghertelsman, les mains liées dans le dos. Les ravisseurs demand... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
traversay
  12 juillet 2017
Lors de son séjour à Sofia, un Prix Nobel de littérature est enlevé. Branle-bas de combat dans la police bulgare. Enfin, c'est une façon de parler car l'enquête va être tortueuse, menée par une enquêtrice qui doute de ses capacités. le roman d'Elena Alexieva est assez étrange, guère porté sur le suspense et un peu plus sur la critique des institutions de son pays et d'un système aux ratés innombrables. Mais ce n'est rien à côté de l'héroïne du livre, policière solitaire, dont le seul ami est l'iguane qu'elle héberge chez elle. C'est peu de dire que le roman est laborieux, rempli de digressions plus ou moins passionnantes où l'auteure se livre à un pilonnage en règle d'une Bulgarie triste comme la mort. de cette littérature languissante, il faut accepter le rythme et les atermoiements et ne pas s'impatienter. Plus que de roman noir, c'est de grisaille permanente qu'il serait bon d'évoquer.

Commenter  J’apprécie          100
ciena
  19 février 2017
La lecture de ce roman est aisée même si la précision des détails la rend longue à analyser. Parfois plusieurs passages m'ont été nécessaires pour capter toute la subtilité des scènes. Au final, une belle lecture, un roman prenant même si la chute est incomplète, le rapport difficile à faire entre l'histoire décrite sur plus de 400 pages et la conclusion donnée par l'auteur dans son dernier chapitre. Au demeurant, les personnages sont bien amenés et l'histoire intéressante composée d'une panoplie de caractères proches de notre quotidien français. La bulgarie décrite pourrait facilement être transposée à certaines cités ou villes françaises ce qui rend l'histoire assimilable, les situations reconnaissables. Peu de détails finalement spécifiques à ce pays ce qui n'enlève pas le charme de l'histoire et de son contexte. Les rapports humains, politiques, amoureux sont triviaux parfois, sincères souvent et profonds toujours.

Eléna ALEXIEVA, son auteur, nous dépeint finalement un microcosme de rapport durs pour une femmes flics, de quelque pays qu'elle soit, peut être effectivement encore plus en Bulgarie, mais au final, une histoire emprunte d'émotions, de remise en question, et de sujets complexes tels que le rapport à la mère, au travail, aux amis et plus singulièrement la place que l'on se donne dans la vie et l'écoute de ses propres envies et attentes.

Je recommanderai ce livre aux lecteurs assidus et psychologiquement prêts à entrer dans le jeu de son auteur. le degré de détail est fort, permettant un réalisme saisissant et un imaginaire des scènes possible. Je le recommande également pour la justesse du sujet, l'écriture fluide de son auteur, la précision des scènes.
Lien : http://lesnouvellesplumes.ovh
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
habere
  01 octobre 2016
Quel gâchis ! l'idée de proposer une intrigue autour de la venue d'un prix Nobel de littérature en Bulgarie est, assurément une très bonne idée. Encore faut il un traitement digne de ce nom, un récit haletant, des spécificités bulgares accrocheuses. Rien de tout cela. L'héroïne policière est certes sympathique mais cela ne suffit pas à rendre ce livre, visiblement mal traduit, lisible.
Commenter  J’apprécie          10
DanR
  18 novembre 2015
Pas inintéressant mais dénouement peu emballant. Reste une curiosité.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2015
Un écrivain mort moyennement bon jouissait d’une reconnaissance bien plus durable et solide que celle que le monde était enclin à témoigner à un collègue brillant, mais en vie.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2015
Qu’être policier ne diminuait en rien la probabilité de devenir un jour une victime. Un policier pouvait tout autant être une victime que n’importe quelle autre personne. Car être un humain signifiait automatiquement être une victime potentielle.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2015
Il lui en était resté la découverte qu’en poésie, tout était permis. Et, bien qu’elle se fût convaincue que ses étranges phrases étaient bel et bien de courts poèmes, vraisemblablement des haïkus, elle préférait ne pas les qualifier de poésie, même en son for intérieur. Un art dans lequel il était impossible de trouver ne serait-ce que quelque chose comme des exigences formelles claires et où chacun faisait ce qui lui chantait lui paraissait pour le moins suspect.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2015
On pouvait observer une légèreté déconcertante frisant l’ennui là où, lorsqu’il était jeune, l’écrivain était tombé dans le gouffre de sa propre exaltation. Il en résultait des livres qui étaient loin d’être mauvais. Il y avait des lecteurs qui les aimaient. Et des critiques qui chantaient leurs louanges en ayant recours à des mots pesants, jamais utilisés, comme s’ils les visaient avec des pierres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2015
Lorsqu’on ne sent pas la vie à l’intérieur de soi, on en cherche les signes à l’extérieur. Ce fragile équilibre qu’elle n’avait pu apprendre à atteindre. La balance penchait toujours du côté opposé. Les autres lui semblaient toujours, sinon pas plus heureux, du moins mieux accoutumés à leur frustration, à leurs manques, à leur misérable nature.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature bulgareVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1644 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre