AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072938559
Gallimard (07/10/2021)
3.12/5   8 notes
Résumé :
Et s'il devenait possible de retrouver son passé ? C'est ce qu'imagine le mystérieux Gaustine en fondant une clinique où chaque patient peut replonger dans l'époque favorite de sa vie grâce au décor de sa chambre.
L'artifice paraît simple et sans danger, mais la tentation d'échapper au présent peut se révéler périlleuse : qu'adviendrait-il de l'Europe si ses États membres étaient gagnés par cette envie ?

Dans un roman éclatant d'inventivité, le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
palamede
  24 janvier 2022
Dans une petite clinique de Zurich, l'énigmatique psychiatre Gaustine imagine une façon de déclencher la mémoire des malades Alzheimer. Grâce au décor de leur chambre ses patients peuvent se replonger dans leurs années heureuses et ainsi fuir un présent qui ne s'imprime plus dans leur mémoire et par conséquent leur échappe. Mais l'idée séduisante à titre individuel devient beaucoup plus problématique quand Gaustine décide d'étendre le concept à toute l'Europe. Après l'organisation de référendum les périodes heureuses choisies par chaque état n'étant pas forcément les mêmes comment peuvent-ils vivre dans des espaces temps différents ?
Guéorgui Gospodinov, dans ce roman sur la mémoire, individuelle et collective, explore l'histoire européenne du XXe siècle et surtout celle de son pays, la Bulgarie. Une analyse intéressante qui peut-être pèche par ses nombreuses digressions et par ses références, non moins nombreuses, à l'histoire et spécificités bulgares qui nécessitent un minimum de connaissances sur le sujet (ce qui vous l'aurez compris n'est pas mon cas 😊). Même si elle s'est révélée un peu laborieuse, une lecture séduisante par l'inventivité d'un auteur qui offre incontestablement une nouvelle façon d'appréhender l'histoire européenne récente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          551
JIEMDE
  09 janvier 2022
Le présent vous semble détestable ? L'avenir incertain ? Et si vous essayiez le passé ? Car au moins, lui, est connu. Donc rassurant, dès lors qu'on sait bien le choisir.
Dans le Pays du passé, Guéorgui Gospodinov – traduit par Marie Vrinat – livre à son tour sa version romancée du retour en arrière. Rien d'original me direz-vous. Sauf qu'ici, aucun artifice pour le justifier. Pas de choc émotionnel, pas de DeLorean, pas de super pouvoir, pas de coup de foudre ou d'alignement exceptionnel de je ne sais quels astres.
Chez Gospodinov, dans cette Europe contemporaine, le retour dans le passé est voulu, pensé, organisé, par les soins de Gaustine, visionnaire mystérieux dont le narrateur croise la route à intervalles irréguliers. Dans sa clinique spécialement créée pour l'occasion, il recrée pour chacun de ses patients l'environnement de sa période passée préférée, soignant les détails : meubles, journaux, musiques, informations…
« Alors peut démarrer la confusion des époques, le dédoublement du temps et le dédoublement des êtres. Alors la mémoire se trouble et s'étouffe peu à peu ». Dans ce retour en arrière recomposé, est-on plus heureux ? La question reste posée. Mais on y est au moins apaisé !
Devant le succès, la demande va croissante et les cliniques se multiplient, validant les bienfaits de la vision de Gaustine. Au point d'intéresser les États européens qui se mettent à imaginer replonger entièrement leur propre pays dans sa décennie passée la plus heureuse. Dans chaque pays, les référendums s'enchaînent. Mais comment faire désormais cohabiter des pays fédérés mais vivant dans des espaces de temps passés différents ?
Décrite comme cela, l'histoire semble attirante et linéaire. Attirante, elle l'est. Linéaire, beaucoup moins. Car du début à la fin, Gospodinov joue avec le lecteur, avec le style, avec ses personnages, avec la construction et avec les époques. Et c'est tout ce qui fait le charme de ce livre déstructuré, qui semble parfois partir dans tous les sens (générant quelques longueurs) mais retombe à chaque fois sur ses pieds (relançant l'intérêt).
Si le Pays du passé est assurément un roman, imaginatif et ambitieux, il aurait aussi pu être conçu comme un essai, tellement ses réflexions sur le temps, la mémoire, la nostalgie, l'être et son double sont omniprésentes et souvent fulgurantes, jaillissant au détour d'un paragraphe sans prévenir et sans toujours s'appuyer sur l'histoire romancée. Ou aussi un conte philosophique, comme le soufflent plusieurs de mes co-lectrices…
Il faut s'armer de patience lors de certains passages où Gospodinov laisse son esprit et sa plume filer (« J'ai encore fait une digression, qu'on me pardonne »), mais on lui pardonne sans souci car ses écarts sont souvent instructifs (eh oui, le premier animal dans l'espace ne fut pas une chienne, mais une mouche !) et il sait rapidement retrouver son rythme.
Enfin, le Pays du passé porte au passage un éclairage intéressant sur la Bulgarie natale de l'auteur, qui loin des Gaillards nationalistes et des Sotz socialistes s'affrontant par référendum, interroge son passé et son identité. « …il devenait de plus en plus évident, avec la fraicheur de l'air nocturne qui m'aidait à me ressaisir, qu'il y avait deux Bulgaries et qu'aucune des deux n'était la mienne ».
Une belle découverte et un très joli style, une fois de plus issue d'une rencontre Varions les Éditions en Live qu'on ne saurait que trop recommander !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
traversay
  14 octobre 2021
Guéorgui Gospodinov prévient d'emblée : "tous les personnages réels de ce roman sont fictifs. seuls les fictifs sont réels." Cet avertissement, avant le début de le pays du passé, est bien à l'image de son auteur, malicieux et déstabilisant. le personnage principal du livre, le dénommé Gaustine, est insaisissable, passant d'une temporalité à une autre, avec facilité, mais Gospodinov le souligne : c'est lui, le romancier qui l'a créé, à moins que ce ne soit le contraire. Autant s'y faire, le pays du passé n'a rien d'une narration classique, les digressions y sont nombreuses, les clins d'oeil au lecteur également et l'auteur égrène volontiers certains de ses souvenirs personnels avec volupté. D'imagination, Gospodinov n'en manque pas, nous entraînant tout d'abord dans des cliniques très particulières où des malades d'Alzheimer retrouvent leur époque favorite dans une chambre au décor ad hoc. Comme si cela ne suffisait pas, le romancier conçoit ensuite, dans une dystopie étourdissante, une Europe où tous les pays abandonnent leur présent pour l'époque du XXe siècle où leurs citoyens ont été les plus heureux. Impossible de détailler la manipulation mais elle conduit inévitablement au chaos, dès lors que la nostalgie est encore ce qu'elle était (ou pas). le livre est vraiment passionnant par endroits mais l'écrivain bulgare n'a manifestement aucun goût pour les intrigues linéaires et constelle son récit d'aphorismes, de citations et d'histoires parallèles. Un livre où règne le désordre, comme une mémoire où les souvenirs ne sont pas très bien rangés.

Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
EAN
  12 janvier 2022
Bulgarie : produire le passé qui manque

Une nouvelle génération d'auteurs bulgares, récemment mis à l'honneur par le festival « Un week-end à l'Est », est depuis quelques années accessible en français grâce au travail infatigable de Marie Vrinat qui a traduit la plupart de ces livres et est parvenue à restituer des styles différents. Guéorgi Gospodinov, Théodora Dimova ou encore Kapka Kassabova redonnent vigueur au genre romanesque, cultivent une relation singulière au passé, où la mélancolie est teintée de fantaisie et d'un humour souvent redoutable.
Lien : https://www.en-attendant-nad..
Commenter  J’apprécie          00
viduite
  22 octobre 2021
La mémoire - sa perte et ses fixations - comme sujet et objet d'un roman qui décrit moins une histoire que le rapport d'un individu à son passé, individuel comme collectif. Avec une rieuse gravité, Guéorgui Gospodinov décrit toutes les manières dont notre contemporain fuit l'avenir, l'amnésie, se laisse prendre aux pièges politiques de la mémoire, invente des dédoublements aux dissolutions de l'individu. le pays du passé ou le futur incertain d'un abritemps.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LeDevoir   17 janvier 2022
Roman de politique fantastique, allégorie douce-amère, Le pays du passé frappe et fascine par moments, sans vraiment livrer toutes ses promesses.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeFigaro   09 janvier 2022
Le romancier bulgare publie un roman extravagant, fait de variations sur les thèmes du passé, de la mémoire et de l’oubli. Magistral.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   23 janvier 2022
... lorsque ma femme est partie, j’ai perdu la moitié de mon passé, en fait, mon passé tout entier.
Le passé ne se joue qu’à quatre mains, au moins quatre mains.
Commenter  J’apprécie          200
palamedepalamede   24 janvier 2022
Moins il y a de mémoire, plus il y a de passé.
Commenter  J’apprécie          180
palamedepalamede   22 janvier 2022
Nous sommes l’apocalypse du monde. Également, en ce sens, notre propre apocalypse.
Commenter  J’apprécie          210
palamedepalamede   22 janvier 2022
Il y a des mots qui, brusquement, ouvrent des portes inattendues vers d’autres temps.
Commenter  J’apprécie          170
palamedepalamede   21 janvier 2022
Si nous ne sommes dans la mémoire de personne, existons-nous vraiment ?
Commenter  J’apprécie          242

Videos de Guéorgui Gospodinov (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guéorgui Gospodinov
Le rayonnement de la prose de l'écrivain bulgare Guéorgui Gospodinov est confirmé par son roman «Physique de la mélancolie» (2011, paru en français aux éditions Intervalles en 2015), lauréat du Prix Jan Michalski de littérature 2016. Sous-titres en français
autres livres classés : littérature bulgareVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
377 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre