AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362311031
Éditeur : Castelmore (22/01/2014)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Pour échapper à la pension, Camille fait un vœu la veille de son treizième anniversaire, avant de s'endormir : ne plus jamais se réveiller. Lorsqu'elle rouvre les yeux, elle découvre que son souhait s'est réalisé. La voici à Evernight, le monde des rêves. Perdue dans cet univers étrange, elle rencontre le Marchand de Sable. Malgré le soutien que lui apporte le jeune homme, Camille comprend qu'elle n'est pas la bienvenue : aucun humain n'est toléré à Evernight !
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
afleurdemots
22 février 2014
Premier tome d'une série de roman adaptée de la bande-dessinée éponyme, « Les enfants d'Evernight » nous propulse dans un univers foisonnant et pétri d'originalité qu'il est difficile de ne pas rapprocher de celui de « Alice au Pays des Merveilles » tant les références à l'oeuvre de Lewis Carroll émaillent le récit. du prénom de l'héroïne, Camille (presque un anagramme d'Alice) au pays de Riorim (lisez « miroir » à l'envers), sans oublier les « montres du sommeil », objets clés du monde d'Evernight (et que l'on peut rapprocher de la montre à gousset du lapin de « Alice… »), autant de clins d'oeil plus ou moins dissimulées que l'on prend un malin plaisir à dénicher (et j'ai dû passer à côté de pas mal d'autres références !).
A ceci s'ajoutent des personnages secondaires faisant plus ou moins directement écho aux protagonistes loufoques de Lewis Carroll, et qui viennent ainsi compléter un hommage aussi réussi qu'intelligent.
Pourtant, loin de faire des « Enfants d'Evernight » une pâle réécriture d' « Alice au Pays des Merveilles », Mel Andoryss a réussi la tâche délicate et périlleuse de s'inspirer librement du roman de Lewis Carroll afin de servir de terreau à un récit inédit et dont l'univers fantaisiste n'a rien à envier à celui de l'oeuvre originale.
N'ayant a priori rien en commun avec le monde réel, Evernight apparaît comme un univers singulier dans lequel les humains ne sont guère les bienvenus. Seuls trois enfants sont ainsi autorisés à y séjourner ; et pour cause, ils ont chacun un rôle primordial dans le fonctionnement de la cité Evernightienne.
Parmi eux, il y a d'abord Mathias, qui travaille dans le Palais du Temps où il surveille en permanence les montres du sommeil dont il a la responsabilité. Bien que se faisant relativement discret dans ce premier tome, on comprend dès le début du roman que le jeune garçon tient pourtant un rôle capital dans toute l'intrigue.
A ses côtés, un duo explosif composé de deux fortes têtes aux caractères diamétralement opposés, incapables de se supporter et dont les multiples rencontres au fil du récit donnent lieu à des moments d'anthologie. D'un côté, l'obscure North, créatrice et maîtresse de l'usine d'Aguarian qui exploite l'eau des cauchemars pour en tirer de l'énergie. Accompagnée de son Tulpa (une sorte de tatouage mobile qui se déplace sur sa peau et dont le contrôle lui confère un grand pouvoir), c'est une jeune fille travailleuse et disciplinée, qui se démarque pas son sens des responsabilités (tout le contraire de Maximilien avec lequel elle entretient des rapports pour le moins conflictuels).
Le dernier membre venant compléter ce trio, Max, est en effet un jeune garçon aussi insolent que provocant. Occupant le poste de Marchand de Sable, il est notamment chargé d'exploiter l'énergie des rêves. Cet électron libre, hostile à toute forme d'autorité, donne en permanence du fil à retordre à Mac Claw, un tigre à la carrure imposante, responsable de l'Ordre d'Evernight.
En effet, la société d'Evernight est régie par des codes, une hiérarchie ainsi que des règles de fonctionnement bien précises que le lecteur appréhende progressivement au fil de sa lecture.
L'arrivée de Camille va ainsi bouleverser l'équilibre d'Evernight, d'autant plus que des évènements potentiellement désastreux pour la cité ne vont pas tarder à s'enchaîner en sa présence.
Mais outre l'univers riche et formidablement exploité, j'ai également été charmée par l'écriture de Mel Andoryss à la plume alerte et très imagée. le style, relativement bien travaillé pour un roman jeunesse, se révèle d'une fluidité parfaite, enchaînant sans accroche dialogues et parties narratives.
Le récit ne manque pas de dynamisme, notamment grâce aux interventions de Max, toutes plus désopilantes les unes que les autres. Impossible de ne pas céder au charme de ce jeune garçon provocant à l'humour grinçant et aux réparties bourrées de sarcasme. Et si ses commentaires cyniques auraient facilement pu devenir agaçant sur la longueur, force est de constater que l'auteure est parvenue à trouver le dosage parfait. En sa présence, les dialogues sont décapants (ses prises de bec systématiques avec North et Mac Claw sont tout simplement jubilatoires), insufflant un dynamisme nouveau à une intrigue parfois opaque pour le lecteur.
Car si on se laisse sans difficulté porter par l'univers onirique et la plume enchanteresse de Mel Andoryss, il est incontestable que ce premier tome fait davantage figure de tome d'introduction, permettant tout juste au lecteur de se familiariser avec le monde d'Evernight et à l'auteure de mettre en place les bases d'une intrigue plus complexe dont il est pour l'heure difficile de saisir tous les tenants et les aboutissants.
On peut ainsi regretter que Mel Andoryss n'ait pas poussé les fils de son intrigue plus loin dans ce premier opus. Si elle parvient sans mal à capter l'intérêt de son lecteur, de nombreuses questions restent cependant en suspens. Néanmoins, la richesse de l'univers proposé et la galerie de personnages haute en couleur qui l'accompagne laissent présager une suite très prometteuse… que je me ferai une joie de découvrir si j'en ai l'occasion !
Lien : http://afleurdemots.comli.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Emyline
04 mars 2014
Je remercie Babelio et Castelmore pour ce livre qui me tentait pas mal, et que j'étais curieuse de découvrir. Et dans l'ensemble ce fut une agréable lecture.
Evernight est le monde des rêves, l'autre côté de la nuit. C'est un monde peuplés d'animaux parlant, les humains n'y sont pas acceptés, ce sont des dangers pour ce monde. Seuls trois enfants y ont été autorisés car ils ont apportés des connaissances très utiles pour le monde et pour l'Autorité. Evernight est un monde étrange, particulier, où le sommeil, les rêves et les cauchemars sont centraux. Les grandes instances de ce monde sont, d'abord, l'Autorité, un « chef » qui est simplement nommé dans ce premier tome, et dont on ne sait rien. Puis il y a l'Ordre, dirigé par Mc Claw (un immense tigre), un groupe qui sert de police et fait régner l'ordre dans Evernight.
Avant même l'arrivée de Camille, des troubles agitent Evernight, notamment concernant de plus en plus d'enfants s'éveillant dans ce pays, ce qui n'est absolument pas normal. Sans solution à ce problème, les enfants vont séjourner dans l'orphelinat du Cheval Pendu, qui semble bien être un établissement bizarre.
Même si la jeune Camille est celle nommée dans le résumé, au final je n'ai pas trouvé qu'elle avait un rôle très important. On voit surtout les trois humains d'Evernight, ils sont plus importants que la jeune enfant. Camille n'est pas la bienvenue à Evernight et elle est recherchée pour être arrêtée et conduite à l'orphelinat des enfants perdus. Mais sa présence ne semble pas être anodine, surtout à partir du moment où l'on fait la connaissance de Sam, un individu masqué qui semble en savoir long sur son arrivée, ainsi que sur les troubles qui secouent Evernight. Il oeuvre dans l'ombre, mais on ne sait pas du tout dans quel but.
Camille est donc « l'héroïne » (entre guillemets parce que je ne trouve pas son rôle si important que ça). Modèle d'enfant sage et docile, elle est aussi très solitaire. Refusant d'aller en pension, elle fait un voeu la veille de son départ et de son 13ème anniversaire : celui de ne plus jamais se réveiller. Sauf qu'elle se retrouve à Evernight, et qu'elle y est de suite traquée par l'Ordre, car elle n'a rien à faire là.
Concernant les trois humains d'Evernight, ils travaillent tous les trois pour l'Autorité, ayant chacun créé un bâtiment pour y faire leur travail. Mathias est le Maître du Temps. On le voit peu dans ce tome, bien qu'il y ait un rôle important. Il est chargé de veiller sur les monstres de sommeil, montres qui surveillent le sommeil des humains. Maximilien est le Marchand de Sable. C'est un garçon assez insolent, qui n'aime pas l'autorité. Il est en charge de l'exploitation des rêves pour en tirer de l'énergie pour Evernight. Quant à North, la seule fille, elle est le Vendeur de nuit. Maîtresse d'Aguarian, l'île-tortue, qui est aussi une usine de raffinement des cauchemars pour en tirer également de l'énergie pour le pays. Elle est également une hybride, à un tiers félin. Je regrette par contre que cela ne soit pas plus expliqué, car là ça reste très flou.
Dans l'ensemble, c'est une chouette histoire, mais elle est pour le moins particulière, bien qu'intéressante. On ne comprend pas tous les fils de l'intrigue, l'ensemble reste assez flou, même arrivé à la fin du tome, et c'est dommage. On apprend juste qui manigance dans l'ombre, mais on ne sait pas du tout pourquoi.
J'aurais aimé mieux comprendre l'ensemble, plutôt que de rester dans l'attente d'explications. Cela dit, je reste curieuse de savoir ce que peut réserver la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lycandra
23 avril 2014
Ce roman me faisait de l'oeil depuis un petit moment, et j'ai eu la chance de le lire dans le cadre d'un partenariat avec Livraddict et les éditions Castelmore. Et wow! Quelle découverte, un vrai bonheur!
Les enfants d'Evernight, c'est quoi? On rencontre une jeune fille, Camille. Elle vit dans sa maison familiale, au XIXème siècle. Son père est très peu présent, ce sont les domestiques qui s'occupent d'elle. Il décide qu'elle est maintenant trop grande pour suivre une éducation faite à la maison et choisit de l'envoyer dans un pensionnat. Camille désespérée par cette situation, espère la veille de son départ ne jamais se réveiller. le matin, elle se retrouve à Evernight...
Evernight... Mais quel univers ♥ Alors déjà, il y a des poissons dans le ciel :') J'ADOREEEEEEEEEEE LES BALEINES DANS LE CIEEEL AAAAH!!! (mais y'a aussi des raies, des poissons, des dauphins, un ciel qui fait rêver ! ). Je ne sais pas trop ce que les autres chroniqueurs pensent de cet aspect, mais pour moi c'est quelque chose de pas nouveau du tout! J'en vois plein sur dA, et c'est vraiment quelque chose d'onirique, de fabuleux, de... sublime ! Alors un monde avec ce ciel-là....... Je n'ai pas de mots.
Monde qui est extrêmement original. Les rêves et les cauchemars sont au centre d'Evernight. En effet, deux humains sont chargés d'en extraire l'énergie. North les cauchemars et Maximilien les rêves. Ils sont, avec Mathias le marchand de sable, les seuls humains autorisés à Evernight. Beaucoup d'autres peuvent s'éveiller - comme Camille - et sont de suite amener dans un orphelinat. Les humains sont en effet dangereux pour la population et ce monde. Population qui est trop choupinette! Plein de petits animaux ! Des souris, des rats, des tatous, des lémuriens. J'ai vraiment aimé découvrir une population entièrement composée d'animaux. C'était plutôt amusant!
Nous découvrons donc un univers extrêmement riche. Il faut savoir que ce roman est d'abord une BD. Et ça se ressent. Dans le sens où, l'auteur nous donne ici un univers très imagé. J'ai eu une sensation de jeux de couleurs et de lumières tout au long de ma lecture. Nous voyageons entre un océan noircit par les cauchemars des enfants et, un ciel qui semble ne jamais finir. Magnifique contraste que nous livre l'auteur tout au long de l'histoire. Je n'ai eu qu'une envie après avoir refermée ce roman, foncer sur la BD! Il me faut absolument découvrir cet univers visuellement! Rien que pour voir la beauté que laisse présager le livre concernant l'architecture des usines où l'on extrait l'énergie des rêves et des cauchemars.
Pour en revenir aux humaines, ils sont donc activement recherchés quand ils apparaissent. Cela va constituer l'intrigue principale concernant Camille: sa traque. Mais nous n'allons pas suivre seulement ce point de vue. Et c'est ce qui est très bien trouvé !
Je m'attendais franchement à suivre Camille. Vous voyez, de manière bateau. Une fille qui débarque dans un univers et le découvre. Un peu lourd à force. Et bien, étonnement, on suit plus les personnages de North et de Maximilien. Et je les adore! J'ai hâte d'en savoir plus sur leur histoire et leurs activités sur Evernight. Très sincèrement, Camille ne m'intéresse pas du tout. Dans ce premier tome, elle sert surtout de départ à l'intrigue. Et je pense, qu'elle prendra son importance dans de futurs tomes!
Cette découverte inattendue d'Evernight par des protagonistes qui connaissent déjà entièrement l'univers m'a énormément plu. En plus de cela, l'intrigue est travaillée. le roman ne fait franchement pas jeunesse! J'ai vu certaines personnes ne pas avoir aimé la complexité, mais je trouve que justement, c'est un des aspects qui rend ce roman génial. On ne s'ennuie pas. le travail et là, et c'est fortement appréciable. On va de découverte en découverte, on se remplit la tête avec pleins de jolies images. Houlala, quel bonheur ♥ Lisez le si vous le pouvez, ne passez pas à côté de cet univers grandiose!
Lien : http://ly-lit.blogspot.fr/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bountyfrei
12 avril 2014
Les enfants d'Evernight est à la base une BD, dont ce roman en est une adaptation. Ça faisait un petit bout de temps que je la voulais, alors quand j'ai vu que Livraddict et Castelmore s'étaient associé pour nous proposer le roman en partenariat, j'ai tout de suite sauté dessus ! Un grand merci à la team de LA, mais aussi aux éditions Castelmore !
Camille est une jeune londonienne du XIXè siècle de treize ans. C'est la veille de son départ pour le pensionnat, loin de sa maison, loin de ses habitudes, pour continuer ses études, mais Camille ne veut pas y aller. Au moment d'aller se coucher, elle espère si fort qu'il n'y ai pas de lendemain, qu'une fois à son réveil, elle se retrouve sur un nuage de rêve... à Evernight, de l'autre côté de la nuit. Mais sa venue ne se passera pas dans le plus grand secret, elle était attendue, ce n'est pas un hasard si depuis quelques temps il y a beaucoup trop d'enfants qui se réveillent de l'autre côté.
On se retrouve donc dans un monde onirique où les rêves et les cauchemars sont tous regroupés, sous forme de nuages pour les premiers et de monstres aqueux pour ces seconds. le tout est géré par les seuls enfants autorisés à vivre sur l'île, à savoir le Maître du Temps, le Vendeur de nuits et le Marchand de sable, qui ont bien sûr une autre autorité au-dessus d'eux. On apprend au fil des pages la hiérarchisation d'Evernight, qui fait quoi, leur histoire, le tout au compte-gouttes, avec le sentiment que l'auteur ne nous a pas tout dit dans ce premier tome...
On ressent une grosse influence Steampunk, surtout quand on se retrouve dans les usines du Maître, du Vendeur et du Marchand. En voyant qu'il y avait des baleines volantes, je n'ai pas pu m'êmpecher de penser au premier tome du Guide du Voyageur Galactique de Adams Douglas, en repensant à ce cétacé qui n'a vécu que quelques secondes et dont les derniers mots ont été : « Bonjour, sol ! ». Pour sa première séance de dédicace au Dernier bar avant la fin du monde, on nous avait laissé entendre sur FB que l'auteure a écrit principalement là-bas, lieu qui se prête beaucoup à ce genre d'influence, pour y avoir été la semaine dernière, on y est vite immergé.
Concernant les personnages, j'ai beaucoup apprécié North et son Tulpa (Vendeur de nuit), ainsi que Maximilien (Marchand de sable), tous les deux très opposés, mais dont le passé m'intrigue beaucoup, comme celui de Mathias (Maître du temps), qui lui est une énigme à lui tout seul. Cependant, j'ai trouvé que le personnage de Camille n'était pas assez approfondi. En effet, malgré sa passivité, on nous révèle quelqu'un aux humeurs changeante - un coup courageuse, l'autre coup pleurnicheuse, l'autre coup extra-renfermée et l'autre en total confiance avec un inconnu-, si bien que je n'ai pas vraiment l'impression de la connaître. C'est le personnage que j'ai le moins réussi à cerner.
Ce premier tome m'a fait l'impression d'un énorme prologue, comme le tome un de le feu de la Sor'cière, il ne se déroule que sur quelques jours. Mais étant donné que c'est une adaptation d'une BD et que généralement les premiers tomes des BD/mangas servent juste à poser les bases, on pardonne. Autre petit bémol, le suspens est bien au rendez-vous mais j'ai quand même deviné avant la fin une énigme qui se posait dès la rencontre de Camille et Sam, presque dans les débuts de leur rencontre, impression confirmée quand il lui donne son costume et quand au final il rentre chez lui, sans trop vouloir spoiler.
En bref, un très bon roman jeunesse qui se laisse lire même à 21 ans, un monde dont j'ai très envie de connaître la suite, des personnages énigmatiques et une très grande envie de lire les BD ! Encore une fois merci aux éditions Castelmore et à la team de Livraddict!
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Virgule-Magazine
16 juin 2015
Ce soir-là, en se glissant dans son lit, Camille a le coeur lourd. Elle voudrait que le temps se fige et que demain n'arrive jamais. Car demain, Camille doit partir dans un pensionnat. « Je préfère... ne jamais me réveiller », pense-t-elle en s'endormant. Et lorsqu'elle rouvre les yeux, elle constate avec effarement que son voeu s'est réalisé : elle n'est plus dans son lit ni dans sa chambre, mais sur un nuage, à Evernight, le pays des rêves et des cauchemars, un monde étrange où elle n'est pas la bienvenue : en effet, les humains n'ont en principe pas le droit de séjourner, en état d'éveil, à Evernight...
L'avis de Pierre, 11 ans : J' ai eu du mal à commencer ce livre car je trouve qu'on "tombe" dans l'histoire un peu trop vite. Cependant je me suis habitué facilement à l'univers étrange et un peu fou d'Evernight. Je trouve que plus on avance dans le récit, mieux on comprend ce qui se passe. Les personnages ont tous des traits de caractère très marqués (arrogance, humour…) et un rôle particulier à exercer tout au long de l'histoire. J'aime bien l'idée que presque tous les personnages soient des animaux personnifiés. 
L'avis de la rédaction : Ce roman, qui rappelle un peu Alice au pays des Merveilles (de Lewis Carroll) et Peter Pan (de James Barrie), est riche en péripéties. Pourtant, à la fin, on a plus de questions que de réponses : vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
afleurdemotsafleurdemots22 février 2014
Se montrer raisonnable....
Elle ressassait ces paroles tout en se gonflant d’amertume. Cela ne lui avait jamais rien apporté. Depuis toujours, elle était sage, rangée et calme, comme les adultes l’espéraient et le lui réclamaient. Quand sa mère était tombée malade, d’abord, et qu’il ne fallait pas causer de soucis pour qu’elle aille mieux... mais elle n’avait jamais guéri. Plus tard, après sa mort et alors que Camille était toute petite, il avait fallu être sage encore, parce que son père avait tant de chagrin qu’il n’y avait plus de place, dans cette peine immense, pour la tristesse et les désirs d’une toute petite fille.
Puis il avait fallu être sage par habitude, parce que les adultes pensaient que c’était dans sa nature et qu’ils attendaient désormais de sa part, comme une évidence, obéissance et passivité. Elle avait toujours été irréprochable, douce, impassible, transparente, invisible... parce qu’elle voulait qu’on l’aime. Et ces mêmes adultes pour lesquels elle avait fait de son mieux, ceux-là même qui avaient fait d’elle cette gentille poupée de porcelaine, ceux-là la chassaient désormais hors de chez elle, hors du seul foyer qu’elle connaissait. Pour son bien, disaient-ils. Pour son bien, mais sans tenir compte de son avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
afleurdemotsafleurdemots22 février 2014
Il parlait sur le ton de l'évidence, mais Camille s'indigna. On lui reprochait de ne pas avoir respecté une règle qu'elle ne connaissait pas et elle trouvait cela extrêmement injuste.
Commenter  J’apprécie          10
Virgule-MagazineVirgule-Magazine16 juin 2015
Je préfère... ne jamais me réveiller.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
875 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre