AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christiane Besse (Traducteur)
ISBN : 2253127531
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/2009)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 135 notes)
Résumé :
Écrit en 1969, le premier volume des mémoires de Maya Angelou (née Marguerite Johnson) raconte l’enfance d’une femme exceptionnelle, devenue une figure emblématique des États-Unis.

Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage est une oeuvre majeure de la littérature américaine du XXe siècle, un précieux témoignage qui explore les thèmes de l’identité, du racisme, de la résilience et de l’apprentissage du langage et de la littérature.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  02 mars 2018
Maya Angelou née Marguerite Johnson est un écrivain américain native du Missouri .
Dans ce récit autobiographique, précieux témoignage ,considéré aujourd'hui comme un classique de la littérature américaine , elle raconte et met en scène son parcours, sa petite enfance jusqu'à l'âge de dix- sept ans .
A l'âge de trois ans, avec son frére Bailey, elle quitte ses parents et la Californie, pour rejoindre sa grand- mère dite "Momma", une femme forte du sud , dans ce milieu conservateur et raciste respectée de tous , sévére mais juste, qui gère un magasin général de marchandises avec l'oncle Billy .
A 7 ans , elle va vivre avec sa mère, belle , cultivée, indépendante , sûre d'elle et son compagnon, elle ne peut empêcher le viol de sa fille à huit ans .
Elle rejoindra ensuite sa grand- mère à Stamps qui l'élévera .
Elle se construit grâce à sa Momma qui la protégera malgré le lourd fardeau de la ségrégation, les douleurs, l'incompréhension , les épreuves !
Elle nous conte sous forme d'anecdotes ,les moments de tendresse et d'émotions , ses expériences de vie,ses espaces de douleur et de solitude , ne comprend pas la "Haine " des Blancs , son oncle lui explique "Ils ne nous connaissent pas du tout ....... , ils ont peur ".
Surtout , grâce à madame Flowers, qui l'incite à lire le plus possible à voix haute , le plus qu'elle peut , "les mots signifient plus que ce qui est écrit" ..."..il leur faut la voix humaine pout leur infuser des nuances profondes "
Sa mère lui insuffle de la force :"La vie te donnera exactement ce que tu y apporteras . Mets-tout
ton coeur dans ce que tu fais, prie et attends ." L'auteur ne se résigne pas .Elle avance et lutte , ne se laisse jamais aller, apprend à conduire, devient receveuse avec une machine à tickets dans le tramway à San Francisco , se cultive , lit , milite .......décidée à devenir écrivaine mais ne le sait pas encore .........
C'est un livre objectif , l'écriture est fluide, lucide, sincére, fine et pertinente, être une jeune femme noire au début des années trente dans le sud des Etats - Unis ,est tout sauf facile .
C'est un magnifique témoignage , le début du parcours hors du commun , celui d'un écrivain et d'une militante, dénué de toute complaisance , lumineux , digne , maîtrisé, qui explore les thèmes de l'identité , du racisme anti -noir , de la résilience , de l'apprentissage du langage et de la littérature .
La première de couverture est trés belle , ce n'est que mon avis , bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Moan
  18 novembre 2012
Maya Angelou ( Marguerite Johnson) est une écrivaine américaine du Missouri. Ses livres sont étudiés dans les écoles.
Dans cette autobiographie, elle se raconte de sa petite enfance jusqu'à ses dix-sept ans.
A trois ans avec son frère Baley, elle quitte la Californie et ses parents trop pauvres et prend le train pour l'Arkansas. Elle y sera élevé par sa grand-mère et son oncle qui travaillent dans leur magasin général de marchandises.
A sept ans,elle ira avec son frère vivre chez sa mère et son compagnon...
Quelques années plus tard , elle retrouvera sa grand-mère à Stamps où elle découvrira la littérature.
Dans ce livre, Maya Angelou raconte sa vie parfois très douloureuse.
J'ai bien apprécié la découverte de cette Amérique dont on parle très peu!
Commenter  J’apprécie          260
sassenach
  02 février 2009
A Stamps, Arkansas, la petite Maya, qui n'a pas encore acquis ce diminutif et qui s'appelle donc Marguerite, vit en compagnie de Bailey, son frère d'un an plus âgé, chez leur grand-mère Annie Henderson dite Momma. La vie dans le sud des Etats-Unis dans les années 1930 n'est pas facile à cause de la ségrégation mais la petite fille ne sort que très rarement du quartier où elle habite et aide au seul magasin noir du coin, tenu par sa grand-mère …
Cette autobiographie, classique de la littérature noire-américaine datant de 1969, est enfin rééditée en grand format (en espérant que ce livre sera plus remarqué cette fois-ci que la première fois). Cette réédition a lieu dans le cadre de la sortie du nouveau livre de cette auteure ("Tant que je serais noire", que je compte bien lire aussi) qui est en quelque sorte la suite de son autobiographie et qui, il me semble, sera plus représentatif de la lutte contre la ségrégation et le racisme. Dans "Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage", on découvre son enfance et son adolescence, tout d'abord dans une petite ville du Sud, mais aussi quelques mois passés à Saint-Louis, pour ensuite la voir vivre à San Francisco et à Los Angeles, où les conditions de vie sont totalement différentes de ce qu'elle a pu connaître jusqu'à présent. Ce témoignage est assez fascinant, même si je l'ai trouvé plutôt hâché dans la narration : j'ai eu souvent du mal à savoir à quelle époque je me trouvais et quel âge avait Maya car les indications de temps ne sont pas souvent fournies (mais heureusement, il n'y a pas d'aller-retour entre différentes époques !). Cela m'a plus fait penser à une succession d'anecdotes mises bout à bout dans un ordre chronologique et si certains passages sont vraiment réussis, d'autres sont moins intéressants. de même, Maya est peu confrontée à la ségrégation dans son enfance car elle ne sort pratiquement jamais du quartier noir et a donc une vie relativement protégée car sa grand-mère est très respectée dans leur communauté. Certains évènements n'en restent pas moins violents et terribles mais l'aspect un peu trop disparâtre de l'ensemble ne m'a pas réellement permis de rentrer dans l'histoire et de m'attacher vraiment à Maya (d'ailleurs, le compte-rendu qu'elle donne de ces évènements me semble tout aussi détaché que mes sensations de lecture). Un document intéressant à lire mais qui n'a pas eu l'impact que je pensais qu'il aurait sur moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mimipinson
  18 juillet 2013
« A Stamps, la ségrégation était si totale que la plupart des enfants noirs ne savaient pas, en vérité, à quoi ressemblaient exactement les blancs. Excepté qu'ils étaient différents, et qu'il fallait avoir peur d'eux, et cette peur traduisait aussi l'hostilité des faibles contre les puissants, des pauvres contre les riches, des travailleurs contre les patrons et des mal habillés contre les bien vêtus.
Je me rappelle n'avoir jamis cru que les blancs fussent vraiment réels. »
Maya Angelou nous livre ici le récit de sa jeunesse ballotée entre les états du sud et la Californie. Alors que ses parents se séparent, elle part en Arkansas vivre auprès de sa grand-mère et d'un oncle handicapé avec son frère Bailey. Si la vie n'est pas rose, et si le fait d'être noire et pas comme les autres lui est rappelé constamment, cette petite bénéficie de l'amour et des valeurs familiales qui vont lui donner une assise solide pour affronter cette vie faite de douleurs , d'épreuves parfois très dures pour une petite fille, et cette enfance hantée par un sentiment d'abandon tenace.
Malgré cela, Maya Angelou, parvient à faire de son récit un texte lumineux, où pointe à chaque fois l'espoir d'un monde meilleur. Sans plainte, ni misérabilisme, la petite Marguerite ne se résout en rien à rester la petite fille noire qui passe après les autres.
Les femmes sont fortes dans ce sud raciste et conservateur. La présence féminine est frappante dans ce récit. Les hommes ont une place anecdotique, ou carrément méprisable (parce que certains le sont au plus profond d'eux-mêmes).
Récit à la fois militant et objectif, ce livre, malgré quelques (rares et petits) moments de creux, se laisse agréablement lire ; tant par la façon d'aborder les chose que par l'écriture d'une grande fluidité.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bunee
  17 mars 2009
Plutôt méfiante usuellement envers les oeuvres à tendance auto-biographique, je me suis trouvée comme balayée de toutes mes craintes lorsque je me suis mise à lire ce roman.
Maya (Marguerite, Maïe, Rithie...) raconte ici son enfance avec une plume lucide et sans demie-mesure, décrivant les péripéties d'une jeune fille noire, expédiée par ses parents vers la bourgade de stamps, élevée avec son frère par sa grand mère "sévère, mais juste" et pétrie de religiosité, bref retour à St louis auprès de sa mère, viol tragique par son beau-père, découverte de la culpabilité, puis retour à stamps, ou la jeune fille se réfugie dans la littérature. Puis, la californie, l'adolescence, et le cycle se termine par .. La maternité, à 17 ans.
Etre une jeune femme, noire, née au début des années 30 dans le sud des états unis, faire le dur apprentissage du rejet, ne pas se résigner, et avancer malgré tout. Un combat sous-jacent qui va devenir de plus en plus présent dans la réflexion de notre héroïne
Récurrence de la référence au langage, l'écriture est fine, pertinente, cultivée, et nous offre de vrais moments de tendresse et d'émotion, d'humour (je n'ai pu m' empêcher d'éclater de rire en même temps que la narratrice lorsqu'elle relatait l'épisode de la messe et le "je t'ordonne de prêcher"). D'autres fois le ton se fait plus ironique, plus incisif.
Très belle découverte. Pour en savoir plus sur l'auteur je vous conseille un petit tour par ici: http://www.mayaangelou.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
MoanMoan   18 novembre 2012
Un matin,au moment où je quittais la maison,elle me dit: " La vie te donnera exactement ce que tu y apporteras. Mets tout ton coeur dans tout ce que tu fais, prie et puis attends. "
Commenter  J’apprécie          610
MegGomarMegGomar   18 avril 2014
Elle m’attirait parce qu’elle ressemblait à des gens que je n’avais jamais rencontrés personnellement. Par exemple, ces héroïnes de romans anglais qui se promenaient dans les moors (quoi que ça puisse être) avec leurs chiens fidèles courant derrière à distance respectueuse. Ou les femmes qui, assises devant des cheminées ronflantes, ne cessaient pas de prendre du thé servi sur des plateaux d’argent remplis de scones et de rumpets. Des dames qui arpentaient le heath, lisaient des livres reliés en maroquin et avaient des noms de famille à tiroirs. On peut dire à coup sûr que Mme Flowers me rendait fière d’être noire, rien qu’en étant elle-même.
Elle se comportait avec autant de raffinement que les Blancs dans les films et les livres, et elle était plus belle car personne n’aurait pu approcher ce teint chaud sans avoir l’air terne en comparaison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Annette55Annette55   01 mars 2018
"Tous les gens que je connaissais avaient une sainte horreur d'être appelés "Hors de leurs Noms ".
C'était une pratique dangereuse que d'appeler un Noir d'un nom qui pût être vaguement pris pour une insulte, vu les appellations de "Nègres", "Bamboulas," "Corbeaux", "Moricauds," "Mal Blanchis" et autres, Subies durant des Siècles "...........
Commenter  J’apprécie          200
MoanMoan   18 novembre 2012
Une histoire courait à propos d'une matrone sanfranciscaine refusant de s'asseoir dans le tramway à côté d'un Noir, même après que celui-ci eut fait place sur la banquette. Donnant pour explication qu'elle refusait de côtoyer un planqué, et un nègre de surcroît. En ajoutant que le moins que ledit nègre pouvait faire était d'aller se battre pour son pays, comme son fils à elle se battait à Iwo Jima. On racontait que l'homme , s'écartant de la fenêtre pour exhiber une manche vide , avait répliqué calmement, avec beaucoup de dignité: " Alors, demandez donc à votre fils de chercher le bras que j'ai perdu là-bas."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
line70line70   18 mars 2011
[...] tu n'as pas à te soucier de faire ce qu'il faut. Si tu en as envie, alors tu le fais sans y penser.
Commenter  J’apprécie          480
Videos de Maya Angelou (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maya Angelou
Clip: Maya Angelou on the Noble Story of Black Womanhood.
In this clip from a 1973 interview, Bill Moyers asks Maya Angelou about the burgeoning women's liberation movement and what it means to her.
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
550 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .