AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782756020990
208 pages
Delcourt (06/06/2012)
3.72/5   29 notes
Résumé :
"La force qui sommeille en toi fera céder toutes les cages.
Pense autrement. Pense l'impensable. Pense au souffle qui traverse les barreaux de ta cellule. Observe, imprègne-toi, pénètre l'esprit des hommes les plus vils. Trouve les failles.
Creuse-les. Tous les empires s'écroulent un jour s'ils reposent sur des fondations rongées par la vermine. Le soleil re-brillera sur la Birmanie et ce jour-là tu seras un homme libre."


En pl... >Voir plus
Que lire après Lunes birmanesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Cette lecture a été un choc, presqu'un traumatisme.
Cette BD raconte le destin de Thazama, jeune villageois appartenant à l'une des nombreuses ethnies minoritaires du pays, et s'écoule sur la période des années 80 jusqu'au milieu des années 2000.
Or donc, en ces jours si peu éloignés de nous, la Birmanie est sous l'emprise d'un régime militaire dictatorial hyper répressif. le début de la BD montre les exactions de la junte dans les villages, consistant, entre autres, à y rafler les habitants pour réquisitionner de la main-d'oeuvre gratuite.
Parti à la ville pour y gagner un peu d'argent pour son village, Thazama, au contact des étudiants, développe sa conscience politique. Après une manifestation anti-junte, il est emprisonné. C'est là que commence la descente aux enfers (alors que pourtant on était déjà loin du paradis), entre tortures, travaux forcés et autres vexations physiques ou morales, dans des conditions d'hygiène épouvantables.
Thazama parvient à s'échapper et à gagner la Thaïlande puis la Malaisie. Mais l'enfer ne s'arrête pas aux frontières birmanes, puisque Thazama passera des camps de rétention de réfugiés (tout aussi sordides et violents que les geôles birmanes), à une liberté précaire, avant de tomber aux mains d'esclavagistes sans pitié. Une lueur d'espoir finira par surgir de ces ténèbres, mais au prix de quelles souffrances…
Bien sûr, avant de lire cette BD, je savais, comme tout le monde, que la junte birmane n'était pas tendre avec ses opposants. Mais si j'ai été à ce point choquée en lisant cette histoire, c'est parce que, jusque là, je n'avais pas vraiment réalisé (vous pouvez me trouver naïve) jusqu'où l'être humain peut aller dans l'inhumanité, justement, la cruauté et la sauvagerie. le fait que ces événements se soient produits alors que j'étais déjà née les a rendus d'autant plus proches et effroyables à mes yeux. Les dessins contribuent à rendre la violence du récit par des couleurs très vives et des illustrations sanglantes.
Inspirée de faits réels, la BD témoigne aussi de la solidarité des exilés envers leurs compatriotes emprisonnés, tentant au péril de leur vie de récolter de l'argent pour soudoyer un gardien ou payer un passeur. Pour que l'espoir survive.
Commenter  J’apprécie          500
A travers l'histoire fictive de Thazama, jeune birman de l'ethnie Zomi, voici le récit d'une descente aux enfers dans la fuite et l'exil sur près de 200 pages de planches graphiques très expressives.

Cette bande dessinée s'apparente à un documentaire éclairant sans concession le lecteur sur la situation politique de la Birmanie, sur les exactions de la junte militaire, présente depuis un demi siècle, et les conséquences dramatiques sur la population. Elle met aussi en lumière des incidences plus discrètes, comme l'esprit de résistance, l'exode des contestataires ou des civils opprimés, et la pernicieuse industrie des trafics de fugitifs dans les pays voisins.

J'ai aussi découvert un pays constitué de multiples ethnies, aux langues et cultures propres, au fonctionnement clanique, imprégné de croyances aux esprits de la jungle et des astres. Le régime de terreur et d'oppression a pris en otage un peuple très hétérogène, écueil complémentaire à toute possibilité de changement de régime, induisant une diaspora importante.

Un récit puissant, très marquant. En marge du témoignage passionnant, j'ai eu un peu de mal avec l'aspect graphique que je trouve trop "manga", accentuant lourdement les visages proches de la caricature. Le choix du trait est résolument violent, hyper réaliste.
Mais je tire mon chapeau à un travail en binôme réussi, un travail d'investigation en amont documenté de nombreux témoignages et complété par un carnet de voyage de photos.
Commenter  J’apprécie          230
Je tiens à préciser que c'est la première fois que je poste une oeuvre comme celle-ci à la fois époustouflante et remarquable. Mon ambition cachée serait de faire découvrir celle-ci au plus grand nombre de lecteurs. Je suis assez déconcerté du quasi-anonymat qui règne autour de cette série. Elle ne mérite absolument pas d'être oubliée dans un coin car elle se présente d'une qualité indéniable. Il faut lui laisser une chance. C'est pour moi une belle révélation qui prend aux tripes. On ne sortira pas indemne d'une telle lecture.

Tout d'abord, une narration assez dynamique nous permet d'entrer directement dans l'histoire d'un petit garçon élevé par son grand-père dans un village reculé de Birmanie. le graphisme littéralement très expressif nous engloutit littéralement dans une atmosphère tropicale moite et inquiétante.

La Birmanie est un très beau pays de par ses paysages et de par la diversité de ses habitants en différentes ethnies. Cependant, ce pays n'a pas eu de chance car la dictature militaire se succède au pouvoir depuis 1962. de 1988 à 2011, la Birmanie a été officiellement dirigée par une junte militaire, considérée comme une des pires dictatures de la planète. Cette oeuvre de près de 208 pages est une dénonciation des pratiques utilisées par les militaires pour asseoir leur pouvoir. On va avoir une terrible impression d'impuissance face à la fatalité du sort d'un peuple. Superbement déprimant !

On découvre ainsi que le travail forcé est une pratique courante qui va concerner des milliers de Birmans. La liberté de la presse n'existe pas. Les droits de l'homme sont bafoués. le pouvoir judiciaire n'est pas indépendant. Les partis d'opposition sont interdits. La population est surveillée et tout opposant au Conseil d'état pour la restauration de la loi et de l'ordre (nom officiel et sans rire de la junte) est emprisonné à vie.

En 1990 suite à un fort mouvement contestataire de la population, ils organisent des élections libres, remportées à plus de 80 % par la Ligue nationale pour la Démocratie d' Aung San Suu Kyi, fille d'Aung San et accessoirement prix Nobel de la paix. Les élections sont annulées et Aung San Suu Kyi est assignée à résidence ; elle n'a été libérée que le 13 novembre 2010. Bizarrement, les auteurs ont choisi de ne pas trop en parler mais de se concentrer sur les habitants qui vivent un calvaire. J'ai apprécié ce choix loin de toute fainéantise intellectuelle.

Je ne pourrais pas dire cette fois-ci que j'ai passé un agréable moment de lecture. Les pires ignominies de ce régime seront montrées via le récit des habitants d'un paisible village d'une province assez lointaine de Rangoon. le récit ne sera pas drôle et il y aura des moments fort éprouvants. J'ai dû arrêter plusieurs fois ma lecture afin de reprendre mon souffle. Cela se présente certes comme un récit fictionnel mais à la fin de l'ouvrage, il y a des photographies commentées et l'on se rend compte que c'est bien le destin réel de certains protagonistes dont les noms ont été légèrement modifiés. Ainsi, on va voir qu'un petit garçon de 10 ans va mourir d'une balle dans les bras de sa mère et qu'on jettera son corps dans la nature tout en emmenant de force la mère au loin. Bref, des moments insupportables et qui témoignent que ce que se passe dans ce pays est intolérable. On ne peut pas être le chantre de valeurs universelles et ne rien faire…

Les mots du grand-père résonnent encore en moi: "La force qui sommeille en toi fera céder toutes les cages. Pense autrement. Pense l'impensable. Pense au souffle qui traverse les barreaux de ta cellule. Observe, imprègne-toi, pénètre l'esprit des hommes les plus vils. Trouve les failles. Creuse-les. Tous les empires s'écroulent un jour s'ils reposent sur des fondations rongées par la vermine. le soleil rebrillera sur la Birmanie et ce jour-là tu seras un homme libre". C'est plein d'espoir et on pense alors à Nelson Mandela et à son destin.

C'est une oeuvre extrême dans la violence et dans l'esthétisme qui s'en dégage. J'en suis ressorti totalement secoué. Peu de lecture ont provoqué chez moi ce genre de sentiment. La haine, la colère, la compassion, l'envie de croire à une cause juste… J'ai ressenti cette bande dessinée comme une tentative de réveil de nos consciences. Bref, une déferlante d'émotion qui m'a emporté avec force et conviction. Une oeuvre à découvrir absolument !
Commenter  J’apprécie          60
C'est une BD qui reprend différents témoignages de birmans en exil. A travers le destin de Thamaza, Moonpi et Kim, trois amis d'un village Zomi (tribu du groupe ethnique Khyang, qu'on trouve à l'ouest de la Birmanie, à la frontière avec l'Inde et le Bangladesh), on découvre la dictature de la junte militaire en Birmanie, ainsi que le sort réservé aux réfugiés birmans dans les pays voisins (Thaïlande et Malaisie).
Ces destins sont glaçants de souffrance, de douleur et de résilience. La BD raconte le combat de ces hommes et de ces femmes pour la démocratie et la liberté, qui naît cependant au départ en réaction contre le comportement arbitraire, cruel et féroce des militaires envoyés dans les régions reculées (travail forcé, viol des femmes, massacre et tabassage…).
On découvre l'arbitraire de la dictature, les rafles des opposants politiques, les tortures et enfermements sans procès, puis la vie des réfugiés clandestins en Thaïlande et en Malaisie: esclavagisme, enfermement, sévices physiques, absence de protection… Les exilés se définissent comme “des générations sacrifiées” et se battent pour que les futures générations connaissent la liberté, la démocratie et ne soient pas prises en otage par leur propre gouvernement.
C'est un texte très fort, qui est devenue une BD puissante, à la fois servie et desservie par le dessin. En effet, le dessin est très expressif et confère beaucoup d'émotions et de puissance au texte. Cependant, il place au premier plan les émotions et fait passer parfois le message en second plan. Les couleurs sont très vives et manquent un peu de nuance. J'ai eu plus de mal avec le dessin des figures en lui-même que j'ai trouvé trop imprécises et floues. Malgré le dessin, que j'ai peu apprécié, je conseille fortement cette BD pour son message et son texte: donner une voix à ces hommes et ces femmes est pour moi nécessaire.
En conclusion, une BD très intéressante et un témoignage important. Il faut avoir le coeur bien accroché pour la lire.
Commenter  J’apprécie          50
Une BD horrible, par bien des aspects. Et qui pourtant fait partie de ces lectures qui sont vraiment éclairantes sur ce qu'il se passe dans le monde. Ou sur ce que l'humain est capable de faire subir à d'autres êtres humains.

C'est le genre de BD qu'on ne lit qu'en étant prêt au contenu, et avec envie d'en savoir plus. Parce que c'est vraiment violent, dans tous les sens du terme. Violent graphiquement, violence physique et morale, violence envers une population donnée, mais violence de la surprise. Chaque planche semble contenir son lot d'horreur, et ce n'est pas qu'en prison que le pire arrive.

La BD est très bien fournie, niveau documentation, et permet de mieux comprendre ce qui s'est passé dans ce pays durant si longtemps. Une barbarie bien moderne mais qui fait froid dans le dos, car c'est ce que d'autres connaissent aujourd'hui dans d'autres parties du monde. Une piqûre de rappel qui fait mouche.

Le dessin est très réussi, avec une mise en couleur qui rehausse un trait pas forcément réaliste mais qui retranscrit toute l'horreur et la violence de chaque situation.
Encore une fois, je mets en garde : ne lisez que si vous savez à quoi vous attendre. Mais attention, c'est vraiment dur à lire, parce que c'est malheureusement réel. Et que ça fait peur de voir tant de cruauté et de haine.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (5)
BDSphere
13 février 2013
(...) Lunes Birmanes illustre la descente aux enfers d’un exilé. Un récit violent et documenté qui donne à voir l’horreur d’une vie réduite à la clandestinité et à l’esclavage. Echappant aux bourreaux birmans, Thazama et ses amis sont livrés à la merci des passeurs et trafiquants de la Thaïlande à la Malaisie dans des conditions plus qu’inhumaines. (...)
Lire la critique sur le site : BDSphere
BDGest
30 août 2012
Formidable témoignage sur une réalité par si lointaine, Lunes birmanes ne laissera personne indifférent. À lire absolument !
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario
17 juillet 2012
Lunes birmanes n’est pas qu’une BD de près de 200 planches réalisées avec talent par un artiste traduisant par des dessins expressifs ce qu’une auteure a souhaité nous révéler. C’est en plus un document édifiant, basé sur un dangereux travail d’investigation, à faire connaître au plus grand nombre […].
Lire la critique sur le site : Sceneario
BoDoi
29 juin 2012
Très documenté, et nourri de nombreux témoignages, le récit est haletant.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Actualitte
27 juin 2012
Lunes Birmanes n'évoque pas les drames de la Birmanie, mais des Birmans. La nuance est de taille. Sophie Ansel, journaliste, et Sam Garcia, dessinateur, donnent à voir l'enfer de la survie qui dure bien après la fuite hors du pays.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Ceux d'entre nous qui ont décidé d'oeuvrer pour la démocratie ont fait leur choix avec la conviction que le danger de se lever pour les droits fondamentaux de l'homme dans une société répressive est préférable à la sécurité d'une vie paisible dans la servitude.
Commenter  J’apprécie          70
La prison est le seul endroit du pays où l'on peut parler librement. Quand un nouveau arrive, c'est un bol d'air frais pour nous. C'est le seul contact que nous ayons avec le monde extérieur.
Dis-nous à quoi ressemblent les villes ! Quel est le dernier chanteur à la monde, la dernière actrice en vogue? Fais-nous rêver ! Nos rêves sont notre bien le plus précieux.
Commenter  J’apprécie          20
- C'est bon, je n'ai vu aucun journaliste étranger.
- Parfait! Préparez vos hommes.
- Attendez, d'où ils sortent ceux-là? (des journalistes arrivent in extremis)
- La presse internationale? La poisse... Prenez des clichés et faites évacuer.
Notre pays a besoin de votre voix. Utilisez votre liberté pour promouvoir la nôtre.
Commenter  J’apprécie          20
Ta force est dans tes convictions et ta survie au présent. Ne pense pas à hier. Ne pense pas à demain. Ecoute ta respiration, elle est le signe de ta vie et de ta dignité, de ton importance et du cœur qui t'anime et qui anime les tiens. Entends mon souffle dans le silence. Entends le vol silencieux du calao qui brave les orages. Le pas déterminé du tigre qui bondit dans la boue et les buissons d'épines. Inspire-toi de nos terres, de nos jungles et de la sagesse des créatures qui nous entourent. Ne pense pas. Transporte ton esprit vers tes origines. Ressens-les et prends-les avec toi. Aie confiance. N'attends rien. La violence est l'argument du faible. Résiste. Le temps œuvrera pour toi, Thazama. Concentre-toi sur le calme en toi pour affronter la tempête. Le combat te maintiendra en vie. Ne te laisse pas détruire. Laisse-les te piétiner et transforme ta rage en l'énergie de la résistance.
Commenter  J’apprécie          00
Brise les murs de l'impossible pour pouvoir ouvrir les portes à l'improbable.
Commenter  J’apprécie          101

autres livres classés : birmanieVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus

Autres livres de Sophie Ansel (1) Voir plus

Lecteurs (56) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5164 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..