AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752909675
Éditeur : Phébus (22/08/2013)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 63 notes)
Résumé :
A l'autre bout du monde il y a Arvida, ville modèle érigée au début du vingtième siècle par l'industriel américain Arthur Vining Davis. Le narrateur de ce livre est né là, dans lacapitale de l'aluminium, construite en cent trente-cinq jours. Petite utopie nordique peuplée de braves gens, de menteurs compulsifs et de pures crapules. Dans les quatre paroisses d'Arvida, le long du Saguenay et par-delà l'horizon bleuté des monts Valin, on se raconte des histoires de nui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Moan
  23 février 2015
Arvida est une ancienne ville industrielle du Saguenay au Québec créée en 1926 pour les besoins de la plus grande compagnie de production d'aluminium du monde.
Dans ce livre, Samuel Archibald raconte des histoires. Des histoires, de son père , de ses grands-parents, d'amis aux idées un peu folles, de pays immense où emprunter une route pouvait apporter des surprises. " C'était une manie d'Européen d'aller partout et c'était devenu une manie d'Américains de construire des routes pour aller nulle part".
Un tas d'histoires parfois surprenantes, drôles, tristes pour découvrir les habitants de cette ville bâtie en cent trente-cinq jours à côté de l'usine d'aluminium. "petite utopie d'un milliardaire philanthrope, montée de toute pièce au milieu de nulle part".
Ce livre a reçu plusieurs prix dont celui des Libraires du Québec en 2012. A découvrir!
Commenter  J’apprécie          230
Er-et-cel
  22 octobre 2014
Un livre très inégal dans la forme et le fond.
D'abord, la forme: 14 histoires en 14 chapitres, qui ne sont ni des nouvelles ni des histoires avec un début, un noeud d'intrigue et une conclusion. Certains châpitres ressemblent plutôt à des nouvelles et d'autres sont des objets non-identifiés, commençant une histoire et finissant par une autre sans grand rapport avec la première.. Bref, je me suis souvent demandé de quoi l'auteur voulait donc parler.
Le style est inégal lui aussi. le premier chapître est écrit en français (de France) dans un registre soutenu, clair, sans québécisme mais tout d'un coup, on trouve le mot "cenne" à la place de "cent" (centimes), puis un peu plus loin une phrase dans laquelle le boulanger n'avait pas envie de "jouer les polices". Je passe sur les autres petites culbutes qu'il fait subir à la grammaire plus loin. Je n'ai rien contre les expressions québécoises ou la langue québécoise, bien au contraire même. C'est une vraie langue, autonome, qui a les mêmes droits et la même valeur (pour ceux qui pensent qu'il existe une hiérarchie dans les langues) que le français parlé à Paris, mais j'avoue être fâché quand je ne trouve pas de cohérence dans une façon d'écrire.
Sur le fond, certaines histoires m'ont intéressé, telles América qui raconte une lamentable tentative de passer la frontière américaine avec une immigrée illégale ou bien Antigonish. Elles racontent une seule et unique histoire. Dès le début, on sait où l'on va. Par contre pour beaucoup d'autres chapîtres, je me suis demandé si le narrateur savait lui-même de quoi il voulait parler tellement il changeait de sujet en cours de route. Cela ressemblait alors à des rêveries éveillées, une évocation parcellaire de souvenirs qui s'évanouissent au fur et à mesure de la narration. Bref, pas pour moi.
Et c'est dommage parce-qu'il y a de temps en temps des pépites dans les réflexions du narrateur; ainsi de ce constat que j'ai pu vérifier personnellement:
"L'Amérique est une idée qui a produit des routes interminables qui ne mènent nulle part (..) tu peux rouler dessus pendant des heures pour trouver à l'autre bout à peu près rien, un tas de bois, de tôles et de briques et un vieux bonhomme planté debout en travers du chemin qui te demande: -Veux tu bin me dire qu'est-ce que tu viens faire par icitte?".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Gwenaweb
  22 octobre 2013
La personne qui a inventé Mass Critique est un génie. Babelio : tu as ma reconnaissance éternelle (je ne vous ferai pas le coup des petits extraterrestres verts de Toy Story, même si j'en ai eu très très envie). En plus d'un concept bougrement original, ce système est digne de confiance et des plus agréables. Merci !
Pour ce qui est du livre, j'ai eu beaucoup de mal à m'y mettre (des grosses gouttes de sueur me tombaient devant les yeux en voyant le chrono de Mass Critique). Le fait est que ce bouquin est divisé en toutes sortes de mini-histoires, qui ont un rapport de près où de loin avec la ville d'Arvida. Et chacune de ces fictions auraient à mon sens mérité un livre à part entière (pour ce point on a une explication dans la dernière histoire, mais tout de même !). A chaque fois, j'ai eu l'eau à la bouche pour que boum patatra, l'histoire se termine. Le fil conducteur, c'est juste l'impression qu'on est en train d'écouter le même grand père qui raconte ses histoires au coin du feu ("Père castor, raconte-nous une histoire… Même deux histoires !" J'vais pas faire tout le générique en entier non plus). On a l'impression de zapper et de capter quelques minutes de chaque programme. On entend presque toujours parler de ce "Jim", un peu comme si vous ne tombiez ce soir à la télé que sur des films avec Brad Pitt (on va pas choisir de la merde non plus). Je m'attendais à une succession de petites histoires mais je pensais qu'Ariane serait plus claire. Et parfois le rapport avec la ville est vraiment dur à saisir.
Et puis surprise, après quelques histoirounettes bien gentilles, on embraye sur une plus trashy et la suivante l'est encore plus… Mon intérêt est de plus en plus piqué (et c'est là que je me dis que j'ai un sérieux grain parce que je préfère ces histoires-là). Ceci étant dit, j'aime le gore mais je pense que je préfère le voir à la télé plutôt que de le lire. Voir des explosions de ketchup, j'adore. Mais lire des détails de mutilation… C'est autrement plus perturbant !
Attachant mais je pense que je l'oublierai vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
xBennyGx
  25 avril 2014
Je l'avoue dès le départ, étant un gars d'Arvida, j'ai été charmé plus que les personnes ne connaissant pas le coin peuvent l'être. On ne se fera pas de cachette mais reconnaitre les lieux et même des personnes (ce fût une surprise d'ailleurs) dans un livre, ça vient nous chercher un peu plus. Quand c'est d'un petit coin de pays comme le nôtre, ça a beaucoup plus d'effet que dans une ville que tout le monde connait également. Alors mis à part cette partie personnelle, je lui donne tout de même un 4 fort.
Je dois dire que le principal attrait de ce livre, est la manière dont il est écrit. La plume de Samuel Archibald m'a agréablement surpris. C'est vraiment très littéraire et on prend plaisir à le lire. Même lors des nouvelles (puisque c'est un recueil de nouvelles) qui était moins intéressantes, j'avais tout de même un grand plaisir à lire ses mots qui défilaient.
Plusieurs histoires dans un même bouquin, ça se lit très bien par petits bouts éparpillés parce qu'il n'y a presque pas de lien entre les histoires. Mais le deuxième point qui a été un choc pour moi, c'est la diversité du type d'histoire. Surtout, le fait que malgré le changement, elles sont tout de même excellentes. Notre parcours littéraire traverse des endroits drôles ainsi que des endroits horribles. Il nous fait passer à travers plein d'émotion en plus d'avoir une écriture agréable à lire, quoi demander de mieux d'un livre?
Bonne lecture à tous!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sweetie
  14 février 2017
Sur recommandation enthousiaste de ma soeur, j'ai entrepris la lecture d'Arvida de Samuel Archibald en croyant être en terrain connu. Je m'explique : un écrivain québécois qui raconte ses souvenirs de jeunesse au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans les années 1980. Et bien, c'est un peu ça mais pas du tout en même temps. Archibald est un conteur né, à l'imagination fertile et au verbe haut en couleur. Des nouvelles variées donc, quelques unes qui se recoupent mais dans l'ensemble, c'est très divertissant, rigolo par moments et empreint d'une certaine nostalgie. Instructif aussi : Arvida, une petite ville industrielle construite sur mesure pour une aluminerie à la fin des années 1920 près de la rivière Saguenay et qui doit son nom aux initiales du président de la compagnie Alcoa : Arthur Vining Davis. Ce qu'il en reste maintenant, il faudrait bien aller voir de près et c'est précisément cette envie que m'a donnée Samuel Archibald.











Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MoanMoan   11 octobre 2014
- Connais-tu Proust?
- Ecrivain français auteur d'A la recherche du temps perdu. Six lettres.
- Voilà. Ce truc-là, c'est l'Everest. Quelque chose comme quatre mille pages. Là-dedans, le narrateur goûte au début à une madeleine et ça fait revenir à sa mémoire toute son enfance. Tu te rends compte? Le gars a sorti le monde entier d'un biscuit.
-C'est pas vraiment un biscuit , une madeleine.
-Je sais. Mais moi j'ai rien qui se rapproche de ça. J'ai pas de madeleine. Tout ce dont on avait faim, quand on était des enfants, c'était de MacDo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
xBennyGxxBennyGx   10 avril 2014
L'Amérique est une mauvaise idée qui a fait du chemin. C'est ce que j'ai toujours pensé et ce n'est même pas une image.
J'aurais dû dire : l'Amérique est une mauvaise idée qui a fait beaucoup de chemins. Une idée qui a produit des routes interminables qui ne mènent nulle part, des routes coulées en asphalte ou tapées sur la terre, dessinées avec du gravier et du sable, et tu peux rouler dessus pendant des heures pour trouver à l'autre bout à peu près rien, un t'as de bois, de tôle et de briques, et un vieux bonhomme planté debout au travers du chemin qui te demande :
-Veux-tu bin me dire qu'est-ce que tu viens faire par icitte?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MaliceMalice   27 octobre 2013
Périodiquement, on évoque l'intronisation éventuelle de la ville au patrimoine mondial de l'Unesco. Je pense qu'ils en parlaient en la construisant. C'est le même running gag entre mon père et moi. Quand on passe devant une maison arvidienne envers laquelle les années n'ont pas été tendres, un duplex dont les propriétaires ont peint leur moitié de couleurs différentes ou un gazon entretenu avec laxisme, l'un de nous deux dit : - Celle-là, y seraient mieux de pas la montrer aux gars de l'Unesco
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
igregoireigregoire   08 août 2014
(...) l'idée que l'objet du désir n'a jamais rien à voir avec le désir lui-même; l'idée que la satisfaction du désir ne le comble pas plus qu'il ne le fait disparaître, qu'au milieu de toutes les choses voulues le désir demeure en nous et se dessèche en remords et en regrets.
page 18
Commenter  J’apprécie          40
MarianneRichardMarianneRichard   30 mai 2015
Les pâtisserie ancienne évoquent notre enfance pour nous seuls, et encore, si on prend le temps de le mastiquer comme il faut, on doit bien avouer qu'elles ne goûtent plus la même chose. P.11
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Samuel Archibald (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samuel Archibald
autres livres classés : histoiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre
.. ..