AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André-Yves Richard (Traducteur)
ISBN : 2277124680
Éditeur : J'ai Lu (26/02/2001)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 329 notes)
Résumé :
Histoire du Futur,
Cycle 03 : Elijah Baley,
Tome 02 : Face aux feux du soleil

C'est désormais sur la lointaine planète Solaria qu'Elijah Baley et R. Daneel Olivaw vont exercer leur talent d'enquêteurs. Sur ce monde, les hommes n'acceptent plus de se rencontrer physiquement mais se " visionnent " par le truchement de projections télévisées. Or, un meurtre a été commis, un meurtre apparemment impossible puisque aucun Solarien n'aurait asse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Wiitoo
  17 juillet 2014
Mais qu'es-ce qu'on s'ennuie sur Solaria ! La planète au cent millions de robots qui servent vingt mille êtres humains. La couverture pourrait laisser penser le contraire mais ce n'est pas le cas. D'ailleurs, les contacts entre humains sont inexistants et les gens se parlent uniquement par stéréovision.
Nous retrouvons donc notre cher enquêteur, Elijay Baley, qui se voit confier une enquête pour meurtre chez les spaciens. C'est la première fois qu'un terrien quitte sa planète pour se rendre sur un autre monde et il ne sera pas le bienvenu sur ces terres aseptisées, où la population craint d'être contaminée par les germes du terrien.
Il aura dès son arrivée la bonne surprise d'être accueilli par R. Daneel, le robot humanoïde avec lequel il avait partagé sa dernière enquête sur Terre. A partir de là, on va retrouver le même schéma que dans le tome précédent, Les cavernes d'acier. Trois, quatre personnages en tout et une histoire un peu trop basique. On se croirait dans un épisode de Columbo avec une aventure sans action, sans grands rebondissements et sans grande saveur, bref, l'histoire est peu passionnante jusqu'au vingt dernières pages ou Baley se livre à une implacable démonstration orale devant l'ensemble des personnages pour confondre le coupable. C'est finalement l'environnement, les descriptions et le contexte de vie sur Solaria qui rend cette lecture intéressante bien que quelque peu désuète de nos jours.
C'est quand même dommage que ce roman soit si plat et si peu captivant du point de vue de l'intrigue alors qu'Isaac Asimov à su, par ailleurs, faire preuve d'une incroyable imagination pour inventer les robots dans les années cinquante. Vingt ans avant l'invention des premier microprocesseurs. Isaac Asimov imaginait le terme de la robotique et commençait à écrire ses premières nouvelles. Il développait des idées visionnaires sur la vie quotidienne des humains utilisant les services des robots. Solaria en est probablement l'exemple le plus extrême. La démonstration d'un excès où l'homme ne fait plus rien de lui-même et est totalement assisté. L'imagination débordante d'Isaac Asimov lui a permis d'inventer des mondes étonnants et de nous mettre en avant les conséquences sociologie néfastes d'un mode de vie moderne et assisté vers lequel nous nous dirigeons inexorablement. Mais malheureusement quand il s'agit de trouver une histoire à raconter, un fil rouge, une intrigue, là très honnêtement c'est quand même un peu "léger".
Certified "Inspecteur Colombo dans l'espace" by Wiitoo Takatoulire.
www.wiitoo.over-blog.com
Note 4/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4318
Kalgan
  26 mars 2018
Après le troisième tome du Cycle des Robots qui laisse de côté l'intrigue au profit de l'univers dans lequel il nous plonge, Asimov revient à son meilleur niveau dans « Face aux feux du soleil » pour nous livrer un récit grandiose dont il a le secret.
Car en effet il ne manque de rien dans ce quatrième volet du cycle: du suspens, une véritable intrigue, une fin spectaculaire, une enquête qui n'est pas bâclée mais surtout un apport considérable à l'univers du Cycle des Robots qui semble déceler de plus en plus les liens avec le Cycle de Fondation et les autres oeuvres de science-fiction d'Asimov.
On retrouve l'enquêteur terrien Elijah Baley, toujours en compagnie du robot humanoïde R. Daneel Olivaw, qui sont cette fois-ci chargés d'enquêter sur le meurtre du docteur Delmarre, survenu sur la planète Solaria faisant partie des Mondes extérieurs. C'est un fait exceptionnel car aucun terrien avant Baley n'a eut l'occasion de se rendre sur une des planète des Mondes extérieurs. Les moeurs y sont totalement étrangers à ceux de la Terre: les robots sont omniprésents, toutes les maladies ont été éradiquées, l'espérance de vie est beaucoup plus élevée et la population y est très faible.
Ces différences sont d'autant plus grandes que Solaria est la plus excentrique des planètes des Mondes extérieurs: la population s'élève à seulement 20 000 individus pour 200 millions de robots. Les habitants ont tous cessé de se voir physiquement et restent reclus chacun avec leurs robots dans d'immenses domaines. Ils se rencontrent désormais uniquement de façon virtuelle par « stéréovision ».
Malgré l'aide du robot Daneel Olivaw, pour mener à bien l'enquête, Baley doit faire face à ces étranges coutumes mais surtout à ses propres peurs: les Terriens qui vivent désormais dans des villes souterraines totalement isolées de la surface, Baley ne supporte pas de sortir à l'air libre.
L'enquête semble elle, être insoluble: les Solariens ne peuvent supporter la présence d'autrui à moins d'une dizaine de mètres et aucun robot ne peut commettre de crime: comment le meurtre du Dr Delmarre est-il survenu ?

L'enquête est beaucoup moins bâclée que dans le tome précédent et sa résolution beaucoup plus crédible et réaliste, mais surtout plus détonante, la chute du livre renoue avec le talent d'Asimov.
Asimov nous réserve dans ce livre une intrigue de grande classe et nous mène jusqu'à sa solution dans un récit très rythmé avec une écriture toujours aussi agréable à lire et efficace. L'histoire est absorbante dépasse cette fois-ci le cadre de la Terre pour mettre en scène des horizons inconnus.
En outre Baley semble de plus en plus s'accrocher à l'idée qu'il est nécessaire pour les Terriens de coloniser l'espace pour se libérer de la domination des Mondes extérieurs. Cela amorce l'idée d'une conquête spatiale à venir et qui sera à l'origine de l'Empire galactique présent dans le Cycle de l'Empire et de Fondation.
Toute la subtilité du récit vient du fait que l'enquête elle-même est entièrement corrélée à cette volonté de colonisation. Tout ce réseau complexe de liens que tissent peu à peu Asimov dans chacun de ses livres n'est pas anodin et dénote de la vue d'ensemble qu'il porte sur son oeuvre. Il réussit même à le faire sur le fond d'une formidable enquête policière.
On ne louera jamais assez la qualité d'écriture d'Asimov et le plaisir qu'il peut procurer à nous faire découvrir le monde du futur. le livre se hisse parmi les meilleurs d'Asimov tant sur le fond que sur la forme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Ambages
  19 novembre 2017
« Jehoshaphat ! » ...qui pourrait se traduire par une formule du genre ''Saperlipopette !'' Quel régal. Mon premier Asimov et il y a tout ce qui me plaît, même plus car je n'imaginais pas mener une enquête digne d'un Poirot, logique et humain, avec en prime une bonne dose de sociologie, de politique et d'ambivalence dans l'opposition de deux mondes, la Terre et Solaria.
Les premiers ne peuvent vivre que comme des insectes, tassés les uns sur les autres et dans le plus clos des espaces, toujours sous terre et craignant plus que tout l'Espace, le soleil, la lumière. Les seconds ont préféré les grands Espaces, la solitude, la limitation des naissances pour maintenir la population de la planète à moins de 20 000 âmes, poussant à l'extrême la peur des maladies, des contacts physiques, vivant seul dans une demeure espacée de milliers de kilomètres de son voisin et allant jusqu'à organiser les naissances comme une horreur. Dans ce contexte, comment a pu être tué ce brave solarien, si vétilleux ? Qui a pu lui fracasser le crâne ? Ces descendants de terriens décident de demander de l'aider à la Terre et à Aurore, chacune des planètes fournissant son meilleur enquêteur. Ce drôle d'équipage va devoir s'entendre pour démêler cette sombre affaire. Un robot aurait-il pu tuer un humain au mépris de la Première Loi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
frankgth
  22 septembre 2013
Si Les cavernes d'acier nous avait cantonné sur notre bonne vieille Terre cette suite va envoyer notre enquêteur Elijah Bailey exercer ses talents sur la lointaine planète Solaria. Dans cette société robotisée à l'extrême où les contacts humains sont réduits au strict minimum il va découvrir que son rôle va bien au-delà de sa fonction d'enquêteur.
Si Asimov avait joué comme à son habitude avec ses lois de la robotique dans le premier tome, dans cette suite il pousse les raisonnements à l'extrême. Ça nous donne une histoire plus complexe et étonnante dans laquelle l'enquête n'est qu'accessoire par rapport à l'étude sociologique et psychologique de cette société particulière. Un vrai bon moment de SF qui donne bien évidemment envie d'enchaîner sur sa suite, Les robots de l'aube.
Commenter  J’apprécie          160
chapochapi
  25 août 2015
Première vraie lecture d'Asimov et découverte d'un grand classique, un vrai bon roman policier et des questions sociales intéressantes. Deuxième volet d'une série d'ouvrages, le lecteur retrouve (ou, dans mon cas, rencontre) le protagoniste du premier roman. Enquêteur terrien de son état, Elijah Baley est envoyé en mission sur Solaria, ce qui n'a rien de logique : non seulement ces Spaciens font appel à l'engeance primitive et méprisée des Terriens, mais la présence d'un de ces humains non évolués va s'avérer compliquée pour tous sur Solaria. En effet, Elijah, comme tout terrien, vit reclus sous terre et ne supporte pas les grands espaces de Solaria, mais surtout il est habitué aux contacts visuels et tactiles entre humains, ce qui est extrêmement mal perçu sur Solaria, planète à peine peuplée, vivant de la multitude de robots et dont les habitants ont progressivement perdu tout lien social réel.
Seulement, la présence d'Elijah semble indispensable : il a été réclamé en haut lieu pour résoudre un meurtre improbable. En effet, un brillant scientifique a été tué, sans que le coupable, forcément humain, ait pu l'approcher. Tout semble accabler sa femme. Tout d'abord car il s'agit du seul être humain vivant à moins de 4h de route de la victime ; ensuite car aucun robot soumis aux lois de la robotique n'a pu tuer un humain. Elijah, assisté de son coéquipier Daneel R. Olivaw, un robot dernière génération à l'aspect humain, va devoir briser les tabous pour mener son enquête.
Le roman policier est bien ficelé tant pour le suspense que pour la découverte du monde étrange de Solaria, si éloigné du nôtre. Là-bas, les individus ne se parlent plus que par écrans interposés ; ces contacts de plus en plus distants ont progressivement rendu l'interaction sociale de visu caduque puis détestable. de fait, les solariens ont les réactions les plus extrêmes lorsqu'il s'agit de voir Elijah, étouffent à l'idée de respirer le même air que lui, prennent leur courage à bras le coeur pour lui serrer la main. L'idée est novatrice et intéressante, d'autant que cette distance convient parfaitement aux habitants, habitués à la présence aseptisée des robots domestiques qui grouillent discrètement autour d'eux. L'étonnant est bien cette modernité associée à une vision archaïque de la sexualité, c'est-à-dire le contact humain le plus extrême. Dans ce monde pourtant moderne, Asimov n'a su anticiper les évolutions scientifiques et sociales. Les Solariens refusent tout contact mais sont bien obligés de se reproduire, et ils le font de la manière la plus conventionnelle possible : les couples sont formés sur des critères scientifiques et, lorsque cela s'avère nécessaire, copulent pour le bien de la planète. Des centres récupèrent les foetus puis élèvent les enfants, tâche ingrate qui relève de l'abnégation et de l'amour inconditionnel pour la patrie. Asimov n'a donc pas envisagé la procréation assistée, les bébés éprouvettes, ce qui donne un aspect agréablement archaïque à ce roman futuriste. Néanmoins, cette société individualiste à l'extrême, en miroir de la Terre d'Elijah étouffante, reste une vision pertinente de l'avenir de notre monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
WiitooWiitoo   14 juillet 2014
- Acceptez-vous de me voir ? J'aimerais inspecter la ferme.
- Je ne comprends rien à cette histoire de me voir. Si vous voulez visionner la ferme, je vous guiderai.
- Je ne veux pas visionner quoi quoi que ce soit. Je veux voir de mes yeux et en étant sur présent, en chair et en os.
- Vous êtes détraqué ou quoi ? Y a-t-il longtemps qu'on ne vous a fait d'analyse chromosomique ?
- Jehoshaphat ! gronda Baley. Écoutez donc. Je m'appelle Elijah Baley. Je viens de la Terre.
- De la Terre ! s'écria-telle avec véhémence. Cieux éternels !
- Ouais. De voir ! Quelle saleté. Enfin, qu'es-ce qu'un peu plus de saleté dans ce boulot répugnant. ? Mais écoutez-moi bien, vous : ne vous approchez pas trop de moi. Restez à bonne distance. Nous pourrons nous parler en criant, ou en nous adressant des messages par robot, si nécessaires. C'est bien compris ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
gillgill   20 juillet 2012
Elijah Baley luttait obstinément contre la panique.
Depuis quinze jours ses appréhensions n'avaient cessé de croître ; depuis plus longtemps même, depuis le moment où on l'avait convoqué à Washington et, une fois là, informé de sa nouvelle affectation.
La convocation à Washington, en elle-même, était déjà assez troublante. Elle était arrivée sans explication : une véritable sommation, et cela ne faisait qu'aggraver les choses. Il y avait des bons de voyage, aller et retour par avion, joints : du coup, tout allait de mal en pis !
Ses appréhensions étaient partiellement dues au sentiment d'urgence que sous-entendait le trajet par voie aérienne et, d'un autre côté, à l'idée même qu'il dût effectuer le voyage par air : tout juste cela ; et pourtant ce n'était là que le début de ses craintes, donc des sentiments encore facilement contrôlables.....
(extrait du premier chapitre "Une question se pose")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KalganKalgan   26 mars 2018
- Non, il n'y a qu'une seule personne qui ait pu le faire. Il est impossible que ce soit quelqu'un d'autre, matériellement impossible.
- Matériellement impossible?
- Je vous le certifie.
- Alors, il n'y a pas de problème.
- Bien au contraire, le problème est plus ardu que jamais. Car cette seule personne n'a pu commettre ce crime non plus.
Avec un calme olympien, Baley proféra:
- Donc, personne n'a commis de crime.
- Oui. Et pourtant ce crime a eu lieu, et Rikaine Delmarre est mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
chapochapichapochapi   25 août 2015
- Vous avez parlé d'aborder les gens face à ....( il secoua la tête, humectant ses lèvres d'un mouvement rapide de la langue). Je préfèrerais ne pas avoir à le répéter. Je pense que vous voyez de quoi je veux parler. Cette phrase a fait surgir en moi la vision de nous deux, respirant.... respirant l'air rejeté par l'autre. (Et le Solarien eut un frisson.) Vous ne trouvez pas cela répugnant ?
- Je ne me souviens pas l'avoir jamais considéré comme tel.
- Cela me semble une habitude si sale. et au moment même où vous énonciez cette phrase et que cette vision me venait à l'esprit, j'ai pris conscience du fait qu'après tout nous étions tous les deux ensemble dans la même pièce. Certes, je ne vous faisais pas face, mais néanmoins des bouffées d'air, qui avaient passé par vos poumons, devaient arriver jusqu'à moi, qui les respirais. Dans mon état d'esprit, je fus particulièrement sensible à ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KalganKalgan   01 avril 2018
Mais Daneel s'agenouilla seulement et ses doigts effleurèrent délicatement le corps de Leebig, ici et là. Puis, soulevant doucement la tête de Leebig, comme si elle lui était infiniment précieuse, il la prit contre lui, la caressa.
Son visage, aux traits merveilleusement sculptés, faisant face aux regards de tous. Il murmura:
- Un être humain est mort.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Isaac Asimov (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
À occasion de la troisième édition du festival Québec en toutes lettres Jean-François Chassay parle de l'auteur Isaac Asimov.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre
.. ..