AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782360540181
176 pages
Éditeur : Le Mot et le reste (01/01/2011)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Ce texte de Mary Austin est l’un des grands classiques de la tradition américaine de nature writing et les critiques de son temps ont comparé sa sensibilité à l’environnement à celles de Thoreau et Muir. Sa célébration de la beauté du désert la place dans toute une lignée d’écrivains américains qui, de John Van Dyke à Edward Abbey, ont fait porter sur ces régions un regard à contrecourant du désir d’exploitation indissociable de l’histoire de l’Ouest américain. Se t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
cardabelle
  23 avril 2016
Ce classique américain de nature writing , fort bien traduit par François Specq , est une ode magnifique à la beauté sauvage du désert du Sud Ouest des U. S.
.
Mais , c'est aussi une oeuvre empreinte de réalisme qui , par son intensité , va contribuer à stimuler la conscience écologique de chacun et à défendre la cause environnementale , mais comme tous ces fous du désert , la magie du lieu l'a elle aussi happée et , bien qu'elle ait cherché à transmettre des connaissances scientifiques ,
elle partage volontiers ses pensées philosophiques , spirituelles , poétiques...
.
"Alors que pour beaucoup il s'agit d'un territoire simplement brûlé par le soleil et dépourvu de vie , cruel et inhospitalier , Mary Austin lui insuffle une vie extraordinaire..."( François Specq ).
.
Beau texte donc.
Et, le traducteur conclue ainsi sa préface : "Mary Austin constitue ...un trait d'union essentiel entre ses devanciers Henry David Thoreau, Susan Fenimore Cooper et John Muir et ses successeurs Aldo Léopold, Edward Abbey, Annie Dillard ou Terry Tempest Williams.
.
Avec John C van Dyke (dont le Désert parut en 1901) , elle inaugura une tradition d'écriture du désert toujours vivante aujourd'hui , qui voit en celui-ci non un lieu de désolation mais de vision.....la voix et le regard si particuliers de Mary Austin intégrant parfaitement écologie et esthétique en même temps que sensibilité aux communautés humaines , furent pionniers ."
.
Bien sûr , la lecture est à replacer dans son époque ; pourtant , cette œuvre demeure intemporelle et , aujourd'hui , peut-être plus que jamais elle a sa raison d'être .
Et , toute l'émotion promise est bien là .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
EvlyneLeraut
  30 décembre 2019
Attentif au passage du furtif, « le Pays des petites pluies » est un chef-d'oeuvre d'humanité. Ecrit par Mary Austin en 1903, ce premier roman au souffle rare s'élève sur le désert de l'Ouest Américain dans El Pueblo de las Uvas. Cette ode au vivifiant, à la nature rebelle ou apaisante est une étoile dans la nuit. Une ferveur qui se donne si l'on sait regarder ce que Mary Austin délivre de ses observations. Ce qui se passe au travers des murmures et des respirations de ce désert qui s'étire au fond de nous-mêmes. « Ce sont ces pins qui intriguent le botaniste local, car pas faciles à déterminer et sans lien avec les autres conifères qui poussent sur les pentes de la sierra - les mêmes pins dont les indiens racontent une légende de fraternité et de rétribution divine mêlées. » Mary Austin dévoile l'idiosyncrasie d'un monde étrange et pur. A peine dérangé par les hommes. le sable est encens. Les hôtes de cette terre à peine effleurée savent ce que coûte en survie la chaleur, le peu et le rien. La vie rayonne dans l'écriture. Essentielle, digne, elle est l'essence même. Humble, elle donne à voir, ressentir, comprendre. Sans ce surplus qui altère les sens. « J'ai oublié de chercher, quoique j'en aie eu l'intention, si l'amandier sauvage poussait sur cette terre où Moïse gardait les troupeaux de son beau-père. Mais si c'est le cas, on tient peut-être l'explication du buisson ardent. Cet arbuste vous assaille d'une flamme telle une révélation. » « le Pays des petites pluies » est une oraison. Un manteau de laine pour contrer les douleurs hivernales. Une échappée en plénitude. Merveilleusement, la puissance littéraire qui se donne dans cette noblesse verbale est le plus beau regard sur ce monde qui semble dénudé de toutes les aspérités, les métaux, les troubles d'un contemporain qui se brûle les ailes. Les êtres et les animaux semblent à peine nés dans un désert vierge de rancoeurs. L'essentiel est là. Mary Austin regarde et déploie le chant d'une nature bouleversante. La vie est rude. Les hommes en corps à corps, avec cette nature parfois rebelle. « Les hommes hirsutes et solitaires qui surveillent les troupeaux pourraient, en faisant abstraction de quelques ajouts vestimentaires, être les frères mêmes de David » Comment ne pas vibrer, pleurer, dans cette rencontre nourricière avec ces petites pluies divines. Cette majesté grammaticale qui devine l'important avant l'heure et qui pose la plus belle prière venue de l'Ouest Américain. De ce désert qui étant sa force bien au-delà des nuances géographiques se mêlant au charme fou « Des lisières d'eau ». « L'origine des cours d'eau est comme celle des pleurs, clair l'esprit mais mystérieuse pour les sens. » « le lac, c'est l'oeil de la montagne, vert jade, serein, impassible, insondable aussi. » « le Pays des petites pluies » est une litanie, une apothéose littéraire. « La conclusion logique de la foi selon laquelle tout don pur vient de Dieu ne peut être que la main tendue et une noblesse pleine de bienveillance. le repas préparé à l'extérieur sert à acheter une chandelle pour l'enfant défunt du voisin. C'est folie que de penser que la chandelle n'est en rien bénéfique ». Chaque syllabe de ce récit est un grain de lumière. Ce « Nature Writing » se lit doucement. Retenir l'hymne de cette terre libre. La préface de François Specq, remarquable, est à relire plusieurs fois tant elle délivre le majeur du récit de Mary Austin. Traduit également par François Specq « le Pays des petites pluies » est édité par le Mot et le Reste. Et c'est une grande chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
veroherion
  18 février 2019
Je commence par remercier Babelio (Masse Critique) et la maison d'éditions Les mots et le reste, que je ne connaissais pas et ai découvert avec un grand plaisir.
La réception de ce livre de nature writing a été une réelle petite joie dans mon quotidien. J'adore vraiment recevoir des livres par la poste, comme un petit cadeau.
Je ne connaissais pas non plus l'autrice Mary Hunter Austin.
Son écriture est précise et délicate. Elle vit son paysage et le décrit avec une belle poésie et un fine connaissance de ce patrimoine naturel.
Mais son écriture n'est pas facile d'accès, sans être pour autant chargée... Elle raconte beaucoup de choses, mais beaucoup de choses immobiles, ou de petits événements si ténus qu'ils semblent presque invisibles et le seraient si Mary Austin n'était là pour les révéler.
Son écriture me rappelle celle de Rick Bass, qui décrit lui aussi tous ces petits détails qui échappent au commun... le passage des saisons, le vent dans les herbes, une pierre qui roule, un éboulis...
Nous lisons et parfois, l'esprit s'échappe et il faut relire. D'autres fois, l'esprit est tout à coup happé dans une image magnifique et l'on relit aussi, juste pour la jouissance du texte et de l'image qui apparaît.
Un petit livre, donc, pas forcément facile, d'une délicate beauté indéniable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ivredelivres
  01 mars 2011
Un mot de l'auteur Mary Austin d'abord car son nom n'est pas connu en France, auteur prolixe, théâtre, nouvelles, c'est ce récit publié en 1903 qui l'a fait connaître et en a fait le chantre de la nature à l'égal de John Muir ou Thoreau, elle fut amie avec Willa Cather et Jack London.
C'est le désert qui est ici au coeur du livre, Mary Austin aime le désert car dit-elle « Pour tout ce que le désert prend à l'homme il donne une contrepartie, des respirations profondes, un sommeil profond et la communion des étoiles. Il nous vient à l'esprit avec une force renouvelée, dans les silences de la nuit »
14 courts chapitres initialement écrits pour les journaux qui vont vous faire parcourir le désert des chercheurs d'or, celui où des fables nourrissent l'imaginaire, vous pourrez répérer les sentiers qui mènent aux sources, admirer « cinquante sept busards, un sur chacun des cinquante sept poteaux de clôture du ranch El Tejon, par un matin de septembre favorable au mirage »
Vous enfoncer sur les terres des indiens shoshone « le pays du mouflon, du wapiti et du loup. »
Tout est prétexte à émerveillement pour Mary Austin, tenez par exemple, le pré de son voisin, convoité, échangé, acheté, revendu, traversé d'un ruisseau, il finit un peu abandonné, la nature reprend ses droits « il est intéressant de voir cette reconquête d'un ancien territoire par les plantes sauvages que l'homme a bannies ». le pré change de couleur au gré des saisons « Depuis le coeur de l'été jusqu'aux gelées la note dominante du pré est l'or clair, tournant à la teinte rouille de la bigelovie sur le déclin, une succession de couleurs plus admirablement réglées qu'un changement de décor au théâtre ».
Canyons, sierras, mesa, sentiers sont son domaine mais les histoires des hommes aussi tels ses gardiens d'écluse en un pays où l'eau est un trésor. Attentive à la beauté, l'auteur observe et note avec précision en naturaliste passionnée. Ses récits dégagent une grande poésie, un certain lyrisme et un immense amour pour ce pays « de rivières perdues, où il n'y a pas grand-chose à aimer ; et pourtant un pays vers lequel on ne peut que revenir une fois qu'on l'a jamais visité. »
Ecoutez son appel : « Venez donc vous qui êtes obsédés par votre importance dans l'ordre des choses, et qui ne possédez rien qui n'ayez obtenu sans peiner, venez par les sombres vallées et les collines charnues, jusqu'au pays des jours paisibles, et faites vôtres la générosité, la simplicité et la sereine liberté. »
François Specq traducteur et préfacier dit du livre « magnifique célébration de la beauté sauvage », si vous aimez Edward Abbey ou John Muir, si Walden est un livre important pour vous, si vous avez aimé Elisée Reclus et son Histoire d'un ruisseau, alors le pays des petites pluies ne vous décevra pas.
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
belette2911
  12 septembre 2019
Un peu de douceur dans ce monde de brutes, comme le disait si bien la publicité pour les chocolats dont je ne citerai pas la marque.
Voilà le genre de bande-titre que l'on pourrait apposer sur cet oldies parlant de nature-writing et datant de 1903.
Pour la plupart des gens, dans les déserts, il n'y a rien, pas de vie, pas de flotte, juste la chaleur la journée, le froid la nuit et l'immensité désertique.
À la lecture de ce roman composé de nouvelles, ou plutôt, de petites chroniques, on apprend qu'il n'en est rien et que le désert n'est pas dépourvu de vie et qu'il n'est pas juste une étendue de sable matraquée par le soleil implacable, infernal.
Elle nous parlera des plantes qui y vivent, des oiseaux, de l'eau que l'on peut trouver en creusant un peu et où des aventuriers sont morts de soif alors que s'ils avaient creusé un peu, ils eussent survécu.
Elle nous parle de cette fascination que le désert a sur l'Homme, sur la magie qui s'en dégage, sur ses dangers mais aussi sur tout ce qu'il a à offrir.
Ça se lit confortablement installé au soleil, pour en sentir sa morsure et ainsi, on peut se laisser porter par le récit fort bien détaillé de l'auteure, imaginer les paysages, sentir les odeurs et se laisser bercer par ses petites chroniques où il ne se passe rien, mais où il se passe bien des choses car on parle tout de même de la Nature.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   23 avril 2016
L'homme est un grand maladroit lorsqu'il se déplace dans les bois et aucune autre créature à l'exception de l'ours ne fait autant de bruit.

Ainsi largement prévenu à l'avance,il faudrait vraiment être un animal fort stupide,ou alors très intrépide,pour ne pas rester sagement caché.
Le plus malin des chasseurs est à son tour chassé et ce qu'il laisse de sa proie devient nourriture pour un autre. Telle est l'économie de la nature , mais avec tout cela on ne prête pas assez attention à l'oeuvre de l'homme.

Il n'y a pas de charognard qui mange les boîtes de conserve et nulle créature sauvage ne laisse de telles souillures sur le sol de la forêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ivredelivresivredelivres   01 mars 2011
Venez donc vous qui êtes obsédés par votre importance dans l’ordre des choses, et qui ne possédez rien qui n’ayez obtenu sans peiner, venez par les sombres vallées et les collines charnues, jusqu’au pays des jours paisibles, et faites vôtres la générosité, la simplicité et la sereine liberté.
Commenter  J’apprécie          70
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   16 septembre 2015
L’origine des cours d’eau est comme celle des pleurs, claire pour l’esprit mais mystérieuse pour les sens. Ils s’y affairent sans cesse, mais on les prend rarement sur le fait. Ici dans la vallée, l’eau ne s’arrête jamais, même à la saison où ce pingre de gel lui compte le droit d’être en mouvement. Elle met à profit l’heure du midi et tinte délicatement toute la nuit sous la glace.
Commenter  J’apprécie          50
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   16 septembre 2015
Au milieu du désert, où le bétail est absent, il n’y a pas de charognards, mais si vous vous enfoncez suffisamment loin dans cette direction vous avez toutes les chances de sentir sur vous l’ombre de leurs ailes relevées. Rien de la taille d’un humain se déplacer inaperçu dans cette contrée et ils savent très bien comment cette terre traite les étrangers. On peut trouver là des indices de la manière dont un territoire impose de nouvelles habitudes à ceux qui l’habitent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ivredelivresivredelivres   01 mars 2011
Pour tout ce que le désert prend à l’homme il donne une contrepartie, des respirations profondes, un sommeil profond et la communion des étoiles. Il nous vient à l’esprit avec une force renouvelée, dans les silences de la nuit
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : nature writingVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
448 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre