AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2075063826
Éditeur : Gallimard Jeunesse (15/09/2016)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Lorsqu’il débarque à l’aéroport de Yangon en Birmanie, Maximilien est accablé par la chaleur et l’ennui. Rejoindre ses parents expatriés dans le quartier chic de Golden Valley, n’est pas le programme dont il avait rêvé cet été-là. Mais quand Max rencontre Dolly dans une soirée de la jeunesse dorée, c’est le choc. Elle a vingt ans, elle est belle, brillante, follement attirante. Leur complicité charnelle est une révélation qui en annonce bien d’autres. Car Doll... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
babelivet
  18 octobre 2017
Golden Valley
Le roman Golden Valey a été créé par Gaël Aymon. le livre commence en évoquant des souvenirs de la fin de l'histoire. le style est parfois dialogué et très bien décrit dans les détails. Dans le lexique à la fin du livre nous retrouvons la définition des mots en Birman.
Les personnages principaux de l'histoire sont Maximilien, le jeune homme, qui tombe amoureux de Dolly, soeur de Brandon, qui est l'ami de Maximilien. On croise aussi Zaw Zaw la servante, puis les parents de Maximilien.
Le roman raconte l'histoire d'amour d'un jeune homme du nom de Maximilien qui alla rejoindre ses parents en Birmanie à contrecoeur, mais un jour son ami Brandon l'invita à une soirée et il rencontra Dolly la soeur de Brandon dont il tomba amoureux dès le premier regard.
J'ai trouvé ce livre assez passionnant.
Commenter  J’apprécie          10
virginiedelattre
  20 décembre 2016
"L' adolescence est ce moment de la vie qui peut soudain faire bifurquer une ligne droite. Mais comment échapper à sa condition, quelle qu' elle soit, à un âge où le sentiment d' impuissance domaine"
C' est l' été, Maximilien rejoint ses parents en Birmanie (son père y travaille pour une grande société), dans un quartier très chic où des expatriés côtoient les riches birmans.... Que faire ici, qu' elle occupations avoir, comment supporter ces parents à qui Maximilien ressemble pour son plus grand désespoir...... Enfermé dans ce quartier chic, il ne voit rien de la Birmanie, jusqu' à cette rencontre avec Dollye, jeune fille birmane de famille riche, qui va ouvrir les yeux de Maximilien. Elle va lui montrer son pays sous un autre jour,.... mais aussi sa propre vie. "Celle qui allait m' aider à devenir celui que je ne voulais plus être". Une très belle histoire d' amour va naître entre eux d' eux. Elle lui a ouvert les yeux sur le monde, sur sa propre famille, sur le fait que le monde n' est pas que le monde d' utopie d' une jeunesse dorée...
C' est un roman fort, très riche qui montre du doigt les injustices d' un monde où l' argent domine.... où chaque chose a un prix mais plus réellement de valeur.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
orbe
  22 août 2017
Maximilien part en Birmanie rejoindre ses parents pour les vacances. Il va découvrir progressivement l'envers du décor de ce pays.
Aux investisseurs étrangers qui viennent s'enrichir répond la pauvreté d'une majorité de la population.
Cette réalité va prendre la forme d'une rencontre amoureuse qui va générer un éboulement des certitudes du jeune homme et de ses liens avec ses parents.
La complexité des relations et des intérêts en jeu font que ce récit initiatique débouche sur une métamorphose du personnage principal.
A découvrir...
Commenter  J’apprécie          80
profdoc_hashtag
  08 mars 2017
Un ado privilégié occidental tombe amoureux d'une Birmane un peu plus âgée que lui : ils se fréquentent en secret. Mais le père de l'ado se trouve ici car son père travaille sur un projet de construction de barrage électrique. L'amante de l'ado est elle engagée politiquement... L'ado va donc revoir les positions familiales et se construire sa façon de voir le monde, ses propres convictions.
Narration familière.
Mon avis :
L'idée m'a plu, mais de nombreuses choses m'ont gêné comme l'objectification fréquente de l'amante, de la servante, des "Blanches" (car elles, elles se mettent en maillot de bain ! Ouf, de quoi mater !!)
Leur première relation sexuelle est un peu étrange : les ado sont-ils incontrôlables au point de presque oublier de mettre un préservatif ? Mettre une ligne de dialogue de vérification de la protection et de consentement, c'est pas pour cette fois-ci, puisque son "sexe prend les commandes de son cerveau". Et puis elle "est sur lui", mais bon, il "la bascule" et est "comme un géant au dessus d'elle" parce que montrer des positions variées, ce n'est pas convenable ? le sexe est fortement associé à la violence, à "la lutte" cette fois-ci, mais aussi heureusement à quelque chose de plus positif la fois suivante. de toute façon, c'est beau l'amour ! Grâce à ça, son amante ne fait pas partie des "pétasses sans visages sur [sa] liste d'affaires classées "pécho vite fait, bien fait"" !
Belle représentation de la masculinité tout au long du roman, vraiment... "Elle, dont le désir faisait de moi un homme".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Anarya
  17 septembre 2016
Maximilien, c'est le beau gosse qu'on voit dans les séries télé américaines : 17 ans, 1m92, champion de natation, grande école, famille riche et qu'on imagine beau comme un dieu grec. Il débarque en Birmanie avec assez peu d'enthousiasme, sachant qu'il va se retrouver seul avec sa mère qui l'insupporte très vite et son père qui sera constamment occupé avec la nouvelle implantation de son entreprise dans le pays. Et quand il voit la piscine, autant dire que le garçon est douché (oh oh !) : même pas assez grande pour faire des longueurs. Très vite, cependant, il rencontre des jeunes locaux et expatriés comme lui, et vont passer leur temps à faire la fête dans les bars ou jouer à des jeux vidéo chez les uns et les autres. Jusqu'à ce que Max tombe sur Dolly, la soeur de Brandon, 20 ans, superbe, qui étudie aux Etats-Unis et semble collée à son portable 24/7. Pour lui, c'est le coup de foudre, et il semblerait que pour elle aussi. Mais leur histoire d'amour doit rester secrète car, en Birmanie, les femmes qui sortent avec des étrangers sont très mal vues…
La Birmanie, c'est le choc des cultures pour Max. Il y a d'abord le temps, cette chaleur étouffante et ces moussons. Mais il y a aussi le mode de vie des birmans, l'histoire de ce pays qu'on sait à peine situer sur une carte du monde… Cette visite sur la côte où, en croisant un village de « squatteurs », le guide lui dit qu'il n'avait rien vu de tel. Et puis il y a Dolly, cette fille étonnante, qu'il désire ardemment mais qu'il sait inatteignable. Impossible. Cette fille qu'il avait déjà vue avant mais qui lui a intimé le silence quand il l'a mentionné devant Brandon. Comment revoir Dolly, comment être avec elle ? Comment, alors qu'il ne reste que cinq semaines en Birmanie ? Je ne vous dirais rien, et vous laisserais découvrir ce roman d'une jeunesse dorée où les certitudes s'effondrent, où le vernis de la richesse se craquèle pour laisser entrevoir une réalité insoupçonnée. Un éveil au monde intéressant.
Lien : http://bobetjeanmichel.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (1)
Ricochet   05 décembre 2016
Le portrait psychologique affiné des protagonistes qui émerge de cet arrière-plan politique dramatise la lecture de ce roman passionnant et engagé où l’auteur excelle dans la maitrise de la tension narrative.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   14 février 2017
Le pensionnat a beaucoup de vertus mais pas celle de resserrer les liens affectifs avec ses parents .
Commenter  J’apprécie          130
profdoc_hashtagprofdoc_hashtag   08 mars 2017
Nos corps se heurtent, agrippent l'un à l'autre, se tâte à la hauteur de mon torse. L'odeur de ses cheveux est complètement nouvelle. Ses mains sous mon T-shirt. Mon sexe est en train de prendre les commandes de mon cerveau. Je recule jusqu'à sentir le bord du lit et je me laisse tomber en arrière en l'entraînant. Son crâne heurte mon menton. La douleur n'a pas d'importance, elle attise mon désir. Je suis torse nu, elle est sur moi. Je la bascule pour la couvrir de mon corps tout entier. Je me sens comme un géant au dessus d'elle. Notre étreinte ressemble à une lutte. Une lutte pour être encore plus près, pour se fondre dans l'autre. Ma queue me hurle de rentrer en elle. C'est un miracle que je me souvienne de mettre une capote.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
iris29iris29   14 février 2017
Quand on maîtrise l'anglais, se faire des potes partout dans le monde est un jeu d'enfant.
Commenter  J’apprécie          70
profdoc_hashtagprofdoc_hashtag   08 mars 2017
Debout au milieu du cercle, une Birmane exposait à l'assemblée les actions réalisées en faveur d'orphelins par son association. Passant derrière la rangée des fauteuils, je bravais le nuage d'odeurs cosmétiques, halo de féminité à la fois doux et hostile. Carrés mi-longs et queues de cheval noir de jais, maquillage, boucles d'oreilles, alignement de jambes croisées... au milieu de ce gynécée, je n'étais plus le fils de la maison mais un homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
profdoc_hashtagprofdoc_hashtag   08 mars 2017
Je voulais qu'elle sache qu'elle ne devait pas me craindre, ni me fuir, que jamais je la jugerai d'être venue à moi, ni d'être repartie, malgré la douleur qui lançait mon bas-ventre. Non, vraiment, je n'aurais pas voulu que Dolly se retrouve avec les trois pétasses sans visage sur ma liste d'affaires "pécho vite fait, bien fait".
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Gaël Aymon (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaël Aymon
Gaël Aymon - collection "Premiers romans"
autres livres classés : birmanieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Ma Réputation

Où vit Laura?

Berlin
Londres
Paris

16 questions
52 lecteurs ont répondu
Thème : Ma réputation de Gaël AymonCréer un quiz sur ce livre
. .