AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2889083276
Éditeur : LA JOIE DE LIRE EDITIONS (16/06/2016)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 32 notes)
Résumé :
New York, 1943. Linus, jeune livreur de fruits et légumes, apporte chaque semaine des oranges chez un vieux monsieur bien singulier, qui vit dans un grand appartement aux murs totalement blancs. Un homme au nom étrange, Piet Mondrian, peintre de son état, habite là. Pour Linus, une porte s'ouvre sur un monde complètement inconnu.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
orbe
  21 juillet 2016
Au départ volontaire de son frère pour la guerre en Europe, Linus reprend sa tournée de livraisons ainsi que ses chaussures.
Alors que toute la famille attend chaque jour des nouvelles de l'aîné, à l'enthousiasme du grand départ suit le doute puis la peur.
Heureusement, Linus effectue des livraisons régulières d'oranges à un homme excentrique qui se révèle être un peintre qui a fuit la guerre pour pouvoir continuer son métier qui est aussi sa passion et son projet de vie.
Intrigué puis conquis par ces tableaux rouge, bleu et jaune qui ne ressemblent à aucun autre et par la démarche réflexive du peintre, sa visite à l'atelier aux murs blancs devient un moment hors du temps.
La question finit de se poser de la position de "Mister Orange" sur la guerre... Il était temps car superman qui aidait à travers les comics à voir la guerre comme une sorte de jeu a du mal à sauver tout le monde... Les premiers morts sont annoncés...
Un très bon roman qui fait revivre la seconde guerre mondiale vue de New York à hauteur d'enfant. On entend la musique, on sent l'odeur des oranges et on perçoit la montée de la peur...
L'ouvrage se termine par la présentation de Mondrian et de son oeuvre.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Clem_5
  23 octobre 2017
Cinquième lecture du Prix des Incorruptibles 2017-2018 niveau 5e-4e.
Mister Orange nous raconte l'histoire de Linus, un jeune garçon livreur de fruits et légumes à New York pendant la Seconde guerre mondiale. Linus se retrouve à livrer des oranges chaque semaine chez le peintre Piet Mondrian qui va l'ouvrir à un monde nouveau, l'avenir de New York selon lui. Pendant ce temps le garçon voit son grand frère se porter volontaire pour partir à la guerre en Europe avec comme idéal le Superman des comics de l'époque qui combattant les nazis.
Je m'attendais à autre chose en m'attaquant à ce roman. Vu la couverture, je pensais que le personnage de Piet Mondrian, alias Mister Orange, serait bien plus important dans l'intrigue. Il est finalement très secondaire et on le voit assez rarement. Il n'est même jamais appelé par son vrai nom sous prétexte que c'est imprononçable... Je pensais en apprendre plus à son sujet, heureusement qu'il y a un dossier de quelques pages sur lui à la fin de l'ouvrage.
La bonne surprise a cependant été d'avoir un aperçu du mode de vie de la population de New York au moment où la guerre faisait rage outre Atlantique avec la famille de Linus et son voisinage. Ce que j'ai le plus apprécié dans Mister Orange c'est le questionnement du jeune garçon sur son frère qui s'est engagé volontairement pour aller faire la guerre : est-il un héros ou inconscient ? Linus doit-il être fier de son frère ou avoir peur pour lui ? Toute cette réflexion est appuyée par l'intrusion de Superman et de Mister Orange dans sa vie.
J'ai eu un peu de mal avec les dialogues entre Linus et Superman qui sortaient de nulle part, même si j'ai apprécié les références aux comics de l'époque. Ces dialogues en italique symbolisant les pensées de Linus sont utiles pour voir l'évolution du garçon, mais c'est assez perturbant de le voir discuter avec un personnage fictif au milieu de la rue. ça apporte quelques longueurs.
A mon avis le choix de la couverture pour ce roman n'est pas le bon. Il aurait plus fallu cibler le New York des années 40 ou même Superman pour attirer le public visé. Mes élèves ont été totalement rebutés par la couverture, aucun n'a voulu l'emprunter, même en reconnaissant la peinture de Mondrian.
Bref, je suis un peu déçue par ce livre, j'attendais autre chose. 3/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EsseG71
  22 août 2017
Que celui qui n'ira pas voir la Victory Boogie Woogie à peine le livre fermé lève le doigt !
Linus est livreur de fruits à New-York, pendant la 2nde GM. Il vit au sein d'une famille aimante quoique un peu bruyante, dans un quartier populaire, et si il fait des livraisons c'est pour aider ses parents qui tiennent une épicerie. Son frère aîné s'est engagé pour partir combattre en Europe, et ce départ amène Linus à se poser beaucoup de questions. En faisant ses livraisons, il fait la connaissance d'un vieux monsieur au nom imprononçable, qui prend régulièrement le temps de discuter avec lui. Ce dernier est peintre, arrivé depuis peu aux États-Unis pour fuir la guerre, et pour lui la peinture est une façon d'envisager l'avenir, de créer un futur meilleur. A travers ces entretiens, les courriers envoyés par son frère, Linus va grandir et découvrir que la guerre n'est pas aussi colorée que les BD qu'il adore semblent le dire.
J'ai lu ce roman d'une traite, entraînée par ce petit Linus si attachant et curieux, et avec l'envie d'en savoir plus sur Piet Mondrian (puisque c'est lui le peintre en question). A partir de sa véritable histoire, on en apprend un peu plus sur le processus de création de Mondrian. L'auteur a su y ajouter des "anecdotes" sur la 2nde GM vue depuis les États-Unis (entre autre le rôle joué par Superman !). J'ai vraiment adoré l'histoire et j'ai envie de croire que Mondrian était aussi sympa et pédagogue que dans le roman !
Je pense que nos jeunes vont tous trouver quelque chose à retenir, et j'espère que cela aiguisera leur curiosité sur Mondrian !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lagagne
  24 octobre 2016
La seconde guerre mondiale mais vu de l'arrière, du côté de ceux qui restent, aux Etats-Unis.
On suit Linus à travers New York, après le départ de son grand frère pour l'Europe. Livreur de fruits et légumes, on navigue entre les couleurs, les odeurs et les bruits de la ville. On fait la connaissance de l'excentrique Mister orange aussi : un artiste qui se fait livrer chaque semaine des oranges, vit dans un appartement entièrement blanc, peint des tableaux fait de carrés de couleur bleu, rouge ou jaune et danse de boogie-woogie.
L'adulte que je suis a adoré ce petit voyage américain.
Commenter  J’apprécie          100
Virgule-Magazine
  08 février 2017
New York, 1943. le jeune Linus aide ses parents épiciers et c'est lui qui est chargé des livraisons aux clients. C'est ainsi qu'il rencontre Mister Orange, un vieux monsieur qui commande chaque semaine à l'épicerie une caisse d'oranges. Ce Mister Orange est un personnage très original, qui parle avec un accent étranger, et qui vit dans un grand appartement tout blanc de la 59e rue. « Et dans tout ce blanc, partout où il posait les yeux, Linus voyait des toiles composées de carrés et de rectangles de couleurs […]… Ici le jaune solaire resplendissait, là, le rouge plein et le bleu vif dansaient… C'était comme si les couleurs étaient tellement joyeuses qu'elles ne parvenaient pas à rester en place. » Mister Orange, en effet, est peintre et s'appelle Piet Mondrian.
L'avis de Blanche, 11 ans : Dans son récit, Truus Matti raconte les dernières années du célèbre peintre Mondrian. On y apprend beaucoup sur ses oeuvres et sur son caractère précurseur. Il s'agit plus d'un documentaire que d'un livre d'action. L'auteur emploie un vocabulaire riche et varié, qui correspond bien au caractère historique du roman. 
L'avis de la rédaction : Un roman très bien écrit, subtil et tendre, poétique, qui recrée l'ambiance à New York pendant la Seconde Guerre mondiale tout en présentant le peintre Mondrian et ses idées. La présence de Superman m'a aussi beaucoup plu ! 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Poucha75Poucha75   12 octobre 2017
Le progrès, ça prend du temps. Il a commencé bien avant ma naissance et il continuera bien après ma mort. C'est une aventure collective. C'est justement ce qui en fait la beauté.
Commenter  J’apprécie          00
orbeorbe   28 juillet 2016
Il est parti parce qu'il imaginait l'avenir. Un bon avenir, pas un avenir où tout le monde doit obéir à l'ennemi. Un avenir où tout le monde peut faire ce qu'il veut. C'est pour ça qu'il est allé se battre. Parce qu'il a compris qu'il faut se battre pour défendre la liberté.
Commenter  J’apprécie          80
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   08 février 2017
Et dans tout ce blanc, partout où il posait les yeux, Linus voyait des toiles composées de carrés et de rectangles de couleurs […]… Ici le jaune solaire resplendissait, là, le rouge plein et le bleu vif dansaient… C’était comme si les couleurs étaient tellement joyeuses qu’elles ne parvenaient pas à rester en place.
Commenter  J’apprécie          40
LineloLinelo   01 octobre 2017
- Mon arme à moi, c'est l'imagination.

Linus sursauta.

- L'imagination ?

Les idées noires étaient revenues d'un coup.

- Qu'est-ce que l'imagination peut bien faire en temps de guerre ? Ce n'est pas elle qui va retenir les balles des fusils. Pas les vraies balles de la vraie réalité !

- Ah ! s'exclama Mister Orange en levant son couteau vers les plafond. Détrompe-toi ! L'imagination est une arme extrêmement puissante ! s'exclama-t-il, l'oeil brillant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LineloLinelo   01 octobre 2017
On aurait dit des nuages de couleur sur le ciel de murs blancs.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Le tableau mystère [1]

1. Quel écrivain et journaliste a passé une grande partie de son enfance au château du Clos Lucé à Amboise ?

François de Closets
Jules Vallès
Louis Aragon
Gonzague Saint Bris

7 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : déduction , peinture , mystèreCréer un quiz sur ce livre