AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205068458
Éditeur : Dargaud (24/08/2012)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Août 1743. Après avoir passé quinze ans à Naples, le peintre Joseph Callander retrouve son Écosse natale et n’a qu’un désir : vivre de son art sans se mêler des rivalités qui opposent Anglais et Écossais. Le duc de Plaxton, un riche Écossais qui a choisi de s’allier aux Anglais, prend Joseph à son service. Il ne se doute pas que cet acte aura de tragiques conséquences pour son fils, William, hostile à cette alliance politique, et, surtout, pour sa fille, Amélia. Mal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alfaric
  06 février 2016
Highlands août 1743.
L’Union entre l’Angleterre et l’Ecosse est d’autant plus mal vue qu’après la maison d’Orange c’est la maison d’Hanovre qui évince les souverains Stuart et prennent de haut tout ce qui n’est pas anglo-saxon tandis que la Garde Noire peine de plus en plus à maintenir l’ordre face aux catérans et aux ronin, eux pardon aux land-louper, de plus en plus nombreux… Grant, Campbell, Sinclair, Carnegie, Douglas, Scott, MacDonell, MacDonald, MacLeod, MacGregor, etc. : Chaque clan doit choisir son camp entre les collaborationnistes whigs et les rebelles jacobites alors que les braises de la révolte de 1715 sont encore vives !
La ligne de fracture dresse le duc/laird de Plaxton, qui veut marier sa fille Amélia à une famille anglaise pour se rapprocher du parti Whig, et son fils William, qui lui soutient clandestinement les rebelles jacobites. C’est dans cette pétaudière que débarque Joseph Callender, un peintre orphelin revenu d’Italie en deuil de sa bien-aimée Gloria. Il sauve Amélia du brigand Boswell, et retrouve en elle un sosie de son défunt amour, mais alors qu’il reprend goût à la vie au poste de peintre officiel du laird en si galante compagnie, il est vite rattrapé par la réalité en étant la victime d’une sombre machination…
Amour, aventure, vengeance, patriotisme… Un récit qu’aurait adoré le maître du roman historique Sir Walter Scott ! Une bande dessinée à l’ancienne, avec un histoire simple voire classique, mais qui exploite très bien un background très riche et très intéressant avec des grands espaces joliment dessinés pour mieux nous plonger dans les tourments intérieurs des uns et des autres (oui, je te vois Sergio Leone ! ^^). Philippe Aymond est au scénario, au dessin, à l’encrage et aux couleurs de ce diptyque et cela se sent : c’est du bon travail, bichonné avec soin : 4,5 étoiles ! (mais il y avait largement de quoi faire une série un peu plus longue)
PS: sympa ces couvertures intérieures ces motifs en tartan, mais c’est désagréable par contre ces phylactères avec toutes les majuscules imprimées en gras… Ah, Dargaud !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
TheWind
  12 janvier 2014
Merci à Philippe Aymond pour ce diptyque passionnant !
Le contexte historique riche en rebondissements nous plonge au coeur des Highlands, où foisonnent les trahisons entre clans, les révoltes contre la domination anglaise et les batailles de reconquête. L'histoire débute en 1743, et annonce la tentative de Charles Edouard Stuart pour reprendre le trône de ses ascendants.
On s'attache rapidement aux personnages, tremblant pour la belle Amélia, mais surtout pour l'homme dont elle est secrètement éprise : Joseph Callander, le héros de cette bande dessinée, peintre au passé mystérieux qui va se retrouver bien malgré lui pris dans la tourmente, et victime d'un odieux complot.
Dès le début, Philippe Aymond entraîne le lecteur dans une histoire palpitante et s'amuse à brouiller les pistes sans jamais laisser entrevoir le dénouement final et ce n''est pas moi qui vous le dévoilerai !
Le style graphique est plutôt réaliste et précis, et on se laisse facilement envoûté par cette région indomptable où s'étendent lacs et collines verdoyantes, teintés à l'envi par un ciel capricieux et changeant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Guillaume72
  09 mai 2018
Cette bande déssinée s'annonce comme un dyptique dont seul le premier tome est paru. A la lecture de ce dernier, je regrette déjà de devoir m'arrêter bientôt ! Les dessins sont d'excellente qualité. le scénario, quant à lui est à la fois captivant et original. On suit avec délectation les aventures de ce jeune peintre entré au service d'un Lord écossais et dont le passé semble autant troublé que le présent. L'histoire écossaise est présente dans cet album, notammant l'affrontement des clans et le rapprochement de certains d'entre eux de la couronne anglaise. Les paysages de l'Ecosse se prêtent quant à eux tout à fait à l'ambiance de cette histoire. J'attends le prochain tome avec impatience.
Commenter  J’apprécie          20
umezzu
  22 décembre 2016
Outre un sacré coup de crayon, le dessinateur de Lady S a de l'imagination à revendre. Cette fresque en deux tomes sur les oppositions entre clans écossais au XVIII éme siècle, au moment de l'acte d'union avec l'Angleterre et la révolte jacobite qui en suivi, est une réussite.
Dans ce premier tome on découvre le héros, Joseph Callander, peintre de salon, engagé par un riche lord après qu'il ait sauvé sa fille Amalia. Joseph involontairement se retrouve au centre d'intrigues politiques et amoureuses.
Une aventure à la Walter Scott dans de superbes décors naturels.
Commenter  J’apprécie          20
silverfab
  19 juillet 2014
Pour une première tentative seul aux commandes, Aymond s'en sort avec les honneurs. En effet, outre le fait que c'est son trait qui m'avait fait hésiter (à tort) à essayer cette nouvelle série, il s'avère qu'il se prête fort bien au scénario (on n'est jamais mieux servi que par soi-même remarquez). On y suit Joseph, un jeune homme, peintre de son état, qui revient dans son Ecosse natale, déchirée par le conflit avec les voisins anglais, et se voit embaucher par une famille noble afin de peindre le portrait de la fille de la maison. Hélas une idylle interdite va naitre entre les deux jeunes gens mais passion et jalousie allant hélas souvent de concert notre héros va en faire les frais. Un contexte historique intéressant et rare en BD, un scénario bien construit et porté par une narration solide à base d'intrigues politiques et de scènes fortes font de Highlands, dans le genre aventure romanesque sur fond historique, une lecture très agréable.
Lien : http://bobd.over-blog.com/
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (6)
BDSphere   15 février 2013
(...) Au retour d’un long séjour en Italie, le jeune peintre Joseph Callander retrouve ses terres natales des Highlands. La situation est tendue. Les jacobites écossais, fidèles à la dynastie des Stuart, acceptent mal la domination anglaise sur leur pays et préparent une révolte. (...)
Lire la critique sur le site : BDSphere
BulledEncre   01 octobre 2012
Si cette époque a déjà été abordée par le passé, Highlands n’en est pas moins intéressant à lire de par le récit en lui-même ainsi que pour ses personnages qui le font vivre. L’auteur semble s’être très bien documenté pour restituer l’ambiance si particulière de l’Écosse de cette époque, ce qui renforce un peu plus le sentiment final positif pour ce premier opus.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDSelection   10 septembre 2012
[Philippe Aymond] a su équilibrer rigoureusement psychologie des personnages et dialogues, ayant trouvé toute la substantifique moelle d’une narration bien huilée en mêlant, savamment, passions déchaînées et intrigues bien documentées.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Auracan   03 septembre 2012
Philippe Aymond a la bonne idée de multiplier les pistes et de combiner dans son scénario autant de passionnantes directions. Une étude psychologique des protagonistes[…] mais encore une narration très documentée.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   30 août 2012
Highlands est un titre que je vous conseille fortement et qui vous fera voyager dans le temps et dans de beaux endroits sans problème.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   27 août 2012
Véritable récit d’aventures, Highlands démarre sur les chapeaux de roues et révèle un auteur dans un registre où on ne l’attendait pas forcément. Une réussite.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   10 février 2016
- Malgré l’Acte d’Union, la résistance des clans n’a jamais été aussi forte.
- Je vois… Depuis mon départ, les choses ne se sont pas arrangées. Et toi dans tout ça ?
- Moi ? Je n’ai guère le choix. Les Whigs détiennent le pouvoir économique. Ce sont eux qui financent ma clinique de Fort Augustus. Mais j’y soigne aussi bien les Tuniques Rouges que les Campbell ou les MacLeod. Je suis du côté de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AlfaricAlfaric   13 février 2016
- Cette orge est parfaite. Il a beaucoup plu avant les moissons, elle fera un excellent whisky. En revanche, il y aura juste assez de tourbe…
- Tu n’as pas peur que ton père se doute de quelque chose, cette fois-ci ?
- Depuis qu’il m’en a confié la gestion, il n’a plus jamais mis les pieds dans ses champs ! Je trouve ça amusant que lui, un chef de clan whig, alimente la contrebande et finance sans le savoir ce qui se prépare dans les Highlands.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   08 février 2016
- Depuis quand un chef de clan se souci de sa réputation à Londres ?
- Depuis qu’une majorité de Grant et de Campbell soutient l’Acte d’Union. La légitimité de la dynastie des Hanovre ne se discute plus, et George II est notre roi, que tu le veuilles ou non ! Il n’y a pas d’autre alternative à l’avenir de l’Ecosse.
- Si, il y en a une ! L’héritier des Stuart en exil ! Mère aurait…
- Tais-toi !
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   11 février 2016
- Tu veux un verre ?
- Du Whisky ? Tu as ça ici ? Je croyais qu’en fabriquer et même en détenir était passible de prison…
- Oui, sauf pour usage médical. J’en détiens légalement tout un stock.
- Si ça soigne aussi les âmes, je suis preneur.
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   08 février 2016
Il n’y a nul besoin de talent dans la peinture. A quoi sert l’art du portait si ce n’est à flatter les ego ? Il peut bien se satisfaire de la plus médiocre des techniques. Il suffit de reproduire ce que l’on voit.
Commenter  J’apprécie          142
Lire un extrait
Videos de Philippe Aymond (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Aymond
Vidéo de Philippe Aymond
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3417 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre