AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Luc Masbou (Illustrateur)
ISBN : 284055335X
Éditeur : Delcourt (28/06/2000)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 265 notes)
Résumé :
Cherchant à s'emparer les premiers du fabuleux trésor des îles Tangerines, deux fins bretteurs sont entraînés dans de terribles péripéties : le troisième acte se refermait sur le couvercle de la marmite dans laquelle mitonnaient nos deux gentilshommes, prêts à être mangés ! Pour se sortir de cette fâcheuse situation, Don Lope et Armand décident d'abuser de la crédulité de leur " hôtes " grâce au pendentif en pierre de lune que porte le renard. Ils réussissent ainsi ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  18 mai 2012
Alors qu'il devrait constituer la clé de voûte de l'intrigue principale, le quatrième tome, le Mystère de l'Île étrange, semble pour moi le moins bon de la série de Cape et de Crocs.
Peut-être par excès de mystère, j'ai eu tendance à franchement décrocher au cours de cette partie de l'aventure de Don Armando et Don Lope. Alors qu'ils se sont lancés dans la découverte de la fameuse île, les bons mots, si chers à ce pastiche du théâtre classique français que constitue vraiment cette bande dessinée, se font extrêmement rares, voire sont inexistants. Difficile d'ailleurs, dans cette optique, de trouver une citation digne de ce nom à tirer de cet opus... Dans la même veine de réflexion, on peut voir une autre preuve d'épuisement dans l'utilisation des personnages des pirates : ils ont l'air d'avoir déjà perdus tout leur potentiel scénaristique ; on a franchement l'impression qu'ils ont été lessivés trop vite par l'intrigue trop lisse à leur encontre.
Heureusement, malgré tous ces éléments bancals, on devine bien que l'intrigue est faite pour nous tenir en haleine et on cherche (dans l'espoir que ce ne soit pas vain) à découvrir où vont bien pouvoir aller nos deux héros anthropomorphes après avoir atteint l'île du bout du monde...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Syl
  06 avril 2013
Au fond de la marmite du peuple des Iles Tangerines, Don Lope raconte ses amours, anciens et nouveaux, à Armand... de Dona Ines morte de pyroplasmose à Hermine la gitane...
"Elle était d'une incomparable beauté. Noble, fière. Des yeux ardents, jaunes ! le poil lisse et brillant ! Un museau d'une exquise finesse !..."
Sur cette confession, Armand a une idée lumineuse... comme la Pierre de Lune que lui a offert Séléné. Sortant du bouillon, il brandit le pendentif et fait croire aux sauvages que le Dieu-Disque serait offensé de voir sa délégation mangée.
Aussitôt, la tribu se prosterne et laisse fuir Don Lope, Armand et Bombastus le savant. Leur fuite est vite stoppée par l'arrivée de Sabado, leur chef, l'homme noir des marais. Sabado est un ancien esclave qui s'est échappé d'un navire de négriers. Désolé par l'accueil peu avenant de sa tribu, il les invite à se restaurer et passer la nuit chez lui.
Pendant ce temps, Mendoza fait cap sur l'Atlantique avec Séléné et Cénile. Quant au capitaine Boney Boone, il se sent un peu perdu dans la luxuriance de la forêt en compagnie de quelques membres de son équipage, de Hermine et Andreo...
Au matin, Armand et Don Lope font une belle surprise lorsqu'il surprennent Sabado entrain de cacher un coffret de bouteilles à messages, identiques à celles qui mènent au trésor.
Quelles seront les explications à ce geste ? D'où sortent-elles ? Que sait Sabado du mystère des Iles Tangerines ?
De l'autre côté de la lagune, un cimetière marin, des monstres, une forêt de perroquets, des aventures périlleuses... et une scène de théâtre, une armée de Pierrots masqués, leur roi sans Lune, le prince Jean, les attendent.
Le résumé de cet épisode s'arrêtera à ces questions. Je ne divulguerai pas non plus le cinquième tome pour ne pas dévoiler l'histoire... car beaucoup de réponses sont apportées aux nombreux mystères abordés depuis le début de leur aventure.
Je dirai seulement qu'un peuple appelé les Sélénites, habitants de la Lune, sont prisonniers du cratère du volcan.
Les vignettes se suivent avec une folle imagination. Les décors, de nombreux personnages, des univers complétement différents, des scènes très fantaisistes, de la couleur, du mouvement, des combats, du théâtre... et enfin le trésor.
Si je devais mettre une étiquette à ces deux tomes, je mettrais "opulence". Tout est fastueux, exubérant, fourmillant. Plusieurs fois, je suis revenue sur mes pas pour assimiler les pirouettes du scénario.
Une lecture moins facile, plus compacte dans sa richesse, elle s'ouvre sur une partie plus fantastique et "lunaire"... pour une conclusion digne d'un bouquet final de feu f'artifice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
InstinctPolaire
  25 mai 2012
Don Lope de Villalobos y Sangrin est un fier hidalgo Ibérique et Armand Raynal de Maupertuis un chevalier français à la verve que n'auraient reniée nos dramaturges classiques. Accessoirement le premier est un loup (Le "Isengrin" du "Roman de Renard") et le second est un renard (Le goupil du même conte).
A Venise, nos deux gentilshommes vont se porter à la rescousse d'un vieux grippe-sous dont le valet vient de porter la nouvelle que son fils, monté à bord d'une galère turque, se retrouve enlevé et menacé d'esclavage si une forte rançon n'est pas payée... Halte-là me direz-vous si vous possédez quelques lettres classiques mais cela ressemble furieusement aux "Fourberies de Scapin"! Certes vous répondrais-je mais le vaisseau ottoman de notre histoire n'est point une galère mais une chébéque ! Un voilier au demeurant illustre lettré mais béotien maritime que vous êtes ! Or point de jeune nigaud à secourir sur ce navire mais un coffre, une bouteille, une carte au trésor et pas n'importe lequel s'il vous plait, celui des îles Tangerines.
Et voici nos deux compères lancés dans une aventure digne de R. L. STEVENSON. Il fallait un troisième compagnon, le plus improbable qu'il soit : un lapin de trois pommes de haut, qui prétend avoir servi dans les gardes du Cardinal, répondant au doux nom de Eusébe et que l'on rencontre enchaîné sur les bancs d'une galère (une vraie cette fois).
8 tomes de péripéties vous attendent alors, fournies en personnages hauts en couleur : un équipage pirate très pittoresque, un savant fou batave, un méchant balafré du nom de Mendosa, toute la Monarchie Sélénite et leurs muets spadassins mîmes... un caillou lunaire...une sorte d'inventaire à la PREVERT.
Cette description peut paraître bien échevelée, mais c'est ainsi que se conçoit "De Cape et de Crocs". Les cyniques et les jaloux argueront d'un manque d'originalité, du plagiat fait à ces grands classiques : les quiproquos de MOLIERE, les chasses au trésor de STEVENSON, les traits d'esprit et les coups d'épée de ROSTAND, les paysages lunaires de CYRANO (le vrai !). Mais quelle façon de mettre l'ensemble en musique ; de plus, le fait de connaître les paroles n'empêche pas de réécouter les chansons si elles sont bien réarrangées. Pour le dessin, les aigris se diront loin de l'esbaudissement, mais ici encore j'aurais à leur répondre : observer les détails, suivez les aventures de personnages presque insignifiants comme le poulet du capitaine Boone ou le caillou lunaire. Mais surtout suivez l'histoire jusqu'au Tome 8 car je pense qu'enfin en plus d'être une bonne oeuvre, "De Cape et de Crocs" est devenu une belle oeuvre avec une mise en couleur qui lui donne le caractère épique qui pouvait lui faire défaut.
Alors si après tout ceci quelqu'un ose encore affirmer que cette oeuvre que dis-je ce chef d'oeuvre ne vaut pas tripette, qu'il nomme ses témoins et choisisse ses armes, que nous vidions cette querelle en gentilshommes sur le prés, mordious !
Lien : http://emaginaire.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Vexiana
  02 juillet 2019
Ce tome souffre-t-il de la lecture trop proche du précédent?
Il m'a semblé, en effet, un peu en dessous des opus antérieurs.
Certes, l'histoire se lit toujours avec un immense intérêt et je n'ai pas boudé mon plaisir mais il m'a semblé qu'il y avait moins de réparties drôlatiques et de bons mots dans l'ensemble.
Sinon, avec ce tome, la dimension théâtrale de cette oeuvre prend la dimension incongrue de la mise en abîme et c'est, il faut le dire, assez réussi.
Côté dessin, de très bon il semble s'affiner de tome en tome et c'est un vrai régal pour les yeux.
Petite mention pour le dialogue dans les pages de reliures de ce tome...quel expressivité juste avec des regards! Quelle bonne idée - et quel talent.
Commenter  J’apprécie          90
badpx
  02 juin 2018
Me voilà rassurée : Eusèbe est de retour. Par contre, son interrogation sur le dernier dessin de la dernière planche suscite ma curiosité, et malheureusement je n'ai pas emprunté le tome suivant. Je vais donc devoir patienter quelques jours.
Cette histoire devient vraiment n'importe quoi.... mais avec un loup-hidalgo et un renard-mousquetaire, peut être être surpris par un homard géant ?
Le texte est toujours aussi bien construit et c'est toujours délectable. Et en prime, un drame en un acte en fin de volume : une lecture un peu surprenante sur le moment, mais qui m'a bien amusée.
Finalement, je crois que je vais devoir investir dans cette série, elle mérite d'être lu plusieurs fois.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   14 octobre 2012
Don Lope : Je m'en fus dans la sierra, où je vécus tel un sauvage… hurlant à la Lune ! attaquant les troupeaux ! chassé par les bergers et leurs chiens !... Jusqu'au jour où… cherchant querelle à un agneau près d'une fontaine… je vis mon reflet dans l'onde pure, près de celui de l'innocente créature. Et ce reflet… c'était celui… d’une bête !

Commenter  J’apprécie          100
Dionysos89Dionysos89   14 janvier 2013
Hermine : Calmez-vous, Don Lope ! Ce n'est qu'une farce ! Une farce italienne...
Don Lope : Peu me chaut, señorita : je suis espagnol !

Commenter  J’apprécie          170
LilionieLilionie   12 novembre 2017
- AHRR ! Vous commencez sérieusement à m'échauffer l'atrabile ! Qu'y a-t-il, cette fois ?
- Ben... C'est rapport au partage !
- L'or, c'est bien joli... mais si on a bien suivi, vous, vous allez devenir lord à l'amirauté... Nous aussi on veut des titres !
- Bon. Toi ! Tu seras duc de Westminster ! Toi ! Duc de... duc d'York !
- Et moi ?
- Toi ? Euh... Archevêque de Canterbury, ça te va ?
Commenter  J’apprécie          50
goodgarngoodgarn   02 novembre 2012
- Dix contre un ? c'est trop peu ! croyez-vous, téméraires, que les lents moulinets de vos lourds badelaires puissent venir à bout de mon vivace estoc ?
Je me ris vile meute, et vous prend tous d'un bloc !
Commenter  J’apprécie          70
Dionysos89Dionysos89   20 octobre 2012
Mendoza : Et toi, Séléné… si pâle, si fragile… si… faible ! Tu seras bientôt la femme battue la plus riche du monde !

Commenter  J’apprécie          100
Videos de Alain Ayroles (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Ayroles
Le dessinateur Juanjo Guarnido ("Blacksad") et le scénariste Alain Ayroles ("De cape et de crocs") s?amusent à tricoter le roman d?aventures d?un personnage espagnol (Don Pablos de Segovie) aux mille vies sur fond de conquête des Amériques? le dessinateur explique ici comment il s'y est pris pour dessiner Les Indes fourbes paru chez Delcourt. Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/culture/bande-dessinee-les-indes-fourbes-d-ayroles-et-guarnido-fabuleux-parcours-d-un-brigand-au-siecle-d-or Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
+ Lire la suite
autres livres classés : de capes et d'épéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..