AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072879173
320 pages
Éditeur : Gallimard (06/02/2020)

Note moyenne : 4.49/5 (sur 40 notes)
Résumé :
« C’est ce soir-là, après avoir copieusement arrosé l’arrivée du nouveau venu, que nous avons décidé dans l’euphorie et à l’unanimité de le baptiser Zingaro. Il endosserait le nom de notre théâtre équestre et musical, premier nommé il donnerait à la troupe sa descendance. Plus tard, tandis que la fête se répandait dans la nuit et que s’épanchaient les cœurs imbibés, je me suis surpris, comme souvent, à ne plus trouver ma place. J’éprouve dans ces moments le besoin d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
enjie77
  20 février 2021
« Celui qui fut le gardien du nom, la mémoire vivante de ce théâtre équestre, ne revit jamais Aubervilliers. du New Jersey ne revint que ce bocal de faïence noire. Il est là, sur mon bureau, devant le dessin à l'encre de Chine d'Ernest Pignon-Ernest, le montant assis, antérieurs tendus, l'encolure en arc-en-ciel, l'air pensif. le couvercle est entouré d'une tresse de ses crins. Il contient des petits éclats d'os et des cendres….. Elles attendent patiemment de rejoindre les miennes. »
Il s'appelait Zingaro et il fut celui qui inspira ce théâtre équestre !
Quel bonheur que cette lecture ! Complètement assommée par un rhume et de la fièvre, il me fallait trouver un récit facile, fluide, qui ne demandait aucun effort intellectuel ! Dans la famille, la condition animale nous tient à coeur, nous ne pouvons nous passer de nos amis à quatre pattes, chien ou chat. Je ne pratique pas l'équitation, j'aime la beauté du cheval qu'il soit pure sang ou de trait. Je suis entourée de passionnés d'équitation, de ma fille à ma nièce en passant par ma belle-fille, ma petite fille, le cheval tient une grande place dans notre milieu familial. Si moi je pleure d'émotions devant le Lac des Cygnes ou Carmen, ma fille et ma mère se disputent un mouchoir devant les prestations du Cadre de Saumur.
Alors qu'elle ne fut pas mon coup de foudre devant l'écriture poétique de Clément Marty, nom de scène Bartabas. Cet homme qui fuit ses semblables pour se réfugier auprès de ses chevaux où il se sent à sa place, s'exprime, selon moi, beaucoup plus facilement à l'écrit qu'à l'oral. C'est un amoureux des mots qui nous offre une magnifique découverte de ses rencontres passionnées et passionnantes avec ses partenaires équins. C'est tellement beau ce qu'il évoque, sa manière de décrire ses chevaux, ses rencontres, ses coups de coeur. Il écrit avec son coeur et c'est contagieux. Il raconte ses compagnons chacun avec son tempérament, ses blessures, son histoire, son nom. Ce sont souvent des chevaux sauvés des mains d'un maquignon peu sympathique, d'un abattoir. J'ai démarré la lecture les larmes aux yeux et je l'ai terminé de la même façon tant l'écriture de cet homme m'a touchée. J'étais sans filtre devant ce sondeur d'âme, devant ce chant d'amour aux équidés, cet homme qui sait si bien disparaître pour laisser s'exprimer l'animal, lui donner toute sa place.
Il y a des moments émouvants, des moments plein de tendresse. Il sait nous dessiner ses chevaux avec poésie, faire partager sa vision de l'oeuvre d'art que deviendra le cheval dès qu'il sera en confiance avec l'homme et il tisse sous nos yeux l'oeuvre artistique. Il y a aussi une grande sensualité qui se dégage de ces descriptions, je sentais sous mes mains les muscles du cheval, la texture et l'odeur de sa robe. Je ressentais la relation charnelle entre l'homme et l'animal, cette fusion entre les deux animalités.
Ce fut vraiment un enchantement, c'est un très bel hommage que rend l'auteur à tous ses compagnons de route. Un véritable chant d'amour avec l'animal ! Bravo l'artiste ! Et merci Kawane pour son billet !
« Zingaro, mon sang, ma chair, ensemble nous nous sommes appris, nous éduquant l'un l'autre, jusqu'à inventer un langage seulement connu de nous. Ce fut long et laborieux parfois. Tant de maladresse d'abord, de tâtonnements, de vaines tentatives pour se chercher, se comprendre, acquérir tous les gestes qui me fondent aujourd'hui. Nous nous sommes construits petit à petit en marge du voyage, par tous les temps, par tous les lieux, jamais loin des arènes qu'elles soient de Nîmes ou de Madrid. A toute heure du jour et même de la nuit, nous nous sommes donnés sans nous préserver, comme un premier amour. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7527
saphoo
  29 janvier 2020
Un grand merci à Babelio pour cette masse critique et aux éditions Gallimard pour l'envoi de ce livre majestueux.
Bartabas reste pour moi un personnage emblématique, impressionnant, du monde équin. Je pense que chacun a déjà entendu ce nom du moins les amoureux des chevaux, il a fait son chemin accompagné de ses "mille" chevaux au pas cadencé de poésie, il nous livre ses rencontres, ses histoires, la fusion, l'écoute et le respect, d'homme à cheval, de cheval à homme pour ne faire plus qu'un. Savoir écouter, comprendre cheval, sentir, effleurer, pour mieux accompagner sur la piste cet animal humble, généreux, puissant et intelligent, qui restera un mystère sur terre.
D'un cheval autre, Bartabas nous conte tout le livre de sa vie équestre, chapitre après chapitre, c'est l'histoire d'un cheval, puis d'un autre, puis des autres, et encore un autre, ainsi s'en va la vie d'un homme-cheval.
Si vous aimez les chevaux dans le sens le plus humble et respectueux, si vous admirez plus son allure que son pedigree, si prenez plus de plaisir à le panser qu'à le monter, et parcourir sa robe, vous perdre dans la chaleur de sa crinière, si la douceur de ses naseaux vous émeut plus que tout , alors oui, vous pouvez lire ce livre car vous vous y retrouverez, dans le silence, la solitude, la communion des âmes, quelques notes de musique parfois, de la poésie sous chaque sabot, oui laissez vous emporter par tous ces chevaux qui ont fait cet homme : Bartabas, ou Bartabas qui a fait de ces chevaux tout un monde singulier, magique, poétique, qui n'existe nulle part ailleurs si ce n'est sa volonté d'être tout pour le cheval.
Comme toute passion, elle est dévorante, de bonheur, de souffrance, elle vous bouffe la vie, votre vie, mais c'est votre choix, votre vie, votre bonheur, et combien Bartabas a su par ce livre nous murmurer cela, vivez votre passion pleinement, sans compter, sans se retourner.
Une lecture qui m'a enchantée, bien même que j'ai déjà effleuré le monde de Bartabas, c'est un réel plaisir de le lire, sa plume est gracieuse comme ses chevaux, poétique, légère et harmonieuse à l'image de son art.
Savoir dire avec parcimonie, l'essentiel, un juste équilibre, pour laisser toute la lumière cet animal, le compagnon de tous les instants : le cheval.
Chapeau bas Monsieur Bartabas, et grand merci pour ce que vous nous offrez, merci aussi pour tous les chevaux que vous avez sauvé d'un destin tragique, vous pouvez comme vous le dites vous nommer l'abbé Pierre des chevaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Kawane
  31 octobre 2020
BARTABAS..un nom qui claque comme un mot magique pour un homme reconnu dans le monde équestre, aux pouvoirs exceptionnels ...en parfaite symbiose avec ses chevaux, ayant parcouru avec eux des millions de kilomètres et leur consacrant toute sa vie.
Bartabas par cette présentation intime nous fait découvrir tour à tour sa garde rapprochée...la rencontre avec son fabuleux frison, Zingaro;
l 'incroyable Quixote, Horizonte , le reste de la famille ainsi que la genèse de ses spectacles.
Ayant eu la chance d'assister à quelques fabuleuses représentations au Festival d'Avignon, inoubliables!! je me suis plongée au coeur de cette autobiographie avec bonheur.
Bartabas, un homme au caractère trempé, tout en vibration et instinct, sait comme personne approcher ce mystérieux animal, il nous dépeint sa vision fusionnelle et sa passion quasi charnelle pour ses chevaux.
Il nous livre son aventure comme un parcours initiatique, lève le rideau sur sa quête perfectionniste pour vivre quelques instants de grâce sur cette terre; avec lucidité, Bartabas nous fait des confidences : il aborde son questionnement personnel et profond sur des sujets qui le hantent et qui transpirent dans ses créations; mais aussi de la patience, de d'amour et tant de voyages !.. son regard sur le monde des hommes où il se sent "pas à sa place" et préférant la compagnie de sa troupe.. ..puis ce coup d'oeil aguerri détectant en une fraction de seconde le potentiel de l'animal..
Beaucoup de subtilité, de sensibilité dans ce portrait, de l'intelligence certes pour un homme qui a mené sa barque contre vents et marées, invoquant la mort et la vie comme un tango espagnol et qui les convoquent à cheval, en musique, lors de toutes ses créations ..
Tous les défis qu'il a su relevés, impliqué dans sa vie de nomade, cette trajectoire comme philosophie, un homme au parcours atypique.
Passionnée de chevaux ou pas, je vous recommande ce magnifique ouvrage, un homme pétri de vie, par la passion qui l'anime et l'amour de ses chevaux, l'adn de son parcours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          339
Bazart
  14 juin 2020

On connait tous Bartabas, écuyer de génie, qui aura créé quantités de spectacles plus grandioses les uns que les autres glorifiant les animaux, des spectacles souvent joués d'ailleurs aux Nuits de Fourvière.
Aspirant jockey devenu cavalier punk, puis poète écuyer, Bartabas a fondé le Théâtre Zingaro et l'Académie équestre de Versailles et une oeuvre assez unique en son genre.
Dans ce qui est sa toute première expérience littéraire, Bartabas nous fait partager ses plus belles histoires d'amour avec ces chevaux qu'il aime et qui lui ressemblent tant, ces chevaux qui auront construit l'homme qu'il est devenu.
Bartabas qui a toujours ressenti dans sa vie et son oeuvre, le besoin de célébrer le cheval sous toutes ses formes le fait ici dans cette épopée équestre sensible et poétique, une ode sensuelle et entre gravité et légereté .
250 pages consacrées à l'art équestre, mais que les néophytes ne prennent pas peur, tant cette belle ode aux chevaux qui auront compté dans la vie
On a évidemment de longues et belles pages consacré à Zingaro bien sûr, le cheval qui a donné son nom au théâtre équestre fondé en 1984 et d'autres longs chapitres qui réussit à expliquer l' alliance aussi miraculeuse que fragile qui relie l'homme et l'animal.
Pour mieux tenter d'approcher la fascinante intimité pouvant naître entre l'homme et ces créatures quasi divines que sont les chevaux , ce récit de Bartabas est fortement à conseiller..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Marie-Nel
  24 février 2020
J'étais très contente lorsque Babelio m'a envoyé un mail me disant que j'avais été retenue à la masse critique organisée en janvier et surtout quand j'ai appris que j'allais recevoir ce roman de Bartabas. Je connais le nom de cet homme grâce à l'une de mes filles, elle est passionnée de cheval, pas dans sa forme concours ou course, mais dans sa forme relationnelle. À travers elle, j'ai regardé certains de ses spectacles en vidéo, et j'ai été fascinée par sa perception du cheval et par la relation qu'il entretenait avec lui. J'étais donc enchantée de pouvoir lire ce livre et pénétrer un peu plus dans l'univers de Bartabas.
Ce n'est pas un roman à proprement parler. C'est plutôt une succession de scénettes racontant le vécu de Bartabas. On commence bien entendu par le début de son aventure avec les chevaux. Il raconte comment il les a trouvés, leur première rencontre, qui est de l'ordre du coup de foudre à chaque fois. Il arrive à ressentir tout de suite la personnalité du cheval, à voir ce qu'il va pouvoir faire ou pas. Il nous parle ensuite du travail qu'il fait avec l'animal. Il respecte énormément ce que le cheval veut lui donner ou pas, il ne le force jamais. Certains auront besoin de liberté, d'autres d'être tenus en selle ou au licol. Bartabas suit la nature de son cheval. Ce sont bien souvent des chevaux qui ont eu une vie difficile avant, qu'il a récupérés de justesse, certains devaient être menés à l'abattoir, d'autres ont vécu des moments de transport longs et éprouvants. À chaque fois, Bartabas va faire selon la nature de son compagnon, jamais il ne le forcera, et c'est ce que j'aime avant tout dans le monde équestre. Bartabas sait écouter et comprendre son cheval, il le touche, le caresse, le respire, il vit avec lui, dort parfois avec lui, il crée ainsi un lien très fort avec lui, au-delà du rapport cheval-homme.
Il nous parle dans ce livre des différents chevaux qu'il a eus. le plus célèbre étant Zingaro, sa troupe de théâtre équestre ayant d'ailleurs son nom. Il nous raconte sa première rencontre avec ce beau cheval noir, comment ils se sont apprivoisés l'un l'autre. Zingaro aimait la liberté. Bartabas l'a très bien ressenti. Il l'a laissé évoluer seul sur la piste, et ont fait un numéro tous les deux très original où Zingaro court après Bartabas en essayant de le mordre et Bartabas court partout, pour finir tous les deux, Zingaro assis avec Bartabas assis dans ses pattes. Un magnifique numéro où on voit toute la connivence qu'il y a entre les deux êtres. Il nous parle aussi de Quixote, Lautrec, Horizonte, de quatre petits poulains qu'il a récupérés, pour d'autres, on l'appelait, on lui disait de venir, qu'il y avait un arrivage et que certains allaient partir à l'abattoir, et voilà comment il récupérait une dizaine de chevaux.. Qu'ils faisaient travailler ou pas. Certains feront partie des spectacles, d'autres non. Il fait vraiment selon le caractère de ses chevaux.
J'ai été très émue tout le long du livre, plus fortement à des moments difficiles qui ont remué des souvenirs douloureux chez moi. Car en trente-cinq ans de carrière, on peut aisément s'imaginer qu'il a rencontré énormément de chevaux et que malheureusement il en a perdus aussi. Il rend un très bel hommage à Zingaro, j'avoue avoir versé des larmes à un chapitre relatant son décès, j'ai perdu également mon gros cheval de trait dans des circonstances dramatiques, et la façon dont Bartabas parle de la mort de Zingaro a remué en moi plein de souvenirs.
Bartabas s'exprime avec beaucoup de poésie dans ses mots. Il décrit ses chevaux avec beaucoup d'amour, on le ressent à chacune de ses phrases. Ce qu'il dit peut être à la fois drôle, émouvant, triste, mais toujours ça reste beau. Les chapitres sont courts, et très intenses. Ils alternent entre les différents chevaux qui ont peuplé la vie de l'auteur. Chaque début de chapitre commence par une phrase qui met tout de suite l'accent sur une émotion ou un fait. Des phrases qui touchent, qui percutent, pour lesquelles il est impossible de ne rien ressentir, comme par exemple : « À cheval, je n'ai pas besoin de mots. C'est une étreinte charnelle qui alimente mes rêves. » ou encore : « Je dépends de lui et il m'accepte comme je suis ». Il y a 52 chapitres, et donc 52 phrases qui à elles toutes seules ont beaucoup de force. Certaines m'ont beaucoup touchée, car elles représentent ce que j'ai déjà pu ressentir ou vivre en la présence de ce bel animal.
Comment vous dire à quel point j'ai aimé ce livre, il restera gravé en moi longtemps. Bartabas rend hommage à tous ses compagnons en donnant la liste de leurs noms à la fin de l'ouvrage. Plus de 140 noms, et chacun d'eux a eu une importance dans la vie de l'auteur, et c'est quelque chose pour moi d'exceptionnel et d'intense. J'ai lu ce livre avec beaucoup de plaisir, j'avais envie à la fois de ralentir ma lecture pour rester le plus longtemps dans l'univers de Bartabas et d'avancer plus vite pour connaître tout. le livre peut s'ouvrir au hasard et lire un chapitre, on en comprend le sens et surtout on en ressent toute l'intensité. Bartabas est un auteur sensible et très poétique. Il raconte également ses spectacles et certaines scènes avec l'un de ses compagnons. Je me suis amusée à les chercher sur Youtube, et j'ai regardé celles que j'ai trouvées, elles sont exactement comme les dépeint l'auteur. J'ai ainsi réussi à m'imprégner encore plus de la magie de cet homme et de son cheval.
Ce livre est un gros coup de coeur pour tout ce qu'il peut véhiculer, pour toute la beauté de la relation entre Bartabas et ses différents chevaux. C'est un homme que j'aurais aimé rencontrer, pour discuter de ce lien indéfinissable, ce sont des spectacles que j'aurais aimé voir en vrai pour ressentir toute la magie de l'instant. En faisant des recherches sur Bartabas sur internet, j'ai vu qu'il y avait un roman qui lui est consacré, écrit par Jérôme Garcin, et j'ai très envie de le découvrir pour en apprendre encore plus sur l'homme. J'ai déjà beaucoup appris sur lui ici, car il est dans une telle osmose avec ses chevaux, qu'une part de lui vit à travers eux. J'aimerais beaucoup continuer à vivre cette magie à travers d'autres écrits.
Je ne peux que vous recommander ce livre, si vous aimez les moments forts, si vous avez envie de rencontrer un homme hors du commun, il va vous prendre par la main et va vous montrer son univers, il va vous apprendre à comprendre ses compagnons, il va vous faire caresser leur tête, enfouir vos mains dans leur crinière, ressentir la douceur de leurs naseaux. C'est beau, c'est émouvant, c'est à lire tout simplement.
Bartabas ne lira jamais cette chronique, mais à travers elle, je voulais lui rendre hommage, et lui envoyer toute mon admiration. Merci, un énorme merci, pour tout cet amour que vous avez partagé à travers vos mots, merci également pour tous ces chevaux que vous avez sauvés, vous êtes réellement, comme vous dites, l'abbé Pierre des chevaux. Merci pour tout ça, je m'incline devant vous, avec tout mon respect.
Je vais terminer avec une dernière phrase de Bartabas :
« Maintenant, simplement, je voudrais montrer un homme et un cheval qui, en silence, se cherchent, s'écoutent, s'apprennent. »
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LeFigaro   13 février 2020
Bartabas passe des rênes au stylo comme on pirouette. Ce diable d’homme sait tout faire y compris la rodomontade. Cette fois, il évite. Se confie comme un cheval cède. Trace ses souvenirs avec la pointe du cœur.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
enjie77enjie77   16 février 2021
De nature timide, il m'a fallu apprendre les mots de Bartabas pour me cacher derrière et assumer mon rôle.
Mais les mots, les vrais, ceux qui s'écrivent, doivent avoir de la noblesse, et sur les lèvres par leur sonorité honorer l'animal.
Commenter  J’apprécie          350
enjie77enjie77   15 février 2021
L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme".

Genèse, 2, 19
Commenter  J’apprécie          220
KawaneKawane   26 octobre 2020
Je viens d 'adopter un enfant de six cents kilos : ce solide animal aux origines plus ou moins espagnoles, à la robe isabelle et au regard si doux se nomme Hildalgo!

Hidalgo, un nom prédestiné pour colporter la genèse d'une vie don guichottesque.
Commenter  J’apprécie          160
KawaneKawane   03 novembre 2020
On dit que seuls les enfants et les animaux jouent, les autres, ceux qui font semblant, on les appelle des comédiens.
Commenter  J’apprécie          250
KawaneKawane   26 octobre 2020
Avec les hommes, j'ai toujours l'impression d'apparaître déguisé. Seuls les chevaux me voient tel que je suis.
Commenter  J’apprécie          263

Videos de Bartabas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Bartabas
Bartabas, nouvelle création autour de la mort.
autres livres classés : chevauxVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
847 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre