AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070121823
192 pages
Éditeur : Gallimard (04/02/2010)
4.01/5   43 notes
Résumé :
« En équitation comme dans l’armée, Étienne savait combien c’eût été vain de vouloir casser les rebelles, soumettre les acariâtres, et qu’il était impossible d’atteindre la légèreté par la force, le brillant par la colère. Même les étalons les plus impérieux, il ne les avait pas combattus. Au contraire, il n’avait eu de cesse de vouloir les comprendre pour mieux s’en faire des alliés. Quel que fût le cheval, il n’aspirait qu’à se passer des aides. Il rêvait en effet... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  02 avril 2014
N°737 – Avril 2014.
L'ÉCUYER MIROBOLANTJérôme Garcin – Gallimard – 2010.
Le récit s'ouvre sur l'enterrement d'un homme, un officier de cavalerie surnommé l' « écuyer mirobolant » par le général Decarpentery. Il n'y a pas grand monde dans ce cimetière, seulement quelques frères d'armes et un cheval pour l'accompagner, mais aucun membre de sa famille.
Avec « Bleu horizon » paru en 2013, Jérôme Garcin a choisi de faire sortir de l'anonymat Jean de la Ville de Miremont (1886-1914), poète et romancier mais aussi un obscur combattant volontaire de la Grande Guerre, mort au tout début des combats (La Feuille Volante n° 687). Ici, c'est Étienne Beudant (1863-1949), capitaine de cavalerie qui renaît sous sa plume. L'auteur dresse son portait tout en nuances et en délicatesse et rend hommage à cet homme de passion. Lui aussi c'est une sorte d'anonyme oublié de l'histoire qui pourtant de son vivant fut admiré, adulé, respecté pour ce qu'il était, un cavalier hors pair mais aussi quelqu'un qui par sa patience et son talent savait tirer le meilleur des pires rossinantes en les soustrayant aux mauvais traitements d'un charretier ou en les sauvant de la boucherie. Quand en 1914 il rêvait d'en découdre sur le sol de France, Lyautey le maintint au Maroc sous ses ordres. Fut-il cet « homme qui murmurait à l'oreille des chevaux » ou y avait-il chez lui du centaure ? Toujours est-il qu'il réussissait à soigner et à métamorphoser les bêtes les plus rétives, à leur faire exécuter presque naturellement les figures les plus compliquées là où d'autres avaient depuis longtemps jeté l'éponge. Il écrivit des traités sur l'art équestre et transforma les règles du dressage apprises à Saumur. L'arme de la cavalerie était, à l'époque celle des aristocrates mais lui l'avait choisie pour le seul amour du cheval [« Beudant sonnait pauvre, Beudant résonnait triste, Beudant sentait la roture »]. Pour autant cet homme, engagé volontaire dans un régiment de dragons et qui passera sa vie dans l'arme de la cavalerie, servant en France mais aussi au Maghreb, à qui on prédisait une belle carrière, s'arrêta au grade de capitaine et resta dans un relatif anonymat. C'était un solitaire, la vie militaire l'ennuyait, et à la routine des casernes et aux réceptions de garnisons il préférait la compagnie d'un cheval. Son mariage de raison et de convenance qui fit suite à son long célibat ne résista pas. Son épouse aimait les bals mondains et détestait les chevaux auxquels elle préférait l'automobile, elle le supporta en Afrique du Nord mais ne put vivre à Dax avec ce retraité bancroche au corps douloureux à force de chutes et de fractures qui était resté en esprit dans les oasis du Maroc et les sables du désert. Elle et leur fils unique l'y abandonnèrent à la solitude et à la réflexion sur le genre humain, sur la souffrance et le constat amer d'un écuyer devenu philosophe[« Dieu sait que j'en ai monté des chevaux...ils gardent toujours leur secret. J'ai passé ma vie à tenter de le percer et ce fut en vain. Toi et tes congénères on peut vous dresser mais pas vous dompter. Vous restez des énigmes pour nous, pauvres humains. »].
Jérôme Garcin imagine la vie de cet homme dans sa retraite désormais solitaire, simplement illuminée par l'entretien et l'accomplissement de la jument « Vallerine » dont il dut cependant se séparer parce que son corps ne lui permettait plus de poursuivre sa tâche. J'ai eu plaisir à lire l'épisode des adieux du cheval et du vieux capitaine [« Au galop assis, ils s'épousèrent. Étienne ferma les yeux. Vallerine céda, onctueuse et chaloupée. Ils ne faisaient qu'un... Lorsque, en soufflant , Beudant mis finalement pied à terre, il caressa l'encolure de Vallerine et lui murmura à l'oreille « Je te remercie de toi ».] Il accompagna ce passage de témoin à son successeur, malgré l'arthrose qui le torturait, d'un document de 81 pages écrit en une nuit, un texte de recommandations autant qu'une lettre d'adieu et d'amour ! Il nous présente ce vieil écuyer devenu prématurément invalide resté humble face à l'animal [« Un valet en livrée d'écuyer, voilà le titre dont, à la rigueur, il voulait bien se prévaloir »], bourrelé de remords pour avoir préféré ses chevaux à sa famille [« Ma vie de cavalier a été une vie de moine cistercien, et il n'y a pas de place pour la famille au monastère »], jetant sur sa vie un regard désabusé [« Tant d'efforts pour obtenir l'équilibre parfait qui est pourtant une illusion, une telle foi dédiée à l'éphémère »]. C'est un témoignage bouleversant sur une vie d'homme de l'ombre consacrée exclusivement au culte du cheval même si on peut y déceler une forme d'égoïsme. C'est aussi une réflexion sur le sens de l'existence, de la trace que chaque être humain veut laisser de son passage sur terre, quelqu'un qui prend conscience que son art disparaît petit à petit avec le temps, qu'il ne sera plus ce qu'il a été, que lui-même, après avoir été célèbre par son génie s'efface peu à peu, qu'il se raccroche à ses souvenirs, que sa vie s'en va ...
Si l'armée lui permit de vivre pleinement sa passion, ce qui lui valut les remontrances de sa hiérarchie et sans doute aussi des retards dans son avancement, il n'en fut pas moins habité par le doute et il la quitta temporairement pour connaître les grands espaces des États-Unis, y rencontra Buffalo Bill et Calamity Jane mais cette sorte d'incartade sabbatique fut bien entendu toujours placée sous l'égide du cheval. Au Maroc, Il croisa Lyautey qui vit sans doute en lui son double [« En vous et moi... il y a plus d'âme arabe que d'esprit colon. On doit sans doute cela aux chevaux. Ils m'ont appris à n'être jamais arrogant ni méprisant ». « Il m'arrive de vous regarder comme on fixe un miroir. Je me juge dans vos yeux. Parfois ils me renvoient une méchante image de moi » ], ce qui le rapprocha sans la moindre flagornerie de son chef.
Je ne suis malheureusement pas, comme Jérôme Garcin, versé dans l'art équestre mais les mots rares, précis qui deviennent précieux sonnent bien à mon oreille et j'ai apprécié ce vocabulaire technique où j'ai trouvé de la poésie, comme d'ailleurs dans les évocations et les descriptions qui émaillent ce texte. J'ai aussi goûté, dans l'exemple d'Étienne Beudant les conseils de patience et de respect pour l'animal. C'est un livre émouvant et plein de sensibilité et l'auteur qui est aussi journaliste, écrivain et passionné de cheval ne pouvait passer à côté d'un tel parcours. J'ai retrouvé avec plaisir cet auteur qui n'est pas un étranger pour cette revue et comme toujours j'ai apprécié son style fluide, précis et agréable à lire.
©Hervé GAUTIER – Avril 2014 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Amble
  15 décembre 2015
http://www.telerama.fr/livres/des-chevaux-et-des-hommes,55733.php
Le goût pour l'équitation a ceci de spécial qu'il ne saurait être tiède : c'est de passion qu'il s'agit, toujours, et même d'éthique, de religion, de mystique, dans le cas du capitaine Etienne Beudant (1863-1949). le dernier roman de Jérôme Garcin en fait une évocation tout ensemble réaliste et rêvée - un de ces portraits ciselés, admiratifs, songeurs, délicatement mélancoliques dans lesquels l'écrivain excelle. D'Etienne Beudant, Jérôme Garcin retrace l'itinéraire, de l'engagement militaire en Afrique du Nord jusqu'aux années de retraite contrainte, et de ce parcours il nourrit un beau roman méditatif et épuré. Une fiction dont le coeur battant est la relation que ce cavalier, qu'on disait « mirobolant », entretenait avec le cheval, l'art équestre par lui vécu comme « une pensée pure, un acte de foi » - une piété, un chemin vers l'absolu, bien plus qu'un simple art de vivre.
On les retrouve tous deux, Jérôme Garcin et le capitaine Beudant, au sommaire de la réédition de la superbe Anthologie de la littérature équestre, que Paul Morand composa en 1966. le premier lui donne une pertinente préface, tandis que le second figure, au titre d'auteur, dans ce recueil qui rassemble, non pas des fragments poétiques ou littéraires, mais des traités équestres à vocation encyclopédique, scientifique ou pédagogique. du Grec Xénophon (vers 430-vers 355 av. J.-C.) au Portugais Nuno Oliveira (1925-1989), voyage dans des textes qui, au-delà du savoir qu'ils contiennent, de l'amour du cheval dont ils témoignent, offrent un authentique bonheur esthétique.
3* L'Ecuyer mirobolant, de Jérôme Garcin, éd. Gallimard, 182 p., 15,90 EUR.
4* Anthologie de la littérature équestre, établie par Paul Morand, éd. Actes Sud, 456 p., 39 EUR.
NATHALIE CROM - TÉLÉRAMA N°3148 - Mis à jour le 18/09/2013. Créé le 10/05/2010.
(http://www.telerama.fr/livres/des-chevaux-et-des-hommes,55733.php)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ay_guadalquivir
  18 août 2010
Etranger à cet univers des chevaux, j'ai lu l'écuyer mirobolant avec envie d'y entrer, comme un monde particulier. Il y a dans ce livre les ingrédients des blessures d'un monde révolu. Les codes de la cavalerie, les valeurs du cavalier humble et du cheval naturel. Ce roman est beau et bien écrit, d'une langue douce et précise. J'ai pourtant eu du mal à me laisser entraîner aux côtés du capitaine Beudant dans les déserts du Maghreb. Comme s'il manquait quelque chose, cette énergie mystérieuse des chevaux de Delacroix.
Commenter  J’apprécie          80
RaphThiKiMaster
  10 juin 2018
Un livre avant tout sur la passion et la détermination ; à mettre entre les mains de tous les cavaliers et de tout ceux qui ont la rage de vaincre, d'aller au bout, tout au bout, envers et contre tout !
Commenter  J’apprécie          10
moulinsud
  10 octobre 2011
Une incursion dans un autre monde. Un style précis et agréable accessible à tous même si l'équitation n'est pas un sujet que je maitrise.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
VALENTYNEVALENTYNE   02 octobre 2012
De ses yeux bleus coulèrent sur ses joues parcheminées des larmes qu’il ne pensa même pas à essuyer. Dans les arbres du printemps, des bergeronnettes et des pipits jacassaient. La chaleur commençait à monter du sol. La terre meuble attendait d’être foulée par des pieds propres, par des fers chauds.
- Tu sais, après toi, il n’y aura personne. Tu es mon dernier cheval. Je vais finir ma vie dans ce fauteuil. Je n’aurais plus, pour consolation, que le spectacle des chevaux en liberté. Quand ils trotteront haut dans l’herbage, galoperons dans un excès de folie, joueront à se faire peur avec leur ombre, j’imaginerai que je les monte à cru. Ce sera ma récréation de retraité. Allez ça suffit, pourquoi est ce que je te raconte tout ça….
Comme si elle avait compris, Vallerine, en s’ébrouant, retourna à son tas de foin vert, où elle fit le tri.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EferyEfery   22 mai 2013
Finalement, se disait-il, l'écriture n'est pas si différente de l'équitation. C'est une activité monastique, intérieure et assise, où le corps ne doit pas bouger afin que l'esprit transmette à la phrase, ce cheval de papier, le mouvement en avant et commande à d'innombrables figures de style.
Commenter  J’apprécie          20
Herve-LionelHerve-Lionel   02 avril 2014
 Dieu sait que j'en ai monté des chevaux...ils gardent toujours leur secret. J'ai passé ma vie à tenter de le percer et ce fut en vain. Toi et tes congénères on peut vous dresser mais pas vous dompter. Vous restez des énigmes pour nous, pauvres humains.
Commenter  J’apprécie          20
Sandram47Sandram47   18 avril 2012
"Il rêvait en effet de régner sans poids ni appuis, par le seul souffle de la botte, la caresse du cuir et la profondeur de l'assiette."
Commenter  J’apprécie          40
MorriszappMorriszapp   08 juillet 2010
Il faut traduire leur silence. Et cela prend des années, des années… (p. 79)
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jérôme Garcin (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Garcin
[EMISSION] LES COUPS DE COEUR DES LIBRAIRES 09–04-2021
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le dernier hiver du Cid de Jérôme Garcin aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1077988-romans-le-dernier-hiver-du-cid.html • Les enfants du dernier salut de Brull-Ullmann Colette et Jean-Christophe Portes aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1078634-essais-d-actualites-les-enfants-du-dernier-salut.html • Je ne suis plus inquiet de Scali Delpeyrat aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/1069145-jeunesse-je-ne-suis-plus-inquiet.html • Ça ne pouvait pas tourner autrement ! de Eliane Saliba Garillon aux éditions de L'Escampette https://www.lagriffenoire.com/1078907-article_recherche-ca-ne-pouvait-pas-tourner-autrement-.html • La Maison aux miroirs de Cristina Caboni et Marie Causse aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/1077795-romans-la-maison-aux-miroirs.html • Cueilleur d'essences: Aux sources des parfums du monde de Dominique Roques aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1075306-essais-d-actualites-cueilleur-d-essences---aux-sources-des-parfums-du-monde.html • Pourquoi rêver les rêves des autres ? : Lettres de mon ailleurs de Fernando Pessoa, Lorenzo Flabbi aux éditions L'orma https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1042689&id_rubrique=12 • le bonheur est au fond du couloir à gauche de J.M. Erre aux éditions Buchet-Chastel https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1068074&id_rubrique=12 • Je n'ai plus le temps d'attendre de Jean-Louis Fournier aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/1073402-romans-je-n-ai-plus-le-temps-d-attendre.html • Veuf de Jean-Louis Fournier de Jean-Louis Fournier aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/6889-poche-veuf.html • Où on va, papa ? de Jean-Louis Fournier aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=14902&id_rubrique=21 • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoard
+ Lire la suite
autres livres classés : chevauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
847 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre